Auteur : Alain Janvier

Le texte le plus ancien parlant de Yoga: ‘L’homme est un char’

C’est une parabole que l’on retrouve en Inde dans plusieurs Upanishad[1] dont la Katha Upanishad, qui fait partie du Krishna Yajur Veda Noir, et qui est une des plus anciennes….

C’est une parabole que l’on retrouve en Inde dans plusieurs Upanishad[1] dont la Katha Upanishad, qui fait partie du Krishna Yajur Veda Noir, et qui est une des plus anciennes. Elle est datée d’environ 600 ans avant J.C. Cette datation est quelque peu imprécise, mais a néanmoins son importance puisque c’est dans cette Upanishad qu’apparaît pour la première fois le terme ‘Yoga’.

Dans cette histoire on compare l’être humain à un char tiré par 5 chevaux:

La structure du char est comparée à notre corps physique.
Les 5 chevaux sont les organes des 5 sens, la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat et le toucher .
Les routes devant le char sont les différents objets des sens.
Les rennes sont notre intelligence mentale, qui dirige ou essaye de diriger les chevaux.
Le cocher du char est notre intelligence intuitive, l’intellect, la pensée.
Enfin le char contient un passager: C’est notre esprit, l’Ātman qui est le soi.

Ayant pris conscience de la condition servile et malheureuse de son âme, l’être humain ainsi éclairé peut s’efforcer de maîtriser les chevaux indisciplinés de l’attelage (le galop des sens) pour aller dans une direction souhaitée. Ou mieux, en yogi accompli, il doit essayer de parvenir à l’arrêt complet du véhicule. Circonstance unique, car en principe la course n’a pas de fin, même si le char est différent à chaque nouvelle vie (car nous sommes dans le contexte du cycle des réincarnations appelé Samsāra dans l’hindouisme). Une fois les chevaux totalement maîtrisés et le char à l’arrêt complet, en toute conscience, l’âme pourra alors quitter à jamais sa condition de passager involontaire. C’est là tout le programme du Yoga selon cette Upanishad !

Il faut donc discipliner les sens et le corps par le mental, laisser ce dernier obéir à l’intuition et mettre cette dernière au service du passager: l’esprit. Tôt ou tard, le passager aura envie d’arriver à destination et de quitter le char. Mail il n’est cependant pas pressé. Au cocher (notre intelligence la plus haute) de lui procurer le voyage le plus confortable possible.

Ce voyage organisé se retrouve finalement dans un cours de Yoga. En effet on y apprend à renforcer et assouplir son corps, à discipliner son souffle, à contrôler ses pensées et les sens, et à développer un mental à la fois calme, fort et serein. Ensuite au fil de la pratique, l’être grandi, et dans cet espace intérieur toujours élargi, l’esprit découvre des horizons insoupçonnés et des possibilités nouvelles. Jusqu’à ce que, peut-être un jour, but ultime, l’esprit devienne lui-même l’absolu, la conscience cosmique, la réalité suprême de l’univers (ou en union totale avec).

[1] Les Upanishad sont des textes philosophiques sacrés commentant les Veda. Les Veda sont eux-mêmes des textes sacrés plus anciens écrits à partir de 1500 ans avant J.C. sur la Révélation originelle orale, à la base de la religion hindouiste. Cette connaissance révélée transmise oralement est quand à elle bien plus ancienne, peut-être 2500 ans avant J.C.

2 commentaires sur Le texte le plus ancien parlant de Yoga: ‘L’homme est un char’

Comment faire facilement la magnifique posture de l’arbre

La posture de l’arbre est une posture de Yoga que tout le monde peut faire, je vous propose de l’aborder par étapes, en prenant votre temps. La posture debout Commencez…

La posture de l’arbre est une posture de Yoga que tout le monde peut faire, je vous propose de l’aborder par étapes, en prenant votre temps.

La posture debout
Commencez par prendre la belle et simple posture debout devant un espace dégagé ou devant une fenêtre. Les pieds sont dans l’axe des hanches, le corps est à la fois tenu et relâché, équilibré sur les 2 jambes, les épaules un peu vers l’arrière, le menton à l’horizontale.

Équilibre les yeux fermés
– Fermez les yeux et percevez bien les sensations du poids du corps dans vos 2 pieds. Equilibrez ce poids et sentez-le se répartir dans vos pieds. Prenez conscience des points de contact de la plante de vos 2 pieds avec le sol.
– Déportez vous très légèrement vers l’avant et sentez le poids du corps se déplacer vers les orteils. Revenez à la verticale et allez cette fois un peu vers l’arrière, les talons portent le corps. Faites de même vers la gauche, puis vers la droite et ressentez les changements des forces de contact de vos pieds avec le sol. Toujours les yeux fermés, faites des petits cercles lentement avec votre corps dans le sens des aiguilles d’une montre et suivez les changements dans l’appui des pieds au sol. Le poids du corps est plus vers les orteils, les talons prêts à se soulever du sol, puis sur la tranche droite du pied droit, vers les talons, et enfin sur la tranche gauche du pied gauche, etc. Agrandissez un peu les cercles en privilégiant la précision et la qualité du cercle ainsi que l’équilibre, sur la grandeur du cercle. Puis faites de même dans l’autre sens.
– Revenez ensuite bien centré dans votre axe vertical et vous pouvez ouvrir les yeux quelques instants.

Préparation à la posture de l’arbre Vrksāsana
(Prononcez Vriksāsana, posture de l’arbre en Sanskrit, le premier a avec un souligné supérieur est plus long)
Fermez maintenant à nouveau les yeux et déportez lentement le poids du corps sur votre jambe gauche. Mettez tout le poids de votre corps sur le pied gauche et imaginez qu’il est profondément enraciné dans le sol. Le pied droit est prêt à se soulever du sol.

Prise de la posture
Ouvrez maintenant les yeux et fixez un point éloigné devant vous à l’horizontale ou au sol selon vos préférences. Ce point fixe est une prise qui va vous aider à garder l’équilibre. Soulevez le pied droit du sol et placez le sur le pied gauche ou la plante du pied sur le mollet gauche /ou la plante du pied sur la cuisse gauche le genou ouvert sur le côté /ou en demi-lotus sur le devant de la cuisse gauche le plus haut possible, la plante du pied vers le ciel et le genou vers le bas sur le côté droit.
Chacun selon ses possibilités qui évolueront avec la pratique. Evitez d’appuyer le pied gauche directement contre le genou de la jambe d’appui.
L’important est de pouvoir rester immobile et il est préférable de commencer par le plus facile. Si l’immobilité est difficile à trouver, ne vous laissez pas abattre (mauvais pour un arbre !) et recommencez en prenant votre temps. Vous pouvez si besoin ouvrir les bras sur le côté si l’équilibre est plus facile à trouver.
Une fois en équilibre stable, joignez vos mains devant la poitrine et en inspirant montez tranquillement les bras à la verticale. L’inspiration dure tout le temps de la montée. Gardez le souffle poumons pleins et fixez toujours le point devant vous. Les bras sont collés aux oreilles, les mains jointes pointent vers le ciel. Vous pouvez aussi écarter les bras si l’équilibre est meilleur et la posture plus stable.

Vous êtes un arbre
Ensuite vous pouvez rester dans la posture plus longtemps en respirant calmement, comme un arbre d’ailleurs, mais vous êtes un arbre. Faites la posture devant des arbres pour vous sentir moins seul. Surtout relâchez bien en sortant de la posture et faites-la cette fois en équilibre sur la jambe droite.

J’aime cette photo pour l’arbre derrière moi ! Les chaussures sont vraiment à proscrire !

yoga posture arbre

2 commentaires sur Comment faire facilement la magnifique posture de l’arbre

La pratique du Yoga, de la méditation … et l’Ego

Tout d’abord, constatons que les études et lectures sont parfaites pour approfondir nos connaissances théoriques sur ces sujets, mais valent zéro pour le Yoga et la méditation qui sont avant…

Tout d’abord, constatons que les études et lectures sont parfaites pour approfondir nos connaissances théoriques sur ces sujets, mais valent zéro pour le Yoga et la méditation qui sont avant tout une pratique individuelle. Il faut s’astreindre à pratiquer très régulièrement sans trop espérer de récompense immédiate. Or, l’ego ne souhaite pas être forcé, restreint et discipliné de quelque manière que ce soit. Et pourtant c’est exactement ce qui va lui arriver !

Trouver le juste milieu dans la pratique

Une force supérieure à l’ego doit donc être trouvée par un choix délibéré et puissant, en privilégiant la régularité sur la durée. Mais l’ego est-il pour autant l’ennemi à abattre, sans sommations ? Je ne pense pas. Je prône pour ma part la voie du milieu, sans excès.
Bouddha a expérimenté les limites de l’ascétisme, puis a prôné la voie du milieu, et on sait jusqu’où il est allé…
Voici en quelques lignes l’histoire qui relate sa prise de conscience: Bouddha est sous un arbre en train de méditer. Il n’a pas mangé ni bu depuis plusieurs jours. Il atteint ses limites mais veux absolument trouver les réponses à ses questions sur le but de la vie et les raisons de la souffrance et de la mort. Sur le fleuve passe une barque sur laquelle un élève joue de la harpe avec son professeur, et Bouddha entend le professeur dire à l’élève: « Si la corde n’est pas assez tendue, le son est faux. Si elle est trop tendue, elle se casse. » Et c’est la révélation pour Bouddha. Il abandonne immédiatement l’ascétisme extrême et prônera ensuite la voie du milieu.
De même, une discipline comme le Yoga pratiquée avec excès génèrera un déséquilibre et des tensions. Exactement ce que l’on cherche à éviter ! Si l’on veut progresser trop vite on risque même des blessures. A l’inverse, un Yoga pratiqué occasionnellement n’apportera lui que très peu de bénéfices.

Amener un certain détachement dans sa pratique

Il faut donc pratiquer régulièrement, tout simplement, surtout sans désir de résultats à tout prix. C’est le temps notre meilleur ami. L’ego doit pourtant être mis en veilleuse pendant la séance. D’où l’intérêt de pratiquer les yeux fermés ou mi-clos. Vivre le moment présent, et uniquement le moment présent.
On est toujours soi toute la journée avec des plans, des listes, des désirs, des soucis, et même la nuit puisque notre petite personne est souvent acteur principal dans nos rêves ou nos cauchemars ! Alors qu’il est bon de s’oublier. De ne plus être le petit personnage que l’on s’est construit au fil du temps, mais un être nouveau, sans passé ni avenir, vivant simplement et uniquement à l’instant présent.
Comment donner naissance à ce nouvel être, loin de l’ego, pendant une séance de Yoga ? Les postures inversées (charrue, chandelle, sur la tête) retournent notre point de vue, nous permet d’accéder à une autre dimension. Les yeux fermés, on est détendu et concentré grâce au regard centré sur le point entre les deux sourcils ou à un Mantra que l’on répète. Nous sommes alors une nouvelle entité, différente. Sans ego, sans attente, mental ralenti. La charrue trace son sillon sans penser au point de départ ni au point d’arrivée. Elle trace. Elle trace pourtant une route sans le savoir.

Retour sur la définition de l’ego

L’ego désigne la représentation et la conscience que l’on a de soi-même. En psychologie il est considéré comme le fondement de la personnalité. Mais en spiritualité il est une entrave à notre développement personnel et représente la perception fausse que nous nous faisons de nous-même. En psychologie, si l’ego est sous-dimensionné, il y a un manque d’estime de soi et il est difficile d’entreprendre des choses nouvelles. A l’inverse si l’ego est démesuré, il n’y a pas de place pour les autres dans notre vie car le moi occupe toute la place disponible.

Comment garder un ego de taille idéale et satisfaire psychologie et spiritualité ?

Il faut savoir prendre du recul et conservez de la souplesse dans la façon dont on évalue les situations, les relations et les actes. On peut pratiquer une saine et régulière introspection, et se poser par exemple les questions suivantes: Est-ce que je me traite bien ? Suis-je juste dans cette relation ? Que pourrais-je améliorer ? Essayer aussi d’accorder moins d’importance à nos biens, à nos réalisations, et penser souvent aux autres. Les aider, les remercier lorsqu’ils nous soutiennent.
Ainsi on finit par trouver un Grand moi qui surpasse complètement le petit moi de l’ego. Le Grand moi accepte de ne pas être le meilleur partout, de ne pas avoir raison tout le temps, et respecte toujours les autres, en les aidant à réussir. En écoutant ce Grand moi on peut avoir une image bienveillante de nous-même et des autres. Et s’améliorer…
Deux citations pour finir. L’une indienne et l’autre européenne: « Soyez vous même le changement que vous voulez voir dans le monde » du Mahatma Gandhi, et « L’exemplarité n’est pas une façon d’influencer, c’est la seule. » d’Albert Schweitzer. A méditer !

3 commentaires sur La pratique du Yoga, de la méditation … et l’Ego

Quelle forme de Yoga est faite pour vous ?

Un jour, par ouï dire, une idée suite à des lectures, une petite affiche dans un magasin, une envie de calmer le stress de la vie moderne, on se rend…

Un jour, par ouï dire, une idée suite à des lectures, une petite affiche dans un magasin, une envie de calmer le stress de la vie moderne, on se rend à son premier cours de Yoga. Un peu par hasard, pour voir…

Les premières séances, on essaye de suivre les directives du professeur pour exécuter au mieux les différentes postures. Muscles et articulations sont sollicités et à ce premier stade, c’est uniquement le corps physique qui travaille. Après un certain nombre de cours, on progresse en souplesse, en équilibre, on « apprend » son corps. Puis plus tard, la prise de conscience de la respiration nous donne une nouvelle force, la relaxation nous fait aborder la méditation, et le mental progresse, notre être, corps et esprit, progresse vers quelque chose… de mieux. A chacun de le découvrir !

Mais lors de l’inscription au premier cours, l’élève remarquera toujours une particule mystérieuse devant le mot Yoga dans l’intitulé du cours : Hatha, Kundalini, Vinyasa etc. Il s’agit souvent de mots Sanskrit, la langue ancienne et sacrée de l’Inde, qui peuvent être traduits de multiples manières sans apporter de grandes explications. Nous voilà parfois en chemin pour de longues années dans une discipline particulière du Yoga. Et oui, il y en a de multiples, et a t-on choisi ce qui nous correspond le mieux ? Pas forcément puisque l’on ne connaissait pas toutes ces variantes.

Pour mieux vous y retrouver, voici un résumé simple et compréhensible par tout le monde des formes les plus courantes de Yoga. Et vraiment j’invite celles et ceux qui veulent se lancer, et même les fidèles adeptes du Yoga, à essayer d’autres cours pour tester différentes formes de Yoga, mais aussi différents professeurs, et trouver ainsi le cours qui vous correspond le mieux.

Hatha Yoga

Sans doute le plus traditionnel car codifié en Inde il y a plus de mille ans, les postures d’étirement, de torsion et d’équilibre, plus ou moins difficiles, sont exécutées avec des rétentions poumons pleins ou vides. Une pause de relâchement est marquée entre chaque posture. Certaines postures peuvent aussi être maintenues plus longtemps avec une respiration normale. Ces cours sont complétés par des exercices de contrôle du souffle et par une relaxation, préparation à la méditation.

Yoga Iyengar

Du nom de son concepteur indien, ce yoga exigeant dans le placement des postures utilise des accessoires: briques, sangles et coussins, pour parfaire les positionnements. Les postures sont tenues longtemps.

Kundalini Yoga

Yoga qui donne une part importante aux mantras (sons répétés) et aux chants ainsi qu’à la méditation. Les postures sont dynamiques et statiques avec des techniques de respiration. Il est important de trouver un professeur sérieux car ce type de Yoga parfois lié au tantrisme à un côté ésotérique et peut parfois prendre des formes sectaires. C’est mon avis partial, mais il faut essayer.

Vinyasa Yoga

Les postures sont enchaînées harmonieusement avec une attention sur la respiration. Assez physique car dynamique ce Yoga parcours de nombreuses postures sans pauses, en suivant les inspirations et expirations. Exigeant pour un débutant.

Ashtanga Yoga

Yoga dynamique un peu comme le Vinyasa Yoga où la respiration va permettre naturellement de chauffer le corps et d’éliminer les toxines. On passe d’une posture à l’autre d’une manière fluide, parfois avec des petits sauts et on reste dans certaines postures en faisant la respiration « ujjai ». C’est-à-dire une respiration par le nez, rendue sonore par une petite contraction du fond de la gorge qui provoque un échauffement du corps. Exigeant et physique.

Yin Yoga

Inspiré de la philosophie taoïste, le Yin Yoga est une pratique de Yoga qui cherche à répondre au Yang de la vie moderne hyperactive pour retrouver un certain équilibre. Les poses sont tenues immobiles plusieurs minutes et les muscles doivent être relâchés. Les postures sont principalement des postures assises et allongées.

Bikram Yoga

Yoga pratiqué dans une pièce chauffée à 40° et humide. L’enchaînement des postures est souvent le même avec des exercices de respiration. C’est sans doute la discipline la plus physique. La chaleur rendant le corps plus souple il faut rester attentif à ne pas se blesser en allant trop loin. Réservé aux personnes plutôt jeunes et en très bonne forme physique (coeurs fragiles s’abstenir).

Toutes ces formes de Yoga nécessitent une persévérance et une pratique régulière pour en découvrir les nombreux bienfaits : souplesse, contrôle de soi, détente, évolution spirituelle … Je vous souhaite le meilleur !

hatha yoga Alain Janvier

4 commentaires sur Quelle forme de Yoga est faite pour vous ?

Type on the field below and hit Enter/Return to search