Auteur : Nathalie Bitterly-Coulon

Vos conseils santé de l’automne

Alors que vous pourriez être déçu de voir s’éloigner la chaleur énergisante du soleil ainsi que les conviviales salades colorées de l’été, soyez rassurés, il y a pléthore d’aliments délicieux…

Alors que vous pourriez être déçu de voir s’éloigner la chaleur énergisante du soleil ainsi que les conviviales salades colorées de l’été, soyez rassurés, il y a pléthore d’aliments délicieux et de sources de chaleureux réconforts pour vous à l’automne !

Quelques conseils pour vous aider à manger sainement et être en santé cet automne.

Achetez des aliments de saison: profitez des courges d’hiver, patates douces, navets, pommes, poires, figues!
Enrobez par exemple vos papilles de soupe onctueuse à la citrouille relevée du précieux rhizome de gingembre tout aussi ’rechauffant’ que le délicieux sarrasin lorsqu’il est riche en nutriments essentiels, sans oublier de régaler votre moral de tartes aux pommes croquantes.

Mangez donc aux couleurs de l’automne!

L’automne est la saison des couleurs chaudes et naturelles ; observez la couleur des champignons ‘vitaminants’, des feuilles des arbres… évoluant vers des verts profonds, des jaunes et des oranges foncés jusqu’aux marrons…
Lorsque vous mangez des aliments qui sont riches en ces couleurs, vous vous emplissez de l’énergie de la terre et de celle du soleil. Les fruits et légumes d’automne sont adaptés au soutien de votre santé et votre système immunitaire.

Boostez votre système immunitaire en automne

Avec le changement de saison, c’est maintenant le moment idéal pour stimuler votre système immunitaire qui aura grand besoin de super aliments lui apportant en priorité zinc, vitamines B, C et D …en des quantités parfois plus importantes pour certains qui se verront fonctionner à l’optimal avec des ‘concentrés’ naturels en ces essentiels venant renforcer leur alimentation.

Ne négligez pas l’importance de l’ambiance et des pensées positives

L’automne est un bon moment pour cocooner calmement au chaud en vous nourrissant d’introspection (tout aussi ‘oxygénante’ que les activités de plein air à ne pas négliger pour autant); elle est donc également essentielle …tant pour grandir encore et encore même à l’âge adulte que pour entretenir sa santé !

Positivisme et élans pour bien finir son année

…parce qu’il n’y a par contre pas de saison pour les bonnes résolutions !

Commentaires fermés sur Vos conseils santé de l’automne

Une algue fantastique qui vous protège du soleil !

Tout le monde le sait enfin aujourd’hui : les crèmes solaires bloquent tous les UV – y compris les UVB indispensables à notre santé, ce en plus des substances chimiques…

Tout le monde le sait enfin aujourd’hui : les crèmes solaires bloquent tous les UV – y compris les UVB indispensables à notre santé, ce en plus des substances chimiques nocives nous polluant via le derme et se rependant dans la nature ensuite!

Il faut le savoir: les RAYONS ULTRA VIOLETS (UV) SONT INDISSOCIABLES DU SOLEIL ET DE SES BIENFAITS; ils se composent en fait des UVA- qui abîment la peau et les yeux -ainsi que des UVB – bénéfiques quant à eux puisqu’ils permettent à la peau de synthétiser de la vitamine D3.

Certaines algues exposées en permanence au rayonnement UV ont developpé une stratégie naturelle dont nous pouvons nous inspirer; elles synthétisent naturellement leur écran solaire : l’astaxanthine.

Cette dernière sert en effet à protéger les micro-algues lorsqu’elles sont soumises à un stress destructeur lié à la dégradation de leur habitat : eau insuffisante, rayonnement excessif du soleil, température inadéquate…; leur production d’astaxanthine agit alors comme un bouclier pour les protéger.

L’astaxanthine est donc le pigment rouge trouvé dans la micro algue Haematococcus Pluvialis, tellement efficace pour absorber le rayonnement solaire, la lumière ultraviolette: les études montrent que l’astaxanthine s’incorpore parfaitement dans et à travers la membrane des cellules, où elle agit comme un inhibiteur puissant de l’oxydation des lipides; on voit donc bien l’intérêt (pour la peau, les yeux, le cœur, le cerveau, les muscles, le vieillissement…) qui en découle !

Lorsque cette micro algue est consommée par les crevettes et crustacés, le pigment donne donc sa teinte rougeâtre à leur carapace ; idem au fur et à mesure du ‘chemin’ de l’astaxanthine dans la chaîne alimentaire, créant les couleurs rouges et roses que nous voyons dans le krill, les poissons comme le saumon, ou encore qui colorent les flamants roses.

Puisque l’astaxanthine est l’un des plus puissants antioxydants (100 fois plus puissante que la vitamine E par exemple), il est donc simple et tellement plus logique, sain, durable et éthique de se protéger en se procurant l’astaxanthine à sa source végétale, via l’Haematococcus Pluvialis!

Il faut bien entendu vous assurer que l’astaxanthine que vous ingérerez soit bien naturelle (car désormais il en existe de synthèse), provenant d’Haematococcus Pluvialis de culture durable en eau de qualité contrôlée, qu’elle soit dans son TOTUM naturel (et non pas extraite au solvant), et idéalement associée à des lipides de type ‘phospholipides’ puisqu’il a été démontré que son absorption était ainsi améliorée de près de 12 fois, par rapport à une formule sans phospholipides.

L’astaxanthine permettra donc de participer à la protection de votre peau contre l’oxydation produite par les UVA , tout autant que celle de vos yeux très exposés aux UV; elle vous permet ainsi de profiter des bienfaits qu’offrent les UVB.

Alors régalez vous de soleil, en protégeant vos cellules de l’intérieur!
(Attention tout de même à ne pas exagérer le temps d’exposition de tout votre corps !)

Commentaires fermés sur Une algue fantastique qui vous protège du soleil !

Buvons de l’eau à …notre santé !

Alors que la canicule s’installe en France pour plusieurs jours, commençons par lister les bons conseils à mettre en oeuvre avant de discuter de l’hydratation du corps. Hydratez-vous beaucoup tout…

Alors que la canicule s’installe en France pour plusieurs jours, commençons par lister les bons conseils à mettre en oeuvre avant de discuter de l’hydratation du corps. Hydratez-vous beaucoup tout au long de la journée. Favorisez les vêtements légers et clairs. Utilisez des ventilateurs et des brumisateurs. Prenez des douches fraîches répétées. Reposez-vous pendant les heures les plus chaudes. Favorisez les fruits et légumes crus. Limitez votre activité physique.

Boire de l’eau pure chaque jour est un élément clé d’une santé optimale. Le corps a besoin d’eau pour nombres de processus physiologiques et réactions biochimiques, y compris: la circulation du sang, la régulation de la température du corps, l’élimination des déchets et donc la detox…

Une fois que votre corps a perdu entre un et deux pour cent de sa teneur totale en eau, il va signaler ses besoins en vous faisant sentir la soif. Cependant, au moment où ce mécanisme de la soif débute réellement, vous êtes déjà dans les premiers stades de la déshydratation. En outre, le mécanisme de la soif a tendance à être sous-développé chez les enfants, ce qui les rend plus vulnérables à la déshydratation. Les enfants sont particulièrement vulnérables à la consommation d’autres ‘boissons’ que l’eau : ils s’abreuvent de boissons sucrées comme les sodas et jus de fruits au lieu d’eau ordinaire, et de nombreux adolescents consomment des boissons énergisantes riches en caféine, qui agit comme un diurétique …et aura tôt fait de les déshydrater. Les personnes âgées sont également à risque accru, sentant de moins en moins la soif.

En plus de la soif, qui est un signal « évident » du besoin de s’hydrater, d’autres signaux indiquent le besoin de boire plus d’eau , des signaux comme la fatigue , des étourdissements, des sautes d’humeur, une pensée embrumée, des difficultés de concentration, des crampes musculaires répétées, un peau terne, sèche, le fait d’être constipé ou d’avoir une miction peu fréquente à l’urine foncée, concentrée …

Si la déshydratation sévère peut mettre la vie en danger , même une légère déshydratation peut causer des problèmes ; elle peut également affecter les performances sportives puisqu’un niveau de déshydratation de deux pour cent provoque une diminution de 10 pour cent de la performance athlétique ! La déshydratation peut être aussi dangereuse que lorsque vous conduisez en état d’ébriété. Lorsque vous êtes déshydratés, vous êtes plus enclin à l’irritabilité et la fatigue., vos fonctions cognitives sont perturbées et cela peut avoir de graves conséquences si vous êtes au volant…

En réalité, il est pratiquement impossible de déterminer une ligne directrice générale qui sera applicable à tout le monde, tout le temps. Mais les études montrent que la couleur de votre urine est un marqueur important de votre hydratation. Ainsi une urine de couleur foncée, concentrée est un signe que vos reins retiennent les fluides pour maintenir vos fonctions corporelles, et est une bonne indication que vous avez besoin de plus d’eau (si vous prenez des suppléments contenant de la vitamine B2 de synthèse ne vous y trompez pas : il peut être plus difficile de juger de vos besoins en eau par la couleur de votre urine puisque cette vitamine rendra votre urine jaune vif). La fréquence des mictions peut également être utilisé pour juger de votre consommation d’eau.
Une personne saine urine en moyenne environ sept ou huit fois par jour ; uriner moins souvent indique que vous ne buvez pas assez. Il est important de reconnaître que votre corps perd de l’eau tout au long de chaque jour, même lorsque vous n’êtes pas sujet à la transpiration, et que vous en avez besoin pour reconstituer constamment cette perte de fluide.

Mais en plus de vous assurer de boire suffisamment, un autre facteur très important est le type d’eau que vous buvez : il vous faut boire de l’eau sans toxines ! L’eau du robinet contient un tableau de contaminants nocifs, du chlore mais aussi des sous-produits de désinfection, des métaux lourds, des médicaments pharmaceutiques (et seule une membrane d’osmoseur peut filtrer tout le nocif….) L’eau embouteillée peut être pratique, mais il a un certain nombre d’inconvénients importants. Tout d’abord les bouteilles d’eau en plastique peuvent présenter des risques pour la santé de par la présence de produits chimiques tels le bisphénol A, le bisphénol-S (BPA / BPS) et les phtalates… Enfin les bouteilles en plastique causent aussi d’énormes problèmes environnementaux en raison de l’énorme volume de déchets plastiques qu’elles génèrent…

Trinquons, en toute conscience donc !

Commentaires fermés sur Buvons de l’eau à …notre santé !

De l’importance de l’Oméga 3 DHA

Le DHA est l’oméga 3 le plus essentiel, tant aux cellules du fœtus qu’à celles de l’enfant ou de l’adulte- jeune ou senior. La France est un des pays ayant…

Le DHA est l’oméga 3 le plus essentiel, tant aux cellules du fœtus qu’à celles de l’enfant ou de l’adulte- jeune ou senior. La France est un des pays ayant les apports alimentaires en Oméga 3 DHA les plus faible, ce qui est préoccupant. Cet oméga 3 ‘préformé’ qu’est le DHA est très peu synthétisé par l’organisme ce qui doit être compensé par un apport exogène puisqu’ il se trouve à l’état naturel dans les poissons mais également certaines souches d’algues de culture, solution permettant une consommation de DHA éthique, durable et qui plus est sans avoir à s’exposer aux polluants des poissons et crustacés.

Les recommandations officielles ont évolué à la hausse depuis la reconnaissance du caractère indispensable de certains acides gras de la famille des oméga 3 et depuis les nouvelles informations concernant la faible conversion de l’oméga 3 végétal ‘acide alpha linolénique’ (ALA du lin, colza…chia…) en DHA (acide docosahexaénoïque ) du fait de plusieurs facteurs limitants.
Un petit point s’impose quant au DHA dans la famille des ‘oméga 3’.

Les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés (AGPI n-3) à longue chaîne dits « essentiels », parce qu’ils sont indispensables à la bonne santé de l’organisme.

Le chef de file des oméga-3 est le précurseur végétal (ALA), l’acide alpha linolénique apporté par l’huile de lin, de chia, de perilla… ; il est à l’origine des acides gras poly-insaturés à longue chaîne de la famille des oméga 3, dont l’acide docosahexaénoique (DHA) et l’acide éicosapentaénoïque (EPA)qui sont les Oméga 3 que le corps sait utiliser ; mais il faut noter que les conversions de ALA en EPA et DHA sont influencées par le sexe, l’âge, l’état endocrino-métabolique, le statut physiologique et le régime suivi, mais également par la prévalence des acides gras de la famille des oméga 6 dans l’alimentation (compétition pour la synthèse des acides gras dérivés). L’acide docosahéxaénoïque (DHA) étant en fin de chaîne de conversion, le précurseur ALA n’est converti en DHA qu’à hauteur de 1 à 5 % maximum!

Or le DHA est l’oméga 3 le plus fondamental pour la santé des cellules de tout âge. En premier lieu, il est important avant, pendant et après la grossesse. La consommation de DHA par la mère permet un développement normal du cerveau, du système nerveux et des yeux du fœtus (puis de l’enfant allaité), surtout au troisième trimestre où la croissance du cerveau est la plus importante..
On sait depuis peu que la consommation d’ALA (le précurseur végétal issu du lin, du chanvre, du chia…et donc du DHA) seule ne suffit pas pour apporter suffisamment de DHA au bébé à naître et la source ‘ huile de poisson ou poisson’ est à risque chez les femmes enceintes; le poisson peut contenir des métaux lourds, de la dioxine et des produits apparentés comme les PCB (polychlorobiphényles).
De plus les huiles de poisson contiennent des quantités élevées d’EPA et des quantités plus faibles de DHA ; si chez les adultes les deux acides gras sont utilisés, chez les nourrissons et les fœtus par contre l’EPA entre en concurrence avec le DHA dans la formation des membranes des cellules nerveuses, rendant l’administration d’huile de poisson riches en EPA problématique durant le jeune âge. Seul un apport en DHA est justifié précisait l’Anses dés Mai 2011.

omega3-dha

Tout comme le fœtus qui doit recevoir ce nutriment vital du placenta pendant la grossesse, le nourrisson en pleine croissance n’est pas en mesure de produire de façon efficace son propre DHA et doit donc le recevoir du lait maternel ou maternisé après la naissance, sans oublier qu’un niveau adéquat de DHA dans le régime maternel est également un allié tant pour la santé du cerveau de la mère, ses yeux et son cœur ainsi que pour la régulation de sa cascade inflammatoire…que pour son bien-être émotionnel (dépression du post partum).Haut du formulaire

Le DHA exerce donc des « rôles-clé « au niveau cérébral et nerveux en début de vie, mais le renouvellement du DHA a lieu tout au long de la vie, ce qui rend son apport tout aussi essentiel chez l’étudiant et l’adulte lors de situations de stress, déprime ou encore de sollicitations intellectuelles puisqu’il favorise les apprentissages, la motivation et la mémoire.
L’impact du DHA dans la physiologie cérébrale est multiple: le DHA intervient dans la régulation de la neurotransmission, la neurogénèse et la neuroprotection.
Il permettrait donc de ralentir le déclin cognitif avec l’âge, contribuant à un effet protecteur contre les maladies neurodégénératives dont la Maladie d’Alzheimer et autres troubles cognitifs.
Enfin le DHA permet la synthèse de dérivés lipidiques agissant contre l’inflammation dans l’organisme (résolvines) et en faveur de la cicatrisation (protectines et maresines) et participe à l’équilibre cardiovasculaire (le DHA d’algue peut par exemple se retro convertir en EPA à hauteur de 12% si besoin).
Un complément riche en DHA se révèle bien souvent indispensable donc mais en gardant à l’esprit l’importance de concilier les besoins du corps en nutriments naturels ET les besoins de la Nature, de l’environnement, via une supplémentation respectueuse, durable et (éco)logique.

Commentaires fermés sur De l’importance de l’Oméga 3 DHA

Type on the field below and hit Enter/Return to search