Auteur : Julien Catherine

1 minute de pleine conscience

Au delà des pratiques méditatives, c’est dans ses applications quotidiennes que la pleine conscience prend tout son sens. C’est en entrecoupant vos activités journalières de petits moments «remplis de conscience»…

Au delà des pratiques méditatives, c’est dans ses applications quotidiennes que la pleine conscience prend tout son sens. C’est en entrecoupant vos activités journalières de petits moments «remplis de conscience» comme celui-ci que vous pourrez pleinement exprimer tout son potentiel.

Où que vous soyez, quelque soit votre position, prenez simplement un instant.

Portez votre attention sur une montre ou une horloge (ou même l’icône « horloge » de votre téléphone).
Focalisez-vous sur les secondes, la trotteuse, les chiffres qui défilent.

Attendez que l’aiguille atteigne l’endroit où vous décidez de commencer l’exercice.

Regardez le mouvement, suivez ce temps qui passe, sans vous y accrochez, sans le retenir, traversez-le ! Vivez-le pleinement!

Il est tout à fait normal, de temps à autre, que votre attention se fasse emporter ailleurs, vers une pensée, une image, un commentaire, vous êtes ici au coeur de l’exercice. Alors ramenez-la tout simplement avec la plus grande bienveillance. A chaque fois que vous ramenez l’attention sur les chiffres qui passent, vous renforcez votre capacité d’attention.

Tout en continuant de regarder les secondes qui s’égrainent, observez votre posture, vos appuis au sol. Laissez votre esprit se tourner vers ce qui se passe à l’intérieur de vous.

Voyez comment votre respiration se modifie, se module. Sentez-là pleinement! Où vous semble t’elle la plus souple? la plus naturelle?

Et laissez filer…
Goûtez à la satisfaction d’être entièrement présent à ce moment.
Et attendez en toute conscience, d’avoir complété le cycle.
Peut-être aurez vous même envie de repartir pour un tour…

Cela vous parait trop facile, trop simple… Eh bien c’est tout! C’est comme ça!
La porte de la pleine conscience n’est pas la plus lourde à pousser…
Mais il faut la pousser un certain nombre de fois…

Commentaires fermés sur 1 minute de pleine conscience

3 règles pour une Alimentation Santé Positive

Nous sommes actuellement confrontés à une épidémie d’obésité et de diabète partout dans le monde. Aujourd’hui, près de 3 fois plus de personnes meurent de trop manger que l’inverse ! Il…

Nous sommes actuellement confrontés à une épidémie d’obésité et de diabète partout dans le monde. Aujourd’hui, près de 3 fois plus de personnes meurent de trop manger que l’inverse ! Il devient donc urgent de repenser la manière dont nous nous alimentons.

Vous êtes ce que vous mangez ! et selon Hippocrate « L’alimentation est notre première médecine ».

L’école de médecine de Stanford (Dr Maya Adam) en association avec Michael Pollan (Journaliste, professeur à l’université de Berkeley et auteur de nombreux best sellers sur l’alimentation), ont mis en place des programmes d’information innovants* destinés aux professionnels de santé et au grand public. L’objectif est que, dans un avenir proche, vous sortiez d’une visite chez votre médecin avec des recettes et des cours de cuisine sur ordonnance…

Selon Michael Pollan les règles d’une saine alimentation sont très simples:
Mangez de « Vrais Aliments », en quantité « raisonnable » et principalement des « plantes ».

1. Mangez de «Vrais Aliments »

  • Evitez tout ce qui est enrichi, ou appauvri (light, sans sucre, allégé, à teneur garantie en vitamine…), et tout ce qui revendique quelque chose et/ou qui passe à la télé (même s’il donne des ailes). Evitez aussi les produits « immortels ». Si cela ne se périme pas, tout ce qui peut être bon pour votre santé a probablement été enlevé.
  • Evitez les ingrédients que vous ne pouvez même pas prononcer (carbohydroxanthame-fosphorosodique de polyxylicate…), mais privilégiez des ingrédients que vous connaissez et pouvez imaginer dans la nature. Ne consommez que des produits contenant ce que vous auriez utilisé si vous les aviez cuisiné vous-même.
  • Evitez les produits contenant plus de 5 ingrédients, surtout s’ils ont du gras ou du sucre comme composant principal.
  • En fait, privilégiez ce qui est le moins raffiné ou élaboré.

2. En quantité « raisonnable »

  • « Dépensez plus pour manger moins », choisissez des produits de meilleure qualité en plus petite quantité. Les économies réalisées en matière d’alimentation se font toujours au détriment de la santé, et nous mangeons souvent beaucoup plus que ce dont nous avons besoin pour être en bonne santé.
  • Mangez lorsque vous avez faim et seulement jusqu’à ce que vous n’ayez plus faim, pas jusqu’à être « plein ». Pour cela vous pouvez vous aider de votre propre « échelle de la faim » afin d’en prendre pleinement conscience.
  • Buvez de l’eau dès le debut du repas, cela laissera moins de place pour le reste…
  • Mangez lentement, vous ingurgiterez moins, votre système digestif et vos enzymes ont besoin de temps pour agir, et la sensation de satiété à besoin d’environ une vingtaine de minutes pour s’installer.
  • Laissez-vous profiter de chaque bouchée, vous savourerez mieux votre nourriture et la compagnie de ceux avec qui vous partagez votre repas…

3. Principalement des « plantes »

  • Décidez de votre menu en fonction du légume et considérez la « protéine» comme un accompagnement. Remplissez d’abord votre (petite) assiette de légumes et de graines, variez les couleurs et seulement ensuite servez-vous en viande (ou poisson ou autre source de protéines animale ou végétale).
  • Favorisez les aliments complets, riches en fibres, testez de nouvelles formes, les graines germées, les noix et redécouvrez les légumes anciens.
  • Soyez Flexitarien, et variez vos sources d’apports nutritionnels.

Et puis surtout faites vous plaisir! Cassez les règles de temps en temps…

L’alimentation est une immense source d’emotions positives.

Pratiquez l’alimentation en pleine conscience, cuisinez, cultivez un petit jardin…

Mangez bio si vous le pouvez ! Mais rappelez-vous qu’il est toujours meilleur pour votre santé de manger des légumes pleins de pesticides que de ne pas manger de légumes du tout.

Petit conseil: privilégiez les produits qui se trouvent en périphérie dans votre supermarché par rapport à ceux qui se trouvent au centre, et quittez le magasin dès que vous avez trouvé ce que vous étiez venu y chercher…il y a probablement des producteurs locaux ou des cooperatives, des marchés, qui peuvent vous fournir le reste de ce dont vous avez besoin…

La philosophie?

Une alimentation simple, naturelle, raisonnée, responsable et réfléchie… Du bio qui vient du bout du monde ou des produits locaux? Tout simplement s’interroger sur la provenance, la production, la qualité, les ingrédients, la composition de ce que vous consommez, peut déjà représenter une démarche de changement efficace. Observez les choses pour en prendre conscience.

Le temps?

Cela prend du temps de bien manger? Pas forcément, mais il faut s’organiser. Par exemple faire la cuisine la week-end pour toute la semaine, ou avoir préparé des bases à l’avance et n’avoir plus qu’à mélanger et réchauffer au moment du repas. Il y a également un minimum d’ingrédients à avoir tout le temps à disposition, ail, oignons, huile d’olive, assaisonnements, sauces…

L’argent?

Manger bien et bio ça coûte cher ! Oui, mais pas nécessairement, si vous voulez « consommer de la nourriture » effectivement cela vous reviendra plus cher, mais des initiatives locales comme les défis Familles à Alimentation Positive ont démontré que l’on pouvait maintenir voire même diminuer son budget alimentaire en changeant simplement quelques-unes de ses habitudes alimentaires.

 

* « Introduction to food and health » programmes gratuits de formation en ligne (en anglais), pour le grand public sur la plateforme Coursera et pour les professionnels de santé sur le site de l’université de Stanford.

Référence: Michael Pollan, Les règles d’une saine alimentation, « Food rules ».

Commentaires fermés sur 3 règles pour une Alimentation Santé Positive

10 effets positifs du bonheur et de la compassion sur votre santé

Nous avons tous l’expérience de moments de joie ou de plaisir, ou même d’un bonheur plus généralisé. Au delà du bien-être immédiat que cela peut nous procurer, le fait d’expérimenter…

Nous avons tous l’expérience de moments de joie ou de plaisir, ou même d’un bonheur plus généralisé. Au delà du bien-être immédiat que cela peut nous procurer, le fait d’expérimenter ou de développer un état durable de bonheur peut se révéler un véritable atout pour notre santé.

La psychologie positive dont l’objectif est l’étude scientifique du fonctionnement optimal de l’être humain s’est beaucoup intéressée aux effets du bonheur et de la compassion sur notre santé, au niveau psychique, mais aussi physique et même social.
De nombreuses recherches, démontrent actuellement que les effets du bonheur et de la compassion s’étendent sur tous les aspects de notre vie, non seulement pour guérir de certaines maladies mais également pour améliorer les performances, dans les domaines professionnel, personnel, sportif, et même créatif.

A travers une démarche personnelle de « priorité au positif » mais également par l’intégration à différents niveaux des principes « positifs », dans la santé, le travail, la famille ou les institutions, nous pouvons créer un environnement favorable au développement d’une nouvelle « santé positive » amenée à se généraliser dans notre société.

En complément de tous les bienfaits validés sur le bien-être, principalement au niveau psychologique, le bonheur et la compassion ont montré un effet positif dans les domaines suivants:

1. Le Stress

Les personnes les plus heureuses montrent des niveaux nettement plus bas de Cortisol: l’hormone du stress. Cela favorise ainsi les capacités de gestion du stress, d’homéostasie et de résilience de l’organisme.

2. Les Maladies Cardiovasculaires et Respiratoires

La baisse du rythme cardiaque et de la pression artérielle, ainsi que la variabilité cardiaque accrue,
expliquent les effets sur l’hypertension, les maladies coronaires, les troubles du rythme cardiaque, les risques d’infarctus, mais aussi des pathologies respiratoires comme l’asthme.

3. Les Inflammations

Les gens les plus heureux montrent des concentrations plasmatiques plus faibles en cytokines qui favorisent tous les processus inflammatoires du corps. Cela permet de réduire les risques de tendinites, arthrites, troubles digestifs ou maladies systémiques.

4. Le Diabète

Les effets s’observent principalement dans le diabète type 2 (non insulino-dépendant), ou le diabète gestationnel, reliés aux cytokines pro-inflammatoires. Un meilleur niveau de bonheur favorise également une meilleure observance du traitement (insuline) et de son suivi chez les patients atteints de diabète de type 1.

5. Les Douleurs non spécifiques

Le fait d’expérimenter des émotions positives de bonheur et de compassion, rend l’organisme moins réceptif à ressentir la douleur, et mène à relativiser et accepter son état. Bonheur et compassion sont également associés à une diminution du niveau de colère ressenti, démontré comme facteur favorisant la douleur chronique.
Des techniques comme les pratiques de pleine conscience (Mindfulness) et compassion (Loving-Kindness) par exemple permettent de développer une distance par rapport au vécu de la douleur, notamment en « découplant » le lien douleur-souffrance.

6. Le Système immunitaire

On observe une amélioration des fonctions immunitaires, avec une meilleure réponse des anticorps, des interférons favorisant la résistance aux infections, et encore une fois la baisse des cytokines pro-inflammatoires.

7. Les Addictions et conduites à risques

Le développement d’une posture de compassion, moins tournée sur soi même et plus focalisée sur les autres diminuerait les risques de rechutes après les cures de désintoxication. Le lien social est aussi dans ces cas une ressource incontournable, comme dans les programmes des « addictes anonymes ».

8. Les Accidents du travail

Le bonheur au travail et dans la vie privée à été corrélé à une baisse du nombre d’accidents et d’arrêts de travail pour des causes physiques ou psychiques.

9. Le choix d’une vie plus saine

Les gens heureux développent des comportements plus sains en termes de nutrition, d’hygiène de vie, d’exercices physiques et de pratiques « positives », contribuant à une meilleure santé.

10. La Durée de vie

Tous ces bienfaits ont évidemment un effet non négligeable sur la probabilité de vivre plus longtemps mais il a été également démontré que les personnes heureuses développent plus de comportements prosociaux et un tissu social plus dense, des facteurs qui ont été reliés à une augmentation de l’espérance de vie.

Nous voyons donc que les effets du bonheur et de la compassion s’étendent sur une vaste variété de conditions et de domaines de santé. En complément de tout cela, le bonheur et la compassion donnent avant tout de la richesse et du sens à notre vie. Par cela ils rendent chaque instant plus savoureux et sont une source d’expériences inestimables nous permettant d’avancer toujours un peu plus vers notre propre réalisation personnelle.

Références: « Greater Good Science Center » de Berkeley et « Center for Compassion and Altruism Research and Education » de Stanford.

Commentaires fermés sur 10 effets positifs du bonheur et de la compassion sur votre santé

10 huiles essentielles pour mieux gérer le stress et l’anxiété

De tout temps les plantes ont accompagné l’être humain dans sa santé. Aujourd’hui nous ne sommes plus très nombreux à invoquer les « esprits » des plantes (Maïs, Tabac, Peyotl, Ayahuasca…) pour…

De tout temps les plantes ont accompagné l’être humain dans sa santé. Aujourd’hui nous ne sommes plus très nombreux à invoquer les « esprits » des plantes (Maïs, Tabac, Peyotl, Ayahuasca…) pour résoudre nos problèmes, mais elles restent néanmoins, en phytothérapie et aromathérapie, des alliées incontournables de notre bien-être psychique et physique.

Je vous propose ici quelques-unes des « grandes » Huiles Essentielles ayant une action sur la sphère psychologique et plus particulièrement sur le stress et l’anxiété.

1. Lavande fine

(Fleur – Lavandula Angustifolia)
La voie royale vers la découverte des huiles essentielles. C’est probablement la plus utilisée et la plus ancienne, elle était déjà connue dans l’antiquité. C’est avec elle que Réné-Maurice Gattefossé à « créé » l’aromathérapie moderne au début du 20° siècle. Elle présente de nombreuses vertus et propriétés, c’est une véritable panacée. Elle est très bien tolérée, fiable et présente peu de contre-indications.
Particulièrement recommandée pour le stress, l’anxiété, la dépression, l’agitation, l’insomnie et les spasmes musculaires. Elle est légèrement sédative, anxiolytique, antispasmodique, relaxante.
Utilisée en inhalation ou diffusion, son parfum est un délice, et c’est également un puissant support de méditation. En massage (diluée) elle sera à coup sûr la garantie d’un fabuleux moment de détente.

2. Marjolaine à coquille

(Fleur – Origanum Majorana)
Relaxante, antispasmodique, sédative, calmante. Elle agit sur le sytème nerveux de façon tranquillisante en inhibant le stress (action parasympathique)
En inhalation simple, elle est l’amie du fumeur en cours de désintoxication…C’est la cigarette électronique Bio.
Petit conseil pour les pros: elle contient une petite quantité de Thuyanol, si recherché dans le Thym et si difficile à trouver…

3. Laurier Noble

(Rameaux – Laurus Nobilis)
En inhalation ou voie cutanée, il redonne force et courage, il est résolument tourné vers l’action.
C’est légendairement la couronne des vainqueur dans la Rome antique (César) ou aux jeux Olympiques.

4. Camomille Romaine

(Fleur – Chamaemelum Nobile)
Son parfum délicat vous envoutera bien avant de bénéficier de se nombreux bienfaits. Elle est anti-dépressive et décontractante. Sédative et calmante, elle réduit l’anxiété, et rééquilibre le système nerveux. Recommandée lors de chocs émotionnels ou traumatisme affectifs, elle vous remontera affectueusement le moral, et calmera un esprit agité. En inhalation ou en massage laissez son charme faire effet.

 

Les agrumes (Citrus) sont une famille aux mille bienfaits. En plus de leurs vertus digestives remarquables (ballonnements, vésicule biliaire, foie), sous toutes leurs formes ils nous offrent des ressources incontournables au niveau psychique:

5. Bergamotier

(Fruit – Citrus Bergamia)
Ses effets « Mélatonine-like » sur la régulation des rythmes biologiques en font un excellent remède pour les troubles du sommeil. Cette huile essentielle est également calmante (sédative, anxiolytique, antistress, antidépressive) et favorise la détente par ses vertus antispasmodiques

6.Mandarinier

(Fruit – Citrus Reticulata)
Il est remarquable pour lutter contre les troubles du sommeil liés au stress ou à des problèmes de digestion. Il est également Anxiolytique et antidépresseur.

7. Oranger doux

(Fruit – Citrus Sinensis)
Il nous dit: « Je suis sous pression mais je n’ai pas encore craqué! je veux tenir! »
Relaxante et anxiolytique, en inhalation simple, cette huile permet de « prendre du recul », de rassembler ses forces.

8 Citron

(Fruit – Citrus limon)
Contrairement aux autres, cette huile est tonifiante, elle est donc utilisée pour ses vertus anti-dépressives, pour donner un petit coup de fouet et redonner de la vigueur. Pour « digérer » les choses et se remettre en action.

9. Petit Grain Bigarade

(Feuilles et Brindilles d’Oranger Amer – Citrus Aurentium ssp Amara)
C’est le « Rescue » de l’aroma, utilisé tout simplement en inhalation lors de pics de stress ou d’anxiété, il vous permet de garder ou restaurer rapidement votre calme.

10. Néroli

(Fleur d’Oranger Amer – Citrus Aurentium ssp Amara)
Merveille des merveilles! Produite en même temps que l’eau de fleur d’oranger, il faut distiller environ une tonne de fleurs pour obtenir seulement un litre d’huile essentielle…
Sédatif du système nerveux central, relaxant (antispasmodique), et même très légèrement hypnotique, il nous emmène en voyage par son parfum exquis.

 

Ce domaine représentant une des plus importantes indications de l’aromathérapie, il existe de nombreuses autres huiles essentielles aux vertus similaires. Certaines sont plus complexes d’utilisation, présentant des contre indications importantes, elles sont donc déconseillées. Par exemple le Basilic Exotique (Ocimum basilicum), la Coriandre (Coriandrum sativa), la Cannelle (cinamommum cassia) ou la Noix de Muscade (Myristica Fragrans).

Précautions d’usage: Les Huiles Essentielles sont des substances actives très puissantes et très concentrées. D’une manière générale évitez tout contact avec votre peau, diluez les systématiquement (à 5%) dans de l’Huile Végétale, certaines Huiles Essentielles pouvant être agressives à l’état pur. Pour toute utilisation des huiles essentielles (surtout autre qu’olfactive), demandez conseil à votre pharmacien, votre médecin ou tout autre professionnel qualifié. L’usage des Huiles Essentielles est déconseillé aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.
Lorsque vous choisissez une Huile Essentielle faites bien attention à ce qu’elle soit la plus fine, la plus pure et naturelle possible, vérifiez également que votre Huile Essentielle est intégrale (ou complète, totale) et biochimiquement déterminée (le chemotype et les sigles HEBBD, HECT…). Attention: la certification bio ne suffit pas à elle seule à garantir la qualité d’une Huile Essentielle.

Ressources Complémentaires : Wikiphyto.fr

2 commentaires sur 10 huiles essentielles pour mieux gérer le stress et l’anxiété

3 étapes pour expérimenter l’Aromachologie

L’odorat est notre sens le plus archaïque, le plus profond et probablement le plus puissant. Agissant bien souvent à un niveau inconscient, c’est un accès direct à Notre cerveau. Il…

L’odorat est notre sens le plus archaïque, le plus profond et probablement le plus puissant. Agissant bien souvent à un niveau inconscient, c’est un accès direct à Notre cerveau. Il est en contact avec les zones impliquées dans les émotions, les comportements, les apprentissages et la mémoire (La Madeleine de Proust).

L’Aromachologie (ou Olfactothérapie) est une branche de l’Aromathérapie qui étudie les effets des odeurs sur les plans psychologique et émotionnel. Si l’utilisation d’Huiles Essentielles facilite la mise en oeuvre de ces pratiques, il est aussi possible d’utiliser différents parfums, eaux florales ou d’autres sources d’odeurs (bonnes ou mauvaises…). Cela représente également une partie fondamentale de le pratique de L’alimentation en pleine conscience.

Les Huiles Essentielles sont des substances très puissantes et très concentrées. Lorsque vous choisissez une Huile Essentielle faites bien attention à ce qu’elle soit la plus fine, la plus pure et naturelle possible*. Les absolues sont encore plus fines, plus rares (et beaucoup plus chères), constituées des substances odorifères de la plante, elles représentent la quintessence de son parfum.

Dans ces pratiques je vous suggère de choisir pour commencer des Huiles Essentielles qui vous attirent, soit par leur odeur, soit parce qu’elles sont issues de plantes que vous appréciez ou qui signifient quelque chose pour vous. Vous pourrez choisir les huiles essentielles les plus courantes (Lavande, Thym, Eucalyptus, Menthe, Agrumes…) ou tout simplement celles que vous avez déjà l’habitude d’utiliser. Par la suite vous pourrez tester des odeurs vers lesquelles vous ne seriez pas allé spontanément, vous habituer à elles et voir comment elles peuvent vous ouvrir d’autres perspectives. Sortir de sa zone de confort est souvent une puissante voie d’évolution personnelle, mais il convient de le faire progressivement, surtout lorsque nous traitons avec des outils aussi puissants.

1. L’Odeur

Commencez par vous focaliser sur votre respiration. Laissez-vous porter. Suivez son rythme et vos sensations puis concentrez-vous sur la zone de votre nez. Sentez l’air qui rentre et qui ressort. Lorsque le bon moment est venu, approchez le flacon de votre nez et laissez vous ressentir délicatement ses effluves. A la manière de la Méditation de la pleine conscience focalisez toute votre attention sur cette odeur. Votre esprit va de temps en temps s’en éloigner, ce qui est absolument normal. Dans ce cas prenez simplement conscience que vous vous en êtes écarté et ramenez avec bienveillance votre attention sur cette odeur. Et ensuite recommencez…

2. La Perception

Cette expérience vous propose de vivre pleinement la conscience de votre corps sentant. L’idée n’est plus de se focaliser sur l’odeur en elle-même mais sur les réactions de votre organisme face à cette perception. Commencez par ressentir les sensations au niveau de votre nez puis élargissez à une conscience globale de tout votre corps. Observez ce que cela fait naître dans votre respiration, votre coeur, votre visage, vos mains, vos pieds… Puis portez attention à votre expérience globale et entretenez-la. Comment votre être tout entier réagit-il au contact de cette odeur?

3. Le Souvenir

Cette troisième expérience est un peu particulière mais elle est vraiment caractéristique de la philosophie et des recherches (Hôpital de Garches) menées en Aromachologie. Cette pratique est quelque peu différente des autres expériences de pleine conscience puisqu’il vous est proposé de vivre pleinement un souvenir, ici et maintenant.
Avant tout, il vous faudra choisir plusieurs Huiles Essentielles que vous garderez à votre disposition ouvertes devant vous. Laissez ensuite se développer votre souvenir. Vous pouvez le choisir ou simplement le laisser venir. Pour commencer choisissez peut-être un souvenir qui vous est agréable. Prenez le temps de revivre ces moments en vous concentrant sur vos sensations, vision, sons, ressentis… Une fois que vous avez le sentiment d’en avoir suffisamment fait le tour, sentez une première Huile Essentielle, imprégnez-vous en, et observez comment votre souvenir se modifie en sa présence. S’ouvre t’il ? ou au contraire devient-il plus restreint, découvrez-vous de nouvelles choses, plus de détails apparaissent-ils ou votre vision se fait-elle plus globale…? Observez-vous en même temps vivre pleinement votre souvenir et réagir en présence de la fragrance. Testez ensuite les différentes Huiles Essentielles pour faire varier votre expérience. Enfin testez différents souvenirs avec différentes émotions.

Bien qu’il ne soit pas ici question d’aromathérapie « spirituelle » ou « énergétique » , qui sont des domaines bien particuliers, vous pouvez tout de même si vous le souhaitez « orienter » votre séance par le choix de vos Huiles Essentielles. Vous trouverez facilement sur internet, ou dans des livres spécialisés, les correspondances symboliques des Huiles Essentielles.

Mes Préférées, à découvrir: Camomille romaine, Laurier noble, Néroli, Rose de damas, Palmarosa, et si vous vous « sentez » une âme plus téméraire: Marjolaine à coquille, Cèdre du Liban, Nard de l’Himalaya, Galbanum, Myrrhe, Encens (Oliban).

Précautions d’usage: D’une manière générale évitez tout contact avec votre peau, certaines huiles pouvant être agressives à l’état pur. Pour toute utilisation des huiles essentielles (surtout autre qu’olfactive), demandez conseil à votre pharmacien ou tout autre professionnel qualifié. L’usage des Huiles Essentielles est déconseillé aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.

*En complément des mentions 100% pure et naturelle, vérifiez également que votre Huile Essentielle est intégrale (ou complète, totale) et biochimiquement déterminée (le chemotype et les sigles HEBBD, HECT…). Attention la certification bio ne suffit pas à elle seule à garantir la qualité d’une Huile Essentielle.

Un commentaire sur 3 étapes pour expérimenter l’Aromachologie

20 exercices de pleine conscience au quotidien

La pleine conscience n’est pas faite pour les spectateurs, c’est une expérience qui se vit à la première personne. Vous connaissez probablement les pratiques méditatives de la pleine conscience sous forme…

La pleine conscience n’est pas faite pour les spectateurs, c’est une expérience qui se vit à la première personne. Vous connaissez probablement les pratiques méditatives de la pleine conscience sous forme de séances formelles, mais il existe également toutes une multitude de pratiques informelles. C’est dans notre vie quotidienne que la pratique de la pleine conscience prend toute sa dimension.

Pour pratiquer la pleine conscience, le meilleur endroit c’est ici et le meilleur moment c’est maintenant. Alors c’est parti, allez-y…

Je vous propose donc ces 20 pratiques instantanées de la pleine conscience à mettre en application dans votre vie au jour le jour. Testez-les, choisissez celles qui vous inspirent le mieux, adaptez-les à vos besoins et vos envies. Soyez innovant, laissez s’exprimer votre créativité et surtout faites-vous plaisir…

« La pleine conscience n’est pas difficile, nous avons juste besoin d’y penser » Sharon Salzberg

1. Respirer

Lorsque vous avez un moment à attendre, entre deux actions, entre deux endroits. Prenez une grande inspiration et soufflez profondément et calmement, puis continuez…

2. La relaxation différentielle

Observez l’action que vous êtes en train de réaliser. Identifiez les zones de tension de votre corps. Et détendez tout ce qui ne participe pas à l’action.

3. La marche consciente

Portez attention au pas, la longueur, le rythme, le contact au sol, votre respiration, la perception globale du corps…

4. Contracté-relaché

Contractez tous les muscles de votre corps (ou d’un membre) pendant 6 secondes puis relâchez tout d’un coup. Passez quelques instants à observer les sensations qui apparaissent et votre état d’esprit qui en découle.

5. Le rappel à soi

A chaque fois que vous observez votre posture vous activez un état d’esprit tout particulier. Portez attention à vos appuis au sol, la sensation sous vos pieds ou votre assise. La posture globale de votre corps. Votre respiration.

6. La vision consciente

C’est observer ce que vous voyez pour ce que c’est, sans jugement, sans interprétation, dans sa qualité d’image.

7. Regarder une video inspirante

Choisissez une vidéo que vous trouvez très belle ou qui éveille chez vous une émotion, un sentiment particulier, focalisez vous pendant toute sa durée sur les images et ce que vous en ressentez. Vivez-la !

8. Manger en pleine conscience

Laissez vous complètement et librement expérimenter tous les aspects sensoriels de votre nourriture. Le goût bien sûr, mais avant cela, aussi les sensations, les odeurs, la vision, les sons.

9. Observez vos relations

Lors d’une interaction avec une personne, observez vos ressentis, la manière dont vous vivez les choses et faites la différence entre ce qui vous appartient et ce qui vous vient de votre interlocuteur. Tristesse, colère, anxiété,… sont-elles vraiment les vôtres?

10. Identifiez les épisodes de bien-être

Au cours de votre journée faites attention à tout ce qui génère chez vous des pensées et des émotions positives, éventuellement notez les, pour mieux les retrouver. Voyez aussi ce qui est susceptible de les interrompre (dialogues mentaux, critiques, souvenirs…) pour apprendre à éviter ces parasites.

11. L’écoute active

Ecoutez vraiment au moins une personne dans votre journée, pas ce que vous pensez que la personne veut dire, ou ce que vous voulez entendre mais ce quelle dit pleinement. soyez présent à l’autre.

12. Sentir pleinement

Une odeur vient à vous, bonne ou mauvaise(!?), prenez un moment pour la vivre pleinement, elle éveille quelque chose en vous, elle vous rappelle quelque chose, revenez à ce qu’elle est, vous commencez à penser à sa source.

13. La crise de calme

Inspirez. laissez vos poumons se gonfler doucement. A la fin de l’inspiration, faites une pause inspiratoire de 1 à 2 secondes. Expirez tout doucement comme un ballon que se dégonfle. Recommencez 2 fois.

14. Ici et maintenant

Repérez vos pensées automatiques. Tout ce qui n’est pas là, en ce moment. Qu’est-ce que vous évitez? On ne peut profiter de sa vie que si l’on est pleinement présent à ce que l’on est en train de vivre.

15. La perception de l’action: Une chose à la fois

Focalisez-vous complètement sur l’action que vous êtes en train de faire, dès que votre attention se fixe sur quelque chose d’extérieur à l’action, prenez conscience que vous n’êtes plus focalisé sur ce que vous faites. Ramenez votre attention avec calme et bienveillance et concentrez vous à nouveau sur la tâche en cours. Recommencez autant de fois que nécessaire.

16. Délayez vos réactions

Le téléphone sonne? Prenez une ou deux sonneries pour souffler un peu. Insérez de temps en temps quelques secondes de liberté dans vos actions tout au long de votre journée.

17. Cultivez votre rapport à la complexité

Doute, incertitude, insatisfaction, impatience… Observez-les, acceptez de vivre pleinement ces moments avant de vous jeter sur la recherche des solutions. Ces perceptions ont beaucoup plus à vous dire et à vous montrer que vous ne pouvez l’imaginer.

18. Découvrez quelque chose de nouveau

Observez, voyez comment vous réagissez, au niveau de votre corps et de votre esprit. Voyez comment ne pas y amener vos propres conceptions préétablies et laissez se développer votre nouvelle posture face à la nouveauté. Et si vous abordiez aussi de cette manière quelque chose que vous connaissez déjà?

19. Explorer l’environnement

Posez-vous à un endroit qui vous est habituel et observez tout avec un regard neuf. Cherchez un détail que vous n’avez jamais remarqué au milieu de tout ce qui vous est familier.

20. La respiration décalée

Focalisez votre attention sur une zone de votre corps, par exemple votre coeur, observez les sensations. concentrez pleinement toute votre conscience à cet endroit. imaginez respirer directement par cette zone. un peu comme si cette zone devenait un ballon qui se gonfle et se vide à votre rythme. Entretenez cette sensation particulière. Vous pouvez aussi imaginer inspirer le bon, ce dont vous avez besoin, et expirer le mauvais ce dont vous ne voulez plus. Commencez par les zones confortables puis élargissez aux zones « difficiles ».

Bien évidemment, je ne peux que vous conseiller de pratiquer également au moins une fois par jour une pratique formelle de pleine conscience que ce soit la respiration consciente, le scan corporel, la méditation de la pleine conscience (mindfulness), la méditation de la compassion (loving-kindness) ou bien encore la cohérence cardiaque.

Un commentaire sur 20 exercices de pleine conscience au quotidien

6 dimensions pour améliorer votre bien-être psychologique

Selon Renaud Gaucher, économiste du bonheur, pour développer le bien-être au travail on a besoin de trouver du plaisir dans son travail – ce qu’on appelle le bonheur hédonique en…

Selon Renaud Gaucher, économiste du bonheur, pour développer le bien-être au travail on a besoin de trouver du plaisir dans son travail – ce qu’on appelle le bonheur hédonique en psychologie – et ressentir l’envie de s’accomplir dans son travail en réalisant son potentiel – ce qu’on appelle le bonheur eudémonique. Cela peut, bien sûr, également s’appliquer à tous les autres domaines.
Loin de la recherche du bonheur simplement par l’accumulation de moments de plaisir, le bien-être est plus complexe et intègre la notion d’objectifs et de buts dans la vie, la réalisation de soi.

Les relations entre le bien-être psychologique et les systèmes physiologiques ont bien été explorées depuis une quinzaine d’années. Notre bien-être représente une protection contre les facteur négatifs pour la santé. On constate une plus forte résistance aux maladies, un meilleur fonctionnement hormonal et immunitaire, une baisse du cortisol, une tension artérielle et un rythme cardiaque moins élevés, et moins de phénomènes inflammatoires.

Dans le modèle SPIRE, selon Tal Ben Shahar et Megan McDonough du Wholebeing Institute, aspirer au bien-être passe par un épanouissement:
Spirituel, c’est à dire vivre une vie pleine de sens
Physique, prendre soin de son corps
Intellectuel, cultiver un rapport au savoir à la connaissance et aux arts
Relationnel, développer un soutien dans sa communauté
Emotionnel, développer sa résilience et son appréciation des émotions positives

Martin SELIGMAN, le père de la psychologie positive, développe les composantes du bonheur et du bien-être psychologique dans le modèle PERMA. Pour nous épanouir pleinement nous avons besoin des éléments suivants:
Emotions Positives, en lien avec l’optimiste, la joie, l’accomplissement et la satisfaction.
Engagement dans les activités de notre vie où l’on s’épanouit, on se développe, on apprend : « Le Flux ou Flow ».
Relations positives, sources de soutien, d’affection et d’équilibre.
Mettre du sens dans nos objectifs, une vision plus globale de notre vie.
Accomplissement, avoir de l’estime pour soi et nous réaliser nous-mêmes.

Les 6 dimensions du bien être psychologique

C. RYFF et B. SINGER ont mis au point une échelle basée sur un questionnaire permettant d’évaluer le niveau de bien-être d’une personne. C’est le modèle DDRAMA:

1. Donner du sens à la vie

Ressentir que sa vie est utile, avoir des croyances positives et des objectifs avec optimisme.

2. Développement personnel

C’est être continuellement ouvert aux nouvelles expériences pour de mieux en mieux se connaitre et améliorer son efficacité. Réaliser son potentiel.

3. Relations positives avec les autres

C’est être chaleureux, confiant, savoir créer des liens, être proche et avoir de l’empathie envers les autres, faire preuve d’altruisme et savoir donner et recevoir.

4. Autonomie

Faire preuve d’indépendance, être déterminé, resister aux pressions extérieurs et savoir se réguler intérieurement, juger les choses selon ses propres valeurs et se faire confiance.

5. Maîtrise de l’environnement

C’est accepter et contrôler la complexité dans la vie, savoir saisir ou créer les opportunités et faire des choix. Créer un environnement qui soit en accord avec ses propres besoins et ses valeurs personnelles

6. Acceptation de soi

Avoir une attitude positive par rapport à soi-même, s’apprécier, accepter tous ses aspects et avoir une vision positive de son passé. connaitre ses forces et ses limites.

 

En observant ces différents modèles nous pouvons donc déterminer les facteurs à favoriser pour plus de satisfaction et d’épanouissement dans la vie.

Il s’agit de mettre en relation nos pensées et nos actions avec une ou plusieurs des dimensions du bien-être, les discuter, les remettre en question et les observer avec une vision extérieure objective. Ensuite, identifier nos sources de bien-être personnelles et les mettre en rapport avec les pensées et les actions positives afin de les développer vers plus d’expériences de bien-être et de créativité.
Références: J. Cottraux et G. Fava

Commentaires fermés sur 6 dimensions pour améliorer votre bien-être psychologique

10 clés pour une écoute active

L’écoute active est un composant essentiel de la relation d’aide selon Carl Rogers. C’est également un élément fondamental de toute relation interpersonnelle. Bien souvent, dans une discussion, nous n’écoutons pas…

L’écoute active est un composant essentiel de la relation d’aide selon Carl Rogers. C’est également un élément fondamental de toute relation interpersonnelle. Bien souvent, dans une discussion, nous n’écoutons pas vraiment la personne avec qui nous parlons. Nous ne lui donnons pas toujours notre pleine attention. Nous ne sommes pas présents ici et maintenant. Ainsi nous risquons de ne pas nous connecter vraiment à l’autre ou de lui donner l’impression d’être négligé ou non respecté. La technique d’écoute active vise à développer notre présence à l’autre et à améliorer la qualité de la communication.

Entendre est un acte passif, Ecouter est un acte actif.

Ecouter l’autre pleinement c’est l’accueillir avec bienveillance, neutralité, confiance, acceptation, empathie et respect. C’est créer les conditions nécessaires pour percevoir les besoins de l’autre et l’aider dans sa propre réflexion par notre accompagnement.

1. Résumer et paraphraser

Pour montrer et vérifier que vous avez bien compris et faire sentir à l’autre personne que vous avez bien entendu. Donnez du feedback, renforcez, recontextualisez, répétez à l’autre ses propres termes et reformulez avec les vôtres. Afin de lui montrer que vous écoutez et que vous êtes pleinement présent à ce qu’il partage.

2. Poser des questions ouvertes

Pour donner l’opportunité à l’autre personne de développer ses pensées et vous permettre de ne pas sauter tout de suite aux conclusions. Ecoutez les mots et essayez de comprendre ce que votre interlocuteur veut dire (et non ce que vous en entendez).

3. Adopter une attitude corporelle ouverte

Le langage du corps est important, accueillir l’autre, être attentif mais relaxé, en face à face, acquiescer de la tête, du regard. Restez en contact avec la personne, faites face et maintenez un contact visuel.

4. Garder l’esprit ouvert

Evitez les jugements pour comprendre l’autre, ne pas l’interrompre avec des contre arguments, et ne pas préparer mentalement une riposte, cherchez à comprendre plutôt qu’à réagir. Ne planifiez pas votre réponse pendant que l’autre parle, sinon vous ne pouvez être pleinement présent à l’autre. Si vos pensées divaguent ramenez-les, focalisez-vous sur les paroles, c’est un véritable exercice de pleine conscience et même de pleine présence.

5. Éviter de donner des conseils non sollicités

Et ne pas imposer de solutions. Dans le meilleur des cas, amenez l’autre à trouver sa propre solution, en multipliant les points de vue. Cela n’empêche pas de proposer votre propre optique en lui demandant la permission de l’exprimer. La non directivité, ce n’est ni conseiller, ni interpréter, mais rester centré sur l’autre (qui possède ses propres solutions).

6. Ne pas interrompre

Si vous semblez plus rapide à penser ou que vos capacités oratoire sont meilleures, mettez vous au rythme de l’autre, profitez en pour vous relaxer, laissez pleinement la possibilité à l’autre de s’exprimer. Autorisez le silence, donnez du temps pour penser, attendez les pauses pour demander de clarifier les choses.

7. Poser des questions

Pour assurer votre compréhension, préciser des détails importants, pour éviter aussi d’orienter la discussion avant que l’autre personne n’ait pu exprimer ce dont elle avait besoin.

8. Exprimer de l’empathie

C’est montrer à l’autre que vous partagez son ressenti. Comprendre la position de l’autre c’est aussi valider son point de vue pour qu’il ait la sensation d’avoir été écouté. Essayez de ressentir ce que l’autre est en train de vivre, observez également ce que vous ressentez. Est-ce votre propre ressenti ou partagez-vous celui de votre interlocuteur? Cela facilite énormément la communication.

9. Observer ce qui n’est pas dit

Lorsque vous écoutez, rappelez-vous que les mots ne véhiculent qu’une fraction du message. Observez le langage non verbal : posture, mimiques, mouvements des yeux, décalages entre verbal et non verbal, les expressions d’enthousiasme, d’énervement ou d’irritation, mais aussi ce qui est volontairement omis ou non abordé.

10. Partager votre perspective

Une fois que vous avez laissé l’autre s’exprimer pleinement selon ses besoins, présentez votre perspective comme votre propre vision des choses (utilisez la 1° personne) ce qui implique que ce n’est pas forcément la seule, ni la meilleure, mais la possibilité qui vous parait la plus satisfaisante.

« Quand j’ai été écouté et entendu, je deviens capable de percevoir d’un œil nouveau mon monde intérieur et d’aller de l’avant. Il est étonnant de constater que des sentiments qui étaient parfaitement effrayants deviennent supportables dès que quelqu’un nous écoute. Il est stupéfiant de voir que des problèmes qui paraissent impossibles à résoudre deviennent solubles lorsque quelqu’un nous entend. »
— Carl Rogers, psychologue humaniste, créateur de l’écoute active

Commentaires fermés sur 10 clés pour une écoute active

Connaissez-vous les 3 cerveaux du corps?

De nombreuses traditions ont décrit les trois aspects de l’esprit. C’est tout particulièrement le point de vue de la philosophie Taoïste chinoise à travers les trois « Tan Tien » (centres énergétiques)….

De nombreuses traditions ont décrit les trois aspects de l’esprit. C’est tout particulièrement le point de vue de la philosophie Taoïste chinoise à travers les trois « Tan Tien » (centres énergétiques).
Les neurosciences ont démontré que l’idée que le cerveau serait le seul « maître » à bord est complètement dépassée. Notre coeur et notre système digestif ont également un rôle très important à jouer.

Le cerveau du Ventre

Notre « deuxième cerveau » serait même apparu en premier dans notre évolution. Nous avons certainement « digéré » avant de « penser ». Notre système digestif abrite 200 Millions de neurones soit approximativement le même nombre de cellules nerveuses que dans le cerveau de votre chien ou de votre chat… Mais nous ne sommes pas seuls, tenez vous bien! il y a 100 fois plus de bactéries dans notre intestin que de cellules dans notre corps. Et il a été démontré dans de nombreuses études que ces bactéries, si elles ont bien un rôle dans notre bien-être digestif, seraient aussi responsables de la manière dont nous « digérons » nos émotions. Les neurones du « cerveau » entérique sont également le siège de la synthèse de 95% de la sérotonine, l’hormone de la modulation des émotions. Anxiété, stress, dépression, notre ventre et ses hôtes, notre microbiote, conditionnent donc notre sensibilité à tous ces facteurs de notre relation à nous-même et à ce qui nous entoure.

Le cerveau du Coeur

De tous temps, le domaine des sentiments à été dévolu à cet organe majeur. Les chinois (et les poètes) le considèrent comme le siège de notre esprit, toutes les pensées et les sentiments, le côté immatériel de notre être. Bien loin de n’être qu’une pompe inerte ou une « chaudière » comme le voyait Descartes, notre coeur héberge un groupe de fibres nerveuses autonomes dont certaines sont même absolument indépendantes du reste de notre organisme. Il y a plus d’informations qui transitent du coeur au cerveau que du cerveau au coeur. Le coeur détermine lui-même beaucoup de ses propres paramètres. Il va même plus loin, depuis peu, son rôle hormonal a pu être mis en évidence : il a la capacité de sécréter l’ocytocine… Cette dernière est l’hormone de l’amour, de la compassion et de l’altruisme. Par la cohérence cardiaque, nous pouvons mettre en résonance nos rythmes cardiaque, respiratoire et neurologique. Cette « respiration du coeur » régule nos émotions et nous donne la possibilité de développer un état particulier d’engagement et de compassion, plein de sens en lien avec nos valeurs. Elle agit principalement par la régulation du tonus vagal, l’activation du nerf vague (un des nerfs crâniens aussi appelé pneumo-gastrique) qui est en quelque sorte le lien permanent entre notre cerveau et notre système digestif et dont l’un des rôles majeurs est la régulation du stress.

Le cerveau de la Tête

Bien sûr le plus grand nombre de neurones se trouve à l’intérieur de notre boite crânienne: 1000 milliards de neurones… Il a des rôles dans toutes les fonctions de notre organisme.
C’est le siège des fonctions cognitives, de nos pensées, de notre mental, de notre habilité à raisonner, à construire, et c’est la source de la créativité. Par ses influx nerveux et la sécrétion d’hormones agissant à distance et de neurotransmetteurs pour les régulations locales, c’est le centre de communication de tout notre système. Les différentes zones sont spécialisées dans des rôles bien définis mais certaines voies de recherches actuelles mettent l’accent sur la capacité toute particulière de ces zones à coopérer ensemble, permettant l’émergence d’autres modes de fonctionnement que ceux spécifiques à chaque zone. Les découvertes à ce niveau là ne font que commencer…

Dans le Qi Gong, on dit souvent que « l’énergie se dirige là où se dirige l’attention ». Les études sur la cohérence cardiaque de l’institut Heartmath ont montré que porter notre attention sur une zone de notre corps activait l’activité nerveuse de cette zone ainsi que les zones relatives dans le cerveau.
La pleine conscience nous permet d’accéder à de multiples formes d’intelligence. Nous pouvons activer, intégrer et mobiliser en harmonie cet état de flow afin de pouvoir exprimer tout notre potentiel. Plus nous multiplions les points de vue et les sources, plus notre perception se précise et plus nous avons de choix, de liberté et de créativité.

La méditation des 3 cerveaux

Installez vous confortablement et prenez conscience de votre posture. Relâchez vous.

Prenez trois grandes respirations profondes. Tournez vous vers votre respiration. De haut en bas et de bas en haut.

Prenez votre temps pour visitez les trois zones en gardant votre attention sur votre respiration. A chaque fois que vous prenez conscience que votre conscience s’en est détournée, ramenez-la dans votre souffle avec bienveillance.

Focalisez votre attention sur la région abdominale. Sentez les mouvement de votre ventre qui se gonfle et se dégonfle. Prenez conscience de cette sensation de stabilité, d’ancrage au sol, de force, associée à cette mobilité.

Remontez vers la région du coeur. Sentez les mouvements et imaginez-vous respirer directement par cette zone. Activez des sentiments positifs et entretenez une sensation de chaleur tout autour.

Puis passez au niveau de la tête en traversant le cou que vous pouvez relaxer au passage. Certaines fois on peut ressentir que la tête est pleine de pensées, laissez la respiration libérer de la place. Respirez par le nez, vous pouvez sentir la fraîcheur, la légèreté, une ouverture vers le haut, une élévation.

Notre conscience est pleinement efficace lorsque tous ses aspects sont en harmonie. Laissez votre attention et votre respiration englober toutes les zones. Donnez-leur la possibilité de communiquer ensemble, de se mettre en résonance. Gardez simplement l’intention d’entretenir cette sensation.

Commentaires fermés sur Connaissez-vous les 3 cerveaux du corps?

10 exercices simples selon « la Science du Bonheur »

Découvrez les 10 pratiques fondamentales de la psychologie positive. Selon Chris Peterson, l’un des fondateurs de la science du bonheur, « La psychologie positive n’est pas un sport de spectateurs ». C’est…

Découvrez les 10 pratiques fondamentales de la psychologie positive. Selon Chris Peterson, l’un des fondateurs de la science du bonheur, « La psychologie positive n’est pas un sport de spectateurs ». C’est en effet dans la pratique que cette discipline prend tout son sens, dans cet article je vous propose d’explorer ensemble les différentes manière d’appliquer ses grands principes dans notre vie au quotidien.

Votre signature de caractère: Utilisez vos forces

Le travail des forces de caractère est un exercice de changement très puissant. Si vous pouvez tout à fait identifier vos forces simplement en vous observant vous même, la méthode la plus efficace pour mieux se connaitre est de passer le test ViaCharacter. D’une durée de 20 minutes, ses 120 questions parcourant 24 forces de caractère réparties en 6 valeurs vous permettent de classer vos différentes forces par ordre d’importance. Ensuite une pratique quotidienne peut être de sélectionner une de vos 5 forces principales et de vous demander tout au long de la journée comment l’appliquer à tout ce qui vous arrive. Une autre possibilité est de choisir quelle force appliquer à chaque fois que vous avez un choix à faire ou une action à réaliser.
Prenez le temps de mettre par écrit toutes vos observations, cela multiplie les bienfaits de cette méthode.

Les 3 bonnes choses – Priorité au positif !

C’est l’un des exercices les plus connus de la psychologie positive, popularisé par Florence Servan-Schreiber. Tous les soirs, prenez un moment pour passer en revue votre journée et notez 3 bonnes choses qui vous sont arrivées. Vous pouvez également vous demander ce qui a fait qu’elles ont pu se réaliser. Grandes ou petites, ces choses vous permettront de vous focaliser sur le positif dans votre vie et sur ce qui vous importe le plus.

Vous pouvez également réaliser un « portfolio positif » sur internet ou « en vrai », où vous pourrez rassembler images, articles, videos, objets, dessins, écrits, enfin tout ce qui peut vous faire du bien, pour ensuite pouvoir vous y replonger quand vous le souhaitez et vous ressourcer. L’idée derrière tout cela est d’identifier ce qui génère le plus d’émotions positives pour vous afin de pouvoir les privilégier dans votre vie.

L’Ecoute active: Pour vous sentir connecté

Au moins une fois par jour, prenez le temps d’écouter vraiment quelqu’un avec qui vous avez une interaction. Cela peut être dans votre famille, avec vos amis ou dans votre milieu professionnel, ou tout simplement avec un inconnu. Laissez les choses se faire le plus naturellement possible.

Actes Aléatoires de Gentillesse: Diffusez la bienveillance autour de vous (Random Acts of Kindness)

Décider de faire des choses pour les autres peut vous permettre d’augmenter vos émotions positives et votre bonheur. Sur une journée, décidez de faire 5 actes de bonté. Peu importe s’il s’agit de grandes ou de petites choses. L’exercice sera plus efficace si ce sont différentes choses pour différentes personnes. Les personnes pour lesquelles vous le faites n’ont même pas besoin de le savoir… Pour augmenter encore les effets, écrivez quelques lignes sur ce que vous avez fait et ce que vous avez ressenti.

Lettre et journal de gratitude: Remerciez-vous et remerciez les autres

Un peu à la manière de l’exercice des 3 Bonnes Choses, notez ce pour quoi vous éprouvez de la gratitude dans votre journée. Vous pouvez également écrire une lettre de remerciement pour quelque chose ou quelqu’un que vous voudriez profondément remercier. Si vous voulez aller plus loin, vous pourrez l’envoyer ou la lire au destinataire.

La Pleine conscience: Observez « ici et maintenant »

Pour Jon Kabat Zinn, la pleine conscience c’est faire attention d’une certaine manière au moment présent, avec intention et sans jugement. Elle peut se pratiquer formellement de différentes manières: la respiration consciente, le Scanner Corporel, l’alimentation consciente (l’expérience du raisin), la marche consciente… Mais c’est avant tout une vision particulière de notre vie et du monde qui nous entoure. Elle prend tout son sens lorsque nous l’incluons dans chacune de nos actions.

Méditation Mindfulness: Lâchez-prise.

La Méditation Samatha c’est la pleine conscience dans sa plus pure expression. Cette pratique est très simple. Focalisez votre attention sur votre respiration, à chaque fois que vous prenez conscience que vous vous en êtes écarté, ce qui est tout a fait normal, notez le et ramenez avec bienveillance votre attention sur votre respiration. Ecartez tout jugement, cela n’a pas sa place ici, pas d’objectif à réaliser, simplement accepter les choses telles qu’elles se présentent.

Méditation Loving-kindness: Cultivez la bonté et la compassion

La Méditation Metta est un véritable baume au coeur. Pratiquez tout d’abord la méditation en pleine conscience, et ensuite formulez ces souhaits pour vous: Que je puisse être heureux. Que je puisse être en bonne santé. Que je puisse être en sécurité. Que je puisse être en paix et ressentir le bien être. Ensuite, progressivement faites de même à l’intention de vos proches, puis des autres personnes (neutres) et enfin si cela vous parait « juste », celles avec qui vous rencontrez des difficultés. Vous pouvez également vous focaliser sur tous les êtres vivants, la terre, l’univers… Toujours sans jugement et en pleine conscience, laissez-vous ressentir pleinement les sensations offertes par ces intentions.

Cohérence cardiaque: Au Coeur de l’harmonie

L’objectif de cette pratique est d’équilibrer le fonctionnement de notre organisme en mettant en résonance nos rythmes respiratoire, cardiaque et neurologique.

Commencez par trois grandes respirations. Focalisez vous sur votre respiration, soufflez un peu plus que ce que vous inspirez. Focalisez vous sur la zone de votre coeur. Imaginez que vous respirez directement par la zone du coeur. Nourrissez cette sensation, apportez lui de bonnes sensations, des émotions positives, des sentiments agréables, amour, bien-être, confort, gratitude, compassion, respect…Protégez et entretenez cette sensation comme une petite flamme.

Les pratiques de l’Awe: L’émerveillement en action

Quel que soit ce qui vous inspire, marcher dans la nature, observer le talent, lire un livre ou regarder un film, faites vous plaisir c’est bon pour la santé. Pour en savoir plus: Une nouvelle émotion découverte par la science.

 

Commentaires fermés sur 10 exercices simples selon « la Science du Bonheur »

Type on the field below and hit Enter/Return to search