Étiquette : ego

3 bonnes raisons de vous libérer de votre EGO

La majorité des gens pensent être plus populaires, agréables, intelligents et drôles que la moyenne. Le problèmes est que par définition, la majorité des personnes ne peut pas être au…

La majorité des gens pensent être plus populaires, agréables, intelligents et drôles que la moyenne. Le problèmes est que par définition, la majorité des personnes ne peut pas être au dessus de la moyenne. Nous avons tendance à confondre l’ego avec la confiance en soi. Dans la vie, nous aimons l’idée d’avoir un ego fort. Les personnes avec un « moi » faible et fragile sont souvent considérées comme des personnes faibles et fragiles qui ne savent pas ce qu’elles veulent. C’est tout à fait faux. L’ego ne nous rend pas plus fort et les personnes sans ego sont plus heureuses que les autres. Vous allez comprendre pourquoi.

1. L’ego nous fragilise

L’ego est influencé par l’extérieur. Nous sommes complètement dépendants de l’image que nous renvoyons et assoiffés de reconnaissance. Ce qui signifie qu’à n’importe quel moment dans notre cadre professionnel et dans notre sphère personnelle, tout peut basculer à cause de notre ego. Notre ego se construit sur le pouvoir, le succès, la force physique, le brio intellectuel et l’admiration d’autrui. Alors autant le comprendre tout de suite, notre ego repose sur des éléments précaires. L’ego procure ainsi une confiance factice qui peut être brisée à tout moment. Moins vous donnez de l’importance à votre ego moins vous souffrez de l’avis des autres personnes, plus vous êtes heureux et sûr de vous.

2. L’ego biaise nos rapports aux autres

Nous protégeons notre ego parce qu’il est vulnérable. C’est pourquoi nous sommes attirés par ce qui flatte notre ego et nous nous éloignons de ce qui le menace. L’idée de notre identité, de notre image, de notre statut social dans la vie est profondément ancrée dans notre esprit et influence constamment nos rapports avec les autres. Nous sommes interdépendants ne n’oublions pas.
La moindre réflexion même pour plaisanter qui vient menacer notre image nous est insupportable. Lors d’un repas, vous débattez d’un sujet, votre interlocuteur vous contredit. Votre agacement ou votre colère montre bien que c’est votre ego qui l’a pris pour lui. C’est votre ego qui se sent contredit alors que finalement ce n’était qu’une idée, une parole. Vous réagissez de façon inappropriée. Nos rapports avec les autres sont donc déformés et nous ne voyons plus les choses avec objectivité.

3. L’ego nous rend égoïste

Notre ego est là, presque aussi grand que nous, il forme une bulle dans laquelle on se sent protégé. C’est ce que nous pensons… Mais au lieu de nous protéger, il nous coupe de la réalité. Il nous enferme dans le monde de l’ego là ou nous sommes le meilleur, le plus beau, le plus intelligent et où personne ne nous contredira. Nous aurons une fâcheuse tendance à nous préoccuper de nous-mêmes puisque la moindre contrariété extérieure nous perturbe ou nous décourage. Nous sommes obsédés par notre réussite ou nos échecs. Abandonner la fixation sur notre image revient à nous préoccuper plus des autres et à voir les autres comme ils sont, sans jugement.

Enfin, d’après Paul Ekman, spécialiste de la science des émotions, les personnes qui accordent peu d’importance à leur ego inspirent et attirent les autres personnes.

Vous avez le choix de donner de l’importance à votre ego ou de vous en libérer, que choisissez-vous ?

Un commentaire sur 3 bonnes raisons de vous libérer de votre EGO

La pratique du Yoga, de la méditation … et l’Ego

Tout d’abord, constatons que les études et lectures sont parfaites pour approfondir nos connaissances théoriques sur ces sujets, mais valent zéro pour le Yoga et la méditation qui sont avant…

Tout d’abord, constatons que les études et lectures sont parfaites pour approfondir nos connaissances théoriques sur ces sujets, mais valent zéro pour le Yoga et la méditation qui sont avant tout une pratique individuelle. Il faut s’astreindre à pratiquer très régulièrement sans trop espérer de récompense immédiate. Or, l’ego ne souhaite pas être forcé, restreint et discipliné de quelque manière que ce soit. Et pourtant c’est exactement ce qui va lui arriver !

Trouver le juste milieu dans la pratique

Une force supérieure à l’ego doit donc être trouvée par un choix délibéré et puissant, en privilégiant la régularité sur la durée. Mais l’ego est-il pour autant l’ennemi à abattre, sans sommations ? Je ne pense pas. Je prône pour ma part la voie du milieu, sans excès.
Bouddha a expérimenté les limites de l’ascétisme, puis a prôné la voie du milieu, et on sait jusqu’où il est allé…
Voici en quelques lignes l’histoire qui relate sa prise de conscience: Bouddha est sous un arbre en train de méditer. Il n’a pas mangé ni bu depuis plusieurs jours. Il atteint ses limites mais veux absolument trouver les réponses à ses questions sur le but de la vie et les raisons de la souffrance et de la mort. Sur le fleuve passe une barque sur laquelle un élève joue de la harpe avec son professeur, et Bouddha entend le professeur dire à l’élève: « Si la corde n’est pas assez tendue, le son est faux. Si elle est trop tendue, elle se casse. » Et c’est la révélation pour Bouddha. Il abandonne immédiatement l’ascétisme extrême et prônera ensuite la voie du milieu.
De même, une discipline comme le Yoga pratiquée avec excès génèrera un déséquilibre et des tensions. Exactement ce que l’on cherche à éviter ! Si l’on veut progresser trop vite on risque même des blessures. A l’inverse, un Yoga pratiqué occasionnellement n’apportera lui que très peu de bénéfices.

Amener un certain détachement dans sa pratique

Il faut donc pratiquer régulièrement, tout simplement, surtout sans désir de résultats à tout prix. C’est le temps notre meilleur ami. L’ego doit pourtant être mis en veilleuse pendant la séance. D’où l’intérêt de pratiquer les yeux fermés ou mi-clos. Vivre le moment présent, et uniquement le moment présent.
On est toujours soi toute la journée avec des plans, des listes, des désirs, des soucis, et même la nuit puisque notre petite personne est souvent acteur principal dans nos rêves ou nos cauchemars ! Alors qu’il est bon de s’oublier. De ne plus être le petit personnage que l’on s’est construit au fil du temps, mais un être nouveau, sans passé ni avenir, vivant simplement et uniquement à l’instant présent.
Comment donner naissance à ce nouvel être, loin de l’ego, pendant une séance de Yoga ? Les postures inversées (charrue, chandelle, sur la tête) retournent notre point de vue, nous permet d’accéder à une autre dimension. Les yeux fermés, on est détendu et concentré grâce au regard centré sur le point entre les deux sourcils ou à un Mantra que l’on répète. Nous sommes alors une nouvelle entité, différente. Sans ego, sans attente, mental ralenti. La charrue trace son sillon sans penser au point de départ ni au point d’arrivée. Elle trace. Elle trace pourtant une route sans le savoir.

Retour sur la définition de l’ego

L’ego désigne la représentation et la conscience que l’on a de soi-même. En psychologie il est considéré comme le fondement de la personnalité. Mais en spiritualité il est une entrave à notre développement personnel et représente la perception fausse que nous nous faisons de nous-même. En psychologie, si l’ego est sous-dimensionné, il y a un manque d’estime de soi et il est difficile d’entreprendre des choses nouvelles. A l’inverse si l’ego est démesuré, il n’y a pas de place pour les autres dans notre vie car le moi occupe toute la place disponible.

Comment garder un ego de taille idéale et satisfaire psychologie et spiritualité ?

Il faut savoir prendre du recul et conservez de la souplesse dans la façon dont on évalue les situations, les relations et les actes. On peut pratiquer une saine et régulière introspection, et se poser par exemple les questions suivantes: Est-ce que je me traite bien ? Suis-je juste dans cette relation ? Que pourrais-je améliorer ? Essayer aussi d’accorder moins d’importance à nos biens, à nos réalisations, et penser souvent aux autres. Les aider, les remercier lorsqu’ils nous soutiennent.
Ainsi on finit par trouver un Grand moi qui surpasse complètement le petit moi de l’ego. Le Grand moi accepte de ne pas être le meilleur partout, de ne pas avoir raison tout le temps, et respecte toujours les autres, en les aidant à réussir. En écoutant ce Grand moi on peut avoir une image bienveillante de nous-même et des autres. Et s’améliorer…
Deux citations pour finir. L’une indienne et l’autre européenne: « Soyez vous même le changement que vous voulez voir dans le monde » du Mahatma Gandhi, et « L’exemplarité n’est pas une façon d’influencer, c’est la seule. » d’Albert Schweitzer. A méditer !

3 commentaires sur La pratique du Yoga, de la méditation … et l’Ego

Type on the field below and hit Enter/Return to search