Catégorie : Développement personnel

8 techniques du 8 pour aider votre enfant à se concentrer

Certains enfants partent à l’école avec un stress qui leur procure un manque de concentration et de confiance en eux. Cette technique de visualisation va aider votre enfant à être…

Certains enfants partent à l’école avec un stress qui leur procure un manque de concentration et de confiance en eux. Cette technique de visualisation va aider votre enfant à être plus serein pour s’épanouir en toute quiétude. Le tracé d’un huit s’effectue sans lever la main et aide à la concentration. Quand on le met a l’horizontal, il est l’infini qui permet à l’esprit de se concentrer pour retrouver une sécurité et une paix intérieure…

 

Les aventures de Monsieur 8

Dans un lieu calme et dénué de toutes perturbations extérieures, faites asseoir votre enfant en lotus (en tailleur), faites lui dessiner le chemin de Monsieur 8 sur un papier puis faites lui recouvrir ce tracé à l’aide de petites graines (lentilles, grains de café…), elles sont les problèmes que l’enfant rencontre sur sa route et peuvent être nommées quand il les pose. Chaque graine est une difficulté croisée et une fois posée, l’enfant est délesté de son poids.

méditation pour les enfants

La route est tracée et le voyage peut commencer

– L’enfant ferme ses yeux et imagine un 8 couché, fait de deux boucles, une devant chaque œil.
– Avec l’aide de l’index de sa main droite, il en dessine tranquillement le pourtour puis plus rapidement et enfin à toute vitesse.
– Puis avec l’aide du doigt de sa main gauche, il esquisse le même parcours.
– Il imagine que deux 8 debout sont tracés, un devant chaque œil. Avec chaque index, il en dessine simultanément le pourtour et ceci dans le même sens.
– Le même exercice mais il dessine les 8 debout dans l’autre sens.
– Le même exercice mais avec les deux index qui vont dans les 2 sens contraires.
– Et enfin, il réunit ses 2 mains paume contre paume, index pointés et bras tendus pour dessiner un 8 debout.
– La même chose avec un 8 couché.

Ce chemin amène à un temps de respiration en 8 temps en étant bien au chaud sous un plaid, en position allongée et les mains sur les yeux. À chaque inspiration, le 8 grandit et à chaque expiration le 8 diminue.
Cette aventure se termine en ouvrant les yeux et c’est maintenant à votre enfant d’en raconter son dénouement. Belle route… !

Commentaires fermés sur 8 techniques du 8 pour aider votre enfant à se concentrer

4 clés pour se fixer des objectifs… et les atteindre !

Je suis prête à parier que si je vous demandais de me dire quels sont vos objectifs pour les mois à venir, vous me réciteriez une liste impressionnante de choses…

Je suis prête à parier que si je vous demandais de me dire quels sont vos objectifs pour les mois à venir, vous me réciteriez une liste impressionnante de choses qui seraient pour la plupart, avouez-le, quasiment impossibles à concrétiser un jour. Ne vous méprenez pas, je ne suis pas en train de dire que vous n’êtes pas capable d’arrêter de fumer du jour au lendemain, ou d’aller élever des chèvres dans le Larzac… C’est juste qu’il y a une différence (et pas des moindres) entre ce que vous aimeriez faire un jour – un rêve – et ce que vous pouvez faire, ce sur quoi vous êtes prête à agir.

Comme je sens que le doute est en train de vous envahir, voici quatre clés pour vous aider à vous fixer des objectifs… et les atteindre !

objectif méditation

1. Soyez SMART !

Smart, ça veut dire « malin » ou « intelligent » en anglais mais c’est aussi le nom d’une méthode que l’on utilise en coaching pour aider un client à définir son objectif. Pour mettre toutes les chances de votre côté, fixez-vous un objectif qui soit Simple, Mesurable, Atteignable, Réaliste et Temporel : il faut qu’il vous parle, que vous pensiez sincèrement pouvoir l’atteindre et qu’il soit défini dans le temps (nous y reviendrons un peu plus bas).

Plus votre objectif sera concret, plus vous aurez la sensation de le toucher du doigt en vous en approchant et plus il sera plus facile de rester motivée sur le long terme.

2. Un objectif à la fois 

Pas besoin de vous prévoir une liste longue comme le bras de choses à faire d’ici la fin du mois ! Commencez par un objectif (simple, souvenez-vous) puis vous pourrez en prévoir un deuxième quand vous aurez atteint le premier…

De cette manière, vous avancerez à votre rythme tout en prenant de l’assurance. Et il y a fort à parier que vous vous fixerez de nouveaux challenges une fois les premières étapes franchies !

3. Fixez-vous une date limite 

Pour que votre projet se réalise, il faut qu’il soit le plus concret possible et pour cela vous devez lui fixer une date limite. Quelle priorité lui donnez-vous dans votre vie ? Quelle énergie êtes-vous prête à investir pour le concrétisez ? Choisissez une date qui soit réaliste et pas trop éloignée dans le temps. Prévoir de se remettre à courir dans 10 ans ou se dire « je le ferai d’ici la fin de l’année » n’est pas très motivant… En revanche, cocher la date 20 décembre dans votre calendrier l’est beaucoup plus !

4. Mettez-y du cœur 

Pour entretenir votre motivation sur la durée, cet objectif doit vous tenir à cœur et vous apporter quelque chose sur le plan personnel, c’est-à-dire que vous savez que vous vous sentirez vraiment satisfaite une fois que vous l’aurez atteint. Quand vous pensez à votre projet, vous essayez de projeter des émotions positives sur sa réalisation : de la joie, de la fierté, de l’excitation… Plus elles seront intenses et plus tout ce que vous faites aura du sens.

Commentaires fermés sur 4 clés pour se fixer des objectifs… et les atteindre !

Comment vivre le changement ?

Les temps changent, la vie change, nous changeons et la seule chose qui ne change pas vraiment est le changement. Il reste toujours pareil comme si rien ne l’atteignait, mais…

Les temps changent, la vie change, nous changeons et la seule chose qui ne change pas vraiment est le changement. Il reste toujours pareil comme si rien ne l’atteignait, mais on le comprend davantage aujourd’hui qu’avant et si changer, pour certains d’entre nous, veut nécessairement dire se vautrer dans la peur, il en est tout autrement pour d’autres…

Un ami, lors d’une conférence qu’il offrait hier, m’a rappelé que changer est possible et que changer de façon douce l’est tout autant. Vivre le changement ça s’apprend, comme n’importe quelle autre chose!

L’insécurité nous effraie

Il ne fait pas peur à lui seul le changement. C’est l’insécurité que nous vivons souvent à l’heure des transformations qui nous effraie. Être bien calé dans un « connu » ayant une assise peu confortable peut s’avérer être le choix que nous ferons relativement au changement puisque ce dernier nous parle de l’inconnu et du mystère l’entourant.

Ce fameux inconnu que beaucoup redoutent. Remarquez que certains y carburent pour de bonnes raisons ou encore pour des raisons obscures. Quoi qu’il en soit, l’inconnu fait souvent peur et bien des ravages dans notre imaginaire fertile avant même qu’il ne devienne connu.

Parce qu’à ce moment bien précis, il nous arrive fréquemment de nous rendre compte que nous avons nourri des chimères qui, dans les faits, n’avaient pas lieu d’exister, même dans un monde d’utopies!

Le deuil qui s’impose

Une autre chose qui nous est difficile à accepter et c’est là-dessus que mon ami a mis l’accent, hier soir, c’est le deuil que nous vivons nécessairement quand nous vivons aussi un changement. Lui, en ses mots, nous expliquait qu’à faire certains choix différents qu’à l’accoutumée, on mettait inévitablement des trucs de côté.

J’ai pensé comme lui et je le pense encore. On ne peut tout vivre à la fois après tout! Et, ces changements ou transformations dans nos vies, nous amènent à faire de véritables deuils, petits et gros, que ce soit dans ce que nous vivons quotidiennement ou plus rarement, dans nos comportements ou nos perceptions, dans nos choix d’amis, etc.

L’important est de savoir…

Mais l’important, lorsque nous vivons de tels « bouleversements », qu’ils soient positifs ou non, choisis ou imposés, c’est de se souvenir de qui nous sommes et de l’itinéraire de vie pour lequel nous avons opté.

Ainsi, faire souvent des bilans conscients sur ce que nous vivons et comment nous décidons de le vivre nous aidera à mieux saisir ce qui nous bouleverse tant, encore une fois, positivement ou négativement.

Parce que, ne l’oublions pas, la vie est bien faite, du moins, je crois, et elle n’aime pas le vide. Si pour une raison ou l’autre nous vivons des transformations, petites ou grandes, et que du coup, des choses disparaissent, elles seront indubitablement remplacées par d’autres choses.

C’est ce qu’on pourrait appeler la magie de la vie! Et tant qu’à vivre dans un monde utopique où l’on se fait peur avec tout ce qui est nouveau, aussi bien y vivre en se disant que tout ira pour le mieux et surtout, que tout est parfait.

La vie est parfaite

S’il est difficile souvent, lorsque nous vivons des bouleversements, de s’accrocher à des idées positives, celle de la perfection, bien que très dérangeante, nous procure un mieux-être inégalé. Il peut d’ailleurs se traduire par le lâcher-prise et l’acceptation.

« Souvenez-vous, disait mon ami, qu’en tombant dans une chute d’eau et en nageant à contre-courant, il y a de fortes chances de vous noyer. Par contre, bien qu’illogique pour notre cerveau, en nageant vers le bas fond, le courant naturel de l’eau vous fera remonter! »

N’est-ce pas là des paroles de sagesse qui font du bien quand on y pense? Cela signifie donc qu’à se débattre avec l’idée du changement, nous nous rendons la chose encore plus difficile qu’elle ne l’est en réalité.

À méditer!

Commentaires fermés sur Comment vivre le changement ?

3 étapes pour vaincre le sentiment de culpabilité

Peur de mal faire, de se tromper, de décevoir, de ne pas plaire aux autres…La culpabilité peut envahir les personnes hypersensibles, devenant alors un vrai handicap émotionnel vis à vis…

Peur de mal faire, de se tromper, de décevoir, de ne pas plaire aux autres…La culpabilité peut envahir les personnes hypersensibles, devenant alors un vrai handicap émotionnel vis à vis de soi. Cela peut ronger votre mental, vous angoisser (zones du plexus et du ventre serrées), vous donner une posture résignée et même agir sur votre santé. Le sentiment de culpabilité maladif enclenche et alimente un processus d’autodestruction. Comment la vaincre et être pleinement vous-même ?

1/ Posez les limites

Faites le point, par exemple à l’écrit, et définissez quelles personnes et situations déclenchent chez vous le sentiment de culpabilité. L’entourage peut parfois mettre la pression sans pour autant le faire exprès mais ce n’est pas une raison valable pour vous faire du mal. Une fois que vous avez détecté ces situations, coupez les cordes de négativité.
Je vous suggère alors l’exercice de visualisation des petits bonshommes allumettes de Jacques Martel, afin de couper les liens négatifs entre la personne et vous-même :

– Dessinez des bonshommes en bâtons chacun dans leur bulle

– Ensuite, tracez une plus grande bulle qui englobe les 2 personnages

– Écrivez « moi » au-dessus d’un bonhomme puis le nom de l’autre personne au-dessus de l’autre bonhomme

– Reliez en 7 traits les deux bonshommes

– Finalement, coupez aux ciseaux au milieu du papier et dites une phrase positive à voix haute telle que: « Je coupe ici et maintenant les cordes d’attachement toxiques, seul l’Amour Inconditionnel reste entre untel et moi ».

2/ S’entrainer à observer

Il est important d’arrêter les jugements. Évitez de juger les autres, de vous juger : vous ne laisserez ainsi pas les commentaires et actes négatifs vous atteindre. Essayez plutôt l’observation de ce qui est: j’observe, je constate. J’accepte ce qui est. Cela ne signifie pas que vous devez vous résigner davantage. Il s’agit seulement de prendre de la distance, du recul. N’essayez pas d’être dans l’opinion mais juste dans l’acceptation de ce qui est. Le yoga et la méditation sont de formidables outils qui permettent de développer cela.

3/ Dire au revoir à ce sentiment maladif

Écrivez une lettre à Culpabilité. Nommez-la. Parlez-lui, insultez-la si cela vient ainsi. Dites tout ce qui vous traverse, ce qui vous fait mal, ce que vous trouvez injuste etc. Il se peut aussi que vous lui parliez avec amour. Racontez-lui pourquoi et comment vous devez avancer pour votre bien. Délestez-vous de ce qui ne vous sert plus.

Autre exercice : visualisez un ballon de baudruche de la couleur que vous voulez. Vous mettez dedans Culpabilité. Laissez alors ce ballon partir, le plus loin possible.

Quelle technique avez-vous donc envie d’essayer en premier ?

Commentaires fermés sur 3 étapes pour vaincre le sentiment de culpabilité

4 étapes pour récolter ce que vous semez

Il existe de nombreux outils pour réussir votre vie. Aujourd’hui je veux vous parler d’un de ces outils : la Loi de cause à effet. À mon avis, une fois comprise,…

Il existe de nombreux outils pour réussir votre vie. Aujourd’hui je veux vous parler d’un de ces outils : la Loi de cause à effet. À mon avis, une fois comprise, cette Loi est un atout phénoménal. Pour une bonne entrée en matière, regardez cette vidéo qui va certainement vous éclairer sur le sujet :

Vous reconnaissez-vous ?

Êtes-vous du genre à vous faire arriver toujours le même type de situations ? Dites-vous souvent « pourquoi moi » ? Essayez-vous de comprendre pourquoi ce sont toujours les mêmes choses que vous vivez ? Comme vous l’avez vu dans la vidéo, plus je pensais qu’en tant que personne de couleur je ne valais pas grand-chose, plus je m’interrogeais sur mes diplômes et mes capacités à faire les choses. Voir arriver des situations qui ne vous donnent pas ce que vous voulez devient frustrant et décourageant, n’est-ce pas ?

Et pourtant, ce que vous voulez c’est…

Vivre votre vie comme vous l’entendez et être le maître de votre vie. Pour se faire, vous devez apprendre sur vous. Il vous faut comprendre vos réactions et pourquoi vous plantez toujours les mêmes graines afin d’en planter d’autres, plus bénéfiques pour vous.

Alors cette Loi ?

Le feu, ça brûle. Si vous mettez votre main au feu, ça va brûler. La Loi de cause à effet est aussi simple que cela. Si vous pensez que vous êtes bête et nul(le), il se peut que les autres le perçoivent et le pensent aussi. Eh oui ! Ils ne projettent que l’image que vous donnez de vous.

Plusieurs mots sont utilisés pour la définir : karma, la loi du retour ou on récolte ce que l’on sème. Alors si vous voulez avoir une récolte de confiance et d’amour, commencez par planter de l’amour et de la confiance en vous.

4 étapes pour vous y aider

Étape 1 : S’observer

Je ne le répèterai jamais assez, devenir conscient est la première étape pour transformer quelque chose. Vous devez observer la manière dont vous fonctionnez et réagissez dans les situations différentes qui vous arrivent.

Étape 2 : Faites la liste des résultats dont vous n’êtes pas satisfait

Écrivez tous les éléments que vous avez dans votre vie dont vous n’êtes pas satisfait et que vous voulez changer.

Étape 3 : Écrivez ce que vous voulez comme résultats

Maintenant, prenez chaque élément de votre liste et notez ce que vous voulez voir arriver.

Étape 4 : Trouvez d’autres manières de faire

Et enfin, trouvez des actions concrètes à mettre en place pour aller vers de nouveaux résultats.

Que perdez-vous à essayer ? Donnez-m’en des nouvelles.

Commentaires fermés sur 4 étapes pour récolter ce que vous semez

Atteignez vos objectifs en 3 étapes avec la méthode CIA

Pourquoi est-ce si important d’avoir des objectifs ? Il y a deux raisons. La raison principale est que si vous n’avez pas d’objectif vous allez avoir la sensation de piétiner…

Pourquoi est-ce si important d’avoir des objectifs ? Il y a deux raisons. La raison principale est que si vous n’avez pas d’objectif vous allez avoir la sensation de piétiner et de ne pas avancer dans votre vie. Et la seconde c’est que les autres auront des objectifs pour vous. Si vous avez la sensation de faire beaucoup de choses pour les autres ou que l’on vous dit quoi faire et comment le faire et que vous vous sentez contrôlé, c’est qu’il est urgent pour vous de vous donner des objectifs.

Avoir un rêve

Vous avez un rêve ? Que je suis contente pour vous, car beaucoup de personnes n’en ont pas. Ces personnes pensent qu’elles n’ont pas le droit d’avoir plus que ce qu’elles ont. Elles pensent qu’elles ne méritent pas plus et se contentent de leur vie. Par contre, d’autres vont en faire des rêves, elles vont les vivre, les visualiser, mais sans poser des actions ces personnes vont se décourager de voir que le rêve reste un rêve et le doute va s’installer.

Deux choix se présentent à vous

Premièrement, vous voyez que la montagne est grande ! Et mettre en place tellement d’efforts ne vous tente pas, vous décourage et vous laissez tomber.

Deuxièmement, vous êtes prêt. Vous commencez l’ascension de la montagne pour réaliser vos rêves qui vient de passer du rêve à l’objectif.

La différence entre le rêve et l’objectif

Il existe une différence entre un rêve et un objectif. Vous pouvez rêver autant que vous voulez sans action le rêve reste un rêve. Tandis que penser, créer, définir des actions concrètes c’est avoir un but, une mission, un objectif.

Quoi, ça fait simpliste ? Ok, je comprends. Laissez-moi vous montrer. Répétez cette phrase en fermant les yeux ou en vous regardant dans un miroir :

« Mon rêve est un objectif, un but à atteindre ».

Que ressentez-vous ? Ne sentez-vous pas un feu qui a envie de sortir de votre ventre ou de votre cœur ? Une envie de foncer vers votre objectif ? Vous n’êtes plus dans le « peut-être je vais y arriver », vous êtes dans « je fais quelque chose pour y arriver ». C’est totalement différent !

Alors, vous êtes avec moi, on avance ?

Saviez-vous que la CIA peut s’en mêler ?

Oui la CIA, mais non l’Agence centrale d’Intelligence…l’autre CIA, la technique J.

Un C pour clarifie

Je viens du Québec et cette semaine nous avons reçu une lettre pour remplir le questionnaire du recensement au Canada.  Pourquoi à votre avis ce questionnaire est important ? Il l’est, car il va aider le gouvernement à prendre de meilleures décisions, claires et précises.

Pour prendre une décision, les entreprises, les gouvernements et vous, avez besoin de clarifier vos objectifs.

Alors, notez sur une feuille vos objectifs et classez-les en ordre de priorité. Pour les personnes qui n’ont pas d’objectifs. Je vous propose d’aller télécharger mon e-book : l’accélérateur de ton bien-être en 4 étapes. Vous allez avoir un exercice qui va pouvoir vous aider à définir votre objectif en fonction du ou des domaines qui en ont le plus besoin.

Un I pour intention : le pouvoir de l’intention

Quelles sont vos motivations ? Quelles sont les conséquences potentielles de ce changement pour vous ? Quels moyens d’action possédez-vous pour obtenir ce changement ? Et enfin quelles émotions associez-vous à ce changement ? Ces quelques questions seront une aide précieuse pour clarifier votre position par rapport à un choix ou une situation inattendue. Cela vous permettra de voir d’où vient le choix.

Votre choix est-il motivé par la peur? L’envie de plaire, de se conformer? Ici, la décision et l’action sont coupées de nos perceptions profondes. On se force, on entend parfois une voix en nous qui voudrait faire autrement, mais on ne l’écoute pas.

Ou bien votre choix est-il le fruit de vos valeurs profondes? Dans cette seconde option, le choix part de vos valeurs profondes et ne comporte pas cette dimension de déni.

A chaque instant, reconnectez-vous à votre intention profonde. Cela vous donnera souvent le bon chemin à suivre.

Un A pour ajuster

Mettez en place vos actions. Si vous n’avez pas de plaisir, ajuster votre action sinon vous allez laisser tomber. Gardez en tête que oui vous travaillez pour l’atteinte de votre objectif, mais surtout vous devez avoir du plaisir en chemin.

Privilégiez aussi les objectifs qui répondent à un besoin d’être. Par exemple, je veux une maison, car je veux être en sécurité…pas pour montrer que j’ai plus que le voisin !

Vous avez tout pour prendre en main votre vie. On y va ? Écrivez-moi dans les commentaires votre objectif et les actions que vous voulez mettre en place pour y arriver. À bientôt de vous lire.

2 commentaires sur Atteignez vos objectifs en 3 étapes avec la méthode CIA

3 astuces pour arrêter de vous comparer aux autres

« Elle est plus intelligente, belle, drôle que moi » ou bien, « il a bien mieux réussi sa carrière, alors qu’on a le même diplôme… », « ma collègue…

« Elle est plus intelligente, belle, drôle que moi » ou bien, « il a bien mieux réussi sa carrière, alors qu’on a le même diplôme… », « ma collègue a reçu une promotion, mais pas moi, c’est injuste! ». Quand la voix de la comparaison pointe le bout de son nez, c’est souvent pour nous rapetisser. Se comparer nous emmène dans les regrets, la frustration, le stress, voire… la jalousie! Et nous devenons les victimes de nos propres jugements de valeur. Alors, comment arrêter de se comparer et se sentir plus à l’aise dans nos baskets?

Voici 3 astuces pour vous:

1/ Mettez le doigt sur votre juge intérieur

Quand la petite voix au fond de nous nous murmure : “Tu as vu, elle, elle a tout réussi, belle carrière, enfants parfaits, épouse idéale, et en plus, elle a une de ces pêches…! Et toi à côté, … pfff… ce n’est pas gagné! » (… quel encouragement sympathique!) ou bien, “Tous mes amis ont quelqu’un dans leur vie, et … moi?! Je dois avoir un sérieux problème.” (ou alors, ce n’est pas le bon timing?!)

Et nous voilà embarqué dans la danse des comparaisons, lui ou elle est : « plus que », « moins que », « pas assez »… par rapport à soi-même. La comparaison vient d’un mécanisme tout simple, celui du jugement. Le juge est un saboteur que nous avons tous, personne n’y échappe. On se juge soi-même, et on juge les autres. On évalue, on pèse, soupèse, on compare des personnes qui ont des chemins de vie uniques, des personnalités et traits de caractère différents. Ce serait comparer des poires avec des pommes.

L’effet de ce sabotage intérieur ? Nous nous… sabotons le moral, cela nous fait souffrir, nous déprime (il faut le dire) et nos chances d’être focalisé sur des réflexions positives et constructives pour nous s’amenuisent. Une idée clé pour vous :  ce sur quoi vous allez porter votre attention grossit.

La méditation est un outil fabuleux pour entrainer votre esprit à choisir les pensées qui vous font du bien, prendre du recul sur celles moins constructives et être plus zen. Votre monde intérieur est comme un jardin – nous choisissons d’arroser les plantes que l’on veut voir pousser… Alors, quelle pensée souhaitez-vous cultiver en vous? Celle de la bienveillance ou celle du jugement?

Qu’est-ce qu’être bienveillant avec vous-même? En quoi cela vous aiderait dans vos relations avec les autres? Quelle pensée bienveillante pourriez-vous commencer à vous dire de manière intentionnelle, et à cultiver?

2/ … Faites-vous du bien!

Dans ce processus de comparaison, notre estime de soi en prend un coup, et on a tendance à déprimer, à ruminer, à se renfermer. Le fait de se laisser aller peut même accélérer ce processus de jugement vis-à-vis de soi-même, du type “Tu vois, tu n’es bon/bonne à rien! Tu te laisses complètement aller! ». Encore moins motivant, on est bien d’accord?!

Hop hop hop, on ne se laisse pas embarquer dans cette spirale infernale. Si on se compare, c’est que l’on porte en soi une fragilité, une partie en nous plus vulnérable, alors prenons-en soin. Oui, prenons soin de cette partie de nous qui a tellement envie d’être reconnue, aimée, validée par les autres.

Écoutez cette partie plus fragile en vous, rassurez-la, et dorlotez-vous. Faites-vous du bien : écrivez vos ressentis dans votre journal, organisez-vous des sorties rien qu’avec vous, faites du sport, offrez-vous un massage…

Bref, aimez-vous comme vous aimeriez qu’on vous aime. Vous êtes votre premier compagnon de route, choisissez d’avoir la casquette du/de la meilleur/e ami/e plutôt que de l’ennemi juré (surtout que la vie peut être longue, alors choisissons plutôt d’être de bonne compagnie avec soi!)

3/ Reboostez votre estime!

Un exercice tout simple que vous pouvez mettre en place dès à présent : faites la liste de vos 50 qualités avec des exemples concrets à l’appui. Exemple: « Débrouillard ; j’ai monté mon meuble IKEA tout seul dimanche soir, j’ai trouvé un super bon plan pour les vacances en Croatie en famille, j’ai changé le pneu du vélo de Julie, etc. »

Affichez-les à un endroit visible : dans votre salon, votre cuisine (etc.). Vous pourriez les encadrer pour célébrer toutes ces perles précieuses qui sont en vous. Regardez-les tous les jours, ressentez l’appréciation que vous avez vis-à-vis de vous-même en toute humilité et en toute bienveillance.

Astuce pour vous si vous manquez d’inspiration sur vos qualités : demandez à vos proches quelles sont les qualités qu’ils adorent en vous! Et puis, recevoir des paroles d’appréciation et d’amour de ceux que l’on aime,… rien de tel!

L’estime de soi se construit, se développe comme un muscle, jour après jour et à chaque fois que vous décidez de vous aimer, et non d’écouter votre juge intérieur.

Cultivez les pensées qui vous font du bien et soyez plein d’amour vis-à-vis de vous-même.

Vous êtes unique, précieux.

Commentaires fermés sur 3 astuces pour arrêter de vous comparer aux autres

2 exercices pour lâcher prise facilement

Quand un problème, une difficulté surgit, il n’est pas facile de prendre du recul par rapport à ce qui nous perturbe, nous affecte, nous fait souffrir. D’autant plus qu’à ce problème,…

Quand un problème, une difficulté surgit, il n’est pas facile de prendre du recul par rapport à ce qui nous perturbe, nous affecte, nous fait souffrir. D’autant plus qu’à ce problème, se rajoutent nos pensées qui souvent amplifient ou transforment la situation initiale : « C’est la cata, je ne vais pas y arriver, c’est trop dur, pourquoi cela m’arrive à moi ? C’est injuste… » Nous pratiquons alors ce que les boudhistes appellent « la double peine ».

Nos pensées sont là, omniprésentes. Elles tournent en boucle sans rien résoudre. Tout se passe comme si notre conscience se rétractait sur nos pensées douloureuses, sans pouvoir s’ouvrir à tout le reste, à ce qui fonctionne bien dans notre vie et aussi à tout ce qui est là : notre respiration et nos sensations corporelles. Car nous ne sommes pas que nos pensées.
Happés par notre mental, nous essayons tant bien que mal de trouver une solution à notre problème. Nous l’évaluons sous tous les angles, nous nous mettons la pression : « Je dois, il faut absolument que je trouve une solution »

Or, vous l’avez sans doute expérimenté, il suffit parfois de mettre notre problème de côté pour que plus tard émerge une solution pertinente. C’est précisément ce que le « lâcher prise » nous invite à pratiquer : accepter que la voie que nous explorons n’aboutit pas, renoncer à trouver une solution immédiate, y revenir plus tard…. Plus tard, quand nous aurons gagné en clarté mentale et en lucidité. Car c’est avec cet état d’esprit qu’une solution pertinente pourra émerger. Pas dans le brouillard de notre brouhaha mental.

Comment faire pour renoncer à tout contrôler ? Comment faire pour apaiser votre esprit ?

Voici 2 exercices de visualisation pour vous aider à lâcher prise :

1. Exercice de visualisation

Imaginez que vous êtes pieds nus, au bord de l’eau (mer, lac, comme vous préférez). Vous êtes face à cette immense étendue d’eau. Vos poches sont remplies de cailloux, chacun représentant une situation pour laquelle vous avez du mal à lâcher prise, en ce moment, dans votre vie personnelle et/ou professionnelle.
Commencez par prendre 3 belles et profondes respirations : «J’inspire par le nez sur 5 temps puis j’expire par la bouche sur 5 temps.»
Continuez de vous relier à votre respiration. Observez comme votre ventre se gonfle puis se détend, au rythme de vos inspirations et expirations. Prenez conscience de l’air qui entre puis sort de votre corps.
Puis tranquillement, à votre rythme, prenez un caillou et jetez-le dans l’étendue d’eau, loin, très loin de vous. Continuez ainsi avec chaque caillou.
Une fois vos poches vides, comment vous sentez-vous ? Ressentez-vous cette légèreté qui vous habite, cette délicieuse sensation de ne plus lutter ?

2. Exercice audio guidé

Je vous invite à essayer ce court exercice, guidé avec ma voix.
Installez-vous dans un endroit calme où vous êtes sûr(e) de ne pas être dérangé(e).

 

Et vous, que faîtes-vous pour lâcher prise ? Quelles stratégies avez-vous développé pour moins vous laisser happer par votre mental ?

Commentaires fermés sur 2 exercices pour lâcher prise facilement

Comment bien démarrer votre journée

Bip, bip, bip. Il est 6h45. La sonnerie du réveil retentit. Votre rythme est bien ancré, votre travail agréable, votre moral positif, et pourtant… Vous appuyez sur SNOOZE. Bip, bip,…

Bip, bip, bip. Il est 6h45. La sonnerie du réveil retentit. Votre rythme est bien ancré, votre travail agréable, votre moral positif, et pourtant… Vous appuyez sur SNOOZE.
Bip, bip, bip. Il est 6h55. La sonnerie du réveil retentit. Elle vous surprend alors que vous vous étiez rendormi.
Bip, bip, bip. Il est 7h25! La sonnerie du réveil retentit, et vous surprend une nouvelle fois. La main lourde, les yeux à demi ouverts, vous attrapez le réveil pour regarder l’heure. Vos yeux s’ouvrent grand, très grand, votre cœur bat plus vite et vous sautez du lit précipitamment. 7h25? Incroyable! Il y a eu un trou temporel… Plus que 20min pour se préparer. C’est le rush du matin qui commence. Si vous vous reconnaissez ici, alors cet article est pour vous, continuez votre lecture pour apprendre à créer un début de journée qui ne ressemble pas à un sprint.

Le déclic du changement

Bip, bip, bip, il est 6h45. Évidemment vous n’avez pas envie de vous lever. Qui aime commencer sa journée dans la précipitation en hâtant tous ses gestes et en faisant l’impasse sur un éventuel petit-déjeuner ? Je ne peux citer personne qui réponde OUI à cette question. Pensez à ce que vous faites avec entrain, avec plaisir. Fermez les yeux un instant et prenez le temps de trouver cette activité. Quel est votre sentiment intérieur ? Est-ce difficile de vous y mettre?

Ressentir cet entrain le matin est-il possible?

Oui, et voici comment:
1) Bip, bip, bip. Il est 6h45. Commencez par changer la sonnerie du réveil par une mélodie non agressive et progressive, de sorte que vous ne soyez pas réveillé en sursaut.
2) Résistez au SNOOZE. Respirez, étirez-vous. Inspirez pleinement pour commencer à ré-oxygéner le corps endormi et videz totalement les poumons à l’expiration pour expulser l’air vicié de la nuit. Répétez. Ramenez les deux genoux vers vous et le front vers ceux-ci en soutenant la nuque de vos deux mains. Déposez la tête. Gardez une jambe vers vous et étirez la seconde bien loin en alternant pied pointe-pied fléchi. Changez de côté.
3) Levez-vous. Non pas pour commencer les tâches répétitives de vos matins qui se ressemblent, mais pour démarrer la journée avec une activité de votre choix. Le matin, les minutes sont comptées et je ne vous demande pas ici de commencer à coudre, peindre ou tricoter, mais simplement à utiliser 3 à 5 minutes POUR VOUS.

3 idées pour votre rituel matinal rapide

– 3 à 5 minutes pour rafraîchir le visage avec une lotion tonique suivi d’une crème hydratante. Prenez le temps de vous imprégner de la senteur de ce produit que vous utilisez et de la douce sensation de la crème qui s’étale sous vos doigts. Soyez présent aux sensations, soyez présent à votre odorat.

– 3 à 5 minutes pour appliquer une huile essentielle ou une huile de massage au niveau de la plante des pieds et/ou dès trapèzes pour délier les tensions de la nuit. Soyez présent aux sensations, soyez présent au toucher.

– 3 à 5 minutes pour étirer le corps plus en profondeur, toujours sous la douce chaleur de la couette ou debout, voir assis au bord du lit. Soyez présent aux sensations, soyez présent au corps tout entier.

Créer un rituel de bien-être et de présence vous aidera à trouver l’enthousiasme nécessaire pour démarrer votre journée. Faites le choix d’un réveil en conscience en cultivant la qualité que vous souhaitez développer. Et tentez de ne pas vous laisser happer trop rapidement par votre smartphone et la multitude d’informations qu’il déverse sur vous.

Prenez l’habitude de passer du temps avec vous pour être proche de vous avant de partager avec ceux qui vous entourent puis de vous lancer dans l’agitation du monde extérieur.

Belle journée

Commentaires fermés sur Comment bien démarrer votre journée

Rentrée zen pour les enfants : 5 exercices

La rentrée scolaire sonne à vos portes et votre enfant se plaint de maux de ventre. Comme le stress est contagieux, pour vous apaiser tout deux, une petite séance de…

La rentrée scolaire sonne à vos portes et votre enfant se plaint de maux de ventre. Comme le stress est contagieux, pour vous apaiser tout deux, une petite séance de yoga s’impose! Vous pourrez ainsi appréhender cette rentrée en toute sérénité.

Quel est le secret du yoga pour agir aussi efficacement sur votre petit bout tout en vous permettant de vous amuser ? Le mot Yoga signifie Union, l’union du corps et de l’esprit. Mais ici l’union est également avec votre enfant car pratiquer des activités avec lui est important et ouvre la discussion, c’est le sésame d’une confiance amorcée.
Le yoga apporte : une flexibilité du corps, de l’équilibre, une meilleure conscience du corps dans l’espace, il diminue le stress, permet de mieux se concentrer, de mieux s’adapter ainsi que de développer une meilleure estime de soi. Il est considéré comme une méditation active.

Mode d’emploi d’une séance réussie

Tout d’abord, il faut trouver un coin calme. Éteignez votre portable et tout ce qui comporte des ondes. Et habillez-vous avec une tenue confortable. Durant cette petite séance, nous pouvons raconter une histoire tout en changeant de posture. Je vous laisse libre de développer votre imagination avec les 5 postures suivantes : (à faire ensemble car votre enfant aime participer à cette élaboration.)

Posture de la montagne

Cette posture est essentielle, on se tient debout solide, pied contre pied, tout le corps bien aligné. On place ses mains devant son cœur, paume contre paume. Cette position favorise l’équilibre et fait travailler la force abdominale et celle des cuisses.

Posture de l’arbre

On reste debout dans la position de la montagne et on s’enracine fortement les pieds au sol, on monte les mains vers le ciel et on glisse son pied tout le long de la jambe pour poser le pied au-dessus du genou. On essaie de rester en équilibre. Cette position est bénéfique pour l’équilibre, la force des chevilles et des bras.

Posture du chien tête en bas

On se met à 4 pattes, les mains bien ancrées au sol, les bras à la largeur des épaules et on déplie les genoux, pieds écartés à la largeur des hanches comme si les fesses touchaient le plafond. Cette posture favorise la force des bras, l’étirement des jambes et permet une meilleure concentration ainsi qu’un sentiment de paix intérieure.

Le tableau magique

On s’assoit l’un derrière l’autre et on écrit ou on dessine sur le dos de l’autre. On doit appuyer fortement sans lever la main pour que l’autre réussisse à deviner ce que vous dessinez avec la main. Cet exercice favorise la concentration et la visualisation qui permet un meilleur apprentissage.

Temps calme

S’allonger sur le dos, mains sur le ventre en respirant profondément par le ventre, en fermant les yeux et en s’imaginant être sur un nuage qui est léger et qui s’envole loin dans le ciel. Cet exercice permet de diminuer des douleurs et de développer les capacités du cerveau.

Vous êtes ainsi prêts à affronter ce premier jour de rentrée mais surtout apaisez-vous car votre enfant ressent vos sentiments, n’oubliez pas qu’il est un prolongement de vous.. Il absorbe tout comme une éponge ! A vous de jouer…
N’hésitez pas, laissez-moi un message à la moindre question.

Commentaires fermés sur Rentrée zen pour les enfants : 5 exercices

Type on the field below and hit Enter/Return to search