Catégorie : Développement personnel

Comment devenir la meilleure version de soi-même ?

On parle beaucoup dans les différents blogs de développement personnel de « devenir la meilleure version de soi-même ». En effet, quand il s’agit d’épanouissement personnel, ton principal ennemi, c’est…

On parle beaucoup dans les différents blogs de développement personnel de « devenir la meilleure version de soi-même ». En effet, quand il s’agit d’épanouissement personnel, ton principal ennemi, c’est toi-même : tu sais, cette partie en toi qui procrastine, qui n’arrive pas à tenir ses résolutions plus de 15 jours… Il s’agit donc de devenir meilleur aujourd’hui qu’hier, meilleur demain qu’aujourd’hui, de tout mettre en œuvre pour devenir la personne que l’on souhaite être.

Je me suis donc demandé ce que je faisais au quotidien pour devenir la meilleure version de moi-même, et j’en suis arrivé à 9 conseils, que je souhaite partager avec toi. Et si, comme beaucoup de Français, tu te fixes des objectifs régulièrement sans réussir à les tenir, ces astuces devraient te parler 😉

1) Je ne me fixe pas trop d’objectifs d’un coup

Il faut être sélectif. Ne pas commencer par se fixer tout un tas d’objectifs qu’on n’atteindra pas faute de temps. Fixe-toi des objectifs qui te motivent vraiment, 3 au départ, puis choisis-en de nouveaux plus tard une fois que tu es à l’aise avec tes objectifs actuels. En ce moment, j’ai 3 objectifs majeurs : faire du sport 5 fois / semaine pour courir un triathlon en octobre, méditer tous les jours pour me relaxer après des journées de travail intenses (avec l’appli Namatata bien sûr !), et passer plus de temps en famille. Et toi, quels sont tes 3 principaux objectifs ?

2) Je définis des objectifs précis

Se fixer un objectif mesurable est un premier pas très important vers le succès ! « Un objectif bien défini est à moitié atteint » disait Abraham Lincoln. Définis des échéances et des cibles quantifiées, par exemple lire 30 minutes par jour, faire du sport 2 fois par semaine, économiser 300 euros par mois ou courir un semi-marathon avant la fin de l’année. Les objectifs que tu te fixes doivent être SMART

3) Je crée des petits rituels pour contrer le manque de motivation

Crée de petits rituels, en choisissant une heure, un lieu, pour accomplir certaines activités. Tu peux par exemple créer une routine matinale, te lever un peu plus tôt pour méditer, lire, ou prendre un bon petit déjeuner. Pour ma part, je médite tous les jours après le travail au même endroit pour créer une habitude et j’ai une séance de sport tous les mardis soir avec mes amis qu’aucun de nous ne manquerait pour rien au monde !

4) Je partage mes objectifs avec mes proches

Dès que je me suis inscrit à mon prochain triathlon, j’en ai parlé à mes proches, pour me mettre une petite pression positive. En partageant mes objectifs avec mon entourage, je les rends plus réels. Plus question de faire marche arrière 😉 Plusieurs études ont montré qu’on a plus de chances de réussir si on partage ses objectifs avec son entourage. En 2013, Forbes citait une étude qui montrait que les personnes qui ne partageaient pas leurs objectifs les atteignaient moins de 50% du temps, tandis que les autres au contraire atteignaient leurs objectifs près de 75% du temps.

5) Je suis mes progrès régulièrement

Il est crucial de suivre ses progrès régulièrement. Quand je progresse vers mes objectifs, je note les activités que j’effectue sur l’appli GOALMAP, et j’acquiers ainsi une meilleure connaissance de moi, qui est un élément clé de la réussite. C’est important de savoir où l’on en est par rapport aux objectifs que l’on s’est fixés, cela donne un feedback précieux et entretient la motivation.

6) Je célèbre mes petites victoires

Me récompenser pour les objectifs que j’atteins est une des astuces les plus efficaces que j’ai testées. Cela m’aide à apprécier tout le travail fait pour en arriver là. L’idéal est de définir la récompense en avance, ce sera une motivation supplémentaire pour continuer à progresser. Tu as réussi à instaurer une séance de méditation dans ton quotidien ? Offre-toi un joli coussin de méditation.

7) Je revois régulièrement mes objectifs

Mes objectifs ne sont pas gravés dans le marbre une fois pour toutes. Je les revois régulièrement au fur et à mesure que je les atteins (ou pas) et que la situation évolue. Si je me rends compte que j’ai été trop ambitieux dans la définition de mon objectif, je le revois à la baisse. Je te conseille d’en faire de même : tu atteindras tes objectifs plus facilement et créeras un cercle vertueux.

8) Je ne me juge pas

Mettre en place de nouvelles habitudes n’est pas une promenade de santé. Parfois après une belle phase de réussite, on y arrive un peu moins bien. Dans ces moments-là, je garde en tête que les baisses de régime momentanées font partie du processus. En moyenne, les individus qui arrivent par exemple à arrêter de fumer définitivement s’y reprennent à sept fois avant que ce soit la bonne ! Oui, c’est frustrant d’avoir le sentiment de “régresser”. Mais si l’on se juge trop durement dans ces moments-là, on risque d’abandonner définitivement, plutôt qu’accepter qu’il y aura certainement des hauts et des bas avant d’y arriver.

« Faites toujours de votre mieux. Ce que vous plantez maintenant, vous le récolterez plus tard. » – Og Mandino

9) J’utilise une appli de coaching française

Alors, forcément, en tant que fondateur, j’utilise l’appli que nous développons avec mon équipe, GOALMAP, appli iOS et Android gratuite de coaching développement personnel qui aide à se fixer des objectifs, à suivre ses progrès et à rester motivé sur le long terme grâce à des rappels, des conseils d’experts et une communauté inspirante. Je te la conseille 😉

Et toi, quels sont les astuces que tu mets en place pour devenir la meilleure version de toi-même ? Echangeons nos conseils en commentaires !

Damien Catani
Passionné de développement personnel, triathlète et ceinture noire de judo, Damien est le fondateur de GOALMAP, qu’il a créée après 12 ans en finance pour aider les individus à construire une vie épanouie et réaliser leur potentiel. GOALMAP est aujourd’hui le coach bien-être et développement personnel #1 en France avec 90 000 utilisateurs. Si toi aussi tu veux te fixer des objectifs et bénéficier de soutien pour les atteindre, tu peux télécharger l’appli.

Commentaires fermés sur Comment devenir la meilleure version de soi-même ?

5 conseils pour stimuler votre créativité

« Je ne suis pas créative ». Je suis prête à parier que cette petite phrase vous a déjà traversé l’esprit plus d’une fois, sous prétexte que vous pensez (à…

« Je ne suis pas créative ». Je suis prête à parier que cette petite phrase vous a déjà traversé l’esprit plus d’une fois, sous prétexte que vous pensez (à tort) ne disposer d’aucun talent particulier… Je me trompe ? Eh bien au risque de vous contredire, vous êtes aussi créative que n’importe quel artiste (oui, oui). La seule différence qui existe entre vous deux, c’est qu’il a conscience de son potentiel et sait comment l’exploiter alors que vous, non. Avez-vous déjà observé un enfant jouer et s’inventer des jeux à partir de presque rien ? Ou entendu les histoires fantastiques que son petit esprit est capable d’inventer ? Il n’y a aucune limite à l’imagination des enfants, et vous savez pourquoi ? Parce qu’ils ne cherchent pas à savoir si ce qu’ils font est rationnel ou non et surtout, ils ne se limitent pas autant que le font les adultes. Quand on voit toute la joie que l’imagination leur procure, on en viendrait presque à envier ce merveilleux potentiel que nous avons perdu en grandissant… Perdu ? Pas vraiment. Disons plutôt qu’il sommeille en nous et qu’il ne faudrait pas grand-chose pour le réveiller…

Voici 5 conseils pour stimuler votre créativité et donner un nouveau souffle à votre vie.

1- Ne vous limitez pas

La première règle à respecter quand on veut développer sa créativité, c’est de ne pas se mettre de freins ou chercher à suivre une logique. Vous avez été habituée à rejeter la plupart des idées qui vous viennent à l’esprit parce que vous les jugez « inintéressantes », « futiles » ou « inutilisables ». Arrêtez de vous juger ! Vos idées ont de la valeur et peuvent tout à fait vous resservir plus tard. Quelque chose capte votre attention ? Notez-le sans vous poser de question sur son utilité, car il y a fort à parier qu’elle le devienne un jour !

« Le seul endroit où vos rêves sont impossibles, c’est dans votre tête. »
Robert Schuller

2- Replongez en enfance

Comme je vous le disais plus haut, les enfants ont une formidable capacité à imaginer des jeux et des histoires à partir de petits détails… ce qui leur procure une grande joie. Oubliez ce que vous avez appris jusqu’à présent et apprenez à regarder le monde à travers les yeux de la petite fille que vous étiez : prenez le temps d’observer les gouttes d’eau qui tombent sur la fenêtre, le vent qui fait bouger les feuilles ou encore ces nuages dans le ciel qui ont une forme étrange… Peu importe que cela « veuille dire » quelque chose ou non. Ce qui compte, c’est le plaisir que vous en retirerez. En ouvrant vos yeux et vos oreilles sur le monde qui vous entoure, vous serez plus à même de capter l’inspiration là où elle se trouve.

« La créativité est la capacité à observer l’ordinaire pour y dénicher l’extraordinaire. »
Dewitt Jones

3- Inspirez-vous

Maintenant que vous avez ouvert votre esprit en grand, il va falloir le nourrir… Car la créativité est comme un sport : cela s’entretient ! Apprenez à être curieuse et à absorber l’inspiration partout où elle se trouve : dans les magazines, sur les réseaux sociaux, dans les magasins que vous aimez… Observez chaque détail et demandez-vous pourquoi cela vous plaît : est-ce que cela provoque en vous une émotion particulière ? Est-ce que cela vous donne envie de créer quelque chose ? Ressentez-vous une énergie particulière en le regardant ? N’hésitez pas à varier les sources d’inspiration afin d’enrichir votre esprit et de faire émerger de nouvelles idées.

« Vous ne pouvez pas épuiser la créativité. Plus vous l’utilisez, plus vous en avez. »
Maya Angelou

4- Collectez

La créativité est une sorte d’énergie qui circule : les pensées viennent aussi vite qu’elles repartent. Si une idée brillante surgit dans votre esprit, ne vous dites pas que vous allez la garder dans un coin de votre tête… Car il est à peu près certain qu’elle n’y restera pas ! Ayez toujours un carnet sur vous pour noter vos idées quand elles surviennent en veillant bien à préciser ce qu’elles vous évoquent, ce qui vous aidera à vous en souvenir le moment venu. Vous pouvez aussi commencer un cahier ou un classeur créatif, où vous conserverez les coupures de presse que vous aimez, les photos que vous trouvez jolies ou encore de petits morceaux de papier coloré par exemple. Vos trouvailles vous permettront de créer une sorte de « vivier créatif » dans lequel vous n’aurez qu’à venir piocher pour vous inspirer quand vous en aurez besoin… Ce qui, comme vous pouvez vous en douter, est très stimulant !

« La curiosité de la vie dans tous ses aspects est, je pense, le secret des grands créatifs. »
Leo Burnett

5- Lancez-vous

Maintenant que vous disposez d’une formidable manne d’idées, il ne reste plus qu’à en faire quelque chose. Commencez par organiser les éléments que vous avez collectés (qu’il s’agisse de vos notes, des articles ou encore des photos) en les classant par thèmes. Puis essayez de voir ce qui en ressort. Y’a-t’il des thématiques qui ressortent plus que d’autres ? Des images qui font remonter des émotions particulières ? En les observant et en les analysant, vous comprendrez quels sont les domaines qui vous épanouissent le plus et qui pourraient vous permettre d’exploiter votre créativité de manière plus « concrète ». Vous aimez la photo ? Vous pourriez par exemple décider d’en faire un vrai passe-temps ! Vous avez un goût prononcé pour la décoration et l’écriture ? Vous devriez envisager de créer votre propre blog ! Trouver l’activité qui vous fait vibrer est encore le meilleur moyen d’entretenir sa créativité tout en s’amusant… Alors lancez-vous !

« La créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse. »
Albert Einstein

Commentaires fermés sur 5 conseils pour stimuler votre créativité

L’astuce pour être plus zen : faites des choix en accord avec vos valeurs

Avez-vous du mal à prendre des décisions ? Avez-vous l’impression que vous subissez plus vos choix que vous ne les choisissiez véritablement : travailler dans une entreprise qui ne respecte…

Avez-vous du mal à prendre des décisions ? Avez-vous l’impression que vous subissez plus vos choix que vous ne les choisissiez véritablement : travailler dans une entreprise qui ne respecte pas vos valeurs, rester dans un couple qui ne marche plus, ou bien garder contact avec des personnes toxiques ?

Ces choix, je les appelle, « par défaut », contrairement aux « vrais » choix : ceux qui sont en accord avec vos valeurs, vos besoins profonds, qui vous rendent vivant.

Voici 3 aspects essentiels des « vrais » choix :

1. Vous dépassez vos peurs

Déménager dans un nouveau pays parce que vous valorisez les voyages, avoir un compagnon de vie qui vous rend heureux mais qui ne correspond pas aux critères de la famille, ou créer votre entreprise car vous souhaitez plus de flexibilité dans la gestion de votre temps, peuvent être des choix peu évidents à prendre, même s’ils correspondent à vos valeurs profondes.

On peut penser, à tort, qu’un vrai choix, en accord avec nos valeurs, devrait être simples à prendre, puisque cela répond à ce que l’on souhaite le plus. Nos « vrais » choix, même mûrement réfléchis, ne sont pas toujours évidents à prendre et à assumer.

Il faut souvent dépasser nos peurs et nos insécurités (« vais-je trouver du travail dans ce nouveau pays ? Et si mes parents décident de couper les ponts ? Vais-je avoir des clients ? »), car nous allons vers l’inconnu, … le paradis de nos chers saboteurs ! Ces saboteurs intérieurs nous font douter à chaque pas fait hors de notre zone de confort, et peuvent nous faire stagner pendant longtemps.

Rester en mouvement, même à petits pas, vous permettra de vous libérer des peurs paralysantes. Vous en sortirez grandi, et avec un vrai sentiment d’accomplissement.

Mise en action : pour chaque choix, notez les valeurs que vous allez respecter (« aventures, rencontre, amour, sincérité, respect de soi » etc.) et les avantages à moyen et long terme que vous allez certainement bénéficier: parler anglais couramment, être pleinement épanoui en amour ou apprendre plus sur soi, être libre de votre temps pour le passer avec vos enfants. Cela vous donnera plus de clarté et du boost pour franchir votre prochain pas.

2. Vous devenez la personne que vous voulez être

Notre culture aime la performance et les résultats, d’où une grande pression pour prendre absolument le « meilleur » choix – le choix le plus rentable, le plus avantageux, le plus sécuritaire.

Dans cette culture du « faire », je vous propose d’ajouter « l’être ». On peut faire beaucoup de choses, mais nous sommes avant tout des « être » humains et non des « faire » humains.

Chaque choix que nous prenons, définit qui nous sommes et qui nous devenons. Nous bâtissons notre avenir avec nos choix du présent. Il ne s’agit pas de se culpabiliser si le choix fait, tout compte fait, ne répond pas à nos attentes. Il s’agit d’apprendre de nos choix, de grandir, et de nous enrichir en tant que personne (« qu’est-ce que j’ai appris sur moi à travers ce choix ? »). Plus vous vous rapprocherez de cette femme ou homme que vous voulez être, plus vous gagnerez en sérénité.

Mise en action :
1. Ecrivez le portrait de la personne que vous souhaitez devenir : ouverte, généreuse, active, dynamique, sereine ect.
2. Répondez à cette question de fond : « quel homme ou quelle femme je deviens quand je prends ce choix » ? ou bien, « est-ce que ce choix me rapproche de la femme ou de l’homme que je souhaite devenir ? » Exemple : une personne plus audacieuse, plus vivante, plus spirituelle, plus zen.
3. Voyez si le choix que vous prendrez vous aidera à devenir cette personne ou non.

3. Vous êtes 100% responsable de vos choix

Il est souvent plus simple de se plaindre d’une situation ou d’une relation, que d’aller trouver notre pleine responsabilité dans ce qui se passe : « je m’ennuie au travail, les tâches sont inintéressantes », « mon conjoint est agressif », « ma famille me considère encore comme une petite fille, … à 35 ans ! »

Même si nous avons l’impression de subir, nous prenons ce choix de subir. He oui, c’est comme la relation entre le bourreau et la victime, il faut une victime pour avoir … un bourreau ! Nous contribuons à ce qui se passe dans nos vies, nous co-créons notre réalité. Ce choix par défaut est le nôtre avant tout. Et si nous « acceptons » cette situation, c’est qu’inconsciemment nous y trouvons un avantage. Posez-vous la question « quel est mon avantage à accepter ces tâches inintéressantes, le comportement de mon conjoint, ou celui de ma famille? » Il est de fois plus simple de se plaindre que d’agir… car on joue « petit », et on reste dans notre zone de confort.

Mise en action : dans ce choix par défaut, reprenez la responsabilité de vos actes, et posez-vous la question « que puis-je changer en moi pour être bien dans ce travail, dans ces relations ? », « quelle qualité humaine dois-je développer pour améliorer ma situation ? », cela peut être : rencontrer mon supérieur pour enrichir ma fonction en étant plus pro-actif, ou bien arrêter de demander de l’argent à ma famille quand les caisses sont vides, en étant plus indépendant.

Conclusion

Le vrai choix demande d’être pleinement responsable de nos actes, de nos dires, et surtout de la personne que l’on souhaite devenir en toute bienveillance. Chaque choix est une occasion d’apprendre, de grandir. Là où est notre responsabilité est de choisir comment nous souhaitons gérer nos choix : se victimiser ou bien grandir à travers chaque choix. Au fond, il n’y a plus de vrais ou de faux choix, mais plutôt des choix que l’on assume et que l’on accueille comme des vraies perles de sagesse sur notre chemin.

Si vous souhaitez avoir plus de clarté dans un choix à faire faire des choix en accord avec vos valeurs, rencontrons-nous en toute simplicité en m’écrivant à marion@marionguiset.com ou en remplissant ce formulaire.

Commentaires fermés sur L’astuce pour être plus zen : faites des choix en accord avec vos valeurs

Lâcher-prise : 3 astuces simples pour démarrer

A la veille de mes 30 ans, au bord de l’épuisement professionnel et sentimental, j’ai fini par tout lâcher. Une nouvelle vie s’ouvrait à moi. Mais qu’entend-on véritablement par «…

A la veille de mes 30 ans, au bord de l’épuisement professionnel et sentimental, j’ai fini par tout lâcher. Une nouvelle vie s’ouvrait à moi. Mais qu’entend-on véritablement par « lâcher-prise »? Et comment faire? Je vous livre dans cet article ma définition de cet état que l’on nomme le « lâcher-prise » avec 3 astuces simples pour enfin s’y mettre. Ce partage est le fruit de mes 20 années de pratique de la méditation et de mon expérience de vie personnelle et professionnelle.

Il est assez courant de nos jours d’entendre un ami ou un collègue dire « Lâche-prise, ça ira mieux » ou encore « il faut savoir lâcher-prise dans la vie ». Si vous êtes dans ce cas, vous vous dites certainement : « Plus facile à dire qu’à faire ! ». N’est-ce pas ? Même si votre entourage vous adresse ces conseils dans l’intention de vous aider, cela fait l’effet inverse. Peut-être même que vous ressentez encore plus de pression intérieure, du fait même de ne pas parvenir à cet état de bien-être. Ainsi, vous sentez l’intérêt de suivre une telle démarche mais vous ne savez pas comment vous y prendre de façon simple.

Soyons tout d’abord au clair sur ce que nous entendons par « Lâcher-prise ». L’erreur majeure est de croire que cela consiste à tout abandonner (un peu comme je le laissais supposer en introduction). Je vois de plus en plus de personnes partir à l’autre bout du monde, abandonnant famille, boulot, maison… pensant qu’elles réussiront à trouver le bonheur, blablabla. Bien sûr, parfois ça marche et même très bien. Mais la plupart du temps, ces personnes se retrouvent paumées avec elle-même et face à elle-même. Et la souffrance est de nouveau présente. Imaginez un peu ce que serait votre vie si vous passiez votre temps à abandonner tous les projets que vous entreprenez au motif qu’il faut lâcher-prise. Cela n’aurait aucun sens n’est-ce pas ? Et générerait beaucoup de frustrations.

Je vous partage cela parce que je l’ai vécu. J’étais dans l’illusion que le changement de mes circonstances de vie (lieu, compagnon, emploi) allait me rendre plus heureuse. Et puis au gré du temps, les problèmes que je rencontrais par le passé réapparaissaient sous d’autres formes. Je vous donne un exemple : je souffrais d’épuisement au travail et le même phénomène s’est produit avec le nouveau métier que j’avais choisi. Pourquoi ? Parce que je n’avais pas réglé le problème à la source, c’est-à-dire regardé en moi ce que je pouvais modifier dans mes fonctionnements pour être plus relax. Je vous laisse imaginer la désillusion. Il était donc temps de cessez d’attendre que le monde tourne comme je le voulais et d’en devenir véritablement actrice.

Alors qu’est-ce que le Lâcher-prise ?

Il s’agit d’un état intérieur dans lequel vous n’avez plus d’attente. Cela suppose que vous aviez initialement un espoir et que vous avez cessé de l’avoir. J’aime beaucoup ce que dit l’auteure Mandy Hale à ce propos : Lâcher-prise ne signifie pas que vous arrêtez de prendre soin. Cela signifie que vous arrêtez d’essayer de forcer les autres à le faire. Ainsi, lâcher-prise consiste à cesser d’attendre que le bonheur nous vienne des autres et des circonstances mais d’en devenir l’acteur. Et si vous souhaitez comprendre encore mieux le sujet, je vous invite à découvrir ou relire mon dernier article : Le secret pour être heureux à tout moment.

Avant de vous partager 3 astuces pour commencer à vivre le lâcher-prise, je tiens à confirmer un point de vigilance. Selon moi, lâcher-prise ne dépend pas de votre choix de conserver ou quitter une situation… Lâcher-prise est un état qui se vit de l’intérieur. Ce n’est qu’une fois que vous êtes dans le lâcher-prise que votre décision en découle par elle-même (continuer ou changer la situation). Mais vous n’attendrez plus que celle-ci vous rende heureux, parce que le bonheur sera en train d’opérer en vous.

Alors, voici donc la première astuce pour lâcher-prise et qui n’est pas des moindres :

1ère astuce – Soyez ferme sur les besoins, souple sur les stratégies

Comme nous l’avons vu plus haut, lâcher-prise ce n’est pas arrêter de prendre soin de soi. Il est même PRIMORDIAL de conserver cette habitude. Cela m’amène à vous partager cette astuce qui m’a marqué à mes tout débuts en Communication NonViolente (CNV) : Soyez fermes sur vos besoins et souples sur les stratégies. En procédant ainsi, vous ne conditionnez plus votre bonheur au bon vouloir de l’autre ou aux circonstances. A l’inverse, vous retrouvez le potentiel pour être heureux.

Prenons un exemple léger pour illustrer. Imaginez que vous apprenez que votre train est annulé pour cause de panne. Deux possibilités :
1- Vous ne lâchez pas prise : inquiet à l’idée de rater ce RDV que vous attendiez depuis si longtemps avec un ami de longue date, vous pestez auprès du personnel à l’accueil, devenez rouge de colère et vous réclamez que le train soit remis en service, alors qu’on ne cesse de vous dire que c’est impossible.
2- Vous lâchez-prise : vous tenez à vivre ce moment de partage avec votre ami et cherchez une alternative (covoiturage, gare routière, taxi…) jusqu’à trouver la solution qui vous convienne le mieux compte tenu de ces nouvelles circonstances.

Gardez donc votre esprit toujours ouvert à d’autres stratégies pour satisfaire vos besoins ; c’est un point fondamental du lâcher-prise.

meditation lâcher-prise

2ème astuce – La technique des 4R

Cette technique de nouveau inspirée de la CNV, a pour but de se détacher des automatismes émotionnels et de retrouver son centrage. Admettons qu’une personne a eu une parole suite à quoi vous êtes contrarié.

Etape 1 – Ralentir
Commencez tout d’abord, par réduire le rythme de ce que vous êtes en train de faire. Si besoin même, arrêtez-vous. Cela ralentit le rythme cardiaque et améliore votre capacité de retour au calme.

Etape 2 – Respirer
Puis, prenez le temps de respirez amplement. Votre cerveau s’oxygène ainsi d’avantage et vous permet d’y voir plus clair sur la situation, d’être moins parasité par les interprétations renvoyées par vos émotions.

Etape 3 – Reformuler
Ensuite, une bonne technique pour gagner du temps avant de répondre et continuer à reprendre ses esprits est de répéter ce que l’autre vient de dire, tout simplement. Cela a pour avantage supplémentaire qu’il se sent écouté et ainsi plus disposé à entendre votre réponse.

Etape 4 – Répondre
Enfin, maintenant que vous avez retrouvé votre centrage et votre esprit, vous pouvez éviter d’être dans la réaction et exprimer votre réponse dans votre pleine expression.

3ème astuce – S’entraîner à observer sans juger

La dernière astuce est une pratique quotidienne que je vous invite à faire tous les matins, durant 5 minutes : Rappelez-vous un jugement que vous avez eu dernièrement et entraînez-vous à décrire uniquement les faits. Et ensuite, sentez la différence que cela fait dans votre corps et votre cœur.

Exemple – « Quel fainéant ! » se transformerait en « il s’est assis dans le canapé et a ouvert un magazine ».

Cet exercice vous permettra de ne pas être hyper activé par les situations, mais de percevoir la vie avec plus d’objectivité et de paix. Je finirai sur cette citation du célèbre sage Krishnamurti qui m’inspire beaucoup : La plus haute forme d’intelligence humaine est d’observer sans évaluer.

Et je vous donne RDV pour un prochain article d’ici peu. En attendant, suivez le chemin du bonheur authentique et contribuez ainsi à un Monde plus en Paix.

Commentaires fermés sur Lâcher-prise : 3 astuces simples pour démarrer

5 conseils pour les hypersensibles

Les hypersensibles sont vite touchés et émus en passant par des émotions extrêmes. Ils se rechargent dans leurs moments de solitude. Ils ont le sens du détail, ce qui les…

Les hypersensibles sont vite touchés et émus en passant par des émotions extrêmes. Ils se rechargent dans leurs moments de solitude. Ils ont le sens du détail, ce qui les rend fins analystes mais ils prennent vite les critiques pour des attaques personnelles.

Rassurez-vous, les émotions font de nous les êtres humains que nous sommes : pas la peine de vous flageller ! Il n’est pas question de dénigrer ce que vous ressentez mais plutôt d’apprendre à apprivoiser vos émotions pour vous sentir stable, centré et en adéquation avec vous-même.

Emotifs et hypersensibles, voici des suggestions pour vous aider :

meditation hypersensibles

1/ Indulgence

Ne soyez pas dur envers vous-même. Pas de jugements, observez, constatez, acceptez…adoptez ainsi une position de spectateur ; ne vous identifiez pas à l’acteur qui ressent les émotions.

2/ Respiration

Quelques secondes peuvent suffire à faire le vide. Fermez les yeux et imaginez une bulle de lumière infinie, tout autour de vous. Puis faites 3 respirations ventrales. Mettez les mains sur votre ventre si vous le voulez pour sentir profondément chaque inspiration et chaque expiration.

3/ Créativité

Transformez cette énergie émotionnelle négative en positivité créatrice ! Choisissez une activité qui permet de stopper l’agitation du mental. Il n’y aucune idée de résultat ou de performance, soyez juste dans le Faire pour bien Etre.

4/ Spécialistes du Bien-Etre

Cherchez des méthodes douces qui peuvent vous aider telles que la sophrologie, L‘hypnose ericksonnienne, L’EFT, l’acupression,…toutes ces techniques peuvent améliorer la gestion de vos émotions. Quand on se sent bloqué et seul, mieux vaut se faire aider.

5/ Développez des pratiques en autonomie

L’intérêt des méthodes alternatives et des médecines douces, c’est aussi de développer votre pratique personnelle afin d’être autonome. En plus des domaines cités plus haut, je vous conseille le reiki. Le niveau 1 permet en effet des auto-traitements pour un mieux-être physique, moral et spirituel. Je vous suggère également le yoga permettant le lâcher-prise, la relaxation et la méditation.

Essayez ce qui vous parle le plus et dites-nous comment vous le vivez !

Commentaires fermés sur 5 conseils pour les hypersensibles

4 clés pour amorcer sereinement un changement dans votre vie

Qui n’a jamais eu envie de tout plaquer pour ouvrir un gîte en Thaïlande, élever des chèvres dans le Larzac ou tout simplement recommencer une nouvelle vie ? Le problème,…

Qui n’a jamais eu envie de tout plaquer pour ouvrir un gîte en Thaïlande, élever des chèvres dans le Larzac ou tout simplement recommencer une nouvelle vie ? Le problème, c’est que ce n’est jamais le moment : pas le temps, pas envie de perdre son confort de vie, pas le bon timing… Et si le « bon » moment n’arrivait jamais ? Et si le fait d’attendre qu’il pointe le bout de son nez était en fait un prétexte pour ne pas se lancer et reconnaître que l’on a peur, tout simplement ? Car au fond, ce qui empêche tant de personnes d’améliorer leur qualité de vie, ce n’est pas tant le changement en lui-même que l’idée qu’elles s’en font.

Changer ce qui ne va pas impliquerait-il donc forcément de renoncer à tout ce que l’on connaît et à la personne que l’on est vraiment ? Je ne le crois pas. Je suis même convaincue que l’on peut apporter des changements très significatifs à son existence, sans avoir à remettre en cause ses valeurs ou à tirer un trait sur tout ce qui nous a construites. Je ne dis pas que c’est facile, je dis juste que c’est possible. À condition de se donner du temps et de faire preuve de beaucoup, beaucoup de bienveillance envers soi-même.

Voici 4 clés pour amorcer un changement dans votre vie et vous lancer, doucement… Mais sûrement.

1. Prendre le temps

Quand notre vie ne nous satisfait pas, on voudrait que tout aille mieux en un claquement de doigts ce qui – sauf si vous avez pour marraine la bonne fée de Cendrillon – est impossible… Changer implique de prendre du temps, un temps nécessaire pour prendre du recul et se demander ce qui nous aiderait à être plus heureuse. C’est de cette manière que vous pourrez vous poser les bonnes questions et mettre en place les stratégies qui vous permettront de dépasser cette situation qui ne vous convient pas.

La question à se poser : Qu’est-ce qui ne me correspond pas – ou plus du tout – dans ma vie et que je veux absolument changer ?

2. Arrêter de se chercher des excuses

Je n’ai pas le temps, j’attends d’avoir l’argent, je m’en occuperai quand les enfants seront plus grands, on verra plutôt cela à l’automne prochain… On a toujours une bonne excuse pour remettre à demain ce qui peut être fait aujourd’hui. Votre situation ne vous convient pas telle qu’elle est ? Croyez-moi, cela ne va pas s’arranger avec le temps alors autant commencer à prendre les choses à bras-le-corps dès maintenant ! Comprenez-moi, il ne s’agit pas d’envoyer votre lettre de démission à votre employeur juste après avoir lu cet article, mais de commencer à réfléchir sérieusement à la raison pour laquelle vous avez peur de vous lancer. Vous avez peur de vous tromper ou d’échouer ? Cela arrive à tout le monde et c’est tant mieux, sinon la vie serait terriblement ennuyeuse !

La question à se poser : Si je n’avais pas peur, qu’est-ce que j’entreprendrais immédiatement ?

meditation changer de vie

3. Prendre de la distance avec le regard des autres

Une des raisons pour lesquelles on n’ose pas se lancer, c’est parce qu’on appréhende ce que Pierre, Paul ou Jacques pourraient dire ou penser de nous. Dites-vous bien une chose : quoi que vous fassiez qui vous fasse « sortir du moule », la plupart des personnes ne comprendront jamais votre choix. Vous savez pourquoi ? Parce qu’elles ont peur de changer elles aussi !
Et que le simple fait de vous voir entreprendre quelque chose qui pourrait vous apporter de la satisfaction leur rappelle qu’elles n’ont pas le courage de le faire, elles. Alors au diable ce que pensent les autres : ils sont envieux, c’est tout !

La question à se poser : Qu’est-ce que les autres pourraient constater chez moi si j’entreprenais quelque chose qui me rend heureuse ?

4. Accepter de sortir de sa zone de confort… En douceur

Je ne vais pas vous mentir, changer ce qui ne vous convient pas dans votre vie impliquera forcément de vous aventurer en terrain inconnu… Donc de sortir de cet endroit si rassurant et confortable qu’est votre zone de confort. Oui, mais pas n’importe comment et surtout pas à n’importe quel prix ! Il ne s’agit pas de sacrifier tout ce qui compte pour vous, mais d’apporter une évolution positive à votre vie, qui soit en accord avec la personne que vous êtes. Pour que votre projet de vie prenne forme, il est important que vous vous demandiez quelles valeurs personnelles sont primordiales pour vous : Souhaitez-vous privilégier votre vie de famille ? Est-ce que l’argent est important pour vous ? Avoir conscience de ce qui est le plus cher à vos yeux vous aidera à prendre les décisions qui sont les meilleures pour vous.

Les questions à se poser : Quelles sont les valeurs qui sont les plus importantes pour moi ?
Quelle place est-ce que je leur accorde aujourd’hui dans ma vie ?

Commentaires fermés sur 4 clés pour amorcer sereinement un changement dans votre vie

3 pistes pour trouver votre voie dans la vie

Vous est-il déjà arrivé d’avoir l’impression de vivre en décalage avec votre existence ? Ou qu’il manquait un « petit truc » pour qu’elle ait vraiment du sens ? Parfois…

Vous est-il déjà arrivé d’avoir l’impression de vivre en décalage avec votre existence ? Ou qu’il manquait un « petit truc » pour qu’elle ait vraiment du sens ? Parfois on a beau avoir « tout pour être heureuse », on ne peut s’empêcher de sentir que notre vie n’est pas aussi équilibrée qu’on le souhaiterait. Du coup difficile de s’épanouir pleinement et profiter de chaque instant, n’est-ce pas ? La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de se sortir de cette situation inconfortable et de rétablir cet équilibre qui manque à votre existence. Voici 3 pistes qui peuvent vous aider à y arriver :

1- Faites le bilan de votre vie 

Si votre situation ne vous convient pas – ou plus – telle qu’elle est, c’est que vous avez besoin de changer certaines choses dans votre vie et vous allez devoir pour cela faire un bilan. Faire votre introspection ne sera pas facile, car cela vous demandera de regarder en face ce qui ne vous convient pas. Pourtant, c’est de cette manière que vous réussirez à mieux comprendre où vous voulez aller et que vous pourrez procéder aux réajustements nécessaires pour y arriver.

Bonus : Pour vous aider à faire ce bilan, voici une liste de 10 questions que vous pouvez réaliser.
Ne soyez pas trop dure avec vous-même : le but de cette réflexion est de vous faire évoluer, vous n’avez donc pas besoin de juger ce que vous avez accompli par le passé !

1. Quelles sont les 10 choses pour lesquelles vous êtes reconnaissante ?
2. Quelle a été votre plus grosse erreur ? Quelle leçon en avez-vous tiré ?
3. Qu’est-ce qui vous donne envie de vous lever le matin ?
4. Quelle est votre plus grande source de stress ?
5. Est-ce que votre travail vous plaît ?
6. Quel(s) domaine(s) de votre vie vous donne le plus de satisfaction ?
7. Au contraire, quel(s) domaine(s) de votre vie vous satisfait le moins ? Pourquoi ?
8. Quelle est votre plus grande peur ?
9. Avez-vous la vie dont vous avez rêvé ?
10. Pour vous sentir libre, qu’auriez-vous besoin de laisser aller ?

meditation positive

2- Prenez conscience de votre potentiel 

Il est fort probable que ce qui vous empêche aujourd’hui d’amorcer un changement dans votre vie soit votre méconnaissance de ce qui fait votre force… je dirais même vos forces. En prendre conscience vous aidera à prendre plus d’assurance bien sûr, mais aussi à oser regarder du côté de ce que vous avez toujours pensé hors de votre portée. Vous êtes douée pour manier les mots ? Pourquoi ne pas écrire un livre ! Vous avez une jolie voix ? Vous pourriez rejoindre une chorale ! Vous êtes sociable ? Rejoignez une association ou même mieux, créez la vôtre ! Vous êtes la seule personne qui peut vous empêcher de faire ce que vous voulez de votre vie… Mais vous êtes aussi celle qui peut vous aider le mieux à y arriver !

Bonus : Pour vous aider à faire la liste de vous atouts, vous pouvez repenser à ce que vous avez accompli de positif par le passé, et en particulier à vos succès. De quelles qualités personnelles vous êtes-vous servie ? Qu’avez-vous fait qu’une autre personne n’aurait pas réussi à votre place ? Notez également tout ce que vous faites au quotidien avec facilité : écrire des mails, écouter les autres, dessiner, cuisiner… Ne soyez pas modeste, tout ce que vous faites compte !

3- Donnez-vous du temps

Vous connaissez le proverbe « Rome ne s’est pas faite en un jour » ? Eh bien quand on voit à quel point elle est devenue une ville magnifique, cela valait la peine que sa construction prenne autant de temps ! Alors oui, je n’ai pas peur de le dire : vous êtes comme la capitale italienne. Vous partez de loin, vous avez peut-être connu des batailles mais vous avez en vous tous les ingrédients pour devenir une majestueuse cité (enfin vous m’avez compris). Bien sûr, cela peut prendre du temps : vous n’allez pas vous réveiller un matin en ayant une révélation sur ce que vous voulez faire de votre vie…. Et il n’est pas question de tout plaquer du jour au lendemain pour vous lancer dans une aventure qui ne vous correspond pas.

Pour y arriver, vous aurez besoin de faire de petits pas, de prendre conscience de vos réussites et d’être à l’écoute de toutes les opportunités qui se présenteront à vous : bien souvent des prises de conscience se font suite à une belle rencontre… Gardez les yeux ouverts !

Et quand un jour vous aurez enfin réussi à trouver votre chemin dans la vie – celui qui vous mènera là où avez envie d’aller – alors vous comprendrez que tout ce temps où vous vous êtes cherchée était nécessaire pour vous sentir à votre juste place.

Commentaires fermés sur 3 pistes pour trouver votre voie dans la vie

4 conseils pour éjecter le saboteur de votre vie

Savez-vous qui est votre pire ennemi ? Non, ce n’est pas cette collègue insupportable que vous devez vous coltiner à longueur de journée, ni cette femme qui ne peut pas…

Savez-vous qui est votre pire ennemi ? Non, ce n’est pas cette collègue insupportable que vous devez vous coltiner à longueur de journée, ni cette femme qui ne peut pas s’empêcher de vous toiser ostensiblement à chaque fois que vous la croisez au cours de sport.

Allez faites un effort… Vous savez cette personne qui n’est jamais satisfaite de vous, quoi que vous fassiez ? Qui vous juge et vous décourage systématiquement ? Qui vous souffle que « vous n’allez pas y arriver » et que vous feriez mieux d’abandonner ?

Vous ne voyez toujours pas ? Et bien je veux parler de vous, ou plutôt de cette petite voix qui se fait passer pour vous et que l’on nomme « le saboteur ». Le saboteur, c’est ce discours intérieur négatif et automatique qui se fait passer pour vous et qui vous apporte des raisonnements très logiques pour vous empêcher d’avancer… Bref, un véritable empêcheur de tourner en rond qui fait tout pour vous écarter du bonheur que vous méritez !

La question que j’ai envie de vous poser maintenant est : avez-vous envie de reprendre le contrôle de votre vie et de mettre ce satané saboteur à la porte de votre vie ? Si la réponse est oui, super ! Alors lisez les conseils qui suivent. Et si la réponse est non… Eh bien vous pouvez quand même lire cet article jusqu’au bout, je réussirai peut-être à vous convaincre, qui sait ?

1. Apprenez à reconnaître votre saboteur

Le saboteur est assez facile à reconnaître tant son vocabulaire est pauvre : généralement, il emploie des phrases du style « Tu vas encore tout gâcher », « Tu es trop bête pour réussir », « Tu vas te rendre ridicule » ou encore « Pour qui est-ce que tu te prends ? »… Bref, son discours est très limitant et c’est normal : il est là pour vous empêcher d’évoluer et pour vous garder dans votre zone de confort, afin de s’assurer que vous n’allez pas revivre des expériences douloureuses du passé.

Mon conseil : Dans les moments de doute ou de stress, portez votre attention sur ce qui se passe en vous : quelles pensées négatives reviennent systématiquement ? Ont-elles un lien précis avec une expérience de votre passé ? Plus vous serez capable d’identifier dans quelles situations il se manifeste et de comprendre comment il fonctionne et moins il aura de pouvoir sur vous.

2. Votre saboteur n’est pas votre ami 

Tout au long de votre vie, vous avez développé des comportements dans le but de pas revivre des expériences douloureuses du passé que votre saboteur, lui, a parfaitement intégrées. Du coup, il ne se gênera pas pour vous le rappeler à chaque fois que vous envisagerez de vous aventurer hors de votre zone de confort, semant ainsi le doute, l’inaction ou tout un assortiment d’émotions paralysantes en vous. Face à ce que votre cerveau va interpréter comme un danger, vous préférerez faire marche arrière afin de retrouver la sécurité – en apparence seulement – de votre situation actuelle. Honnêtement, est-ce que vous feriez cela à un ami ? Essayeriez-vous d’avoir un discours motivant et rassurant ou critiqueriez-vous systématiquement – comme le fait le saboteur – tout ce que fait cette personne ? Non, bien entendu. Votre saboteur n’est pas votre ami : il ne vous veut pas de bien, il veut juste vous empêcher de vous réaliser.

Mon conseil : Ne confondez « saboteur » et « intuition ». Le premier va systématiquement anticiper de manière négative votre avenir – bien qu’il soit incapable de le prédire – alors que la deuxième saura ce qui est le mieux pour vous et vous fera toujours entrevoir des possibilités.

méditation gratitude

3. Votre saboteur a toujours quelque chose à (vous) dire 

Derrière chaque intervention de votre saboteur, il y a un besoin insatisfait ou un manque qui a besoin d’être comblé : d’amour, d’attention, de respect, d’acceptation… Malheureusement, votre saboteur est malin et sait se faire suffisamment bruyant pour que vous ne puissiez pas entendre ces messages. La relation que vous menez avec lui étant basée sur la peur (de ne pas réussir, de ne pas être à la hauteur…) vous êtes en quelques sortes « obligée » d’adhérer à un discours qui fait naître en vous des émotions pénibles. Le premier pas pour vous libérer de votre saboteur est donc de comprendre quel est le besoin derrière les apparences qui a besoin d’être exprimé. Plus vous écouterez ces messages et moins ils chercheront à se faire entendre. Votre saboteur aura donc beaucoup plus de mal à venir vous enquiquiner…

Mon conseil : Tout processus de changement implique de faire un travail sur soi, et la première chose est d’être honnête avec soi-même. Prenez du papier et un crayon, puis essayez de répondre aux questions suivantes aussi honnêtement que possible : « Suis-je heureuse ? », « Quel est mon idéal de vie ? » ou encore « Qu’est-ce qui ne me convient pas dans ma vie actuelle ? ». Identifier clairement ce qui vous pèse au quotidien vous aidera à mieux comprendre ce qui vous empêche de vous réaliser pleinement.

4- Personnalisez votre saboteur 

Vous l’aurez sûrement compris, votre saboteur n’est pas vous : c’est juste une petite voix qui est là pour vous dévaloriser, vous ralentir et vous empêcher de vous réaliser. Il n’est pas non plus votre intuition et encore moins votre ami. Bref, c’est un indésirable dont vous devez absolument vous séparer pour pouvoir enfin mener la vie que vous voulez vraiment. Et pour y arriver, il existe une technique très simple qui – je vous le garantie – fonctionne à merveille : personnalisez-le ! Pour commencer, donnez-lui un nom : masculin, féminin… C’est vous qui voyez ! Puis essayez de le matérialiser, cela rendra les choses encore plus concrètes. Vous pouvez l’imaginer comme étant une personne, un animal, un personnage de conte… Plus l’image que vous vous en ferez sera claire dans votre esprit et plus cela sera facile de le remettre à sa place quand il viendra vous ennuyer.

Mon conseil : Quoi que vous fassiez, votre saboteur sera toujours à vos côtés. La seule différence, c’est que vous savez maintenant qu’il a une existence propre et qu’il ne sait pas ce qui est le mieux pour vous (puisqu’il ne pense qu’à lui).

Alors la prochaine fois qu’il viendra pour vous rabaisser, dites-vous qu’il ne mérite pas que vous lui accordiez tant d’importance et imaginez-le en train de rétrécir, rétrécir…
C’est vous qui décidez, pas lui. Et vous pouvez décider que vous valez beaucoup mieux que lui.

Commentaires fermés sur 4 conseils pour éjecter le saboteur de votre vie

Gardez le focus pour y gagner !

Garder son attention, ses actions et ses pensées vers un élément à la fois. C’est de ce sujet que nous allons parler aujourd’hui. Nous allons voir pourquoi on ne garde…

Garder son attention, ses actions et ses pensées vers un élément à la fois. C’est de ce sujet que nous allons parler aujourd’hui. Nous allons voir pourquoi on ne garde pas le focus et comment faire pour le garder.

Imaginez avoir plusieurs capitaines sur un bateau. Si chaque capitaine donne le trajet à prendre aux matelots, les matelots n’auront pas de vision claire sur la destination. Alors soit ils risquent le naufrage, soit ils feront du sur place ou encore ils avanceront un peu, mais sans jamais arriver.

C’est la même chose dans votre vie, si vous courez après plusieurs projets à la fois, au final vous ferez plein de choses sans tout faire bien et sans atteindre l’objectif désiré.

VOUS DILUEZ VOS EFFORTS.

Cela paraît simple et logique et pourtant de nombreuses personnes n’arrivent pas à garder le focus.

1. Les conséquences de la perte de focus

Les conséquences sont diverses.

Perte de temps

Étant donné que nous faisons plein de choses en même temps, il arrive souvent que nous ne fassions pas les bonnes choses et donc on doit recommencer.

De plus, ces personnes ont la croyance que si elles font vite c’est bien. En faisant vite, elles bâclent ce qu’elles font. Attention, elles ne le font pas avec une mauvaise intention, mais elles ont tellement de choses écrites dans leurs to do liste qu’elles font la course.

Je vous le dis en connaissance de cause. Je l’ai vécu. Quand j’ai commencé à écrire mes articles, je voulais écrire un article par semaine, ce que j’ai fait et que je continue à faire. Avant, je le faisais vite pour m’en débarrasser de peur de manquer à ma promesse.

Aujourd’hui, je prends le temps d’écrire afin de donner plus de valeurs à mes articles. Je peux vous dire que concrètement, j’ai plus de personnes qui me lisent aujourd’hui qu’en septembre dernier et mes articles se partagent aussi beaucoup plus, et tout cela parce que je prends le temps.

Perte de créativité

Nous prenons moins le temps de réfléchir à la meilleure manière de faire les choses. Nous perdons en créativité, car nous ne prenons pas le temps de lire et nous tenir informer des nouvelles manières de faire.

En gros, nous sommes dans la vitesse FAIRE à tout prix et non dans la vitesse ÊTRE pour apprécier, donner et recevoir le meilleur. Voyez-vous la différence ?

Une augmentation du stress

Le fait d’avoir cette to do liste dont je parlais plus haut apporte du stress.

Si vous voyez que vous transpirez plus, que vous êtes essoufflé, que vous avez le sommeil léger, que vous faites des insomnies, c’est signe que le stress est présent.

C’est le moment de dire STOP et vous remettre en question.

Dilution du message

Lorsque l’on fait plusieurs choses à la fois, nous avons tendance à diluer notre message et l’entourage et les collègues peuvent être perdus.

Par exemple, vous dites vouloir faire moins d’heures au travail, mais quand le patron demande qui veut faire des heures supplémentaires vous êtes le premier à répondre par l’affirmative. Le message n’est pas toujours clair.

Si vous vous reconnaissez dans les situations décrites précédemment, est-ce possible que vous soyez parfois étourdi par tant d’activités et que vous vous sentiez découragé par les résultats que vous avez ?

Si la réponse est oui, voici les raisons qui font que nous perdons ce focus.

2. Pourquoi nous perdons le focus ?

Après huit années de réflexion sur le sujet et à travers les rencontres de coaching que j’ai eu avec mes clients, je réalise que la peur de manquer et de perdre quelque chose est très présente chez les personnes qui n’arrivent pas à garder le focus.

Lorsque j’étais à HEC Montréal, dans mon cours d’économie, on nous a parlé de coût d’option ou de coût d’opportunité. Il représente la perte des biens, des activités auxquelles on renonce lorsqu’on procède à un choix.

Chaque choix effectué est une renonciation à quelque chose. Si je décide de passer plus de temps à écrire des articles, c’est moins de temps avec mes clients et vice-versa. Jusque-là c’est simple, car il n’y a que deux choses.

Par contre, à mes débuts en coaching, j’avais mes clients, plus le blogue, plus les 20 projets en parallèle. L’objectif en faisant tout cela est que je gagne ma vie avec mon travail. Mais au final, à diluer mes efforts, je ne faisais rien bien, je ne prenais pas le temps de réfléchir et je me fatiguais. Et c’est là que vous allez me dire : C’est simple, tu fais le blogue et les clients.

Oui et non, car j’avais peur de perdre l’opportunité que le projet fonctionne. Comprenez-vous ? Par peur de perdre ou de manquer une opportunité, j’étais partout. Mais en fait, je me suis brûlée et résultat des courses : j’ai pris 5 semaines de vacances pour me reposer.

3. Et comment on fait pour garder le focus ?

Qui es-tu ?

À toutes les personnes que je rencontre, je leur pose la question : qui es-tu ? J’ai même une formation de 6 heures juste sur le sujet. C’est la base les amis. Comment voulez-vous orienter votre décision sans savoir qui vous êtes et ce que vous voulez avoir, faire et surtout être ? Je vous donne un premier pas à suivre dans cet e-book pour trouver pourquoi vous faites les choses que vous faites.

Chaque projet, chaque activité, chaque décision doivent venir alimenter la personne dans son essence. À quoi bon faire des activités pour plaire aux autres quand on ne peut se plaire à soi.

Votre famille veut vous voir heureux et souriant et non, aigri, frustré, découragé parce que vous ne savez pas répondre à votre besoin essentiel qui est lié à votre essence.

Les priorités

Dans notre monde où tout va vite, il arrive que l’on pense que tout ce que l’on a à faire est priorité.

En fait non ! Soyez honnête avec vous et prenez une tâche à la fois et vérifiez les priorités pour chacune d’elles.

L’équilibre

Vous savez, dans la vie c’est l’équilibre qu’il faut atteindre.

Il y a des moments où on va se permettre que ça ne soit pas parfait et il y a d’autres moments où il faut que ça tende vers la perfection. L’objectif est de s’arrêter et réfléchir pour chaque activité ce que l’on veut atteindre pour soi.

Finalement, l’important c’est d’arriver à éprouver à l’instant T cette sérénité et cette conscience que nous avons toujours le choix dans la vie. Et chaque choix apporte une conséquence. Être focus ou ne pas l’être en est un. Que choisissez-vous ? Dites-moi ce que vous en pensez.

Commentaires fermés sur Gardez le focus pour y gagner !

4 points pour être dans la gratitude

Aujourd’hui, je veux vous parler de la gratitude. Cela fait quelques mois que je prends le temps d’être dans la gratitude et je peux vous dire que je n’ai que…

Aujourd’hui, je veux vous parler de la gratitude. Cela fait quelques mois que je prends le temps d’être dans la gratitude et je peux vous dire que je n’ai que de bonnes choses à en dire.

En premier lieu, nous allons voir ce qu’est la gratitude. La gratitude c’est cette reconnaissance et ce sentiment de joie et d’affection que l’on éprouve lorsque l’on rend un service, que l’on fait quelque chose ou que l’on reçoit quelque chose.
De ce que j’en ai compris et surtout senti, la gratitude c’est un état d’être où sont en alertes le physique, l’émotionnel et le mental.

Au niveau physique, on a une montée de chaleur au niveau du cœur, une envie de sourire et rire au niveau de la gorge. Au niveau émotionnel, la joie, le bonheur, on est dans un espace de quiétude. Au niveau mental, c’est le point mort ! On est au neutre, il n’y a plus d’ego ni de voix dans la tête.

C’est tellement chouette que tout le monde devrait prendre ses bagages et aller à sa rencontre. Je sais c’est facile à dire. Premièrement, beaucoup de personnes ignorent qu’elle existe et deuxièmement, même quand on la connaît, il est difficile quand ça va mal de dire merci et d’être dans cette gratitude.

Il y a plusieurs points que je peux vous donner afin de pratiquer la gratitude. Je dis pratiquer, car pour moi la gratitude est comme un muscle à entraîner. Plus vous allez le faire bouger, l’entraîner, plus vous allez connaître le chemin pour l’activer et vous servir d’elle quand vous en avez besoin.

1. Être heureux avec ce que vous avez

Il est si facile de se comparer aux autres. La comparaison vous éloigne complètement du chemin de la gratitude, car au lieu de voir la richesse de ce que vous avez, vous voyez le manque de ce que vous n’avez pas. J’ai vu une personne ayant une maison à 600 000$ qui se plaignait et qui voulait la plus grosse maison à 1 000 000$ ! Lorsqu’elle l’aura, que voudra-t-elle ?

N’oubliez pas aussi que vous êtes chanceux d’être en vie et de respirer quand d’autres n’ont pas une heure de plus pour dire je t’aime aux gens qu’ils aiment. GRATITUDE !

méditation gratitude

2. Répondre au vrai besoin

Comme la plante a besoin d’eau, vous avez des besoins essentiels. Le besoin de sécurité, de reconnaissance, d’être aimé, etc. Par exemple, vous pouvez répondre à votre besoin de sécurité en grignotant des tonnes de chips ou vous pouvez y répondre en allant chercher un travail.

En prenant le temps d’écouter ce que l’on vit dans le moment présent, vous allez devenir conscient de votre besoin et y répondre. En le faisant, la gratitude sera au rendez-vous.

3. C’est votre choix

Soyez dans cette gratitude quand vous faites un choix. La vie est un choix et plus vous en serez conscient plus vous prendrez le temps de faire ces choix.

La prochaine fois que vous prendrez votre café ou votre thé, humez-le, touchez la tasse chaude, goûtez-le, ressentez le plaisir que cela vous procure. Au moment où le plaisir monte, dites MERCI ! Je vous le rappelle, la gratitude est un muscle à travailler.

4. Dire merci

Tous les soirs, tous les matins et à chaque fois que vous y pensez, dites MERCI. Merci d’être en vie, d’être en santé, de travailler, de respirer, de pouvoir faire du ménage, car cela veut dire que vous avez une maison !

C’est simple, la situation peut être pire que cela. Alors, remerciez la vie de ce que vous avez.

Je vous rappelle que vous pouvez télécharger mon e-book. N’hésitez pas à m’écrire ou à mettre des commentaires ci-dessous.

Commentaires fermés sur 4 points pour être dans la gratitude

Type on the field below and hit Enter/Return to search