Auteur : Gary Pouille

4 pistes pour libérer votre force créatrice

À chaque instant, nous accomplissons des actions en étant en désaccord avec nous-mêmes. Cela s’applique à toutes les étapes de la vie : faire un travail déplaisant, rendre visite à…

À chaque instant, nous accomplissons des actions en étant en désaccord avec nous-mêmes. Cela s’applique à toutes les étapes de la vie : faire un travail déplaisant, rendre visite à des personnes toxiques, écouter les plaintes d’autres personnes qui veulent se décharger de leurs misères sur vous, etc. Souvent, nous nous forçons ou nous soufflons.

« Vivement que je termine cette tâche » !
« C’est redondant de faire ça mais je DOIS le faire » !

Ces actions ne sont pas révélatrices de votre force créatrice. Au contraire, elles vous détruisent de l’intérieur.

Qu’est ce que la force créatrice ?

La force créatrice est le principe de la force intérieure qui s’exerce par l’intensité de la croyance en son propre pouvoir. Plus nous croyons en notre pouvoir de création, plus nous serons capables de réaliser des prouesses ou tout simplement nos rêves. Cette force agit lorsque nous prenons une décision irrévocable qui nous pousse à croire que nous pouvons créer notre vie en la modifiant.

Comment générer cette force subtile ?

Je vous livre 4 pistes pour la libérer et ainsi changer votre état d’esprit.

1ère piste : sortir de votre quotidien !

Imaginez un instant que vous rentrez de votre travail, vous êtes fatigué et vous cherchez à vous reposer. Mais, vous devez entre temps faire à manger pour ce soir et demain, ranger la maison, faire une lessive et pleins d’autres actions pénibles qui « DOIVENT » être exécutées. Tel un automate, vous effectuez ces tâches sans tenir compte du fait que vous auriez besoin de temps, de repos et de réflexion personnelle sur votre journée ou sur d’autres aspects de votre vie que vous souhaiteriez changer (changer de travail ou de métier, reprendre le sport, lire, etc.).

Ce n’est pas en faisant les mêmes actions inlassablement que vous réussirez à accomplir vos envies du moment.

Évitez de trouver des excuses à votre manque de temps en affirmant que c’est une fatalité ou que vous êtes trop occupés pour le faire.

Le tout est de sortir des actions habituelles de votre quotidien afin de dépolluer votre cerveau du conditionnement que vous vous êtes imposé.

2ème piste : lister ses points forts et ses activités coups de cœur

Prenez le temps de vous poser sans téléphone ni ordinateur dans une pièce calme où vous vous sentez bien. Installez vous confortablement avec un papier et un crayon. Listez vos points forts : vos qualités essentielles dans tous les domaines afin de déterminer quel être formidable vous êtes et reconnectez-vous à vous-même.

Après cela, listez les activités qui vous font vibrer, les activités que vous rêvez d’accomplir ou d’essayer.

Cela paraît très simple mais un grand nombre de personnes mettront un temps fou à réaliser cette étape : se reconnecter à soi prend du temps.

Se reconnecter à soi est essentiel pour reprendre contact avec sa force créatrice.

3ème piste : pratiquer la pleine conscience

Que vient faire la pleine conscience dans un article sur la force créatrice ? Vivre en pleine conscience nous rend plus heureux : nous réalisons nos actions quotidiennes sans anticiper celles d’après et sans ressasser celles d’avant. Pour libérer votre force créatrice, vous devez vous libérer des chaînes du passé et de l’anticipation du futur pour réaliser vos envies ici et maintenant.

En écrivant cet article, je me déconnecte de mon passé et de mon futur et j’apprécie de taper sur les touches de mon clavier pour vous enseigner une notion qui est entrain de transformer mon quotidien.

4ème piste : Réfléchir à votre idéal

Se fixer un idéal nous permet d’orienter notre mission de vie. Cela nous permet d’observer la direction vers laquelle nous devons aller. Que ferions nous dans notre quotidien pour réaliser ce qui nous tient à cœur ? Quel métier aimerions nous réaliser pour être pleinement épanoui ? Il s’agit d’une étape compliquée que je vais illustrer avec un exemple.

Exemple

Robert est comptable depuis 15 ans mais, au fond de lui, il n’est plus satisfait de son métier. Robert est enfermé dans une routine inflexible : de 9h00 à 18h00 il travaille, à 18h30 il rentre et prépare son repas pour le soir, il s’occupe de ses enfants avec son épouse, et vers 21h00 il regarde la télévision avec elle. Un jour, Robert en a assez et applique les conseils de cet article.

1ère étape : il casse sa routine et décide de sortir un peu plus avec sa femme, de fermer la télévision plus tôt pour lire et de se trouver du temps pour réfléchir.

2ème étape : Robert liste ses points forts : rigoureux, courageux, serviable, fiable, amical, bon vivant, à l’écoute des autres. Robert liste ses activités coups de cœur : tennis de table, marcher, aider les autres, jouer avec ses enfants, boire un verre avec des collègues.

3ème étape : Robert pratique la pleine conscience : cela lui fait beaucoup de bien car il exerce un métier où le mental prend souvent le dessus sur les sensations. Robert prend le temps de manger moins vite, il marche plus, il effectue certaines actions sans les survoler.

4ème étape : Robert réfléchit sur son idéal : il se rend compte que son métier ne lui apporte plus de satisfaction alors il réfléchit à une reconversion professionnelle. Pour lui, l’idéal serait de travailler dans un milieu où il se sentirait utile et où il pourrait aider les autres tout en effectuant un travail plus physique. Dans tous les autres domaines de sa vie, Robert se sent satisfait. Il entreprend donc un bilan de compétences auprès d’un organisme et Robert choisit de se reconvertir dans le domaine médical.

La force créatrice nous pousse à faire des choix pour réaliser pleinement sa vie. Mais, pour exploiter le plein potentiel de cette force subtile, il faut effectuer un travail sur soi-même afin de réunir les conditions nécessaires pour invoquer notre force intérieure.

Alors qu’attendez-vous pour libérer cette puissance ?

Un commentaire sur 4 pistes pour libérer votre force créatrice

3 bonnes raisons d’être responsable

Récemment, je discutais avec un chef d’entreprise dont la structure commençait à décliner. En réponse à la question, « à votre avis, qu’est-ce qui vous a conduit à cette situation ? », le chef…

Récemment, je discutais avec un chef d’entreprise dont la structure commençait à décliner. En réponse à la question, « à votre avis, qu’est-ce qui vous a conduit à cette situation ? », le chef d’entreprise s’est contenté de dire : « ce n’est pas de ma faute, c’est à cause de la conjoncture économique, les gens ne veulent plus acheter dans mon magasin et deviennent radin ». Malheureusement pour ce chef d’entreprise, il existe un grand principe de la vie qui ne trompe pas : « la réussite ou l’échec ne dépend que de vous ». La solution la plus simple est de prendre ses responsabilités suite à un échec afin d’en comprendre les raisons et rebondir face à ce constat. Mais nous prenons à cœur ces échecs et nous avons peur d’être jugé en retour. En France, nous devons être parfaits, que ce soit personnellement ou professionnellement, et le moindre échec nous est reproché. Nous devons accepter cet état et aller de l’avant.

Je vais vous donner 3 bonnes raisons de cultiver son sens des responsabilités.

1ère raison : la responsabilité nous apprend beaucoup

Nous faisons tous des erreurs et c’est excellent. Faites des erreurs !!!

Vous en apprendrez beaucoup sur vous-mêmes.

Pourquoi ?

Vous vivez émotionnellement une situation intense qui vous remet en question.

Il s’agit donc d’une mini thérapie comportementale et cognitive : vous vous confrontez plusieurs fois à une situation qui vous effraie afin de la démystifier.

Etre responsable consiste donc à accepter cette situation d’inconfort pour apprendre de ses erreurs et aller de l’avant.

Si vous créez votre entreprise et qu’au bout d’un certain temps cela ne marche pas, est-ce un échec pour autant ? Non, car vous avez appris et accompli énormément de notions que vous n’auriez jamais appris en restant salarié (gestion, prospection commerciale, marketing, recrutement, etc.).

2ème raison : la responsabilité permet d’être en phase avec soi-même 

La responsabilité revient à s’accepter soi-même tel que l’on est : un individu avec ses qualités et ses défauts, en plein apprentissage de la vie.

En tant qu’individu, nous validons et assumons nos actes même les plus inavouables.

A partir de ce choix, nous nous respectons en ne mentant pas.

Même si cela doit blesser les autres ou détruire une vie, un individu ne peut pas se permettre de vivre dans le mensonge.

Sinon, cela revient à faire tout son possible pour maintenir une situation irréelle dans sa vie donc cultiver un sentiment négatif.

Prenons l’exemple d’un homme qui n’assume pas sa douceur. Nous avons tous l’image de l’homme viril qui regarde le foot, qui mange beaucoup, qui bricole à la maison ou dans son jardin, et qui crache par terre.

Culpabilisez-vous de ne pas être comme ça ?  Moi non et ça me convient très bien.

Chaque individu est différent et il faut l’accepter et s’accepter tel que l’on est !

3ème raison : Etre responsable est bon pour la santé

Le sentiment de culpabilité est un poison. Vous vous sentez coupable de mentir ou de ne pas assumer certaines actions.

Or, la culpabilité est présente à tous les différents niveaux ; programmes télévisés, livres, interactions sociales, etc.

Cette prison engendre des maladies telles que la dépression, le stress chronique, la peur, ou l’hypertension.

Assumer ses actes nous pousse à reprendre le contrôle de sa vie et nous permet de vivre l’instant présent en cohérence avec notre personnalité et nos choix.

En assumant qui je suis, je ne mets pas de masque et je suis serein en société car je m’exprime comme je le souhaite.

 

Pour conclure, je vous dirai que nous devons être tous responsables sur différents niveaux : engagements amoureux, professionnelles, familiales, ou encore personnels. Néanmoins, l’homme a encore du mal à assumer ses actes et rejette la faute sur les autres. Heureusement, de nombreuses techniques nous aident à passer ce cap comme la méditation de pleine conscience ou la sophrologie.

Prenons nos responsabilités et acceptons de changer le monde !

3 commentaires sur 3 bonnes raisons d’être responsable

3 bonnes raisons de vivre avec un animal de compagnie

Il y a des êtres dans notre vie que l’on n’oublie pas et à qui je rends hommage dans cet article : les animaux de compagnie. A la fois gentil,…

Il y a des êtres dans notre vie que l’on n’oublie pas et à qui je rends hommage dans cet article : les animaux de compagnie. A la fois gentil, calin, triste, agressif, ils incarnent à eux seuls un ensemble d’émotions et une présence émouvante. En posséder un est une responsabilité à part entière car ce sont des êtres qui entrent sous notre dépendance. Mais ces animaux nous apportent tellement, aussi bien sur le plan humain que sur le plan physique. D’après une étude de 2003 de l’IAHAIO (International Association of Human Animal Interaction Organizations), les propriétaires d’animaux de compagnie seraient en meilleure santé que les non propriétaires. Ils se rendraient en moyenne de 15 à 20% moins souvent chez leur médecin généraliste.
Posséder un animal aurait donc une influence positive sur la santé et le psychisme humain. Mais, si cette étude vous rend sceptique, je vous propose 3 bonnes raisons d’aimer et de posséder un animal de compagnie.

1ère raison : notre animal est un maître Zen !
Un animal ne se focalise pas sur ses pensées, il suit son instinct ou la façon dont il a pu être conditionné. Cela fait de lui un être vivant en pleine conscience : il vit dans le moment présent et ne se soucie pas du passé et du futur. Si nous prenons l’exemple du chat, il dort environ 16 heures par jour, accomplit suffisamment de gestes pour accomplir ses besoins vitaux (manger, boire, etc.), se repose là où il y a une source de chaleur, et joue de temps en temps. Votre chat est donc un maître de la pleine conscience !

2ème raison : notre animal nous apporte une présence et un réconfort !
Un animal de compagnie comble notre besoin de ne pas être seul : il est présent la journée même en dormant. Il nous réconforte dans les moments où tout va mal. Il nous console par sa seule présence et ses mimiques apaisantes. De nombreux articles parlent de l’effet anti stress du ronronnement du chat ou du fait de s’occuper d’un animal en lui donnant de la nourriture, en le soignant ou encore en le caressant.

3ème raison : notre animal est un clown !
Qui n’a jamais rit des pitreries de son animal de compagnie ? Nous voyons beaucoup de vidéos sur Internet montrant des animaux facétieux qui accomplissent des bêtises sans grand danger et cela nous fait rire ! Nous jouons avec eux, nous les embêtons et nous aimons ça. Cela nous permet de fuir le quotidien quelques instants et de se recentrer sur le moment présent.

Pour conclure, je vous dirai donc qu’un animal de compagnie est bien plus qu’une présence : il s’agit d’un être vivant à part entière, un membre de votre famille et un compagnon de vie adorable. Et maintenant, qu’attendez vous ? Allez caresser votre animal.

3 commentaires sur 3 bonnes raisons de vivre avec un animal de compagnie

3 situations insolites où vous pouvez pratiquer la pleine conscience ou mindfulness

L’état de pleine conscience intéresse de plus en plus de monde. En effet, nous vivons dans un monde où tout doit aller vite : manger, travailler, accomplir les tâches du…

L’état de pleine conscience intéresse de plus en plus de monde. En effet, nous vivons dans un monde où tout doit aller vite : manger, travailler, accomplir les tâches du quotidien, les relations affectives, etc. Nous exécutons toutes nos actions comme des automates : de manière rapide et efficace. Mais, il arrive que le corps reprenne le contrôle en tirant la sonnette d’alarme : dépression, burn-out, troubles musculaires, douleurs chroniques, phobies, état de stress permanent, etc. Pour remédier à cette façon de vivre, il existe une alternative : la pleine conscience. Cet état nous offre une multitude d’opportunités à vivre chaque jour au quotidien. Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste au Village des Pruniers en Dordogne, écrit dans son livre « La sérénité de l’instant présent » plusieurs façons de vivre la pleine conscience.

Mais au fait, c’est quoi la pleine conscience ?
La pleine conscience est un état qui nous ramène à être pleinement conscient des actions les plus élémentaires de notre quotidien tout en restant conscient de sa propre existence par la respiration. Le passé, le futur, les soucis n’ont aucune place dans cet état où nous nous concentrons sur une action à la fois.

Plus étonnant, la pleine conscience peut être pratiqué dans 3 situations qui pourraient vous surprendre :

1. Dans la voiture

Avoir pleinement conscience de sa conduite est utile pour éviter les accidents ou éviter les amendes pour excès de vitesse. En effet, nous avons tendance à conduire de manière automatique : en n’ayant pas conscience de notre conduite au moment présent. Pour les trajets habituels, vu qu’il s’agit d’un automatisme, nous laissons notre pilote automatique prendre le relais, et au final, nous ne nous rappelons pas de la totalité du trajet. Quand on conduit, on ne pense qu’à arriver. Si l’on doit freiner ou s’arrêter à un feu rouge, c’est un élément qui nous empêche d’atteindre ce but. Transformez cette frustration en bonheur : souriez au feu rouge et retournez à votre respiration : « j’inspire, je calme mon corps, j’expire, je souris ».
Vous pouvez prendre également un élément qui vous permet de vous souvenir de revenir à cet état : un panneau, une plaque d’immatriculation, etc.

2. En faisant la vaisselle

La vaisselle est une corvée que nous pratiquons tous les jours sauf pour les possesseurs de lave vaisselle. Mais cette corvée peut finalement devenir très agréable une fois les manches retroussées et les mains dans l’eau chaude. Prendre le temps de laver chaque plat, chaque assiette en étant pleinement conscient du mouvement de ses mains et de l’eau est un cadeau : je suis pleinement conscient de laver la vaisselle. Très souvent, nous pensons aux tâches à effectuer après (aspirateur, nettoyer un autre lieu, etc.) mais revenir à soi et ne faire qu’un avec une tâche à faire permet de se sentir plus heureux avec un sentiment de plénitude.

3. En téléphonant

Le téléphone peut être source d’anxiété : trop d’appels, la peur d’avoir de mauvaises nouvelles, qui nous appelle et pourquoi. Pourtant, dès que la sonnerie retentit, une force nous pousse à aller décrocher le téléphone. Donc, selon Thich Nhat Hanh, si le téléphone sonne, restez là où vous êtes. Inspirez et expirez en conscience. Souriez et récitez ces vers « Ecoute, écoute. Ce son merveilleux me fait revenir à mon vrai moi ». A la deuxième sonnerie, réitérez cette étape. Votre sourire va commencer à apparaître et faire disparaître le stress et les tensions. A la troisième sonnerie, respirez et souriez en marchant lentement vers le téléphone. Vous avez expulsé vos sentiments négatifs pour les transformer en sentiments positifs. Votre interlocuteur en sera très content.

Reprendre possession de son rythme biologique grâce à la pleine conscience est une façon saine de vivre sa vie dans la plénitude et l’apaisement. Toute action peut vous permettre de pratiquer la pleine conscience : laissez faire votre imagination. Et vous, où pratiquez-vous la pleine conscience ?

5 commentaires sur 3 situations insolites où vous pouvez pratiquer la pleine conscience ou mindfulness

4 conseils pour booster votre capacité d’écoute

Il y a quelques semaines, je parlais d’un projet à l’un de mes proches et j’étais réellement content de lui en parler. Malheureusement, au final , je me suis retrouvé…

Il y a quelques semaines, je parlais d’un projet à l’un de mes proches et j’étais réellement content de lui en parler. Malheureusement, au final , je me suis retrouvé frustré et déçu par cet entretien. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il ne m’avait pas écouté et a commis toutes les erreurs possibles à ne pas faire lorsqu’on écoute quelqu’un.

Aussi, j’ai décidé d’écrire cet article sur l’écoute afin de ne pas commettre les mêmes. Mais, qu’est ce que l’écoute ? Selon le dictionnaire, l’écoute correspond au fait de prêter attention à ce que quelqu’un dit pour l’entendre et le comprendre donc se mettre dans un rôle d’auditeur. Il existe deux types d’écoute : l’écoute passive et l’écoute active. L’écoute passive consiste simplement à écouter son interlocuteur en lui prêtant une attention exclusive sans distraction pour qu’il puisse s’exprimer sans être interrompu. L’écoute active consiste à reformuler les sentiments de son interlocuteur par des mots. Il s’agit de comprendre et d’expliciter la dimension affective que votre interlocuteur ne dévoile pas verbalement. Il s’agit d’une écoute interactive où l’auditeur acquiesce par des gestes (mouvement de la tête, etc.) pour montrer sa compréhension et son attention.

Ces deux types d’écoute sont complémentaires : elles permettent de réunir tous les ingrédients nécessaires pour que votre interlocuteur se sente réellement écouté. Malgré tout, nous commettons des erreurs et, en fonction de notre état émotionnel ou physique, il est difficile de se concentrer pour écouter.

Voici 4 conseils pour vous aider à devenir un meilleur auditeur.

1er conseil : Restez concentré !

Il n’y a rien de pire pour un interlocuteur que de voir son auditeur distrait par sa montre, son téléphone, ou la voiture qui passe en arrière-plan. Une conversation est un moment unique d’échanges et de partages, il ne faut pas la négliger. Si vous, en tant qu’auditeur, vous n’êtes pas en forme pour écouter votre interlocuteur, dites lui simplement « Désolé, aujourd’hui je ne suis pas très en forme, je vais avoir beaucoup de mal à me concentrer sur ce que tu me dis. En revanche, je veux bien poursuivre cette discussion intéressante la prochaine fois ».

2ème conseil : Ne pas couper la parole !

Cela peut paraître évident aux yeux de certains mais de nombreux individus n’hésitent pas à couper la parole de leur interlocuteur. Au fur et à mesure du temps et en fonction de notre état émotionnel, notre attention diminue et notre besoin d’agir prend le pas sur notre capacité d’écoute. Si une personne vous parle, elle vous livre une partie d’elle-même donc laissez lui la chance de pouvoir exprimer ses idées jusqu’au bout.

3ème conseil : Ne pas chercher à tout ramener à soi !

Lors d’une discussion entre 2 personnes, il arrive que l’auditeur soit pris d’une envie subite de parler de lui-même et de son vécu. Une personne qui cherche à vous parler veut être écoutée, elle a besoin d’être le centre de votre attention durant quelques minutes. Si elle vous pose des questions, le moment sera venu de parler, mais si ce n’est pas le cas, oubliez votre ego et laissez la personne s’exprimer en acquiesçant de la tête de temps en temps pour montrer votre compréhension. Si cette envie est réellement trop forte, attendez simplement le bon moment.

4ème conseil : Évitez de vouloir solutionner un problème !

L’une des plus grandes erreurs que l’on fait très souvent lors d’une discussion est de donner des conseils pour résoudre un problème. Si une personne vous livre ses problèmes, elle ne cherche pas une solution, elle cherche simplement à évacuer l’impact émotionnel subi par ses problèmes. Votre interlocuteur connaît déjà la solution à ses problèmes, elle a juste besoin de se décharger émotionnellement pour passer à l’action donc refrénez vos envies de super-héros en sauvant la personne grâce à vos conseils. Devenez un super-héros de l’écoute !

En suivant ces 4 conseils, vous augmenterez considérablement vos capacités d’écoute en faisant passer l’autre avant vous même.
Vous vous sentirez fier d’avoir aider quelqu’un en prêtant simplement votre oreille à ses problèmes et votre interlocuteur vous en remerciera.

Et maintenant, il ne vous reste plus qu’à sortir votre nouveau super pouvoir d’écoute !

Un commentaire sur 4 conseils pour booster votre capacité d’écoute

4 bonnes raisons d’utiliser la sophrologie

Mais au fait, c’est quoi la sophrologie ? La sophrologie est une technique qui permet de relâcher le corps, d’apaiser le mental grâce à des techniques de respiration, de détente…

Mais au fait, c’est quoi la sophrologie ? La sophrologie est une technique qui permet de relâcher le corps, d’apaiser le mental grâce à des techniques de respiration, de détente musculaire pour le corps, de visualisation d’images positives. Elle est le fruit de la combinaison entre plusieurs techniques : yoga, hypnose, relaxation. Cette technique est considérée comme de la médecine douce : vous n’avez pas besoin de prendre des médicaments, c’est votre mental qui fait tout le travail.

1. La sophrologie a un champ d’intervention très large
La sophrologie traite diverses problématiques telles que la confiance en soi, la gestion du stress, les phobies, les addictions, ou encore la préparation mentale à un événement particulier. Pour ma part, j’ai testé les séances de sophrologie avec mon épouse car je souffrais d’un problème de concentration. Je prenais l’habitude de vouloir trop en faire en peu de temps et, au final, je ne faisais rien. Après plusieurs séances de sophrologie, j’ai arrêté de me disperser et je me suis concentré sur une seule tâche à la fois.

2. La sophrologie est une thérapie brève
Un accompagnement avec un sophrologue dure en moyenne entre 6 et 10 séances sur une problématique. Cet accompagnement bref permet d’acquérir des techniques à reproduire chez soi lorsque les maux resurgissent au quotidien pour ne plus les subir.

3. La sophrologie est adaptée à tous
Les exercices proposés par le sophrologue sont adaptés en fonction de l’état de santé, des capacités physiques de chacun et restent très simples à reproduire en toute circonstance.

4. La sophrologie inclut une part de développement personnel
La finalité des séances de sophrologie est d’arriver à atteindre un objectif lié à une problématique. Les techniques et visualisations vous aideront à vous relaxer et ressentir de nouvelles émotions. En accomplissant cet objectif, vous évoluerez en tant que personne et de nouvelles perspectives s’ouvriront à vous. Vous vous libérerez de vos tensions, vous vous sentirez mieux physiquement et psychologiquement. Votre état d’esprit s’en trouvera modifié.

La sophrologie permet d’acquérir un nouvel état d’esprit sur le monde beaucoup plus positif. Cette thérapie brève aide les autres à trouver des astuces pour limiter l’intensité de leur problématique par le biais de visualisations positives et d’exercices de relaxation. Une alternative à la médication qui vous reconnectera avec votre corps.

Un commentaire sur 4 bonnes raisons d’utiliser la sophrologie

4 étapes pour prévenir le burn out

Selon une étude du cabinet Technologia, plus de 3 millions d’actifs ont un risque élevé de faire un burn out. Il y a 2 ans, j’en ai été victime. Le…

Selon une étude du cabinet Technologia, plus de 3 millions d’actifs ont un risque élevé de faire un burn out. Il y a 2 ans, j’en ai été victime. Le burn out ou syndrome d’épuisement professionnel combine une fatigue profonde, un désinvestissement de l’activité professionnelle, un sentiment d’échec et d’incompétence dans le travail (source : Wikipedia). Les symptômes les plus courants du burn-out sont : le cynisme, le conflit avec les autres, le ressentiment, le découragement, l’anxiété non exprimée, le manque de plaisir voire répulsion au travail, une indifférence aux autres, une sensation d’impuissance et une dévalorisation de ses capacités. Suite à quelques événements professionnels qui ont gravement remis en question mon investissement dans mon métier, j’ai eu la plupart de ces symptômes pendant quelques mois. N’ayant pas les moyens financiers pour me mettre en arrêt maladie, j’ai puisé au fond de moi-même pour sortir la tête de l’eau. Après une profonde remise en question sur moi-même, je me sens mieux et au fur et à mesure je construis la vie dont j’ai envie. Si vous ressentez certains de ces symptômes, n’hésitez pas à lire la suite qui vous explique la méthode pour ne pas sombrer dans la dépression.

1. Faites le point sur vos compétences
Nous avons tous acquis des compétences via notre travail ou nos passions. Les lister est un bon moyen de recenser le positif en chacun de nous. Mettez-vous dans un endroit calme, sans distraction, et commencez à lister vos compétences acquises tout au long de la vie. J’ai fait cette liste après avoir été vivement critiqué dans mon travail et grâce à cela j’ai pu observer mes multiples compétences aussi bien professionnelles que personnelles. Et oui, chacun a ses propres compétences, il faut développer vos points forts.

2. Faites le point sur vos passions et vos attentes de la vie
Peut-être que votre emploi actuel n’est plus en adéquation avec vos attentes de la vie ? Par attentes de la vie, j’entends la direction vers laquelle vous souhaitez orientez votre vie.
Exemple : « vivre dans l’opulence », « m’amuser tous les jours », « apprendre tous les jours », « devenir riche », et pleins d’autres. En France, il est toujours très difficile de se réorienter, d’avouer que nous nous sommes trompés d’orientation professionnelle. Mais, cette difficulté n’est rien comparée à une vie où nous faisons un emploi qui nous plaît. De nombreuses personnes se réorientent chaque pour donner un second souffle à leur vie. « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie » Confucius. Prenez une feuille, un crayon et listez vos attentes de la vie et vos passions. Redevenez comme un enfant qui réfléchit à ce qu’il veut faire plus tard comme métier. Cette liste, mise en commun avec la précédente, vous permettra de faire un point sur ce qui est essentiel dans la vie, remettra vos idées en place, et éliminera les éléments désagréables de vos pensées.

3. Faites le grand ménage
Dans une situation où vous faites un burn-out, il est important d’avoir de bons repères. Ces repères vont être indispensables pour prendre un nouveau départ. Un grand nettoyage est donc nécessaire. Vous devez vous débarrasser des actions, des personnes négatives, ou des objets limitant votre nouvel élan. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est nécessaire de changer votre monde extérieur. Vous devez également changer votre perception de la vie surtout lorsque vous avez accumulé beaucoup de négativité. Même si le travail fait partie intégrante de notre emploi du temps, il existe des sources de satisfactions, de plaisirs, de relaxation … un monde avec pleins de possibilités et d’opportunités à saisir.

4. Faites des choix et tenez-vous en
Voici la partie la plus longue et la plus dure. Vous allez devoir débrancher votre pilote automatique et prendre des décisions pour changer le cours de votre vie. Au départ, il est nécessaire de se centrer sur une décision majeure, ne pas trop en faire, et ne pas entraîner vos proches dans des décisions extravagantes ou extrêmes. Une fois votre décision prise, il est temps de passer à l’action et de s’y tenir. Certaines décisions peuvent être lourdes de conséquences (créer son entreprise, ne plus travailler, changer de pays, etc.) mais à long terme elles peuvent apporter beaucoup. Chacun a le droit à l’erreur, personne n’est parfait. Pour ma part, une décision importante a été de simplifier ma vie c’est-à-dire lister l’essentiel, garder les actions et personnes que j’aime et éliminer le reste. Une décision radicale mais qui m’a apporté beaucoup.

Un des meilleurs moyens pour éviter un burn-out est de ne plus subir sa vie, d’augmenter la somme de ses petits plaisirs du quotidien et de s’épanouir chaque jour un peu plus. Si vous souffrez de ce mal qui ne devrait même pas exister dans un monde civilisé, prenez le taureau par les cornes et agissez !

3 commentaires sur 4 étapes pour prévenir le burn out

3 étapes simples pour réaliser vos objectifs

Tout au long de la vie, nous nous fixons tous des objectifs comme « dans 5 ans, je serai riche », mais il ne faut pas confondre les objectifs et…

Tout au long de la vie, nous nous fixons tous des objectifs comme « dans 5 ans, je serai riche », mais il ne faut pas confondre les objectifs et les souhaits. Les souhaits sont une volonté de notre part, c’est-à-dire une action qui se réalise comme par magie. Les objectifs sont le résultat de nos actions.

Fin 2014, pendant les vacances de Noël, je me suis posé et j’ai réfléchi à ce que je voulais être et faire pour l’année 2015 et j’ai réduit ma liste à quelques « résolutions » :
– Aider mon épouse à poser les fondations de son entreprise,
– Arriver en dessous des 80 kg avant août 2015,
– Me remettre au sport,
– Commencer à apprendre l’anglais,
– Lancer mon blog « Simplicité et Bien-être »,
– Commencer à écrire un livre sur la simplicité.

La plupart de mes objectifs ont été réalisés et je vais vous montrer ma méthode en 3 étapes.

1ere étape : Définir l’essentiel à vos yeux

Il est important de définir ce qui est essentiel pour vous dans la vie de tous les jours : ce sont des moteurs qui vous font avancer. Vous devez donc définir vos actions et ce que vous souhaitez faire en 2 types d’actions : les actions urgentes et les actions importantes. Les actions urgentes doivent être exécutées vite tandis que les actions importantes sont plus subjectives et représentent ce qui est important pour nous.

Il vous faut donc redéfinir l’important et lui redonner la priorité.

J’ai recensé dans un tableau les actions du quotidien ainsi que celles que je voulais accomplir. Je les ai regroupé en 4 catégories :

– Les actions urgentes et importantes (finir la pièce où mon épouse exerce son activité, aller travailler)
– Les actions non urgentes et importantes (créer mon blog sur la simplicité, faire attention à mon alimentation, faire attention à ma forme physique et mentale, aider ma femme dans son entreprise, apprendre l’anglais, écrire
– Les actions urgentes et non importantes (continuer les travaux dans ma maison, faire l’entretien courant des véhicules, aspirer et laver la maison)
– Les actions non urgentes et non importantes (ménage à fond de la maison, télévision, jeux vidéos)

Après cette réflexion, je me suis concentré essentiellement sur les activités du cadran « Non urgent et important » car elles correspondent à mes priorités et me font plaisir.

2ème étape : Définissez des objectifs atteignables

Après avoir défini ses priorités, il faut définir des objectifs à atteindre.

L’objectif doit être « SMART » c’est-à-dire :
– Spécifique (personnalisé)
– Mesurable (un indicateur concret)
– Accessible (réalisable sans entrave)
– Réaliste (possible à réaliser selon nos moyens engagés)
– Temporellement défini

Pour illustrer cette méthode, je vais prendre l’exemple de ma perte de poids. Fin 2014, je pesais 88 kg et je me sentais lourd. Ayant perdu 30 kg il y a quelques années, je voulais perdre mes derniers kilos de trop et revenir à mon poids idéal.

J’ai défini mon objectif comme ceci :
– Spécifique : avoir un corps plus mince, arriver en dessous des 80 kg
– Mesurable : la balance
– Accessible : quelques réajustements au niveau de l’alimentation et plus d’exercices physiques
– Réaliste : il est tout à fait possible de perdre 8 kg
– Temporellement défini: 7 mois

Et c’est ainsi que j’ai défini mon objectif : je veux arriver en dessous des 80 kg pour fin juillet 2015. N’hésitez pas à le formuler positivement afin qu’il vous donne de l’entrain et de l’énergie.

3ème étape : Foncer … sans forcer

Après avoir défini votre ou vos objectif(s) à accomplir, il n’y a pas de secret, il faut mettre tout en œuvre pour l’accomplir. Oui, mais pas n’importe comment ! Si vous cherchez à accomplir trop vite votre objectif en sacrifiant le reste, votre corps et votre mental ne tiendront pas longtemps. Vous devez maintenir un équilibre entre votre objectif à atteindre et … le reste de votre vie.

Comment faire ? Je vous conseille 1 méthode très simple : la méthode des petits pas. Il s’agit de diviser votre objectif en sous objectifs ou paliers afin de diminuer les contraintes ressenties.

Si je reprends mon exemple, j’ai divisé mon objectif de perte de poids en 4 sous objectifs par ordre chronologique :
– Réduire la quantité de nourriture absorbée au cours d’une journée et le maintenir durablement (ça ne peut pas faire de mal après les fêtes de Noël)
– Reprendre un minimum d’activité physique (30 minutes de marche par jour)
– Arriver à 85 kg
– Maintenir ces changements afin d’arriver en dessous des 80 kg, mon objectif final

Ces 3 étapes simples vous permettront d’organiser vos pensées afin d’être préparé à passer à l’action. Le chemin qui mène à votre objectif est long et semé d’embûches mais le résultat en vaut la peine.

Maintenant, à vous de jouer et bonne route!

Un commentaire sur 3 étapes simples pour réaliser vos objectifs

Type on the field below and hit Enter/Return to search