Voilà l’été ! L’appel de la plage, la bronzette, les glaces, les balades au coucher de soleil, les joggeurs courant sur le sable… A ce titre, durant mes séances, des clients me demandent si courir sur le sable est sans danger. Voici donc quelques conseils de votre coach, si vous désirez faire votre footing en bord de mer :

1. Courir sur la plage est un pur plaisir, grâce à la sensation agréable du sable sous les pieds (nus ou chaussés) ; c’est également un bon entraînement pour renforcer les muscles du pied, des cuisses et très efficace pour la prévention des blessures de cheville.

2. Commencez par vous entrainer sur de courtes distances, et adaptez votre rythme (écoutez votre corps). Évitez de courir exclusivement sur le rivage, car cet environnement met à rude épreuve le tendon d’Achille et l’articulation de la cheville. Variez les plaisirs, ainsi vos muscles progresseront mieux et vous éviterez les blessures (surtout les tendinopathies)

3. Pensez à porter des chaussures de course pour éviter de vous blesser. Pas besoin de chaussures particulières, mais si vous en possédez plusieurs paires, pourquoi ne pas en réserver une pour la plage ?

4. Courez sur le sable humide et compact près de l’eau. Cette surface plus régulière que le sable meuble facilitera votre foulée. À marée basse, l’étendue de sable humide est plus importante donc profitez en.

5. Courez de préférence le matin avant 10h ou en fin de journée après 18h pour éviter les fortes chaleurs, mais aussi la foule de vacanciers. Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas de vous protéger avec de la crème solaire ou une casquette que vous pourrez mouiller au cours de votre parcours.

6. Prolongez votre séance par un bain de mer et relaxez vous tranquillement en n’oubliant pas de vous hydrater régulièrement, pendant et après la course.
Ainsi vous voyez que courir sur le sable se révèle sans danger, à condition de respecter ces quelques conseils. N’oubliez pas de prendre votre pied à la plage.

Commentaires