Auteur : Veronique Moussa

5 clés pour établir des relations positives

Nos relations aux autres sont au cœur de notre vie de chaque jour et donc influencent significativement notre baromètre intérieur, notre bien-être. Autour de nous, il y a des relations…

Nos relations aux autres sont au cœur de notre vie de chaque jour et donc influencent significativement notre baromètre intérieur, notre bien-être. Autour de nous, il y a des relations positives, celles qui nous font du bien, qui nous boostent, nous procurent un sentiment de satisfaction. Il y en a d’autres plus compliquées, voire toxiques.

Quelle que soit la nature du lien, familial, amical, professionnel, amoureux, une relation équilibrée génèrera une dynamique positive. Une relation qui ne respecte pas cet équilibre nous envahira, nous frustrera voire pourra être destructrice.

De quel équilibre parle-t-on ?

Il ne s’agit pas d’établir des relations complètement linéaires dans lesquelles nous nous ennuyons, ni des relations donnant-donnant qui deviennent purement utilitaires. Il s’agit d’établir un lien durable qui soit dans l’échange, le partage, le respect de l’autre, de ses valeurs et de sa liberté. Parfois nous serons davantage dans le « donner », d’autres fois dans le « recevoir ». Dans tous les cas, chacun va se « nourrir » mutuellement et non se grignoter. Chacun se sentit tout simplement bien.

appli de méditation

Se nourrir de quoi ?

Eh bien de tout ce qui fait notre joie de vivre : affection, connaissances, activités, énergie positive… Une relation saine nous tire vers le haut, nous booste. Elle nous aide à aller au delà du terrain connu et non pas à rester en vase clos.
Nous devons juste rester conscient que si un déséquilibre arrive, il n’est que temporaire et s’envisage sur le court terme. Il permet d’accéder à une ouverture, à de la nouveauté. Il crée un mouvement vers l’extérieur ou vers l’intérieur pour se connaître, se découvrir toujours mieux.
Ainsi, dans notre relation à l’autre, nous trouvons un mystérieux dosage d’ingrédients de base qui font que la relation est unique, une sorte d’alchimie où la magie opère :


1. Sincérité
: être vrai, sincère avec soi comme avec l’autre dans ce que l’on dit/ressent/fait
2. Respect : de même, se respecter permet d’inviter l’autre à nous respecter, un respect mutuel s’installe
3. Confiance : établir un lien confiance se construit pas à pas en prenant ses responsabilités et en tenant ses engagements
4. Bienveillance : accueillir l’autre pour ce qu’il est, une personne avec ses qualités et ses défauts, sans jugement
5. Amour : installer et construire le lien avec cette conscience plus globale que la relation existe et que ce qui est fait dans le cadre de cette relation, est fait par amour de la vie, par amour des choses bien faites, pour faire de son mieux, dans l’estime de soi, dans l’alignement avec ses valeurs. La relation peut alors prendre toute sa dimension qualitative.

A cela, nous pouvons ajouter autant d’épices et de saveurs désirées au gré de nos personnalités et de nos envies : loyauté, partage, échange, empathie, accueil, spontanéité, fidélité, créativité, volonté, découvertes…

Il en découle un lien entre deux personnes, tel un fil, que nous pourrions tendre et détendre en fonction de la situation, une juste distance qui se met en place naturellement. Un fil qui se tisse chaque jour pour devenir plus joli, plus résistant, un fil dont nous prenons soin.

Comment faire ?

– Etre ouvert
– Etre naturel
– Oser poser ses limites
– Faire confiance à ses ressentis
– Découvrir et s’enrichir des qualités et des différences de l’autre
Communiquer
– Ne pas juger ni interpréter
– Etre conscient que chacun à « sa propre carte du territoire »

Etre soi, le plus simplement possible, en conscience, c’est-à-dire avec sa tête, son cœur et son corps, et laisser la magie se faire ou pas, sans forcer.

Commentaires fermés sur 5 clés pour établir des relations positives

L’été, un moment idéal pour se connecter à soi

Souvent, dans notre vie de tous les jours, nous sommes en mode représentation, il faut faire bonne figure : être beau, être bon, avoir une belle maison, aller dans des…

Souvent, dans notre vie de tous les jours, nous sommes en mode représentation, il faut faire bonne figure : être beau, être bon, avoir une belle maison, aller dans des endroits à la mode, être performant, efficace, branché… Au fil du temps, nous avons été habitués à faire fi de nos ressentis, à agir en mode robot pour correspondre à cette sorte de façade idéale que l’on s’est créée : tout roule ! Sauf qu’à force de ne rien montrer de nos émotions, de ravaler nos colères et nos frustrations, de garder nos larmes, d’avancer coûte que coûte pour préserver notre « vitrine » sociale, nous nous éloignons de nous, de notre véritable identité et ceci devient la source de déséquilibres profonds.

Garder l’énergie positive des vacances

La pause estivale, le temps plus doux et le changement de rythme facilitent un retour à soi nécessaire pour aborder la rentrée sereinement et garder le bénéfice de ses vacances. Nous vivons, parfois malgré nous, dans l’ère du marketing de soi, les réseaux sociaux nous le prouvent chaque jour, comme si nous nous transformions en « objets » à valoriser. Nous nous mettons en permanence en mode « faire et avoir » plutôt qu’en mode « être ». Heureusement, nous sommes des « sujets » et avons le choix de le rester ! Comment ?

Reprendre sa liberté

L’idée est de se défaire de ces schémas de fonctionnement pour se retrouver au plus près de nous, de qui nous sommes, de notre vraie nature, plutôt que d’emmagasiner nos expériences et blessures sans avoir pris la peine de les digérer. Il est nécessaire de bannir ce mécanisme sournois qui bien souvent fait le socle de maladies chroniques ou aigües. Une pelote de laine toute nouée à l’intérieur… Or, en déroulant la pelote, le fil, jusqu’au cœur, on peut réapprendre à reconnaître les symptômes qui nous gênent, les ressentis qui y sont liés et à les sortir de soi ou en tout cas à les distancier de façon à ne pas s’identifier au symptôme mais à le gérer indépendamment du reste de notre être comme une question à part entière. Ainsi nous ne sommes pas chômeur mais nous recherchons un emploi. Autrement dit, nous ne sommes pas le problème, nous ne nous identifions pas à lui, nous sommes dans une dynamique de résolution de ce problème. Une forme de méditation active dans laquelle nous nous reconditionnons, nous nous mettons à l’écoute de soi, de son corps, de ses besoins.

Redécouvrir l’enfant qui est en nous

Nous pouvons par exemple nous remettre dans la peau de l’enfant que nous étions et refaire ce chemin d’apprentissage qui consiste à acter et à identifier les ressentis et émotions liés à une situation donnée. Ensuite, nous en observons les conséquences et en tirons les conclusions pour se réajuster. Gardons en tête que s’adapter ne veut pas dire s’oublier au point de se perdre mais se connaître suffisamment pour être flexible et ouvert aux situations qui s’offrent à nous.

Se sentir plus léger et plus fort

Il s’agit donc de mettre des mots sur les maux afin de comprendre, éventuellement de rectifier les choses et de permettre à notre organisme de retrouver son équilibre après la tempête, de ranger ses dossiers plutôt que de les enfouir et de les recouvrir d’épaisses carapaces. Revenir à l’origine et traverser l’émotion plutôt que de la bloquer et la stocker quelque part nous permet de dépasser les situations en en tirant toute la richesse de l’expérience dans le respect de soi.

Commentaires fermés sur L’été, un moment idéal pour se connecter à soi

Offrez-vous le luxe de l’instant présent

Effet de mode ou réalité ? Etre présent à l’instant, au moment qui se vit, ici et maintenant, est le plus beau cadeau que l’on peut s’offrir. Pourquoi ? Voici quelques éléments…

Effet de mode ou réalité ? Etre présent à l’instant, au moment qui se vit, ici et maintenant, est le plus beau cadeau que l’on peut s’offrir. Pourquoi ? Voici quelques éléments de réponse à savourer sans modération.

Personne ne changera le passé et le ressasser en boucle revient à tourner en rond dans son bocal tel un poisson rouge. Quant à l’avenir, on ne peut pas le prédire. S’y projeter en permanence, trop anticiper les évènements peut vite devenir source de stress ou favoriser le développement des problématiques de contrôle (vouloir tout maîtriser) et donc empêcher de vivre le moment présent.

Or, vivre l’instant présent c’est vivre sa vie, c’est être dedans, se donner l’occasion d’en être acteur plutôt que d’en être spectateur et de se laisser diriger par les évènements, voire de les subir. La différence est énorme. Ne pas se laisser conduire par la vie mais la conduire, faire ses choix, investiguer, vivre l’expérience, ressentir, rebondir, savourer…

C’est précisément de cette manière que l’on s’offre le privilège d’éprouver cette sensation de plénitude qui nous habite quand on vit pleinement les petits ou grands moments de son quotidien. Mis bout à bout, ces évènements constituent toute une vie.

Cette démarche, une fois adoptée, génère de multiples effets secondaires très bénéfiques. Elle permet par exemple de :

  • Trouver plus facilement son équilibre,
  • Favoriser la concentration, les apprentissages,
  • S’apaiser plus rapidement quand notre mental s’agite,
  • Récupérer plus vite en cas de fatigue ou suite à des évènements difficiles,
  • Se réjouir plus souvent et donc générer des sentiments positifs tels que la joie, la bienveillance, la gratitude, le plaisir…
  • Travailler en amont d’un sentiment de réalisation qui participe à notre construction personnelle, à l’estime de soi.

Alors comment faire pour être exactement dans cet instant, instant présent, instant magique ?

La règle d’or consiste à être plus présent à soi, à ses ressentis et sensations, se reconnecter à son corps, à vivre son expérience en investissant ses 5 sens, à les ouvrir.

->> par exemple, lors d’un repas, plutôt que de manger mécaniquement, on peut retrouver le plaisir de la dégustation en prenant le temps de savourer les aliments par :

* le regard : observer la présentation, la forme, la couleur, la texture, …

* l’odorat : porter son attention sur les odeurs, le parfum avant, pendant et après la dégustation…

* l’ouie : est-ce un aliment croustillant, fondant ?

* le toucher : est-il humide, sec, mou, dur, liquide, solide…

* le goût : bon, plaisant en bouche, acide, sucré, amer.

Cette dégustation peut être développée à l’infini et variera aussi en fonction de son état d’âme, les degrés de perception s’en trouveront modifiés.

Ainsi, il devient possible d’utiliser l’ensemble de ses ressources intérieures et non pas simplement le mental. On est progressivement plus juste, plus aligné, on se sent plus équilibré alors un mieux-être et des ressources positives émergent naturellement et potentiellement des nouvelles solutions à nos questionnements.

Les techniques de pleine conscience, de sophrologie et de relaxation permettent petit à petit d’ancrer de nouveaux réflexes en soi, de nouvelles habitudes et d’apprendre à savourer chacun de ces instants, minutes après minutes, jours après jours, mois après mois, années après années, toute une vie vécue pleinement, le plus sereinement possible et en développant le pouvoir de s’émerveiller…

Commentaires fermés sur Offrez-vous le luxe de l’instant présent

7 étapes pour sortir grandi de vos expériences

La vie nous offre l’occasion de traverser une multitude de moments qui oscillent des plus heureux aux plus difficiles. La plupart du temps, une palette d’émotions est associée à ces…

La vie nous offre l’occasion de traverser une multitude de moments qui oscillent des plus heureux aux plus difficiles. La plupart du temps, une palette d’émotions est associée à ces évènements : la joie, la colère, la tristesse, la peur, et bien d’autres encore.

Quand il s’agit d’un moment agréable, on est du côté positif de notre baromètre intérieur, tout va bien. Souvent, on ne s’en rend même pas compte.

Mais lorsqu’une ou plusieurs expériences négatives se présentent – comme une dispute avec un ami, un entretien professionnel raté, une maladie grave, un licenciement…-, il devient parfois très difficile de gérer ses émotions, de garder confiance en la vie, de rester serein. D’autant plus quand ces évènements s’accumulent. Ceci est renforcé par les codes de la société actuelle, nous sommes en mode représentation, il faut faire bonne figure, être bon, beau, efficace, drôle…

Même si nous avons été habitués à ravaler nos colères ou à garder nos larmes, à ne pas les montrer, à avancer coûte que coûte, le stress ou l’angoisse finissent par nous envahir, nous sommes ébranlés au plus profond de nous et c’est le début d’un cercle vicieux : on a des pensées négatives qui entrainent des émotions désagréables qui elles-mêmes génèrent un comportement moins approprié et donc le résultat de notre action n’est pas celui que l’on souhaitait, du coup les pensées négatives se renforcent et ainsi de suite… Voilà comment se mettent en place de façon sournoise nos ruminations et/ou ce que l’on appelle des pensées auto-saboteuses.

Pour sortir de ce cercle fermé, voir auto-destructeur, il est nécessaire de faire évoluer la situation en changeant de perspective. Certes, on ne peut pas modifier les évènements mais on peut changer notre façon de les percevoir et donc permettre une action plus positive pour faire évoluer la situation. Dès lors, on se positionne dans une boucle vertueuse :

Pensées et émotions positives -> comportement adapté -> résultat constructif

Voici 7 étapes qui conduisent à cette évolution :

1. Se positionner en tant qu’observateur plutôt que d’être dans le jugement et la dévaluation : cela revient à voir la situation de façon neutre, de l’extérieur avec une certaine distance ;

2. Faire une analyse de la situation et en extraire les points positifs et négatifs ;

3. Valoriser ce qui a fonctionné et s’appuyer sur les points négatifs pour déterminer les axes de progrès et d’amélioration ;

4. Lâcher-prise sur les points sur lesquels on n’a pas d’influence directe et investir les zones sur lesquelles on peut avoir un réel impact ;

5. Utiliser les expériences positives passées comme des ressources à actualiser ;

6. S’accorder du temps, un regard bienveillant et faire preuve de patience ;

7. Dans cette même dynamique, regarder le chemin déjà parcouru et se réjouir de chaque victoire, petite ou grande.

Une fois les étapes de ce chemin traversées, il ne nous reste qu’à découvrir la richesse des enseignements que l’expérience nous a offert, en profiter pleinement pour nous ouvrir à autre chose, nous émerveiller…

Commentaires fermés sur 7 étapes pour sortir grandi de vos expériences

Sortir de sa zone de confort : 3 clés pour oser avancer

Oser avancer dans sa vie, dans ses projets, c’est faire un pas en avant, c’est décider de bouger. Mais comment oser déstabiliser l’équilibre dans lequel nous sommes et sortir de…

Oser avancer dans sa vie, dans ses projets, c’est faire un pas en avant, c’est décider de bouger. Mais comment oser déstabiliser l’équilibre dans lequel nous sommes et sortir de notre zone de confort ? Comment décider de faire face à l’inconnu, à cette multitude de possibilités, à cet infini qui s’offre à nous comme un cadeau et à cet indéfini qui nous limite car il nous fait peur ? Quelques clés pour avancer.

1* Regarder toujours plus loin

Paradoxalement, il faut prendre le temps de s’arrêter, de faire une pause pour relever la tête et « lever le nez du guidon » comme le dit l’expression, se donner les moyens de ne pas foncer droit dans le mur mais d’élargir son champ de vision, de prendre de la hauteur. Il devient alors plus aisé de dégager l’horizon et donc d’ouvrir le champ des possibles.

Il faut Rêver. Les personnes qui s’autorisent à rêver font déjà un pas vers la réussite de leur projet. Le rêve constitue la base de la motivation. Il agit comme un moteur interne, élément vital de tout succès.

Relever la tête + Rêver = Motivation = base de réussite de son projet

2* Etre conscient de ses limites sans se limiter

Etre conscient de ses limites permet de connaître son périmètre d’action mais aussi de travailler sur les limites qu’il convient éventuellement de repousser toujours dans cette même démarche d’ouverture. Elargir ce périmètre, autrement dit, notre zone de confort, permet d’entrer dans une zone d’apprentissage donc de progresser.

Cette conscience donne aussi l’occasion de mettre en lumière ses talents naturels ou acquis et ainsi de se servir de ses atouts pour les potentialiser.

Zone de confort + Zone d’apprentissage = Progrès = Potentiel déployé

3* Bien se connaître

Finalement, ce cheminement est l’occasion d’une petite introspection. Plus on se connaît, plus on sait jouer de ses talents, choisir les voies les plus appropriées, s’entourer des bonnes personnes sincères, bienveillantes, supporters, complémentaires. Se connaître c’est alors se donner l’opportunité de s’ouvrir, d’avancer, de se dépasser, source fondamentale de satisfaction. Cette source alimente et renforce l’estime de soi qui elle-même va permettre d’avancer et de construire la confiance en soi…

Bien se connaître = mieux choisir = Avancer dans la bonne direction

Trois clés pour avancer, trois équations pour retrouver un équilibre CQFD. Chacun pourra poser la juste méthode pour obtenir ses propres clés. Il existe cependant des facilitateurs, des déclencheurs. La pratique de la relaxation, de la sophrologie et de la pleine conscience peut ouvrir cet horizon tout en vous permettant de tenir les rennes. Vous voici au cœur d’un double cercle vertueux avec comme point de convergence, l’infini la possibilité d’aller toujours plus loin

Commentaires fermés sur Sortir de sa zone de confort : 3 clés pour oser avancer

Type on the field below and hit Enter/Return to search