Auteur : Dayanand Taïlamé

7 façons de donner plus de puissance à votre pouvoir créateur

Vous êtes vraiment le créateur de votre vie. Si vous acceptez de changer votre point de vue sur ce qui vous arrive, vous basculerez progressivement dans une expérience tout à…

Vous êtes vraiment le créateur de votre vie. Si vous acceptez de changer votre point de vue sur ce qui vous arrive, vous basculerez progressivement dans une expérience tout à fait différente de la réalité. L’important, ce n’est ni le passé vécu ni le présent expérimenté, mais l’attitude que nous avons vis-à-vis d’eux, afin de rediriger notre vie vers ce qu’il y a de mieux pour nous.

1. Développer la gratitude

Développez la gratitude inconditionnelle. Cela sous-entend comprendre et intégrer que tout ce que vous vivez comporte une leçon qui vous apprend à accepter de grandir et vous donne des clés précieuses pour demain. Même les pires expériences peuvent s’avérer être nos plus grands cadeaux. Je n’oublierai jamais à titre personnel cette femme chamane rencontrée au Canada qui animait un cercle de parole et témoigna avec son mari de la gratitude qu’elle ressentait (après plusieurs années) pour l’expérience d’avoir perdu son fils de 19 ans. Que « merci » soit pour vous un mantra. Prenez cette habitude et vous verrez que cela finira par venir naturellement.

Remerciez comme vous voulez la nourriture, le guichet automatique, le ciel, la terre, l’eau, la neige, l’inconnu, l’air, le métro, le bus, l’avion, la voiture, vos habits, vous-même, vos parents, vos ancêtres, vos guides, les anges, Dieu, la Vie, qui vous voulez, mais remerciez en permanence et remerciez vraiment. Etre dans un état de gratitude, c’est être présent à ce qui est. Par ce contentement que vous développerez, vous vous rendez à même d’accueillir vraiment de quoi être reconnaissant. Car si vous n’êtes pas dans la gratitude aujourd’hui, vous refusez de l’être demain. Mais si vous l’êtes dès aujourd’hui, alors vous ouvrez la porte à tout ce qui, demain, vous rendra encore plus reconnaissant.

2. Vibrer la joie

Si vous vous sentez mal, trouvez tout ce que vous pouvez pour vous faire du bien, vraiment du bien. Cela ne veut pas dire qu’il faille occulter les souffrances et les refouler. Juste qu’une fois qu’on les a accueillies, regardées en face et exprimées, la deuxième étape n’est ni plus ni moins de switcher. Les moyens peuvent vous sembler artificiels. Par exemple apprendre à rire même sans raison est très efficace. Le rire peut-être intérieur. Cela demande une certaine maîtrise de son mental pour basculer de pensées négatives à des vibrations positives.

L’idée est de retrouver de mieux en mieux une attitude d’enfant. Vous verrez que ce faisant, vous vous prendrez beaucoup moins au sérieux, et 90% de ce qui vous posait de sérieux problèmes vous semblera sans importance. Nous sommes tellement conditionnés pour être sérieux, c’est-à-dire angoissés et déprimés. Cela suffit !

3. Lâcher l’ancien

Acceptez le changement, de changer, de changer l’image que vous avez de vous-même, cette image construite par votre mental à partir d’une histoire que vous vous reconstituez à partir de vos croyances. Créer sa vie, accueillir le nouveau, cela en réalité peut être terrifiant. Car si je choisis de créer ma vie, je choisis de lâcher toutes les illusions qui me font croire que je n’ai pas le choix. Cela, des parties de moi ne le veulent pas. Il s’agit de leur expliquer que tout ira bien et de reprendre notre autorité sur elles.

Lâcher l’ancien, c’est aussi très concret. Libérez-vous de l’inutile, tout ce que l’on garde par peur de manquer et par attachement au passé. Des relations qui vous enferment, des vêtements qui appartiennent au passé, des meubles, des livres, des choses qu’on a aimées, des souvenirs, bref toutes ces choses poussiéreuses qui nous attachent et nous alourdissent. Laissez, vendez, donnez, offrez, jetez. Bref libérez-vous et faites donc de la place ! Voici un audio qui peut vous aider à accepter le nouveau.

4. Méditer

Méditer c’est entrer progressivement en contact avec la part de vous qui peut vraiment lâcher l’ancien parce qu’elle n’est dépendante de rien. N’écoutez pas ceux qui ont pour vous des techniques de méditation alambiquées, une position précise et plein de croyance. Cela ne fait que repousser les aspirants à la méditation.

Méditer, c’est très simple. Ce n’est pas ne penser à rien. Dire cela c’est comme dire que courir c’est gagner le records du 100 mètre à chaque fois. Méditer c’est se concentrer sur une chose. Voilà. C’est beaucoup plus simple. Et de là, tout un cheminement prend place. Méditez assis sur une chaise, en lotus, debout ou couché. Comme vous voulez. Mais accordez-vous ce moment où vous mettez votre esprit en repos. Méditer c’est vous concentrer sur le tableau que vous peignez, le chat que vous caressez, la fleur que vous contemplez, la musique avec laquelle vous entrez en connexion, votre cœur, l’air sur votre peau… Méditer, c’est lâcher-prise, revenir à soi, à l’ici et au maintenant. Ce n’est pas sortir du monde physique, c’est être attentif à ce qui est, même les pensées et les émotions, en les laissant s’écouler dans une présence toute simple à soi-même et au monde.

5. Affirmer, écrire, ressentir

Lâcher-prise est très important dans le processus créateur. Plus je me crispe sur des objectifs, plus je bloque. Mais, réfléchissons-y bien, je ne peux lâcher-prise qu’après avoir pris ma vie en main. Prendre sa vie en main, c’est choisir très clairement ce que l’on veut. Cela n’a pas à être trop précis d’emblée, laissez la porte ouverte à ce qu’il y a de mieux pour vous et dont vous n’avez pas connaissance maintenant.

Laissez la vie, l’énergie, le Moi Supérieur, le divin (peu importe le nom que l’on lui donne) vous diriger vers le mieux, mais sachez très clairement les aspirations générales de votre être le plus profond. Dites-le vous tous les jours et systématiquement. Ecrivez-le systématiquement tous les jours dans un cahier que vous pouvez laisser ouvert dans un endroit discret. Ecrivez et réécrivez concentré sur ce que vous voulez. Rédigez au présent en positif. Et ressentez ce que vous rédigez. Puis fermez les yeux, ressentez comment vous vous sentez alors que vous considérez que tout cela est accompli. Ressentez que vous y êtes déjà. Des images, des sensations pourront venir que vous pourrez amplifier. Cela, c’est méditer, et c’est aussi prier. A partir de là, lâchez-prise.

6. Avoir le courage de suivre ses intuitions

Dans le processus de création, vous permettez à la vie de répondre à vos aspirations profondes en suivant votre intuition. Vous serez de plus en plus en mesure de l’entendre en pratiquant la capacité à être à l’écoute de vous-même, par la méditation. Ecouter son intuition, cela demande beaucoup de courage et de lâcher-prise. C’est la plupart du temps renoncer à répondre à la question du pourquoi.

Vous ressentez que vous devez prendre telle ou telle décision, aller dans telle ou telle direction, accepter telle ou telle situation, parler de telle ou telle manière. Mais vous ne savez pas pourquoi. Si vous laissez votre mental ou les autres vous dire que c’est risqué, que cela n’a pas de sens, et si vous vous laissez prendre au piège de chercher à expliquer rationnellement que ce que vous ressentez est juste, vous entravez votre pouvoir créateur. Parfois, pour que vos aspirations s’incarnent, vous pouvez être amenés à suivre des détours et des aventures complètement incompréhensibles sur le moment. Patience et courage, et surtout, appréciez l’expérience, certain qu’elle vous est donné pour une bonne raison.

7. Refuser tout compromis avec le négatif, le déprimant, et le cynique

Soyez intransigeant avec le négatif, le cynisme. Évitez de partager vos visions avec des personnes qui ne sont pas dans la même perspective que vous. Soyez conscient que tout ce que vous dites de vous, des autres, et de la vie est créateur de votre réalité. Dans les conversations, faites de votre mieux pour rester positif. Choisissez les personnes qui vous font vous sentir bien. Vous verrez qu’il y a des personnes avec lesquelles, peut-être momentanément, vous ne pourrez plus communiquer comme avant. Lisez ce qui vous fait vous sentir bien. Créer votre belle réalité en choisissant déjà de belles choses, de belles relations, de belles paroles, de bonnes nouvelles. Cela demande aussi des choix clairs, des virages complets, de gros changements, et oui, un certain courage. Mais voulez-vous être heureux ?

Commentaires fermés sur 7 façons de donner plus de puissance à votre pouvoir créateur

7 façons de mincir en conscience

Un amincissement durable est la manifestation de prises de conscience, d’un véritable lâcher-prise, et d’un plus grand amour de soi. Au lieu de se battre contre les kilos, il s’agit…

Un amincissement durable est la manifestation de prises de conscience, d’un véritable lâcher-prise, et d’un plus grand amour de soi. Au lieu de se battre contre les kilos, il s’agit d’apprendre à s’imaginer, se ressentir, se percevoir autrement.

1. Changez la vision de votre corps

Pour mincir et conserver votre silhouette, la première étape est de substituer à l’image de votre corps en surpoids une image de votre corps tel que vous désirez qu’il soit. La raison en est simple : l’image mentale que vous nourrissez de vous-même dans votre cerveau commande toutes les fonctions de votre corps pour que celui-ci corresponde à cette image. Avez-vous déjà en tête, très clairement, l’image mentale de l’homme ou de la femme que vous serez lorsque vous aurez atteint un poids plus léger ? C’est cette image-là, très clairement inscrite en vous, qui permettra à votre corps de s’y aligner. C’est aussi simple que cela. Cette image-là est aussi celle que vous projetterez aux autres avant même qu’elle ne s’incarne en vous. Visualisez votre corps allégé comme si vous l’aviez déjà. Visualisez-vous dans les vêtements que vous aurez dans les différentes activités de votre vie. Faites-le au réveil et régulièrement au cours de la journée. Tant que vous persisterez à vous attacher à l’image de vous « gros(se) », vous ne vous autoriserez pas un amincissement durable. Même après un amincissement suite à un régime quelconque, si vous n’avez pas changé dans votre cerveau l’image de votre corps, tôt ou tard, celui-ci se réalignera sur l’image de la personne en surpoids que vous avez de vous.

2. Ressentez votre corps de façon positive

Ce point va de pair avec le précédent. Le matin au réveil, ressentez votre corps. Lorsque nous sommes en surpoids, nous sommes souvent mal à l’aise avec notre corps. Il est alors souvent difficile de le ressentir tout en étant en paix. Mais vous pourrez de plus en plus aisément faire l’exercice suivant :
Détaillez des pieds à la tête chaque partie de votre corps. Ressentez-le comme vous voudriez qu’il soit. Ceci, en l’accompagnant d’affirmations positives : « Mes cuisses sont fines et fermes, parfaitement détendues…. Mon ventre est ferme et plat, mes hanches harmonieuses et fermes….. Mon visage est fin, mon menton élégant…..etc ». En disant ces phrases intérieurement, vous ressentez votre corps dans cet état de bien-être. Vous m’en direz des nouvelles, car les sensations physiques, musculaires se font sentir très vite. Ce faisant, vous ancrez l’image mentale dans un ressenti. Cela au lieu de le bombarder de pensées et de phrases négatives. Ces dernières en effet ne font que lui ordonner de garder son embonpoint. Vous pouvez vous ressentir, même couché(e) dans votre lit, en train de sauter comme une gazelle, faire des bonds d’un mètre, et courir comme un sportif de haut niveau. Tout au long de la journée, revenez à ces sensations.

3. Soyez conscients de ce que vous dites

Éliminez de votre langage tout discours négatif sur votre poids et votre corps. Si vous parlez de vous–même positivement, cela soutiendra le processus de changement de la vision et du ressenti de vous-même. Soyez conscient également que le mot maigrir n’a pas vraiment une connotation positive. Il se peut que dans votre inconscient et dans votre corps, le fait de maigrir soit associé à la famine, à la maladie, bref à la mort… Une des raisons du surpoids, c’est que le corps stocke par peur de manquer, un métabolisme lent étant pour lui un moyen de se préparer à la survie. Auquel cas, inconsciemment, on ne veut pas maigrir. On en a même très peur. Au lieu de penser et dire « Je veux maigrir », « Je veux perdre 10 kilos », pensez plutôt : « Je m’allège et m’affine », « Mon corps s’harmonise et s’embellit », « Je gagne en légèreté et en tonicité », « Mon métabolisme s’accélère car je suis en bonne santé ». De fait, ce que vous voulez dans le fond, ce n’est pas maigrir, c’est vous sentir bien dans votre corps, léger et alerte. Focalisez-vous donc dessus et dites-le.

4. Faites la paix avec votre corps, avec amour et compassion pour lui

Si vous avez des kilos « en trop », c’est parce que jusqu’ici, vous n’avez pas pu faire autrement. Si votre corps à tendance à enfler, stocker, gonfler parfois de façon démesurée et souvent sans que vous mangiez davantage ou plus mal que votre entourage, c’est parce que c’est le moyen qu’il a trouvé pour gérer votre stress, votre angoisse, et pour vous dire quelque chose sur vous. Faire la paix avec votre corps, c’est lui pardonner, et prendre acte de cet état de fait avec la distance et la hauteur d’un adulte qui regarde avec compassion le comportement d’un petit enfant. Parlez à votre corps comme à votre enfant intérieur. Expliquez-lui qu’il peut s’alléger, se libérer, se dégager, lâcher les blocages émotionnels emmagasinés sous forme de graisses et de liquides. Invitez-le avec douceur. Autorisez-le au lieu de lui envoyer des pensées négatives. Ho’opponopono est une méthode efficace pour votre corps : « Désolé cher corps pour cette réalité douloureuse que je partage avec toi. Je te demande pardon de ne pas avoir encore pu m’occuper de toi, de ne pas avoir su nous libérer. Je te remercie de me montrer tout ce que je garde, tout ce que je refuse de lâcher. Je t’aime comme tu es. » . Votre corps, malgré tout, a besoin de votre amour inconditionnel plein de compassion. Alors seulement il vous le rendra.

5. Mangez en conscience avec plaisir

Avez-vous déjà observé comment mangent les gens autour de vous ? Je me suis rendu compte personnellement que les gens minces, en général, mangent lentement et prennent le temps de savourer. Je ne parle certes pas des nerveux qui ingurgitent et brûlent tout. Je parle de la grande majorité de ceux qui savourent avec plaisir leurs mets, prennent le temps de regarder ce qu’ils mangent, de saliver, offrant à leur corps un moment de plaisir. J’ai pu observer que chez beaucoup d’entre eux le repas est vraiment un moment quasiment sacré pour lequel ils ressentent sans culpabilité, de la gratitude. A l’opposé, je constate très souvent que les personnes obèses ou en surpoids, ne prennent pas vraiment le temps de manger. Ils ingurgitent, sans être vraiment à ce qu’ils font. Il y a quelque chose de compulsif qui fait du moment du repas une course effrénée. A cela s’ajoute que lorsque l’on est en surpoids, se nourrir peut être culpabilisant, et l’on ne s’autorise pas à prendre plaisir. Or, pour des raisons physiologiques, un repas avalé de la sorte fait grossir. Remerciez la nourriture dont vous vous nourrissez. Faites donc la paix avec elle, et elle vous le rendra ! Redécouvrez le plaisir d’offrir à votre palais de bonnes saveurs et à votre corps de la nourriture. Savourez et mâchez comme pour faire honneur à votre repas. Soyez pleinement présents à ce que vous mangez. Changez vos pensées en mangeant. Par exemple, « Je vais encore grossir » deviendra « Je digère parfaitement, élimine tout ce dont je n’ai pas besoin, et m’allège de façon inconditionnelle ». Vous mangerez ainsi plus lentement, dans un état d’esprit propice à une bonne digestion. Si vous prenez l’habitude de voir l’acte de manger comme un cadeau à votre corps, et à être en paix avec la nourriture, tout naturellement vous aurez de plus en plus envie de lui offrir principalement des aliments bons pour lui.

6. Visualisez que vous offrez les surplus à la Terre

Prenez conscience que vous êtes debout sur la Terre, et ressentez que vous lui rendez tout ce dont vous n’avez plus besoin (émotions, blocages, graisse). Imaginez que tout le surplus se laisse aimanter par la Terre. Quand vous marchez vous pouvez le ressentir également. Faites-le dans un état de gratitude et d’offrande en ayant pour intention que la Terre transmute tout ceci en vie.
Cela est très puissant. Faites-le, et déjà, vous verrez que vous vous sentirez plus ferme, plus droit, et plus…léger(e). Cela est aussi une façon de s’ancrer, en se reconnectant à la Terre. Or, le manque d’ancrage est une des raisons qui peut pousser le corps à prendre du poids. Laissez-vous donc reposer sur la Terre, et déposez-lui vos valises !

7. Sentez-vous protégé(e)

La graisse, de façon inconsciente, peut servir de bouclier. Il peut s’agir d’une protection contre les autres. Les personnes qui ont tendance à prendre du poids sont très souvent des hypersensibles qui se protègent. Entraînez-vous à vous imaginer entouré(e) d’une énergie protectrice sous la forme d’une belle lumière éclatante tout autour de vous. Demandez-lui de prendre la place de toutes ces protections que vous avez placées entre vous et le monde et qui ne servent plus à rien, de consumer la graisse et de s’installer à sa place.

Commentaires fermés sur 7 façons de mincir en conscience

Type on the field below and hit Enter/Return to search