Catégorie : Régimes

7 façons de mincir en conscience

Un amincissement durable est la manifestation de prises de conscience, d’un véritable lâcher-prise, et d’un plus grand amour de soi. Au lieu de se battre contre les kilos, il s’agit…

Un amincissement durable est la manifestation de prises de conscience, d’un véritable lâcher-prise, et d’un plus grand amour de soi. Au lieu de se battre contre les kilos, il s’agit d’apprendre à s’imaginer, se ressentir, se percevoir autrement.

1. Changez la vision de votre corps

Pour mincir et conserver votre silhouette, la première étape est de substituer à l’image de votre corps en surpoids une image de votre corps tel que vous désirez qu’il soit. La raison en est simple : l’image mentale que vous nourrissez de vous-même dans votre cerveau commande toutes les fonctions de votre corps pour que celui-ci corresponde à cette image. Avez-vous déjà en tête, très clairement, l’image mentale de l’homme ou de la femme que vous serez lorsque vous aurez atteint un poids plus léger ? C’est cette image-là, très clairement inscrite en vous, qui permettra à votre corps de s’y aligner. C’est aussi simple que cela. Cette image-là est aussi celle que vous projetterez aux autres avant même qu’elle ne s’incarne en vous. Visualisez votre corps allégé comme si vous l’aviez déjà. Visualisez-vous dans les vêtements que vous aurez dans les différentes activités de votre vie. Faites-le au réveil et régulièrement au cours de la journée. Tant que vous persisterez à vous attacher à l’image de vous « gros(se) », vous ne vous autoriserez pas un amincissement durable. Même après un amincissement suite à un régime quelconque, si vous n’avez pas changé dans votre cerveau l’image de votre corps, tôt ou tard, celui-ci se réalignera sur l’image de la personne en surpoids que vous avez de vous.

2. Ressentez votre corps de façon positive

Ce point va de pair avec le précédent. Le matin au réveil, ressentez votre corps. Lorsque nous sommes en surpoids, nous sommes souvent mal à l’aise avec notre corps. Il est alors souvent difficile de le ressentir tout en étant en paix. Mais vous pourrez de plus en plus aisément faire l’exercice suivant :
Détaillez des pieds à la tête chaque partie de votre corps. Ressentez-le comme vous voudriez qu’il soit. Ceci, en l’accompagnant d’affirmations positives : « Mes cuisses sont fines et fermes, parfaitement détendues…. Mon ventre est ferme et plat, mes hanches harmonieuses et fermes….. Mon visage est fin, mon menton élégant…..etc ». En disant ces phrases intérieurement, vous ressentez votre corps dans cet état de bien-être. Vous m’en direz des nouvelles, car les sensations physiques, musculaires se font sentir très vite. Ce faisant, vous ancrez l’image mentale dans un ressenti. Cela au lieu de le bombarder de pensées et de phrases négatives. Ces dernières en effet ne font que lui ordonner de garder son embonpoint. Vous pouvez vous ressentir, même couché(e) dans votre lit, en train de sauter comme une gazelle, faire des bonds d’un mètre, et courir comme un sportif de haut niveau. Tout au long de la journée, revenez à ces sensations.

3. Soyez conscients de ce que vous dites

Éliminez de votre langage tout discours négatif sur votre poids et votre corps. Si vous parlez de vous–même positivement, cela soutiendra le processus de changement de la vision et du ressenti de vous-même. Soyez conscient également que le mot maigrir n’a pas vraiment une connotation positive. Il se peut que dans votre inconscient et dans votre corps, le fait de maigrir soit associé à la famine, à la maladie, bref à la mort… Une des raisons du surpoids, c’est que le corps stocke par peur de manquer, un métabolisme lent étant pour lui un moyen de se préparer à la survie. Auquel cas, inconsciemment, on ne veut pas maigrir. On en a même très peur. Au lieu de penser et dire « Je veux maigrir », « Je veux perdre 10 kilos », pensez plutôt : « Je m’allège et m’affine », « Mon corps s’harmonise et s’embellit », « Je gagne en légèreté et en tonicité », « Mon métabolisme s’accélère car je suis en bonne santé ». De fait, ce que vous voulez dans le fond, ce n’est pas maigrir, c’est vous sentir bien dans votre corps, léger et alerte. Focalisez-vous donc dessus et dites-le.

4. Faites la paix avec votre corps, avec amour et compassion pour lui

Si vous avez des kilos « en trop », c’est parce que jusqu’ici, vous n’avez pas pu faire autrement. Si votre corps à tendance à enfler, stocker, gonfler parfois de façon démesurée et souvent sans que vous mangiez davantage ou plus mal que votre entourage, c’est parce que c’est le moyen qu’il a trouvé pour gérer votre stress, votre angoisse, et pour vous dire quelque chose sur vous. Faire la paix avec votre corps, c’est lui pardonner, et prendre acte de cet état de fait avec la distance et la hauteur d’un adulte qui regarde avec compassion le comportement d’un petit enfant. Parlez à votre corps comme à votre enfant intérieur. Expliquez-lui qu’il peut s’alléger, se libérer, se dégager, lâcher les blocages émotionnels emmagasinés sous forme de graisses et de liquides. Invitez-le avec douceur. Autorisez-le au lieu de lui envoyer des pensées négatives. Ho’opponopono est une méthode efficace pour votre corps : « Désolé cher corps pour cette réalité douloureuse que je partage avec toi. Je te demande pardon de ne pas avoir encore pu m’occuper de toi, de ne pas avoir su nous libérer. Je te remercie de me montrer tout ce que je garde, tout ce que je refuse de lâcher. Je t’aime comme tu es. » . Votre corps, malgré tout, a besoin de votre amour inconditionnel plein de compassion. Alors seulement il vous le rendra.

5. Mangez en conscience avec plaisir

Avez-vous déjà observé comment mangent les gens autour de vous ? Je me suis rendu compte personnellement que les gens minces, en général, mangent lentement et prennent le temps de savourer. Je ne parle certes pas des nerveux qui ingurgitent et brûlent tout. Je parle de la grande majorité de ceux qui savourent avec plaisir leurs mets, prennent le temps de regarder ce qu’ils mangent, de saliver, offrant à leur corps un moment de plaisir. J’ai pu observer que chez beaucoup d’entre eux le repas est vraiment un moment quasiment sacré pour lequel ils ressentent sans culpabilité, de la gratitude. A l’opposé, je constate très souvent que les personnes obèses ou en surpoids, ne prennent pas vraiment le temps de manger. Ils ingurgitent, sans être vraiment à ce qu’ils font. Il y a quelque chose de compulsif qui fait du moment du repas une course effrénée. A cela s’ajoute que lorsque l’on est en surpoids, se nourrir peut être culpabilisant, et l’on ne s’autorise pas à prendre plaisir. Or, pour des raisons physiologiques, un repas avalé de la sorte fait grossir. Remerciez la nourriture dont vous vous nourrissez. Faites donc la paix avec elle, et elle vous le rendra ! Redécouvrez le plaisir d’offrir à votre palais de bonnes saveurs et à votre corps de la nourriture. Savourez et mâchez comme pour faire honneur à votre repas. Soyez pleinement présents à ce que vous mangez. Changez vos pensées en mangeant. Par exemple, « Je vais encore grossir » deviendra « Je digère parfaitement, élimine tout ce dont je n’ai pas besoin, et m’allège de façon inconditionnelle ». Vous mangerez ainsi plus lentement, dans un état d’esprit propice à une bonne digestion. Si vous prenez l’habitude de voir l’acte de manger comme un cadeau à votre corps, et à être en paix avec la nourriture, tout naturellement vous aurez de plus en plus envie de lui offrir principalement des aliments bons pour lui.

6. Visualisez que vous offrez les surplus à la Terre

Prenez conscience que vous êtes debout sur la Terre, et ressentez que vous lui rendez tout ce dont vous n’avez plus besoin (émotions, blocages, graisse). Imaginez que tout le surplus se laisse aimanter par la Terre. Quand vous marchez vous pouvez le ressentir également. Faites-le dans un état de gratitude et d’offrande en ayant pour intention que la Terre transmute tout ceci en vie.
Cela est très puissant. Faites-le, et déjà, vous verrez que vous vous sentirez plus ferme, plus droit, et plus…léger(e). Cela est aussi une façon de s’ancrer, en se reconnectant à la Terre. Or, le manque d’ancrage est une des raisons qui peut pousser le corps à prendre du poids. Laissez-vous donc reposer sur la Terre, et déposez-lui vos valises !

7. Sentez-vous protégé(e)

La graisse, de façon inconsciente, peut servir de bouclier. Il peut s’agir d’une protection contre les autres. Les personnes qui ont tendance à prendre du poids sont très souvent des hypersensibles qui se protègent. Entraînez-vous à vous imaginer entouré(e) d’une énergie protectrice sous la forme d’une belle lumière éclatante tout autour de vous. Demandez-lui de prendre la place de toutes ces protections que vous avez placées entre vous et le monde et qui ne servent plus à rien, de consumer la graisse et de s’installer à sa place.

Commentaires fermés sur 7 façons de mincir en conscience

Le jeûne, mode d’emploi

Après quelques excès ou problèmes de santé, peut-être avez-vous envie de vous lancer dans un jeûne. Cette pratique n’est pas à prendre à la légère et doit être envisagée en…

Après quelques excès ou problèmes de santé, peut-être avez-vous envie de vous lancer dans un jeûne. Cette pratique n’est pas à prendre à la légère et doit être envisagée en toute sécurité. Il est important de savoir si on peut le faire, de choisir sa durée et de se préparer.
 
Le jeûne, qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert?
Le jeûne est une pratique millénaire utilisée pour se détoxiner, se détoxiquer et se revitaliser sans prise d’aliments, uniquement de l’eau. De petites tisanes peuvent être consommées pour aider le travail d’élimination et de soutien (www.naturamundi.com  : tisane pour jeûner bio). Sa durée peut varier de quelques heures à quelques jours. Le système digestif est ainsi mis au repos. Cette économie d’énergie, sur un laps de temps déterminé, permet une meilleure utilisation des émonctoires. Ce sont les principales voies d’élimination des déchets dont dispose notre organisme : foie, intestins, reins et peau. Peu à peu, le corps se purifie, gagne en vitalité et le poids émotionnel s’apaise. Concrètement, les tissus inutiles, comme l’excès de graisse, se recyclent par un principe d’autodestruction intelligente mené par les macrophages de l’immunité et les enzymes permettant le nettoyage du corps. Pour fonctionner, notre métabolisme a besoin au minimum de 800 Kcal/jour au repos et sans manger. Il va donc puiser selon ses besoins dans ces tissus. Pour notre exemple, l’excès de graisse va être transformé en acide gras pour le fonctionnement du corps. Quand le corps a fini, il passe aux tissus sains sans toutefois toucher aux organes vitaux avant 40 jours. Il est donc impératif d’individualiser le jeûne avec votre naturopathe.
 
Peut-on faire un jeûne ?
Au cours du jeûne, des crises curatives peuvent avoir lieu proportionnellement à la quantité de toxines éliminées. Le jeûneur peut ressentir des odeurs corporelles telles que mauvaise haleine, sueurs, urines et selles nauséabondes ou éruptions cutanées. Lors de ces crises curatives, il peut éprouver également des maux de tête, des vertiges, une petite fièvre, une production de crachats ou des vomissements. Les signes d’alarme pour l’arrêt du jeûne peuvent être les insomnies de plus de 2 nuits, des hallucinations ou délires, de l’angoisse, une crise d’acétone (l’haleine sent l’éther), une anurie (blocage des reins), une incapacité à se tenir debout ou marcher. Il semble naturellement dangereux de continuer dans ces cas-là. Plus la vitalité et les surcharges sont fortes et plus les crises curatives seront fortes, signe que le corps a beaucoup de potentiel pour éliminer. Si vous êtes affaibli, il n’y en aura pas. Le jeûne est alors inutile. C’est pourquoi, le jeûne est absolument contre-indiqué aux grands sous-vitaux et/ou grands médiqués, aux insuffisants rénaux, aux nourrissons, aux femmes enceintes (ce n’est plus le moment de détoxiner !), aux anorexiques, aux hypotendus dont la tension est inférieure à 8, aux hypoglycémiques et en cas de cirrhose. Dans une moindre mesure, pas de jeûne non plus pour les personnes maigres, tout profil psychologique en rapport avec la nourriture, les travailleurs de force, les participants à un événement sportif, les convalescents, les hypotendus dont la tension se situe entre 8 et 10 et les personnes âgées.
 
La durée
L’idéal pour le débutant est de commencer par ce que l’on appelle un micro-jeûne. C’est-à-dire que l’on commence par avancer le repas du soir et reculer le petit déjeuner du lendemain matin. Progressivement, on augmente d’une journée à 5 jours. Pour les jeûnes plus longs, voici le lien du site internet www.jeune-et-randonnee.com afin d’être encadré par des thérapeutes compétents.
 
La préparation et la sortie du jeûne
La préparation est très importante. Elle permet d’habituer progressivement le corps à se détoxiner sans trop de crises curatives lors du jeûne.
Avant : diminuer progressivement la consommation des viandes, charcuteries, fromages, céréales à gluten, fruits, café, thé et chocolat pour ne garder que les céréales sans gluten et les légumes verts.
 
Pour 5 jours de jeûne, les 2 jours précédents seront consacrés à une phase de descente et les 2 jours suivants à une phase de remontée :
 
Phase de descente : faites cuire pendant 2 heures une grosse soupe d’un mélange de légumes bien fibreux comme le poireau, le céleri branche, les haricots verts, la salade cuite. Ne coupez pas trop petit, ne mixez pas non plus. Vous pouvez même ajouter un peu d’agar-agar pour l’apport supplémentaire de fibres. Cette soupe apporte des minéraux et des nutriments.
 
Phase de remontée : prenez des soupes légères de légumes verts, puis des jus de légumes crus, puis des légumes cuits, puis des céréales sans gluten. Introduisez ensuite les viandes et poissons.
 
Accordez-vous du temps pour vous lors de votre jeûne. Faites-le de préférence en été, lors d’un moment libre que vous aurez choisi et dans un cadre de nature. Reposez-vous. Profitez-en pour pratiquer des activités manuelles, artistiques, du jardinage, de la méditation, de la relaxation, écrire, lire, écouter de la musique, marcher ou pratiquer le yoga.
Je vous joins pour terminer une vidéo et un livre pour compléter et aller plus loin :
 

 

Santé à tous !
Commentaires fermés sur Le jeûne, mode d’emploi

Les 10 commandements pour perdre des kilos

Les beaux jours arrivent, et voilà qu’il faut penser à perdre les quelques kilos pris pendant l’hiver… Mais arrêtons les régimes draconiens et souvent déséquilibrés, ou les régimes à effet…

Les beaux jours arrivent, et voilà qu’il faut penser à perdre les quelques kilos pris pendant l’hiver…

Mais arrêtons les régimes draconiens et souvent déséquilibrés, ou les régimes à effet rebond.

Nous sommes tous différents face à ce problème, ce qui fonctionne sur une personne peut ne pas marcher sur quelqu’un d’autre, mais ce qui est sûr c’est qu’une alimentation saine marche sur tout le monde !

LES 10 COMMANDEMENTS :

1 – Arrêtez les produits industriels qui n’apporterons que des calories, et en terme de nutriments pas grand chose… sauf trop de sel et de sucre !

2- Adoptez une alimentation saine, riche en fruits et légumes , qui vous permettra de faire le plein de vitamines, minéraux, oligo-éléments, bref tout ce dont le corps a besoin.

3- Mettez en place une règle de base : on ne mange que lorsqu’on a faim !

4- Evitez les fruits et autres desserts en fin de repas, ils bloquent la digestion ce qui entraîne un stockage.

5- Buvez avant d’avoir soif. Pensez à vous hydrater tout au long de la journée en évitant de boire pendant les repas. Idéalement buvez jusqu’à 1/2 heure avant le repas et 2H après.

6- Mangez à heure régulière, en prenant des repas avec des aliments nutritifs. Finies les envies de grignotage …

7- Mâchez bien vos aliments car la mastication prépare à la digestion. Petite astuce : posez vos couverts entre chaque bouchée vous permettra de prendre le temps de bien mâcher.

8- Evitez de mélanger les protéines et les féculents lors d’un même repas. Le temps de digestion n’est pas le même, il est donc préférable de dissocier les deux pour éviter de stocker les glucides le temps de la digestion des protéines  …

9- Mettez de la couleur dans vos assiettes en associant différents légumes. Ce sera certainement aussi beau que bon .

10- Ne stoppez pas les graisses, elles sont essentielles pour nos cellules. Il faut juste favoriser les bonnes graisses riches en oméga 3.

N’oubliez pas de partagez ces commandements !

Commentaires fermés sur Les 10 commandements pour perdre des kilos

6 questions sur le végétarisme expliquées à mes enfants

Devenir végétarienne lorsque l’on a des enfants nous confronte forcément à des questions. Ils s’inquiètent de ce que leur maman va manger et se demandent si leurs habitudes alimentaires vont…

Devenir végétarienne lorsque l’on a des enfants nous confronte forcément à des questions. Ils s’inquiètent de ce que leur maman va manger et se demandent si leurs habitudes alimentaires vont être bousculées… Il faut donc trouver les mots justes pour leur expliquer et les rassurer sur quelque chose qui va faire partie de leur quotidien.

1. Maman, ça veut dire quoi végétarien ?
Végétarien c’est lorsque l’on arrête de manger de la viande, du poisson, des crustacés… Les végétariens ne mangent pas d’animaux.

2. Mais pourquoi tu ne manges plus d’animaux ?
J’ai décidé de ne plus manger d’animaux car je les aime et je préfère les voir gambader et vivre leur vie que dans mon assiette. A force de manger trop d’animaux, leurs conditions de vie se dégradent et ils sont maltraités, on leur donne de mauvais aliments et étant donné que nous les mangeons ces mauvaises choses viennent dans notre corps…

3. Si tu ne manges plus de viande, tu ne vas plus avoir de force ?
Et si ! J’aurai toujours de la force. Consommer de la viande n’est pas indispensable, il faut manger d’autres aliments qui nous donnent toutes les vitamines, protéines, nutriments nécessaires à notre corps pour être en bonne santé !

4. Est-ce que nous et Papa allons devenir végétariens ?
Non, vous n’allez pas devenir végétarien ! Devenir végétarien a été un choix, j’ai eu une prise de conscience sur le traitement des animaux et notre consommation excessive de chaire animale. Si un jour vous devenez végétarien, ce sera une grande fierté mais cela doit venir de vous. Ce qui va changer c’est que vous allez manger moins de viandes, poissons, etc… car comme je n’en mange plus, nous allons adapter les repas afin que nous mangions tous la même chose. De plus la viande ou le poisson que vous mangerez maintenant aura été acheté chez un boucher/poissonnier que nous aurons choisi en fonction de la provenance et de la manière dont ont été nourris et traité les animaux. Nous allons baisser notre consommation de produits issus des animaux pour être sûrs de la qualité et de la manière dont sont traités les animaux.

5. Un jour tu recommenceras à manger des animaux ?
A moins de ne pas avoir le choix pour ma survie, je ne mangerai plus d’animaux. Je me sens beaucoup mieux dans mon corps à présent et je suis fière de participer, à mon niveau, au bien être des animaux.

6. Mais alors manger des animaux ce n’est pas bien ?
Je ne dirais pas que ce n’est pas bien, le problème c’est surtout la surconsommation qui entraine les mauvais traitements. Il faut apprendre à manger et à consommer différemment afin de réduire l’impact négatif sur les animaux. Je pense que manger des animaux qui ont eu une belle vie serait plus correcte que de les élever uniquement pour qu’ils finissent dans nos assiettes.

Avec des mots simples, sans les effrayer, il est finalement assez facile d’expliquer à nos enfants les pourquoi de nos changements d’habitudes. Comme je l’ai dit plus haut, ce serait pour moi une grande fierté que mes enfants soient végétariens mais je ne les y forcerai pas, si cela doit arriver ce sera de leur propre fait.

Commentaires fermés sur 6 questions sur le végétarisme expliquées à mes enfants

2 points essentiels pour perdre du poids durablement

Vous avez décidé d’adopter de saines habitudes alimentaires et de faire plus d’exercice. Sage résolution mais vous vous demandez comment maintenir ces habitudes dans la durée ? Vous avez déjà…

Vous avez décidé d’adopter de saines habitudes alimentaires et de faire plus d’exercice. Sage résolution mais vous vous demandez comment maintenir ces habitudes dans la durée ? Vous avez déjà suivi tellement de régimes et connu le redoutable effet yoyo ! L’ essentiel est de ne pas avoir d’ objectif irréaliste. Il est important de comprendre avant d’ agir. Comprendre le lien qui existe entre nos émotions et l’ alimentation est un point de départ à ne pas négliger. Nos pulsions alimentaires répondent au schéma du comportement automatique. Contentez-vous d’ avancer à petits pas et de parcourir un long chemin plutôt que de faire de grandes enjambées, de trébucher et d’abandonner.

1. Schéma du comportement automatique

Un fait extérieur survient, il provoque une émotion qui provoque à son tour un comportement. Prenons comme exemple un fait extérieur qui pousse la personne à accepter quelque chose parce qu’elle n’ose pas refuser. L’émotion ressentie peut être la frustration ou la colère contre elle-même parce qu’elle ne sait pas s’affirmer. Le comportement sera une irrépressible envie de manger. Ce mode de fonctionnement est un réflexe conditionné auquel, ni la volonté ni le conscient ne participent.

Plusieurs facteurs interviennent :
– Les facteurs familiaux tels que les habitudes éducatives.
– Les facteurs personnels tels que l’anxiété, le stress, l’émotivité, la dépression, une faible estime de soi, entre autres.

2. Apprendre à reconnaître ses émotions

Prendre le temps de se poser pour réfléchir et surtout apprendre à ressentir ce que le corps transmet comme message. Si vous remarquez une fâcheuse tendance à répéter le même scénario, essayez de déchiffrer le sens. Dans notre exemple, avoir du mal à dire non, peut avoir un lien avec une faible estime de soi qui explique la peur de déplaire, du rejet, ce qui conduit à dire OUI ! Le comportement automatique, se venger sur les biscuits, le chocolat ou tout autre aliment, n’est que la conséquence de votre émotion.

Entreprendre un régime draconien, pratiquer une activité physique intensément, cette démarche ne suffit pas s’il n’y a pas une prise de conscience plus profonde des mauvaises habitudes alimentaires. Pensez-vous pouvoir agir sur ce que vous ne comprenez pas ?

La prise de conscience est le point de départ de votre démarche de changement.

Commentaires fermés sur 2 points essentiels pour perdre du poids durablement

7 astuces pour sentir la fin de la faim

Vous ne sentez jamais quand vous en avez assez ? Ou alors vous le sentez, mais vous avez besoin d’aller jusqu’au moment où vous ne pouvez pas avaler une boucher…

Vous ne sentez jamais quand vous en avez assez ? Ou alors vous le sentez, mais vous avez besoin d’aller jusqu’au moment où vous ne pouvez pas avaler une boucher de plus ? Résultat : vous mangez trop et vos hanches s’arrondissent. Pour mieux sentir la fin de la faim, voici quelques conseils à appliquer qui pourront vous aider :

1. Respirez avant de manger
Au moins trois grandes respirations, très amples. Puis écoutez votre corps. Cela vous permettra de vérifier que vous avez réellement faim, ou bien que vous êtes tendue comme un arc, auquel cas, vous avez simplement besoin de « mordre » (dans ce cas, il sera intéressant d’appliquer des techniques de gestion des émotions AVANT de manger)

2. Ne manger que si vous avez faim
La régularité alimentaire est toujours vendue comme une panacée universelle à ceux qui veulent maigrir. Mais observez bien ceux qui n’ont pas de trouble du comportement alimentaire : ils écoutent leurs sensations et ne mangent pas lorsqu’ils n’ont pas faim. Ainsi ils respectent les signaux que leur envoie leur corps. Et vous savez quoi ? Plus vous les respectez, mieux vous les recevez.

3. Supprimez les distractions
Une étude récente a montré qu’on ingérait 300 calories de plus par repas en moyenne lorsqu’on mange devant la télévision. Manger ou suivre votre série préférée, il faut choisir, en tous cas, ne pas faire les deux en même temps. Car lorsque vous le faites, les messages de satiété sont brouillés.

4. Asseyez-vous
La aussi, ça peut paraître une évidence, mais plus vous vous « posez », mieux votre cerveau enregistre ce que vous êtes en train de faire. Plus en conscience et plus calme en posture assise, vous mangez moins.

5. Fuyez les exhausteurs de goût
Sel, sucre, additifs que vous trouvez en masse dans les aliments industriels. Ils vous mettent en appétit, vous, pauvre petit consommateur, et se délectent de voir votre tour de taille s’arrondir… (Les mêmes vous industriels vous vendront plus tard des pilules pour mincir). Plus vous mangez des aliments naturels, crus ou complets, non transformés, moins vous êtes grugé par ces faux amis.

6. Faites des repas d’âne (comme les appelait ma grand-mère)
C’est-à-dire, buvez le moins possible pendant le repas. Vous vous sentirez plus vite calé. En revanche hydratez-vous bien tout au long de la journée… Certains confondent d’ailleurs la faim et la soif il peut être utile de valider qu’on n’avait pas soif avant de manger.

7. MAS-TI-QUEZ
Si vous ne deviez suivre qu’un conseil, ce serait celui-là : mâchez vos aliments jusqu’à les sentir liquides en bouche pour laisser à votre cerveau le temps d’enregistrer que vous mangez. Ce faisant, vous économiserez aussi vos enzymes digestives. Je vous rappelle au passage que ni votre estomac, ni votre intestin n’ont de dents, vous leur ferez le plus grand bien en mâchant correctement.

Bien entendu, les hyperphages n’auront pas envie d’appliquer ces conseils que la plupart d’entre eux connaissent déjà. Si c’est votre cas, osez vous faire aider dans la reconquête de vos sensations alimentaires. Tout s’apprend. Ça aussi.

Un commentaire sur 7 astuces pour sentir la fin de la faim

Comment j’ai perdu 30 kg dans la joie et le bonheur (2/3)

2. L’alimentation Nous avons vu la semaine dernière mon premier pilier pour maigrir: la tête. Maintenant que tout est clair pour vous, dans vos objectifs, que vous avez tout mis en…

2. L’alimentation

Nous avons vu la semaine dernière mon premier pilier pour maigrir: la tête. Maintenant que tout est clair pour vous, dans vos objectifs, que vous avez tout mis en place mentalement, moralement et psychologiquement, il est temps de parler de votre assiette ainsi que de la mienne qui m’a fait perdre 30 kg et qui m’offre une pêche d’enfer.

Quand je regarde l’alimentation d’aujourd’hui qui est devenue un dictat d’industriels qui s’en mettent pleins les poches avec de grands éloges à coup de publicités et qui prônent toutes les vertus de leurs produits transformés et remplis de sucre… Ces drogues douces, car ce sont réellement des drogues, nous rendent non seulement gros, mais également nerveux, malades, fatigués… Les produits laitiers, le sucre, le gluten dans la composition de tous les produits font la fortune de l’alpaga des industriels tout en enrichissant les entreprises pharmaceutiques.

Nous avons aujourd’hui oublié toute notion d’alimentation saine qui est la base de notre génétique. Les industriels ont mis à mal les bons lipides, les protéines au profit des céréales et du sucre (toujours et encore plus de sucre).

Il y a cinq ans avant ma grossesse, j’avais 30kg de plus : j’avais alors 87kg pour 1.58m. A ce moment j’avais pris la décision de suivre un régime classique d’un grand médecin : manger de tout en petite quantité. La perte de poids fonctionne mais j’avais rencontré des troubles digestifs sans comprendre le comment du pourquoi.

C’est après mon accouchement que j’ai commencé à faire des recherches : fatigue chronique, troubles digestifs, nervosité… Jusqu’au jour où je rencontre un autre médecin qui me dit alors : « Amandine arrête les produits laitiers c’est pour les veaux !! Vois-tu les vaches se téter la pie entre elle ? En Asie il ne consomme pas de produits laitiers et ils sont en bonne santé…. Sauf que les industriels arrivent en force avec leurs produits… quand tu bois ou manges des produits laitiers, tu avales des toxines, des antibiotiques et autres substances… » J’ai alors commencé à me poser des questions. Puis il rajoute encore « Amandine arrête les produits qui contiennent du gluten, blé, avoine, seigle, orge… Leur génétique a tellement été modifiée quelle ne correspond plus à notre génétique et engendre des troubles digestifs, le ventre gonflé… et arrête aussi le pain qui n’a plus la qualité d’autrefois et qui n’est pas indispensable.

Ce jour-là je me suis dit, mais qui est ce sorcier?! Je me suis posée de nombreuses questions en m’imaginant des siècles en arrière sans les industriels et là un autre déclic surgit. J’ai rencontré peu de temps après une superbe naturopathe et ce n’est pas le fruit du hasard. A l’aide de son expertise, mon alimentation a pris une tout autre direction. En me plaçant des siècles en arrière mais tout en vivant à mon époque, je me suis tourné vers une alimentation plus originelle et naturelle que l’on appelle communément alimentation paléo : il était évident pour moi que les produits laitiers ne feraient plus partie de ma vie, ni aucune céréale ou farine. Les seuls aliments que j’ai conservés sont le sarrasin, le riz et occasionnellement les lentilles.

Mon alimentation se compose alors de fruits, légumes, viandes, poissons, œufs, oléagineux. Vous allez me dire: « Mais on ne mange rien! », et bien moi je vous dis que oui et j’arrive même à faire des gâteaux au chocolat très digestes et légers. Le mien se compose d’amande en poudre, de cacao, d’œufs, de bicarbonate…. et je vous assure que c’est une merveille.

Regardez vos biscuits, vos jus d’orange du commerce, vos céréales du petit déjeuner 0% de matière grasse, remplies de sucre. Ce dernier se transforme en graisse dans votre corps. Vous croyez qu’il y avait cela au menu il y a 150 ans ?

Comment est programmée mon alimentation ?

Mon petit déjeuner : Un citron pressé, puis des œufs, des fruits, des légumes, quelques graines, de la cannelle. Tout va dépendre de mes objectifs formes.

Il peut y avoir une collation le matin ou l’après-midi : Fruit avec quelques amandes.

Le midi et le soir : Essentiellement des légumes, patate douce, riz occasionnellement, source de protéines, source de lipides. Légumes sous forme de salade, de soupe, cuit à la vapeur ou au wok…..

Mes courses sont donc très rapides : en priorité trouver un maraîcher pour des produits locaux frais et de meilleure qualité. Mes œufs, je les trouve chez l’habitant. Regardez le nombre de personnes qui ont des poules plein air avec des œufs de meilleures qualités. La viande, je veille toujours à sa qualité. Mangeons en moins mais de bonne qualité.

Bien sûr je trouve toujours une solution gourmandise pour faire plaisir à toute ma famille avec de bons desserts gourmands.

Retrouver toutes mes recettes dans mon Ebook Sans gluten, sans lactose, les recettes de la forme.

Je vous souhaite une forme olympique!

Troisième et dernier pilier la semaine prochaine…

Commentaires fermés sur Comment j’ai perdu 30 kg dans la joie et le bonheur (2/3)

3 étapes simples pour réaliser vos objectifs

Tout au long de la vie, nous nous fixons tous des objectifs comme « dans 5 ans, je serai riche », mais il ne faut pas confondre les objectifs et…

Tout au long de la vie, nous nous fixons tous des objectifs comme « dans 5 ans, je serai riche », mais il ne faut pas confondre les objectifs et les souhaits. Les souhaits sont une volonté de notre part, c’est-à-dire une action qui se réalise comme par magie. Les objectifs sont le résultat de nos actions.

Fin 2014, pendant les vacances de Noël, je me suis posé et j’ai réfléchi à ce que je voulais être et faire pour l’année 2015 et j’ai réduit ma liste à quelques « résolutions » :
– Aider mon épouse à poser les fondations de son entreprise,
– Arriver en dessous des 80 kg avant août 2015,
– Me remettre au sport,
– Commencer à apprendre l’anglais,
– Lancer mon blog « Simplicité et Bien-être »,
– Commencer à écrire un livre sur la simplicité.

La plupart de mes objectifs ont été réalisés et je vais vous montrer ma méthode en 3 étapes.

1ere étape : Définir l’essentiel à vos yeux

Il est important de définir ce qui est essentiel pour vous dans la vie de tous les jours : ce sont des moteurs qui vous font avancer. Vous devez donc définir vos actions et ce que vous souhaitez faire en 2 types d’actions : les actions urgentes et les actions importantes. Les actions urgentes doivent être exécutées vite tandis que les actions importantes sont plus subjectives et représentent ce qui est important pour nous.

Il vous faut donc redéfinir l’important et lui redonner la priorité.

J’ai recensé dans un tableau les actions du quotidien ainsi que celles que je voulais accomplir. Je les ai regroupé en 4 catégories :

– Les actions urgentes et importantes (finir la pièce où mon épouse exerce son activité, aller travailler)
– Les actions non urgentes et importantes (créer mon blog sur la simplicité, faire attention à mon alimentation, faire attention à ma forme physique et mentale, aider ma femme dans son entreprise, apprendre l’anglais, écrire
– Les actions urgentes et non importantes (continuer les travaux dans ma maison, faire l’entretien courant des véhicules, aspirer et laver la maison)
– Les actions non urgentes et non importantes (ménage à fond de la maison, télévision, jeux vidéos)

Après cette réflexion, je me suis concentré essentiellement sur les activités du cadran « Non urgent et important » car elles correspondent à mes priorités et me font plaisir.

2ème étape : Définissez des objectifs atteignables

Après avoir défini ses priorités, il faut définir des objectifs à atteindre.

L’objectif doit être « SMART » c’est-à-dire :
– Spécifique (personnalisé)
– Mesurable (un indicateur concret)
– Accessible (réalisable sans entrave)
– Réaliste (possible à réaliser selon nos moyens engagés)
– Temporellement défini

Pour illustrer cette méthode, je vais prendre l’exemple de ma perte de poids. Fin 2014, je pesais 88 kg et je me sentais lourd. Ayant perdu 30 kg il y a quelques années, je voulais perdre mes derniers kilos de trop et revenir à mon poids idéal.

J’ai défini mon objectif comme ceci :
– Spécifique : avoir un corps plus mince, arriver en dessous des 80 kg
– Mesurable : la balance
– Accessible : quelques réajustements au niveau de l’alimentation et plus d’exercices physiques
– Réaliste : il est tout à fait possible de perdre 8 kg
– Temporellement défini: 7 mois

Et c’est ainsi que j’ai défini mon objectif : je veux arriver en dessous des 80 kg pour fin juillet 2015. N’hésitez pas à le formuler positivement afin qu’il vous donne de l’entrain et de l’énergie.

3ème étape : Foncer … sans forcer

Après avoir défini votre ou vos objectif(s) à accomplir, il n’y a pas de secret, il faut mettre tout en œuvre pour l’accomplir. Oui, mais pas n’importe comment ! Si vous cherchez à accomplir trop vite votre objectif en sacrifiant le reste, votre corps et votre mental ne tiendront pas longtemps. Vous devez maintenir un équilibre entre votre objectif à atteindre et … le reste de votre vie.

Comment faire ? Je vous conseille 1 méthode très simple : la méthode des petits pas. Il s’agit de diviser votre objectif en sous objectifs ou paliers afin de diminuer les contraintes ressenties.

Si je reprends mon exemple, j’ai divisé mon objectif de perte de poids en 4 sous objectifs par ordre chronologique :
– Réduire la quantité de nourriture absorbée au cours d’une journée et le maintenir durablement (ça ne peut pas faire de mal après les fêtes de Noël)
– Reprendre un minimum d’activité physique (30 minutes de marche par jour)
– Arriver à 85 kg
– Maintenir ces changements afin d’arriver en dessous des 80 kg, mon objectif final

Ces 3 étapes simples vous permettront d’organiser vos pensées afin d’être préparé à passer à l’action. Le chemin qui mène à votre objectif est long et semé d’embûches mais le résultat en vaut la peine.

Maintenant, à vous de jouer et bonne route!

Un commentaire sur 3 étapes simples pour réaliser vos objectifs

13 conseils pour perdre du poids et surtout du volume avant l’été

Il n’est pas ici question de régime, mais de solutions pour affiner et raffermir la silhouette avant l’été. Chacun/chacune y trouvera une ou plusieurs réponses à ses problèmes : 1….

Il n’est pas ici question de régime, mais de solutions pour affiner et raffermir la silhouette avant l’été. Chacun/chacune y trouvera une ou plusieurs réponses à ses problèmes :

1. Je n’attends pas le dernier moment pour m’attaquer au problème

Pour avoir de vrais résultats, durables, il faut du temps et de la persévérance!

2. Je nettoie mon intestin pour avoir des effets optimum

Les efforts fournis sur un intestin encombré seront toujours décevants. Il existe plusieurs moyens pour nettoyer l’intestin, le plus efficace étant l’hydrothérapie du colon, mais un lavement à la maison est aussi une bonne solution. A répéter plusieurs fois si nécessaire. Une autre méthode pour nettoyer l’intestin est 1 cuil à café de sulfate de magnésium – ou sels d’Epsom – dans un verre d’eau chaude le matin à jeun pendant 3 semaines. On peut aussi utiliser l’huile de ricin, à raison de 1 à 3 cuillères à café dans 1/3 de verre d’eau chaude, toujours le matin à jeun.

3. Je nettoie mes reins et je lutte contre la rétention d’eau

En effet, une partie de notre surpoids est dû à la rétention d’eau, qui est aussi la cause de l’aspect peau d’orange.
Voici une recette hyper efficace uniquement avec des plantes :
– Rincer et couper en morceaux une botte de persil bio, plat si possible, sinon frisé
– Mettre dans une casserole avec 1 litre d’eau et faire bouillir 10mn
– Laisser refroidir, puis filtrer avec une passoire et mettre dans une bouteille au frais
– Boire un grand verre tous les matins
Pour une efficacité accrue ajouter dans le verre 25 gouttes dEPF de Pissenlit ( A.Vogel en magasin Bio) et 25 gouttes d’EPF d’Ortie (A. Vogel en magasin Bio). Ces 2 plantes ont l’avantage de faire une détox avec le drainage, et le persil reminéralise tout en nettoyant les reins. A renouveler plusieurs fois, la bouteille ne durant que 3 ou 4 jours. Résultats garantis!!

4. Je mange le sucré à l’heure du goûter

C’est à cette heure-là que le corps produit le plus d’insuline donc gère le mieux cet apport de sucre. En quantité raisonnable bien sûr…

5. Je mange léger au dîner, et en aucun cas des féculents, ou des desserts

En effet, les calories du soir comptent double, surtout parce que l’on va se coucher peu après. De plus, un dîner copieux demande une dépense d’énergie supplémentaire au corps pendant la nuit, ce qui affecte la qualité du repos. On ne se lève jamais plus en forme que les lendemains de diète! Et si on a bien mangé le matin, le midi et au goûter, on a moins faim le soir!

6. Je diminue au maximum – voire je supprime – le gluten

Pas de perte de poids réelle et durable tant que l’on consomme du gluten, véritable « colle » qui est responsable de bien des gonflements abdominaux. En règle générale, l’arrêt du gluten entraîne une perte de 1 à 3 kilos et une réduction du tour de taille!

7. J’utilise le psyllium blond comme coupe faim naturel

Cette graine venant des Indes se transforme en gel au contact de l’eau, elle agit comme coupe faim au niveau de l’estomac, et est aussi très efficace contre la constipation. 1 à 3 cuil à café dans un grand verre d’eau 20mn avant le repas, afin de réguler l’appétit. Le psyllium blond permet d’éliminer aussi plus facilement les matières grasses ingérées, et il nourrit la flore intestinale. De plus, il a un effet purement mécanique, n’étant pas absorbé par le corps. – De la marque Nature et Partage en magasin Bio –

8. Je bois de l’eau, même si je fais de la rétention d’eau, mais je bois en DEHORS des repas

En effet, l’eau ingérée pendant le repas diminue l’efficacité des enzymes digestives, et a tendance à augmenter les ballonnements pendant la digestion. Le risque de rétention d’eau est donc accru!

9. Je mâche, je mâche, je mâche….

Plus je mâche longtemps moins j’ai besoin d’aliments pour être rassasié, car le cerveau a besoin de temps pour envoyer le message « je n’ai plus faim » au corps.

10. Quand j’ai faim, je commence par boire de l’eau

Le corps envoie presque les mêmes signaux pour la faim que pour la soif!! La plupart du temps, quelques gorgées d’eau suffisent à couper la faim. Cette méthode est particulièrement efficace contre les grignotages.

11. Je mange quand j’ai faim, et non parce que c’est l’heure

Le corps sait quand il a faim, si on se donne la peine de l’écouter, et combien de calories mangeons-nous sans même savoir pourquoi?

12. Je fais du Waterbike (ou de la gymnastique aquatique)

Pédaler dans l’eau décuple les effets des 2 sports 1+1=3, et le drainage qui en découle sculpte la silhouette pour peu qu’on persévère!!

13. J’utilise des huiles essentielles de Cyprès de Provence et de Cèdre de l’Atlas

Après avoir vérifié dans le creux du coude que vous n’étiez pas allergique aux HE, 1 à 2 gouttes de chaque dans votre huile de massage ou lait hydratant pour le corps apporteront un vrai plus à l’aspect de la peau si elles sont utilisées régulièrement…

Si aucune de ces méthodes ne marche pour vous, il est possible que vous ayez un problème d’hormones ou de thyroïde, auquel cas il est recommandé d’aller consulter.

Un commentaire sur 13 conseils pour perdre du poids et surtout du volume avant l’été

6 bénéfices du quinoa, la « graine des Incas »

En 2013, l’ONU a nommé l’année 2013 l’année internationale du quinoa. Cette plante possède en effet de nombreuses qualités nutritives. Le quinoa est une plante herbacée cultivée depuis 5000 ans…

En 2013, l’ONU a nommé l’année 2013 l’année internationale du quinoa. Cette plante possède en effet de nombreuses qualités nutritives. Le quinoa est une plante herbacée cultivée depuis 5000 ans sur les plateaux d’Amérique du Sud. C’est une pseudo-céréale, parce qu’elle ne fait pas partie de la famille des graminées mais de celle des chénopodiacées. Voici une liste qui montre les bienfaits du quinoa.

1. Fournit des vitamines, antioxydants et minéraux

Le quinoa contient plus de vitamines, antioxydants et valeurs nutritives que n’importe quelle céréale. Il est riche en riboflavine qui fait partie des vitamines B. Il prévient les risques de maux de tête et permet une bonne oxygénation des cellules. Le quinoa est riche en minéraux comme le magnésium, fer, phosphore, potassium, calcium, zinc, cuivre, sélénium. Il comporte également des antioxydants phyto nutritifs appelés flavonoïdes.

2. Contient des protéines

C’est un des aliments les plus riches en protéines pour les végétariens. Les acides aminés les plus importants y sont contenus, comme la lysine.

3. Diminue les risques de maladie du cœur

Il aide à réduire le diabète grâce aux nombreux glucides, et à empêcher l’hypertension artérielle grâce notamment au magnésium.

4. Ne contient pas de gluten

C’est une des raisons pour laquelle les conquistadors ont délaissé cette plante. Son absence de gluten ne permettait pas de faire un pain non friable.

5. Favorise une bonne digestion

Le quinoa est très riche en fibres, ce qui permet de contrer les problèmes de constipation.

6. Soutient la perte de poids

Ses apports en fibres et en protéines aident à éviter la sensation d’avoir faim. Son faible apport en sucre provoquerait une diminution des pulsions alimentaires.

Depuis une cinquantaine d’années, la consommation de quinoa augmente beaucoup dans les pays occidentaux. Il existe un grand nombre d’espèces de quinoa mais les plus connues sont le quinoa rouge, le quinoa blanc et le quinoa noir. Il existe plein de façons de cuisiner cet aliment et plein de recettes très savoureuses.

Un commentaire sur 6 bénéfices du quinoa, la « graine des Incas »

Type on the field below and hit Enter/Return to search