Vous avez décidé d’adopter de saines habitudes alimentaires et de faire plus d’exercice. Sage résolution mais vous vous demandez comment maintenir ces habitudes dans la durée ? Vous avez déjà suivi tellement de régimes et connu le redoutable effet yoyo ! L’ essentiel est de ne pas avoir d’ objectif irréaliste. Il est important de comprendre avant d’ agir. Comprendre le lien qui existe entre nos émotions et l’ alimentation est un point de départ à ne pas négliger. Nos pulsions alimentaires répondent au schéma du comportement automatique. Contentez-vous d’ avancer à petits pas et de parcourir un long chemin plutôt que de faire de grandes enjambées, de trébucher et d’abandonner.

1. Schéma du comportement automatique

Un fait extérieur survient, il provoque une émotion qui provoque à son tour un comportement. Prenons comme exemple un fait extérieur qui pousse la personne à accepter quelque chose parce qu’elle n’ose pas refuser. L’émotion ressentie peut être la frustration ou la colère contre elle-même parce qu’elle ne sait pas s’affirmer. Le comportement sera une irrépressible envie de manger. Ce mode de fonctionnement est un réflexe conditionné auquel, ni la volonté ni le conscient ne participent.

Plusieurs facteurs interviennent :
– Les facteurs familiaux tels que les habitudes éducatives.
– Les facteurs personnels tels que l’anxiété, le stress, l’émotivité, la dépression, une faible estime de soi, entre autres.

2. Apprendre à reconnaître ses émotions

Prendre le temps de se poser pour réfléchir et surtout apprendre à ressentir ce que le corps transmet comme message. Si vous remarquez une fâcheuse tendance à répéter le même scénario, essayez de déchiffrer le sens. Dans notre exemple, avoir du mal à dire non, peut avoir un lien avec une faible estime de soi qui explique la peur de déplaire, du rejet, ce qui conduit à dire OUI ! Le comportement automatique, se venger sur les biscuits, le chocolat ou tout autre aliment, n’est que la conséquence de votre émotion.

Entreprendre un régime draconien, pratiquer une activité physique intensément, cette démarche ne suffit pas s’il n’y a pas une prise de conscience plus profonde des mauvaises habitudes alimentaires. Pensez-vous pouvoir agir sur ce que vous ne comprenez pas ?

La prise de conscience est le point de départ de votre démarche de changement.

Commentaires