Auteur : Gregory Capra

Le Vrai/Faux de la remise en forme

Tout d’abord permettez moi de vous souhaiter une merveilleuse année 2016… Mon vœu principal se portera sur la santé ! Pour cela.. rien de tel qu’une bonne remise en forme….

Tout d’abord permettez moi de vous souhaiter une merveilleuse année 2016… Mon vœu principal se portera sur la santé ! Pour cela.. rien de tel qu’une bonne remise en forme. Nous voilà donc partis ce mois-ci contre les idées reçues la concernant :

« Se remettre en forme après une longue période sans activité physique demande de prendre certaines précautions »
VRAI : L’activité physique permet d’augmenter considérablement votre santé, votre bien-être physique et psychique mais c’est comme tout dans la vie…il n’y a que celui qui ne fait rien qui ne risque rien… quoique…si le toit de la maison venait à vous tomber sur la tête……Plaisanterie mise à part, il faut observer un certains nombre de règles que vous retrouverez prochainement sous le thème « sport et santé » afin de reprendre intelligemment le sport. Et il sera toujours préférable de solliciter l’avis d’un professionnel afin de ne pas faire d’erreurs tant les paramètres à gérer sont nombreux…

« Se remettre en forme c’est juste bouger dans tous les sens pour transpirer »
FAUX : Premièrement, comme nous l’avons vu précédemment, l’activité physique peut présenter des risques si elle est mal gérée. Deuxièmement, améliorer sa santé passe par les deux points capitaux que cherchent à développer à l’extrême les sportifs de hauts niveaux : améliorer ses capacités cardio-vasculaires et renforcer sa masse musculaire.
En effet il ne faut léser aucun de ces points car le premier permet de faire travailler le muscle cardiaque qui s’affaiblit en entrant dans l’âge et le second permet de maintenir un squelette trop souvent malmené (tout ce qui amène aux problèmes de dos, genoux etc) et qui devient plus fragile avec l’âge à cause de manque de régénérescence des cellules des os…

« Se remettre en forme pour faire plaisir à son voisin ?! »
FAUX : De nos jours, un nombre encore trop important de personnes pense que le sport a pour seul vertu l’amélioration du physique à des fins esthétiques, que faire du sport et continuer à manger mal permet d’améliorer son physique, améliorer son physique améliorer son physique, améliorer son physique ….. STOP !
Certes, nous savons toutes et tous qu’avoir un physique agréable est autant un plaisir personnel qu’un élément facilitant l’établissement de tout type de relation …
Mais cela ne devra jamais être votre seule motivation pour apporter des modifications à votre hygiène alimentaire, et ou vous lancer dans la pratique d’une quelconque activité physique.
En effet, pour que vos résolutions ne soient pas qu’éphémères, il vous faudra également être convaincu de l’intérêt de ces changements pour votre santé physique mais aussi psychique. Il sera impératif que chacune de vos séances de sport ne fasse qu’accroître votre motivation, l’envie de vous dépasser pour aller plus haut, plus loin, d’apprendre à vous connaître, et que cela dure longtemps …

« Pour éliminer mes graisses il faut faire du cardio le plus souvent possible et avec le plus d’intensité possible »
FAUX : Si vous dépassez un certain rythme, vous fabriquerez alors votre énergie à partir de vos stocks de glycogène (sucres) et non de lipides (graisses). Si vous courrez, pensez à le faire à une allure à laquelle vous êtes encore capable de parler… mais attention nous ne sommes pas là pour blaguer ! Au boulot ! 😉

« Pour une reprise il ne faut pas trop forcer »
FAUX : Lorsque vous vous mettez au sport ou remettez au sport, il est complètement ridicule de dire que vous devez faire un demi effort ! Il faut faire l’effort à la hauteur de vos capacités certes mais il faut vous investir un minimum… arrêtez donc de perdre les 2 premiers mois de votre activité en voulant vous épargner des courbatures… Sentir son corps est une chose positive. Apprenez donc à vous connaître !

« J’ai été sportif dans le passé et je me remets au sport. Je peux difficilement avoir les mêmes sensations et capacités qu’avant »
VRAI : c’est là le plus gros problème des anciens sportifs… Ils ont des repères de performance mais n’acceptent pas de faire moins bien que ce qu’ils ont fait. Le plus gros travail à faire avec eux est d’abord psychologique : arriver à faire comprendre à la personne qu’elle doit écouter son corps pour faire ses efforts et non essayer de faire en fonction de ce qu’elle a connu. Sans cela, c’est l’échec assuré à cause d’une grosse démotivation qui arrivera rapidement. Vous prenez soin de votre corps….Faites pareil avec votre esprit !

« Il vaut mieux faire 20 minutes de sport par jour que deux ou trois fois 1h par semaine »
FAUX-VRAI : Si votre objectif n’est qu’entretien, oui cela sera nécessaire. Si vous escomptez un réel changement, il vous faudra une quantité de travail et une intensité bien plus grande…mais aussi du repos entre vos séances !

Commentaires fermés sur Le Vrai/Faux de la remise en forme

Le Vrai/Faux de la musculation

Nous partons aujourd’hui en guerre contre les préjugés ! Attaquons-nous, pour commencer, au domaine de la musculation : « La musculation : une activité réservée aux machos en surplus de…

Nous partons aujourd’hui en guerre contre les préjugés ! Attaquons-nous, pour commencer, au domaine de la musculation :

« La musculation : une activité réservée aux machos en surplus de testostérone »
FAUX : la technique ayant fort évolué dans toutes les disciplines, la différence se fait maintenant sur la condition physique. La musculation vient donc compléter la préparation physique de tout sportif de haut niveau et permet d’obtenir de grands résultats dès lors qu’elle est utilisée intelligemment.

« Pratiquer la musculation lorsque l’on veut perdre du poids est utile »
VRAI : Il existe une réelle dépense calorique pour cette activité comme toute autre. Dépense qui sera alors bénéfique puisque si je baisse mes apports d’un côté (via l’alimentation !) et augmente les dépenses de l’autre (activité physique) je crée bien un déséquilibre favorable à la perte de graisse…
De plus, un muscle un peu plus développé consommera plus de calories même au repos. Enfin, ce même muscle plus développé, dense, améliorera votre silhouette en vous rendant plus « tonique » !

« La musculation : un sport de bourrins »
FAUX : pour être efficace, permettre d’accéder au développement de qualités physiques importantes ou esthétiques harmonieuses, cette activité doit être réalisée avec sérieux et concentration car elle requiert une technique importante. Sans cela, vous développerez certes des qualités physiques et/ou esthétiques si vous êtes sur-motivé mais attention aux blessures, aux déséquilibres de masse qui sont inesthétiques, au manque d’efficacité de votre préparation malgré des efforts importants, etc.
De plus, la charge doit être vue comme un outil qui peut être diminué au profit de la qualité d’exécution et de la concentration mentale afin d’être efficace sans prendre le risque de blesser ses muscles ou trop solliciter ses articulations

« La musculation : un sport très technique qui fait aussi travailler la tête ! »
VRAI : Ayant le plaisir de m’occuper d’individus aux profils très variés (hommes – femmes, jeunes – âgés, sportifs ou pas etc…) je peux vous garantir que parmi les phrases redondantes en fin de première séance nous avons : « Eh bien, c’est hyper technique en fait la muscu !! C’est bien en plus car il y a tellement de paramètres à gérer que ça fait aussi bosser la coordination [et donc l’intelligence motrice !!] »

« La musculation : génère uniquement beaucoup de prise de masse musculaire et est donc réservée aux hommes »
FAUX : Mesdames, vous qui voulez raffermir vos chairs, éviter cette peau tombante sous les bras, au niveau des fesses etc … qui voulez avoir de jolies fesses et jambes galbées VOUS DEVEZ FAIRE DU RENFORCEMENT MUSCULAIRE !!! C’est la meilleure solution.
Et puis, hommes comme femmes, rassurez vous, vous ne vous réveillerez jamais un matin en faisant 10Kg de plus, si votre masse se développe trop vite et trop facilement (ce qui n’existe pas, les adeptes du volume en seraient ravis !!! et le feraient savoir !!) vous pourrez toujours réadapter votre entraînement ;

« La musculation a d’autres bienfaits que l’amélioration de l’apparence physique »
VRAI : vous souffrez de problèmes de dos ? Vous avez une masses graisseuse trop importante au niveau du ventre et des jambes très peu musclées et donc des douleurs aux genoux ? Vous vous sentez mou, manquez de dynamisme ? Vous n’aimez pas les efforts longs d’endurance mais vous avez envie et besoin de vous défouler, libérer l’énergie folle qui est en vous ? Vous avancez dans l’âge et souhaitez avoir une activité physique qui puisse s’adapter à vous ?
Eh bien tout ceci n’est qu’un échantillon des raisons pour lesquelles avoir une activité de renforcement musculaire – musculation est bon pour vous !!!!

« La musculation est une activité très monotone »
FAUX : Vous n’imaginez même pas le nombre d’exercices qu’il est possible de faire. Pour cela bien sûr, il vous faudra avoir les connaissances anatomiques nécessaires à la réalisation et la mise en place de nouveaux exercices. Sachez que squat, développé couché ou encore tirage de dos ne sont pas les seuls exercices. Il existe de nombreuses combinaisons d’exercices, variantes qui vous éviteront de vous lasser de votre entraînement mais aussi de le rendre plus riche et plus complet. N’hésitez donc pas à faire appel à un coach sportif.

Commentaires fermés sur Le Vrai/Faux de la musculation

La musique pour faire du sport : une bonne idée ?

La musique adoucit les mœurs, dit l’adage. Mais elle améliore aussi les performances physiques. Plusieurs études scientifiques réalisées ces dernières années aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne le démontrent. La première…

La musique adoucit les mœurs, dit l’adage. Mais elle améliore aussi les performances physiques. Plusieurs études scientifiques réalisées ces dernières années aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne le démontrent. La première du genre a été menée en 1991, à l’Université du Tennessee. Les professeurs Copeland et Franks établissent que la musique améliore les performances d’endurance des coureurs en 1996. Le professeur Mills de l’Académie d’Alabama étudie sur des collégiens l’influence de la musique pendant différents exercices. Il les sépare en trois groupes : ceux qui s’entraînent sans musique, ceux qui s’exercent en écoutant de la musique lente, et ceux qui s’entraînent en écoutant de la musique rapide.

Charges de travail plus élevées

Les conclusions sont claires : les deux groupes de collégiens qui s’entraînent en musique voient leurs performances physiques augmenter. En 1999, l’étude réalisée sur vingt-quatre volontaires (hommes et femmes) par les professeurs Szabo,Small et Leigh du département des sciences humaines de l’Université anglaise de Nottingham corrobore ce résultat. Les sujets qui écoutent une musique au tempo rapide et rythmé peuvent fournir une charge de travail physique sensiblement plus élevée, de 5 à 7% supplémentaires. Le fait que la musique ait des bienfaits avérés sur les performances des athlètes s’explique aussi de manière physiologique.

Les ondes alpha

Le cerveau humain émet en effet en permanence des ondes cérébrales. Or la musique joue sur les ondes dites « alpha », dont le rythme oscille entre 7 et 14 cycles par seconde. Le rythme « alpha » est l’état qui voit les deux hémisphères de notre cerveau fonctionner en parfaite harmonie, ce qui permet d’avoir une vision plus globale des situations, une meilleure concentration, ainsi qu’une perception accrue. Il permet également de mieux gérer les états de stress et les états émotionnels, de prendre un contrôle conscient du fonctionnement de notre corps, de nos organes, et de nos réactions physiologiques. Lorsque le cerveau émet des ondes « alpha », nous sommes aussi beaucoup plus à l’écoute de notre intuition. Autrement dit, nous savons ce qu’il faut faire au moment où il faut le faire. « Ce qui est justement le propre de l’athlète de haut niveau » conclut l’entraîneur Guy Ontanon.
Le 2 Novembre 2006, Gäel Monfils se révèle au grand public en bousculant le numéro 3 mondial Lleyton Hewitt lors du tournoi de Bercy. Le gamin de 18 ans se fait aussi remarquer en débarquant sur le court affublé d’une capuche, les écouteurs scotchés aux oreilles. « La musique permet de m’évader . Je suis dans un autre monde, avant les matches, j’écoute du rap américain ou du dance all. Quelque chose de tonique qui me fait bouger, qui me motive », confie le tennisman français dont la méthode n’est pas novatrice. Dans les années 80, son aîné Lyan Lendl, triple vainqueur de Roland Garros, trimbalait déjà son lecteur de cassette portable dans les vestiaires. Aujourd’hui, le phénomène s’est généralisé : il illustre l’évolution des mœurs dans la préparation mentale des sportifs. La musique gagne du terrain. Dans le bus qui les conduit au stade, sur la piste d’échauffement, au cœur du vestiaire. Elle accompagne les athlètes jusqu’au plus près de l’instant de vérité: la compétition. Simple effet de mode lié à l’explosion des nouvelles technologies ou véritable recherche d’une concentration maximale ? « Aujourd’hui, la musique est partout, tout le temps. C’est un vrai phénomène », explique le préparateur mental Jean-Marc Labhouz, qui à collaboré avec l’ancien numéro 1 mondial de squash Thierry Lincou et qui travaille actuellement avec la skieuse Laure Péquegnot et le skipper Jean-Pierre Dick. Les lecteurs MP3 ont remplacé walkmans et lecteurs CD, mais l’objectif reste le même : s’isoler, évacuer le stress, se motiver. Une manière en quelque sorte de se « doper » au son. Chaque athlète possède sa façon de rentrer dans la compétition, juge Guy ontanon, l’entraîneur de Christine Arron. Certains ont besoin de s’extérioriser pour évacuer le stress, d’autres cherchent à se couper du monde extérieur pour être mieux à l’écoute de leur corps ».

Sur un air de Carmina Burana

La musique participe autant à la préparation individuelle qu’à la solidification d’un groupe. En 1998, grâce à Vincent Candela qui leur a fait écouter la chanson lors d’un trajet en bus, les bleus ont établi l’union sacrée autour de « I will survive » de Gloria Gaynor. A Nantes, le président Rudi Roussillon à lui aussi suggéré à son ancien entraîneur, Serge Le Dizet, de mettre de la musique dans le vestiaire pour remotiver l’équipe après une saison catastrophique. « Il fallait que les joueurs retrouvent une âme de guerrier » se souvient Le Dizet. Le 28 mai 2005, c’est gonflé à bloc par « Carmina Burana », l’opéra de Carl Orff, que les Canaris avaient sauvé leur peau en ligue 1 face à Metz. Dans le championnat anglais, le phénomène est institutionnalisé. « On écoute de la musique dans le vestiaire avant chaque match et du coup l’ambiance est assez relax » témoigne ainsi Didier Drogba l’attaquant ivoirien de Chelsea. A chaque équipe sa chanson : cette saison, le refrain de « Seven Nation Army », le hit des Whites Stripes, est devenu l’hymne des joueurs.

Pour plus de conseils : www.gregory-capra.com

Commentaires fermés sur La musique pour faire du sport : une bonne idée ?

Type on the field below and hit Enter/Return to search