Catégorie : Lifestyle

Moby nous fait un cadeau : 4h de musique de méditation

Internationalement connu pour sa musique électro, Moby a partagé depuis peu une série de musiques destinée au yoga, à la méditation et au retour au calme. Egalement connu pour pratiquer…

Internationalement connu pour sa musique électro, Moby a partagé depuis peu une série de musiques destinée au yoga, à la méditation et au retour au calme.

Egalement connu pour pratiquer le yoga, la photographie, être vegan et défenseur des droits des animaux, il dit sur son site web : « Ces deux dernières années, j’ai composé de la musique vraiment très calme à écouter lorsque je pratique le yoga, que je dors, que je médite ou panique. J’ai fini avec 4 heures de musique et j’ai décidé de la donner. Vous pouvez la télécharger gratuitement [sur son site]. C’est vraiment très calme : pas de batterie, pas de voix, juste de très doux et jolis accords, des sons calmes pour dormir, pratiquer le yoga, etc. Vous êtes libre de partager, de donner ou peu importe, ce n’est pas protégé ou quoi que ce soit, ou du moins ça ne devrait pas l’être.
Merci, Moby »

Voici une belle opportunité pour méditer ou tout simplement retrouver le calme en se laissant bercer par cette douce symphonie.

Je vous offre le livre « Les clés du bonheur en 52 semaines » !

Commentaires fermés sur Moby nous fait un cadeau : 4h de musique de méditation

21 jours de cure avec le meilleur des plantes (idée cadeau)

C’est bientôt Noël et il vous manque encore un ou plusieurs cadeaux? J’aimerais vous présenter les potions MyBestea qui sont proposées par Lou-Bartholomée, une jeune entrepreneuse passionnée de plantes et de…

C’est bientôt Noël et il vous manque encore un ou plusieurs cadeaux? J’aimerais vous présenter les potions MyBestea qui sont proposées par Lou-Bartholomée, une jeune entrepreneuse passionnée de plantes et de thé. Cette toute nouvelle startup devrait plaire aux amoureux des produits éthiques et naturels. Les sachets sont bio et les produits sont fabriqués en France, plus exactement en Bretagne.

Lou a découvert les plantes dans son enfance en Asie. Plus tard, elle a fait le pari de perdre du poids grâce aux plantes et ce fut une réussite! Elle a alors décidé de créer des potions avec la talentueuse Caroline Gayet, diététicienne et phytothérapeute. Caroline Gayet est une véritable experte des plantes, elle a notamment écrit « Ma bible des secrets d’herboriste » aux éditions Leduc.

Les recettes sont uniques et chaque Infusette est le résultat de l’efficacité de plantes naturelles ou bios françaises et des meilleurs thés et rooibos d’Asie et d’Afrique du Sud.

La gamme de potions Mybestea comporte des cures Detox, Beauty, Energy, Relaxation et une cure Cocoon pour les femmes enceintes. A l’intérieur des pochettes, Lou a glissé une petite fiche avec des conseils pour plus d’efficacité à mettre sur le frigidaire .

Découvrez très vite les cures sur www.mybestea.com

Commentaires fermés sur 21 jours de cure avec le meilleur des plantes (idée cadeau)

5 utilisations astucieuses de l’huile de coco vierge

Cette huile possède de nombreuses vertus pour votre beauté et votre forme. Utilisée jusqu’à présent dans les îles, elle est devenue un allié cosmétique de plus en plus prisée dans…

Cette huile possède de nombreuses vertus pour votre beauté et votre forme. Utilisée jusqu’à présent dans les îles, elle est devenue un allié cosmétique de plus en plus prisée dans le monde. Elle fait des adeptes et pour cause, on confère à cette huile des dizaines de bienfaits. Essayez donc ce produit de qualité naturel et magique!

Voici 5 idées pour l’utiliser :

1/ Dentifrice

Confectionnez votre dentifrice maison ! Mélangez 1 cuillère à soupe d’huile de coco vierge avec 1 cuillère à café de bicarbonate de soude. Vous pouvez ajouter une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée pour la sensation d’haleine fraiche.

2/ Soin du Visage

C’est un démaquillant parfait pour retirer le maquillage en douceur, rapidement et efficacement, même le waterproof… Appliquée comme contour des yeux, elle prévient également le vieillissement de la peau. Mélangez avec du sucre roux et vous obtiendrez un gommage. Pour les lèvres qui souffrent du froid l’hiver, utilisez cette huile pour combattre les gerçures.

3/ Soin pour Cheveux

C’est un excellent baume pour les cheveux, au parfum exotique. Nourrissez vos pointes et faites briller votre chevelure! L’huile de coco vierge booste aussi la repousse et empêche la formation de pellicules au niveau du cuir chevelu.

4/ Cuisine

Choisissez un flacon avec spray : c’est idéal pour mettre de l’huile dans la poêle afin de faire frire du poisson (elle remplace en fait n’importe quelle autre huile végétale), vous pouvez aussi ajouter des gouttes sur votre riz cuit ou encore le mettre sur du pain grillé (à la place du beurre). On lui prête des propriétés bénéfiques pour la santé notamment, en ce qui concerne la digestion, le cœur et le système immunitaire.

5/ Huile de Massage

Cette huile va laisser une odeur exquise sur la peau de tout votre corps. Elle serait un anticellulite efficace. Elle aide aussi quant à certaines affections de la peau, telles que l’eczéma et le psoriasis. Vous pouvez l’associer à quelques gouttes d’huile essentielle de tea tree et lutter ainsi contre les démangeaisons ou accélérer la guérison d’une plaie (cette combinaison est un très bon antibactérien). Votre peau va l’adorer!

L’huile de coco vierge vous séduit-elle? Qui l’a déjà adoptée ?

Commentaires fermés sur 5 utilisations astucieuses de l’huile de coco vierge

10 huiles essentielles pour mieux gérer le stress et l’anxiété

De tout temps les plantes ont accompagné l’être humain dans sa santé. Aujourd’hui nous ne sommes plus très nombreux à invoquer les « esprits » des plantes (Maïs, Tabac, Peyotl, Ayahuasca…) pour…

De tout temps les plantes ont accompagné l’être humain dans sa santé. Aujourd’hui nous ne sommes plus très nombreux à invoquer les « esprits » des plantes (Maïs, Tabac, Peyotl, Ayahuasca…) pour résoudre nos problèmes, mais elles restent néanmoins, en phytothérapie et aromathérapie, des alliées incontournables de notre bien-être psychique et physique.

Je vous propose ici quelques-unes des « grandes » Huiles Essentielles ayant une action sur la sphère psychologique et plus particulièrement sur le stress et l’anxiété.

1. Lavande fine

(Fleur – Lavandula Angustifolia)
La voie royale vers la découverte des huiles essentielles. C’est probablement la plus utilisée et la plus ancienne, elle était déjà connue dans l’antiquité. C’est avec elle que Réné-Maurice Gattefossé à « créé » l’aromathérapie moderne au début du 20° siècle. Elle présente de nombreuses vertus et propriétés, c’est une véritable panacée. Elle est très bien tolérée, fiable et présente peu de contre-indications.
Particulièrement recommandée pour le stress, l’anxiété, la dépression, l’agitation, l’insomnie et les spasmes musculaires. Elle est légèrement sédative, anxiolytique, antispasmodique, relaxante.
Utilisée en inhalation ou diffusion, son parfum est un délice, et c’est également un puissant support de méditation. En massage (diluée) elle sera à coup sûr la garantie d’un fabuleux moment de détente.

2. Marjolaine à coquille

(Fleur – Origanum Majorana)
Relaxante, antispasmodique, sédative, calmante. Elle agit sur le sytème nerveux de façon tranquillisante en inhibant le stress (action parasympathique)
En inhalation simple, elle est l’amie du fumeur en cours de désintoxication…C’est la cigarette électronique Bio.
Petit conseil pour les pros: elle contient une petite quantité de Thuyanol, si recherché dans le Thym et si difficile à trouver…

3. Laurier Noble

(Rameaux – Laurus Nobilis)
En inhalation ou voie cutanée, il redonne force et courage, il est résolument tourné vers l’action.
C’est légendairement la couronne des vainqueur dans la Rome antique (César) ou aux jeux Olympiques.

4. Camomille Romaine

(Fleur – Chamaemelum Nobile)
Son parfum délicat vous envoutera bien avant de bénéficier de se nombreux bienfaits. Elle est anti-dépressive et décontractante. Sédative et calmante, elle réduit l’anxiété, et rééquilibre le système nerveux. Recommandée lors de chocs émotionnels ou traumatisme affectifs, elle vous remontera affectueusement le moral, et calmera un esprit agité. En inhalation ou en massage laissez son charme faire effet.

 

Les agrumes (Citrus) sont une famille aux mille bienfaits. En plus de leurs vertus digestives remarquables (ballonnements, vésicule biliaire, foie), sous toutes leurs formes ils nous offrent des ressources incontournables au niveau psychique:

5. Bergamotier

(Fruit – Citrus Bergamia)
Ses effets « Mélatonine-like » sur la régulation des rythmes biologiques en font un excellent remède pour les troubles du sommeil. Cette huile essentielle est également calmante (sédative, anxiolytique, antistress, antidépressive) et favorise la détente par ses vertus antispasmodiques

6.Mandarinier

(Fruit – Citrus Reticulata)
Il est remarquable pour lutter contre les troubles du sommeil liés au stress ou à des problèmes de digestion. Il est également Anxiolytique et antidépresseur.

7. Oranger doux

(Fruit – Citrus Sinensis)
Il nous dit: « Je suis sous pression mais je n’ai pas encore craqué! je veux tenir! »
Relaxante et anxiolytique, en inhalation simple, cette huile permet de « prendre du recul », de rassembler ses forces.

8 Citron

(Fruit – Citrus limon)
Contrairement aux autres, cette huile est tonifiante, elle est donc utilisée pour ses vertus anti-dépressives, pour donner un petit coup de fouet et redonner de la vigueur. Pour « digérer » les choses et se remettre en action.

9. Petit Grain Bigarade

(Feuilles et Brindilles d’Oranger Amer – Citrus Aurentium ssp Amara)
C’est le « Rescue » de l’aroma, utilisé tout simplement en inhalation lors de pics de stress ou d’anxiété, il vous permet de garder ou restaurer rapidement votre calme.

10. Néroli

(Fleur d’Oranger Amer – Citrus Aurentium ssp Amara)
Merveille des merveilles! Produite en même temps que l’eau de fleur d’oranger, il faut distiller environ une tonne de fleurs pour obtenir seulement un litre d’huile essentielle…
Sédatif du système nerveux central, relaxant (antispasmodique), et même très légèrement hypnotique, il nous emmène en voyage par son parfum exquis.

 

Ce domaine représentant une des plus importantes indications de l’aromathérapie, il existe de nombreuses autres huiles essentielles aux vertus similaires. Certaines sont plus complexes d’utilisation, présentant des contre indications importantes, elles sont donc déconseillées. Par exemple le Basilic Exotique (Ocimum basilicum), la Coriandre (Coriandrum sativa), la Cannelle (cinamommum cassia) ou la Noix de Muscade (Myristica Fragrans).

Précautions d’usage: Les Huiles Essentielles sont des substances actives très puissantes et très concentrées. D’une manière générale évitez tout contact avec votre peau, diluez les systématiquement (à 5%) dans de l’Huile Végétale, certaines Huiles Essentielles pouvant être agressives à l’état pur. Pour toute utilisation des huiles essentielles (surtout autre qu’olfactive), demandez conseil à votre pharmacien, votre médecin ou tout autre professionnel qualifié. L’usage des Huiles Essentielles est déconseillé aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.
Lorsque vous choisissez une Huile Essentielle faites bien attention à ce qu’elle soit la plus fine, la plus pure et naturelle possible, vérifiez également que votre Huile Essentielle est intégrale (ou complète, totale) et biochimiquement déterminée (le chemotype et les sigles HEBBD, HECT…). Attention: la certification bio ne suffit pas à elle seule à garantir la qualité d’une Huile Essentielle.

Ressources Complémentaires : Wikiphyto.fr

2 commentaires sur 10 huiles essentielles pour mieux gérer le stress et l’anxiété

Le sport est-il une drogue ?

Avez-vous déjà remarqué qu’après une séance de sport on se sent détendu, nos maux disparaissent et l’on devient joyeux ? Peut-être savez-vous déjà que cet effet anti-stress et euphorisant résulte…

Avez-vous déjà remarqué qu’après une séance de sport on se sent détendu, nos maux disparaissent et l’on devient joyeux ? Peut-être savez-vous déjà que cet effet anti-stress et euphorisant résulte des endorphines secrétées pendant et après un effort physique ?

Zoom sur ces « hormones du bonheur »

Les endorphines sont-elles nos amies ?

Si elles sont responsables du bien-être post-effort, les endorphines ont une autre conséquence qui, poussée à l’extrême, peut s’avérer néfaste : l’addiction.
En effet quand on se met au sport et que l’on passe les premiers moments difficiles, on finit par inclure l’activité physique dans notre rythme de vie jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer :

Un entraînement qui saute et on se retrouve aigri ou ronchon : un réel manque s’est installé !

L’origine de cette dépendance ?

Cette dépendance est dans un premier temps psychologique : en recherche permanente de bien-être vous allez mettre en place des actions qui provoqueront cette détente chez vous, notamment en vous lançant dans une bonne séance de sport car vous en avez éprouvé plus d’une fois les vertus apaisantes.
Les endorphines sécrétées agiront alors, et vous vous sentirez mieux l’espace d’un instant.
Oui mais après ?

Eh bien le lendemain le stress du quotidien revient, la fatigue psychologique s’accumule et vous vous languissez de l’euphorie ressentie la veille, au point de tout faire pour vous aménager de nouveau du temps pour votre pratique sportive… et ainsi de suite !

La dépendance est donc d’abord simplement due à une « volonté » – consciente ou non – de soulager un malaise intérieur.

Dans un second temps, la dépendance au sport est aussi d’ordre physique : les endorphines libérées engendrent la sécrétion de dopamine, hormone du plaisir (encore !) et de la vigilance.
La dopamine vous confère cette sensation de vitalité et de tonicité après l’effort, comme si vous aviez rechargé vos batteries.
Le problème ici c’est que la dopamine est une hormone qui élève son seuil basal de sécrétion au fur et à mesure qu’on la sollicite. Autrement dit, votre organisme prend l’habitude de recevoir de la dopamine et augmente sa tolérance à celle-ci, de sorte qu’il vous faille ensuite encore et toujours plus de quantité de cette hormone pour atteindre le même niveau de plaisir !

Vous pouvez donc déculpabiliser un peu, la dépendance au sport est aussi due à une adaptation physiologique de l’organisme indépendante de votre volonté.

Le schéma suivant résume l’action des endorphines dans la sensation de bien-être et la création d’une addiction au sport :
Perf&fit Préparation Physique Coaching Sportif Paris - Hormones et addiction sportive

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les endorphines, de vraies drogues ?

Ainsi, si les endorphines sont une merveille pour soulager le stress et faire le vide, elles s’avèrent aussi être de véritables drogues créant une réelle accoutumance.
Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que ces hormones s’appellent « endorphines », contraction de « endomorphines » (« morphines que le corps peut fabriquer de lui-même »), et qu’elles se fixent sur les mêmes récepteurs que l’opium !

De plus nous l’avons vu, de leur libération découle celle de la dopamine qui est également sécrétée lors d’une consommation d’alcool, de drogue, ou lors d’une activité sexuelle… étrange parallèle non ?

Un commentaire sur Le sport est-il une drogue ?

11 bienfaits du Baume du tigre à la loupe

Cet article est écrit par Cécile Mahé, auteure du blog Plante-essentielle pour apprendre à utiliser les huiles essentielles, sans danger, au quotidien Il y a quelques semaines, un article à…

Cet article est écrit par Cécile Mahé, auteure du blog Plante-essentielle pour apprendre à utiliser les huiles essentielles, sans danger, au quotidien

Il y a quelques semaines, un article à sensation circulait sur les réseaux sociaux affirmant que le Baume du tigre aurait un grand nombre applications différentes. Je me suis dit que ça demandait vérification : info ou intox ? Plongeons-nous dans la composition et notamment les huiles essentielles, qui sont à l’origine de la puissance d’action de ce produit quasiment mythique pour vérifier les affirmations que l’on trouve partout sur le web.

Déjà, la première chose importante à savoir, c’est qu’il existe deux baumes du tigre, le blanc, et le rouge, qui n’ont pas la même composition et donc pas les mêmes indications. Donc lorsque l’on évoque 20 utilisations possibles, en réalité, on comptabilise celles de chacun des deux baumes.

Baume du tigre rouge : camphre, menthol, huile essentielle de Menthe poivrée, huile essentielle de Cannelle de Chine, huile essentielle de Cajeput, huile essentielle de clous de Girofle, paraffine

Baume du tigre blanc : camphre, menthol, huile essentielle de Menthe poivrée (en plus petite quantité), huile essentielle de Clou de Girofle (en plus petite quantité), huile essentielle d’Eucalyptus.

Vous remarquerez que sous des dehors de « produit naturel », le baume contient des ingrédients synthétisés chimiquement comme le camphre et le menthol ainsi que de la paraffine, tous trois issus de la pétrochimie. Heureusement, il est possible de confectionner son baume du tigre soi-même, très facilement comme expliqué dans un article précédent paru sur Zentonik.

1. Moustiques et insectes VRAI et FAUX

Il paraît que le baume du tigre est capable de faire fuir les moustiques et les guêpes et de lutter contre les termites. Info ou intox ? Sa composition comprend notamment les huiles essentielles de Menthe poivrée, Cannelle et Girofle, toutes trois réputées efficaces contre les moustiques. L’affirmation est donc correcte. Par contre, pour les termites je reste perplexe. En réalité, le camphre est un anti-mite naturel. Mites, pas termites.

2. Un baume apaisant FAUX

Contre les brûlures et les piqûres d’insectes, certains articles suggèrent un effet apaisant du baume du tigre. Rien n’est plus faux puisque sa propriété est d’avoir un effet chauffant, hyperémiant (sensation de brûlure, justement !).

3. Douleurs VRAI

C’est une des principales indications qui ont d’ailleurs été vérifiées par la science. Le baume du tigre agit sur les douleurs, musculaires et articulaires en provoquant une augmentation de la circulation du sang. C’est cet effet chauffant que l’on perçoit à l’application et qui peut dérouter l’utilisateur novice.

4. Maux de tête VRAI

Oui ! Bien sûr, avec l’huile essentielle Menthe Poivrée, aucun doute là-dessus. C’est particulièrement vrai pour les migraines liées à la tension, grâce à l’action sur la circulation sanguine des autres composés.

5. Transpiration VRAI (mais attention)

Alors, attention, là il s’agit de diminuer les odeurs de transpiration. Si on considère la quantité d’huiles essentielles présente dans la recette, je dis oui, forcément, comme ça va empêcher le développement des bactéries, ça peut être utilisé de cette manière. Attention cependant, à ne pas utiliser cette astuce tous les jours car le baume ne se prête pas à une utilisation quotidienne.

6. Diarrhées VRAI

Cet usage peut être attribué à la présence de l’huile essentielle de Cannelle et de Menthe poivrée, deux huiles essentielles puissantes sur la digestion. Bien qu’en France, on utilise en général ces deux huiles essentielles par voie orale pour cet usage, dans les pays anglophones, on préconise plutôt l’application cutanée. Donc, encore vrai.

7. Rage de dent A VOIR

Dans ce cas, il est proposé d’appliquer le baume du tigre dans la bouche directement. C’est un usage on ne peut plus déconseillé. Ce produit est loin d’être comestible ! Il contient bien de l’huile essentielle de Girofle, réputée pour cet usage, mais la présence de paraffine et de camphre et de menthol synthétique interdisent ce type d’usage. Même si l’on conçoit le baume soi-même, la cire d’abeille qu’on utilisera pour figer le baume n’est pas comestible.

On peut appliquer à l’extérieur de la bouche par contre, sur une petite surface, au plus proche de la douleur, mais d’autres remèdes seront bien plus indiqués et efficaces.

8. Débouche le nez VRAI

Tout à fait vrai : la présence de camphre et de menthol donne cet effet décongestionnant. Il est renforcé par l’huile essentielle d’eucalyptus dans le cas du baume du tigre blanc. En application sur le thorax pour les bronches, et une trace sous le nez pour déboucher les voies respiratoires.

9. Mal des transports VRAI (mais attention)

S’appliquer du baume du tigre sur les lèvres ? Très mauvaise idée. L’effet chauffant sur une peau aussi fragile va surtout donner un effet de brûlure, sans compter que de cette manière, vous avez des chances d’en ingérer ! Vous pouvez en appliquer une trace sous le nez. C’est la Menthe poivrée, encore ici, qui procure cette propriété au baume du tigre.

10. Décolle les adhésifs et autocollants

Euh… oui, comme n’importe quel corps gras, pas besoin d’utiliser un produit aussi cher pour ça !

11. Lutter contre les pieds froids VRAI

On peut profiter de son effet hyprémiant comme mentionné ci-dessus. Il va stimuler la circulation sanguine. L’huile essentielle de Clou de Girofle est utilisé chez les personnes ayant des problèmes de circulation.

En conclusion, je crois qu’il faut reconnaître que le Baume du Tigre a plus d’un tour dans son sac, non? En tout cas, je l’emmène avec moi pour les prochaines vacances 😉

2 commentaires sur 11 bienfaits du Baume du tigre à la loupe

Le jeûne, mode d’emploi

Après quelques excès ou problèmes de santé, peut-être avez-vous envie de vous lancer dans un jeûne. Cette pratique n’est pas à prendre à la légère et doit être envisagée en…

Après quelques excès ou problèmes de santé, peut-être avez-vous envie de vous lancer dans un jeûne. Cette pratique n’est pas à prendre à la légère et doit être envisagée en toute sécurité. Il est important de savoir si on peut le faire, de choisir sa durée et de se préparer.
 
Le jeûne, qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert?
Le jeûne est une pratique millénaire utilisée pour se détoxiner, se détoxiquer et se revitaliser sans prise d’aliments, uniquement de l’eau. De petites tisanes peuvent être consommées pour aider le travail d’élimination et de soutien (www.naturamundi.com  : tisane pour jeûner bio). Sa durée peut varier de quelques heures à quelques jours. Le système digestif est ainsi mis au repos. Cette économie d’énergie, sur un laps de temps déterminé, permet une meilleure utilisation des émonctoires. Ce sont les principales voies d’élimination des déchets dont dispose notre organisme : foie, intestins, reins et peau. Peu à peu, le corps se purifie, gagne en vitalité et le poids émotionnel s’apaise. Concrètement, les tissus inutiles, comme l’excès de graisse, se recyclent par un principe d’autodestruction intelligente mené par les macrophages de l’immunité et les enzymes permettant le nettoyage du corps. Pour fonctionner, notre métabolisme a besoin au minimum de 800 Kcal/jour au repos et sans manger. Il va donc puiser selon ses besoins dans ces tissus. Pour notre exemple, l’excès de graisse va être transformé en acide gras pour le fonctionnement du corps. Quand le corps a fini, il passe aux tissus sains sans toutefois toucher aux organes vitaux avant 40 jours. Il est donc impératif d’individualiser le jeûne avec votre naturopathe.
 
Peut-on faire un jeûne ?
Au cours du jeûne, des crises curatives peuvent avoir lieu proportionnellement à la quantité de toxines éliminées. Le jeûneur peut ressentir des odeurs corporelles telles que mauvaise haleine, sueurs, urines et selles nauséabondes ou éruptions cutanées. Lors de ces crises curatives, il peut éprouver également des maux de tête, des vertiges, une petite fièvre, une production de crachats ou des vomissements. Les signes d’alarme pour l’arrêt du jeûne peuvent être les insomnies de plus de 2 nuits, des hallucinations ou délires, de l’angoisse, une crise d’acétone (l’haleine sent l’éther), une anurie (blocage des reins), une incapacité à se tenir debout ou marcher. Il semble naturellement dangereux de continuer dans ces cas-là. Plus la vitalité et les surcharges sont fortes et plus les crises curatives seront fortes, signe que le corps a beaucoup de potentiel pour éliminer. Si vous êtes affaibli, il n’y en aura pas. Le jeûne est alors inutile. C’est pourquoi, le jeûne est absolument contre-indiqué aux grands sous-vitaux et/ou grands médiqués, aux insuffisants rénaux, aux nourrissons, aux femmes enceintes (ce n’est plus le moment de détoxiner !), aux anorexiques, aux hypotendus dont la tension est inférieure à 8, aux hypoglycémiques et en cas de cirrhose. Dans une moindre mesure, pas de jeûne non plus pour les personnes maigres, tout profil psychologique en rapport avec la nourriture, les travailleurs de force, les participants à un événement sportif, les convalescents, les hypotendus dont la tension se situe entre 8 et 10 et les personnes âgées.
 
La durée
L’idéal pour le débutant est de commencer par ce que l’on appelle un micro-jeûne. C’est-à-dire que l’on commence par avancer le repas du soir et reculer le petit déjeuner du lendemain matin. Progressivement, on augmente d’une journée à 5 jours. Pour les jeûnes plus longs, voici le lien du site internet www.jeune-et-randonnee.com afin d’être encadré par des thérapeutes compétents.
 
La préparation et la sortie du jeûne
La préparation est très importante. Elle permet d’habituer progressivement le corps à se détoxiner sans trop de crises curatives lors du jeûne.
Avant : diminuer progressivement la consommation des viandes, charcuteries, fromages, céréales à gluten, fruits, café, thé et chocolat pour ne garder que les céréales sans gluten et les légumes verts.
 
Pour 5 jours de jeûne, les 2 jours précédents seront consacrés à une phase de descente et les 2 jours suivants à une phase de remontée :
 
Phase de descente : faites cuire pendant 2 heures une grosse soupe d’un mélange de légumes bien fibreux comme le poireau, le céleri branche, les haricots verts, la salade cuite. Ne coupez pas trop petit, ne mixez pas non plus. Vous pouvez même ajouter un peu d’agar-agar pour l’apport supplémentaire de fibres. Cette soupe apporte des minéraux et des nutriments.
 
Phase de remontée : prenez des soupes légères de légumes verts, puis des jus de légumes crus, puis des légumes cuits, puis des céréales sans gluten. Introduisez ensuite les viandes et poissons.
 
Accordez-vous du temps pour vous lors de votre jeûne. Faites-le de préférence en été, lors d’un moment libre que vous aurez choisi et dans un cadre de nature. Reposez-vous. Profitez-en pour pratiquer des activités manuelles, artistiques, du jardinage, de la méditation, de la relaxation, écrire, lire, écouter de la musique, marcher ou pratiquer le yoga.
Je vous joins pour terminer une vidéo et un livre pour compléter et aller plus loin :
 

 

Santé à tous !
Commentaires fermés sur Le jeûne, mode d’emploi

4 astuces pour prendre soin de votre peau en hiver (Bonus Recettes)

« Le mois de mars est arrivé, officiellement, le printemps pointera bientôt le bout de son nez…. Mais la saison froide peut encore nous accompagner jusqu’aux Saints de Glace, vers le…

« Le mois de mars est arrivé, officiellement, le printemps pointera bientôt le bout de son nez…. Mais la saison froide peut encore nous accompagner jusqu’aux Saints de Glace, vers le mois de mai, et il est donc encore temps de chouchouter sa peau au maximum pour la préparer à un réveil en douceur !

En hiver, la peau est souvent plus agressée par les éléments extérieurs (vent, chauffage, air sec…) mais aussi intérieurs (alimentation de moins bonne qualité, boisson insuffisante…..). La peau est un organe vivant en lien avec nos autres organes internes (foie, poumons, reins….), elle capte les pollutions, les rayons du soleil (pour la vitamine D) mais elle évacue aussi des toxines, elle régule la température du corps…etc. Elle est toujours le reflet de ce qui se passe à l’intérieur. Elle est l’interface entre l’extérieur et notre intimité. Il est important de la respecter et d’apprendre à l’observer pour mieux la comprendre et se comprendre.
Nos soins de peau doivent alors aussi se faire plus doux et adaptés à la saison. Les crèmes deviennent des « cold-cream », on oublie les gommages trop agressifs et on opte pour des produits hydratants et nourrissants!

1- Misez tout sur des produits naturels voire labellisés bio

Les produits les plus naturels possibles sont aussi ceux qui auront le plus d’affinité avec notre peau. Les molécules synthétiques, issues du pétrole et autres composés potentiellement décrits comme sensibilisants, perturbateurs endocriniens, etc, ne font qu’irriter la peau un peu plus. Surtout les plus sensibles. De plus, ces produits entretiennent un cercle de dépendance vis à vis de la peau. Ils ne se mêlent pas avec elle, expliquant la sensation que beaucoup ont déjà ressenti: « tu comprends, j’en ai besoin, dès que je l’arrête j’ai la peau super sèche! ». Les produits naturels sont alors vus comme un complément holistique et non comme un palliatif…
Attention, cependant, aux peaux sensibles qui éviteront les produits avec beaucoup d’huiles essentielles. Pour elles, les soins les plus simples avec le moins d’ingrédients seront les plus adaptés.

2- Du gras pour ma peau !

Oui mais pas n’importe lequel! On opte pour les acides gras polyinsaturés de type oméga 6 et oméga 3. Concrètement cela signifie des huiles vierges extraites à froid comme la bourrache, l’onagre, le chanvre, le lin, la noix….
Le « ciment » de la peau est constitué majoritairement de lipides. La première « hydratation » de la peau nous vient de l’intérieur, il faut donc inviter ces aliments dans nos assiettes le plus souvent possible (et surtout ne pas les faire chauffer). Ces même huiles pourront aussi être utilisées directement sur la peau en massage. Bien appliquées, les huiles végétales ne laissent pas de sensation de « gras ».
En externe, on pensera aussi à toutes les huiles apaisantes et anti-inflammatoires (calendula, millepertuis), activant la circulation (calophylle), cocooning (argan, avocat). Bref, les huiles végétales sont nos grandes amies et votre peau va leur dire merci !

Les personnes non végétariennes pourront aussi augmenter leurs portions de poissons gras, type maquereau, sardine…. ou prendre des compléments alimentaires à base d’huile de poisson.

3- De l’eau, il nous faut de l’eau!

Des atmosphères sèches au bureau, à la maison…. Un climat qui ne nous incite pas forcément à boire…. Des douches trop chaudes…. Un vent asséchant…. Bref, sans que nous nous en rendions compte, notre peau se déshydrate plus qu’il ne faut en hiver. Nous allons pouvoir y remédier en grande partie en apportant de l’eau via l’intérieur: smoothies, fruits et légumes, soupes, infusions…

Contrairement à ce que beaucoup croient, nous n’allons pas pouvoir apporter beaucoup d’hydratation par l’extérieur…. Imaginez lorsqu’il pleut: si nous notre peau avait la propriété de capter l’eau, nous nous transformerions tous en « bonhomme michelin »… Notre peau est une barrière (presque) imperméable, nous allons pouvoir l' »hydrater » principalement avec de l’huile comme vu plus haut, car cette dernière va passer entre les cellules et venir consolider le ciment. Quant à l’eau des produits de beauté, la grande majorité va s’évaporer, seule une minorité va jouer un rôle actif d’hydratation, notamment avec l’aloe vera riche en oligo-éléments et minéraux.

Un des buts principaux est donc d’empêcher la déshydratation :
– en s’hydratant de l’intérieur
– et en venant appliquer une protection filmogène sur la peau (comme la cire d’abeille par exemple, présente dans les cold-creams).

4- Pratiquez le « less is more »

Attention, « less is more » ne signifie pas « ne rien faire »! Sinon gare à l’accumulations de toxines en surface de la peau. Comme beaucoup de choses, il faut trouver le juste équilibre entre le « trop » qui va agresser la peau et la rendre plus sensible et le « pas assez » qui va boucher les pores, rendre le teint terne et rendre moins efficace les différents rôles de la peau.
La mode est au « layering », tendance qui nous vient du Japon signifiant aussi « technique du millefeuille ». Bien appliquée, avec des produits adaptés et en accord avec notre type de peau, cette technique se révèle très douce et nourrissante. Nous pourrons rédiger un article sur cette technique si vous le désirez.
Néanmoins, encore une fois, les peaux plus sensibles se contenteront par exemple d’un nettoyage avec un produit doux le soir (pour ma part j’utilise mon shampoing doux ! ), une huile végétale adaptée en sérum si besoin. Le matin, ces peaux se suffiront d’un débarbouillage à l’eau non calcaire ou à l’aide d’un hydrolat et d’une crème/huile de jour.

Recette-Bonus #1
Pas de crème sous la main? Voici une recette-minute d’oléogel adaptable à tous les types de peaux, selon les huiles végétales et huiles essentielles utilisées ! Prenez 2 noisettes de gel d’aloe vera, 5 gouttes d’huile végétale adaptée à votre peau, 1 goutte d’huile essentielle cicatrisante et apaisante (ex: camomille romaine, lavande fine, encens…), chauffez le tout entre vos mains et appliquez sur l’ensemble du visage et sur le cou. Appliquez toujours du centre du visage vers l’extérieur, avec des mouvements lents, doux.

Recette-Bonus #2
Un masque ultra-hydratant minute ? Prenez 1 cuillère à soupe de gel d’aloe vera, 1 cuillère à café de yaourt et une cuillère à café de miel. Homogénéisez bien le tout. Vous pouvez rajouter une goutte d’huile essentielle adaptée à votre peau (lavande, camomille, tea tree….), si vous le souhaitez. Appliquez en couche épaisse sur peau nettoyée et laissez poser une dizaine de minutes. Rincez et appréciez ! »

Commentaires fermés sur 4 astuces pour prendre soin de votre peau en hiver (Bonus Recettes)

Interview de Capucine Blanchon, experte en naturopathie et Rainbow Yoga

Partons à la rencontre de Capucine Blanchon, une experte du naturel qui a l’expérience des aventures et voyages à l’étranger. 1. Quel est ton parcours Capucine ? Plutôt atypique! Je…

Partons à la rencontre de Capucine Blanchon, une experte du naturel qui a l’expérience des aventures et voyages à l’étranger.

1. Quel est ton parcours Capucine ?

Plutôt atypique!
Je suis originaire de la banlieue parisienne, puis ai vécu à Paris, à Sydney en Australie et maintenant de retour en France à Villard de Lans où j’apprécie la qualité de vie que m’offrent les montagnes du Vercors.
Après un baccalauréat Scientifique et un BTS Force de Vente, j’ai exercé des métiers commerciaux, logistiques, de gestion de projet…
La naissance de mes enfants a provoqué chez moi une prise de conscience particulière. Cela m’a tournée vers la Naturopathie qui fait désormais partie intégrante de ma vie depuis 2012, en complément de l’enseignement en Rainbow Yoga pour les enfants et les familles.
Je ne sais pas encore où nous poserons nos valises après Villard de Lans, mais il est certain que les valeurs de la naturopathie et du yoga nous accompagneront désormais.

2. Comment présenterais-tu ta spécialité à quelqu’un qui ne la connait pas ou à un enfant ?

La naturopathie est une approche de la santé qui consiste à donner au corps les moyens de se défendre seul et uniquement par des moyens naturels.
Le naturopathe est un éducateur de santé. Il propose principalement des ajustements sur l’hygiène de vie, l’alimentation et l’exercice physique. Peuvent également venir en complément les plantes sous toutes leurs formes, l’eau, la lumière, les massages …
Cette pratique traditionnelle de la médecine se concentre sur les causes du mal-être, considérant les symptômes comme des conséquences. On est donc amené à considérer notre client de manière holistique c’est à dire dans sa globalité, sans dissocier physique, physiologique et émotionnel.
Le yoga suit la même logique, et apporte sa part de spiritualité.

3. Quelles sont tes valeurs profondes ?

Je pense que la manière dont j’élève mes enfants en est la meilleure illustration.
Respecter les autres, les animaux, la nature. Partager, faire plaisir, s’instruire.
Ça peut paraître naïf comme réponse mais l’instinct de propriété, l’individualisme, le narcissisme et la pensée unique sont très présents chez nos générations. Je ne vois pas l’avenir de l’humanité de manière très positive à vrai dire, et cela me bouleverse. Mais selon moi la perte de ces valeurs en est la principale cause.
Le bien génère le bien, alors soyons quelques uns à l’initier!

4. Quel est ton ou tes objectif(s) dans la vie ?

Une fois arrivée à un âge avancé, me retourner et constater que j’en ai bien profité! Parcourir le monde, découvrir différentes cultures, goûter de nouveaux plats (oui j’adore manger!), voir mes enfants devenir des adultes épicuriens à la tête bien faite, tout en apportant ma modeste contribution à un monde meilleur et au bien-être des gens que je rencontre. Si je suis entourée des gens que j’aime, que ma curiosité est satisfaite et que je me rends utile, alors je suis comblée.

5. Comment comptes-tu les atteindre ?

Je ne sais pas, je n’ai pas de plan. Je prends les choses comme elles viennent et compose, sans rien subir. A chaque évènement j’essaie d’en retirer quelque chose de positif, de grandissant. Je n’y parviens pas toujours bien sûr, mais j’essaie chaque fois, ça me permet d’avancer.

6. Ton idée pour améliorer le monde?

Une seule ? Alors je vais citer le Dalaï Lama : « Si nous apprenions la méditation à chaque enfant, la violence du monde disparaîtrait en une seule génération  »

7. Pourquoi écris-tu pour le magazine web Zentonik ?

Un naturopathe est un éducateur de santé. Son rôle est d’expliquer aux gens qui le souhaitent comment rester en bonne santé ou comment la retrouver.
Ma situation familiale ne me permet malheureusement pas d’exercer en cabinet en ce moment, alors je suis heureuse d’avoir trouvé ce moyen pour pouvoir informer et aider les gens qui le désirent.
Ce magazine web bénéficie d’une communauté très riche, et d’un meneur dont je partage les valeurs, alors je ne peux que me réjouir d’être un acteur de ce « mouvement ».

Commentaires fermés sur Interview de Capucine Blanchon, experte en naturopathie et Rainbow Yoga

Se reposer, c’est progresser !

Comme beaucoup en ce mois de janvier 2016, vous avez peut-être pris la bonne résolution de vous mettre au sport de façon régulière, ou bien – déjà sportif – vous…

Comme beaucoup en ce mois de janvier 2016, vous avez peut-être pris la bonne résolution de vous mettre au sport de façon régulière, ou bien – déjà sportif – vous vous êtes peut-être fixé un objectif tel que « courir le semi-marathon » ou alors « s’inscrire à la prochaine spartan race », ou encore « progresser en tractions pour mieux réussir mes WOD en crossfit ».

Vous êtes plein de détermination et c’est tout à votre honneur, pourtant cette même motivation pourrait bien vous conduire à l’échec … .

Afin de comprendre comment un surcroît de motivation peut freiner votre progression jusqu’à même vous faire régresser, j’ai décidé de vous présenter ici le fonctionnement de ce que l’on appelle la surcompensation, de son application accentuée désignée comme l’hypercompensation et de son versant négatif aboutissant au surentraînement.
Une fois mis en lumière, ces trois concepts constitueront des pistes efficaces pour toujours suivre la pente ascendante et progresser jusqu’à votre objectif, mais rappelons que leur manipulation pointilleuse en vue d’obtenir des résultats époustouflants sur vos performances nécessite le recours à un professionnel qui maîtrise les tenants et les aboutissants de l’entraînement sportif.

N’hésitez donc pas à me contacter pour toute demande d’intervention ou de prise en charge à distance de votre programmation.

1/ La surcompensation

« Dans le domaine de l’entraînement sportif, la surcompensation est l’adaptation de l’organisme à un niveau supérieur de performance en réponse à une activité physique suivie d’un repos suffisant de l’organisme. » Dessalces Manuel

Lorsque vous vous entraînez, votre niveau de performance chute du fait de la fatigue engendrée par votre effort. Votre corps ainsi perturbé ne sera temporairement plus capable de courir aussi vite/longtemps, de sauter aussi haut/loin ou encore de soulever aussi lourd ou de frapper aussi fort. Mais l’être humain est bien fait, et cette perturbation va être captée et mémorisée par votre organisme qui, pendant votre repos, s’évertuera de reconstruire vos muscles en les renforçant dans le sens de votre entraînement : plus de fibres lentes dans vos jambes si vous les avez sollicitées en endurance, un cœur plus volumineux si vous avez travaillé votre cardio en fractionné, des bras plus puissant si vous avez fait du lancer de poids …

image

Ces adaptations se font SI ET SEULEMENT SI un repos suffisant est respecté après votre entraînement.
Dans le cas contraire, que se passe-t-il alors ?

 

 

 

 

 

 

2/ L’hypercompensation

« Dans le domaine de l’entraînement sportif, l’hypercompensation est l’adaptation de l’organisme à un niveau de performance au-delà de la simple surcompensation par privation temporaire du repos complet, en stimulant de nouveau l’organisme pendant sa période de recouvrement, suivie à temps d’une période de récupération. » Dessalces Manuel

Lorsque vous vous entraînez à intervalles courts, vous ne laissez pas le temps à votre corps de créer la surcompensation vue précédemment, et vous dégradez encore plus vos performances !
Cependant, cette démarche possède un potentiel incroyable si elle reste ponctuelle et est suivie dans les temps d’une période de récupération adaptée : les dégradations ainsi cumulées dans une certaine limite engendreront, à la suite d’un repos complet et suffisant, une adaptation à un niveau encore supérieur à celui obtenu par le simple principe de surcompensation !

image (1)

En quelques sortes, c’est un peu risquer gros pour gagner plus.
Mais ce risque, quel est-il ?

 

 

 

 

 

 

 

3/ Le surentraînement

« Dans le domaine de l’entraînement sportif, le surentraînement est la désadaptation de l’organisme due à un manque prolongé de récupération (quantité et/ou qualité), s’accompagnant d’une chute des performances, d’une irritabilité, d’une aménorrhée pour la gente féminine et bien d’autres…
Elle est en sommes le « burnout » du milieu sportif. » Dessalces Manuel

Lorsque vous répétez les entraînements à intervalles de temps trop courts, mais aussi lorsque vous vous entraînez dans des conditions plus éreintantes (pluie, froid, contre votre volonté…) vous empêchez votre corps de s’adapter au niveau supérieur comme précédemment.

Ce schéma de fonctionnement répété sur une période propre à chacun engendre la bascule dans le surentraînement : contrairement à l’hypercompensation, vous avez repoussé trop loin votre récupération et même si vous finissez par vous l’accorder, elle ne sera plus en mesure de permettre à votre corps de s’adapter au niveau supérieur … .
Au mieux vous retrouverez votre niveau initial, et ce n’est encore pas garantit !
image (2)

Le surentraînement fait l’objet de nombreuses études et il y aurait beaucoup à en dire. Il se divise en plusieurs « phases » selon l’avancée dans le syndrome, le temps de recouvrement dépendant de la phase atteinte.
Grosso modo, comptez de 3-4 semaines pour récupérer d’un simple dépassement (début du processus de surentraînement) jusqu’à plusieurs années pour revenir d’un syndrome de surentraînement avéré … .

 

Vous comprenez pourquoi le repos est important !

Il représente 50% des progrès de votre entraînement, et si les bénéfices de l’hypercompensation sont alléchants, le risque de basculer sur le versant surentraînement est important !

image (3)

En résumé :

– Seul, contentez-vous de compter sur la surcompensation en vous reposant ou adoptant des techniques de récupération efficaces pour progresser un peu à chaque séance.
– Si vous souhaitez ensuite accélérer vos progrès, faites appel à un professionnel de l’entraînement sportif qui saura vous faire bénéficiez des atouts de l’hypercompensation tout en vous évitant l’enfer du surentraînement.
– Dans tous les cas, sachez que vous reposer n’est pas égal à vous éloigner de votre objectif, au contraire cela peut vous en rapprocher !

Commentaires fermés sur Se reposer, c’est progresser !

Type on the field below and hit Enter/Return to search