Auteur : Johanna Slawny

5 secrets pour être heureux en couple

L’amour rend aveugle …oui mais la vue revient très vite après quelques années de vie commune. L’élu(e) de votre coeur n’est pas parfait puisque selon un autre adage, personne n’est…

L’amour rend aveugle …oui mais la vue revient très vite après quelques années de vie commune.

L’élu(e) de votre coeur n’est pas parfait puisque selon un autre adage, personne n’est parfait, et c’est bien vrai. A partir du moment où l’autre est différent de soi, il nous apparaît forcément comme imparfait.

Il faut donc trouver des parades pour supporter son partenaire toute une vie durant.

1. Accepter les imperfections de l’autre

Le premier conseil pour mieux accepter votre moitié dans toute sa splendeur, c’est accepter le fait qu’il ou elle est imparfait(e). L’important est que pour vous, cette personne qui partage votre vie ait plus de qualités que de défauts. Vous ne pouvez pas en attendre plus sinon vous serez forcément déçus.

Les femmes qui vous disent que leur copain, mari, concubin est l’homme idéal, vous pouvez leur répondre: oui mais pour combien de temps ?

Au début d’une relation, hommes et femmes se montrent sous leur meilleur jour et pour les plus endurants, cela peut durer plusieurs mois. Mais arrivera forcément le moment où chacun finira par se relâcher et ne pourra plus cacher ses défauts.

C’est donc à ce moment là qu’il faut prendre le temps de bien connaitre les défauts de l’autre et de se rendre compte si on peut vivre avec ou non. Au mieux, vous pourrez gommer quelques mauvaises habitudes, mais il faut accepter que vous ne changerez jamais une personne. Et le but d’un couple n’est pas qu’un des deux prennent le dessus sur l’autre. Il faut donc que chacun puisse être lui-même sans pour autant subir les reproches de l’autre continuellement.

Et si tout vous insupporte chez votre moitié, c’est peut-être qu’il ou elle n’est tout simplement pas fait(e) pour vous.

2. La communication, la meilleure arme dans un couple

Le meilleur moyen d’accepter les défauts de l’autre qui peuvent vous sembler insupportables au début, c’est d’en parler.

Pour qu’un couple fonctionne et dure, la meilleure arme c’est la communication. Il faut pouvoir parler de tout et même de ce qui vous horripile chez l’autre. Cela peut sembler difficile d’avouer à l’être aimé qu’on ne supporte pas les bruits qu’il fait quand il mange ou qu’elle passe trop de temps au téléphone avec ses copines, mais le mieux c’est d’en parler.

Si vous gardez tout pour vous, vous risquez d’arriver à un point de non retour, où vous ne supporterez plus l’autre et cela pourrait vous conduire à la rupture. Mais dire gentiment à l’autre : « Chéri, tu fais du bruit quand tu manges dis donc… », une façon gentille de dire à l’autre qu’on ne supporte pas sa façon de manger. Celui lui permettra de se corriger dans la mesure du possible et vous permettra d’évacuer quelque chose que vous gardez pour vous depuis déjà trop longtemps.

Ce n’est pas valable que pour quelque chose d’aussi peu important que la façon de manger. En effet, il ne faut pas avoir peur de parler avec l’autre des choses que l’on ne supporte pas chez lui. Le fait de parler permet parfois de faire évoluer certains comportements chez l’autre, qui par amour, essaiera de modifier sa façon d’agir.

Mais attention à la façon de dire les choses. L’idée n’est pas de balancer ses quatre vérités à son mec, mais plutôt de faire passer un message de la façon la plus gentille qu’il soit et sans le vexer.

Etre en couple c’est s’adapter l’un à l’autre. Chacun doit pouvoir guider l’autre pour mieux vivre ensemble. Mais il ne faut pas qu’un seul ait le monopole et impose ses règles dans le couple. Cela doit fonctionner dans les deux sens. Le couple doit fonctionner comme une équipe qui se conseille mutuellement pour être au top.

Il ne faut pas non plus qu’une des deux personnes ait l’impression de ne jamais être assez bien pour l’autre. Il faut toujours rappeler à l’autre que vous l’aimez, même avec ses petits défauts et que vous préférez juste lui dire ce que vous pensez. Même si il ou elle sera un peu vexé(e) au départ, il finira par apprécier votre honnêteté et finira peut être aussi par vous dire ce qu’il ne supporte pas chez vous. Ainsi parfois des défauts qui nous semblaient insupportables finiront par devenir des broutilles qui n’ont plus aucune importance, simplement parce que vous en aurez parlé ouvertement. Et oui, c’est parfois aussi simple que cela.

3. Désamorcer le conflit

Lorsque vous sentez que le conflit est prêt à exploser, quelle qu’en soit la raison, faites en sorte de le désamorcer le plus vite possible. Une remarque qui passe mal, un mot de travers, regardez l’autre et riez ou embrassez le. Réfléchissez deux minutes et demandez-vous si vous préférez passer la soirée à vous disputer ou à vous câliner ?

Il vaut mieux avoir de vraies discussions de fond lorsque l’on est calme. Prendre le temps de digérer ce qui est à l’origine du conflit et en discuter quelques heures, voire quelques jours plus tard à tête reposée. Tout vous semblera plus clair et plus simple.

Le conflit est quelque chose de sain dans un couple, mais il ne faut pas qu’il soit trop fréquent, il peut alors devenir toxique. Il faut donc savoir désamorcer certains conflits qui ne vous mèneront nulle part.

C’est aussi ça le couple, c’est faire des compromis et prendre sur soi.

4. Savoir faire plaisir à l’autre

Pour vivre en harmonie, il ne faut pas oublier d’avoir des petites attentions pour son ou sa bien-aimé(e). Lui préparer un petit dîner, lui acheter un petit cadeau ou encore l’inviter au cinéma. Un couple, c’est comme une plante, ça s’entretient. Même pour les plus résistantes, si vous ne vous en occupez pas un minimum, elles finiront par mourir. C’est exactement pareil pour le couple.

Il faut donc prendre le temps de faire plaisir à sa moitié et ne pas hésiter à lui rappeler à quel point vous l’aimez et à quel point vous la trouvez belle (ou beau).

C’est avec de petites attentions et des yeux remplis d’amour que l’on entretient la flamme.

5. Faire des activités ensemble

Lorsque l’on se met en couple, il y a cette belle complicité qui peut parfois s’étioler au fil du temps. Pour conserver ou refaire renaître cette belle alchimie des débuts, il est indispensable de trouver au moins une activité à faire à deux régulièrement (au moins une fois par semaine).

Il y a forcément quelque chose que vous aimez faire tous les deux qui doit pouvoir vous réunir hors de chez vous : faire du sport, prendre des cours de photo, aller voir des expos, se faire un ciné, vous trouverez bien quelque chose.

Cette sortie hebdomadaire sera l’occasion de vous retrouvez en amoureux et de faire un break avec le quotidien, qui peut avoir raison de beaucoup de couples. Je pense en particulier aux couples qui ont des enfants. Il ne faut pas oublier qu’à la base de tout, il y avait un couple et ce couple doit continuer à exister en tant que couple et pas seulement en tant que parents.

Alors prenez ce temps pour vous sans culpabiliser. Vos enfants seront ravis d’avoir des parents qui s’aiment, croyez moi !

Commentaires fermés sur 5 secrets pour être heureux en couple

Self Coaching : La technique des 3 « Moi »

Vous ne vous aimez pas ou vous n’aimez pas votre vie, mais vous ne savez pas pourquoi. Il faut tout d’abord faire un bilan sur soi-même pour savoir qui l’on…

Vous ne vous aimez pas ou vous n’aimez pas votre vie, mais vous ne savez pas pourquoi.

Il faut tout d’abord faire un bilan sur soi-même pour savoir qui l’on est et qui l’on veut vraiment être.

Commencer par faire son auto-bilan : La technique des Trois « Moi »

Se diviser en Trois « Moi » : le « Moi social », le « Moi amoureux » et le « Moi professionnel ».

Qui est mon « Moi social » aujourd’hui ?

Il s’agit de définir quelle personne je suis dans ma vie sociale, avec mes amis et tous les gens qui m’entourent. Est ce que je suis satisfait des relations sociales qui composent ma vie ?

Plusieurs questions se posent alors : Qui sont mes vrais amis ? Est-ce que j’aime mes amis ? Est-ce que j’en fait trop pour eux ou pas assez ? Mes amis sont-ils présents pour moi quand j’ai vraiment besoin d’eux ? Sont-ils de vrais amis ?

Toutes ces questions ne trouveront peut être pas de réponse, mais la porte est ouverte à la réflexion.

Mon « Moi amoureux »

Que vous soyez en couple ou célibataire, cela n’a pas d’importance. La question à se poser est de savoir quel est votre comportement amoureux lorsque vous draguez ou lorsque vous êtes en couple ?

Si vous êtes célibataire depuis longtemps, il faut vous demander si vous envoyez les bons signaux aux personnes qui vous plaisent. Si vous tombez systématiquement sur le même type d’homme ou de femme, c’est peut être que vous envoyez un signal qui attire systématiquement le même genre de personne. C’est peut être là le problème. Il faut donc tout reprendre à zéro.

Quel type de personne recherchez vous ? Si vous recherchez un homme (ou une femme) sérieux(se) et posé(e) pour vous mettre en couple, il y a peu de chances que vous trouviez cette personne dans un bar le samedi soir à 1h du mat (mais il ne faut jamais dire jamais).

Cherchez plutôt l’homme (ou la femme) de votre vie parmi les amis de vos amis, parmi vos collègues, ou des personnes pour lesquelles vous n’aurez pas de difficultés à connaitre leur passé amoureux et qui se permettront moins facilement de vous mentir pour passer une nuit avec vous. Quelqu’un qui comme vous recherche désespérément l’amour et rien d’autre.

Mon « Moi professionnel »

Est-ce que vous êtes épanoui dans votre vie professionnelle ? Êtes-vous la personne que vous rêviez d’être professionnellement parlant ?

La réponse n’est pas forcément oui ou non, elle peut être « oui, mais … ». La vraie question à se poser est «Suis-je heureux d’aller travailler tous les matins ? ». Et à cette question, il n’y aura probablement qu’une seule réponse possible.

Alors si la réponse est non, la solution ne sera pas simplement de quitter votre travail pour être plus heureux, mais de commencer à réfléchir dans quelle activité vous pourriez vraiment vous épanouir.

Quel est votre but dans la vie ? Vous ne savez pas ? Il est peut être temps de vous poser la question.

Sachez que les personnes qui ont des projets de vie rallongent leur espérance de vie par rapport aux personnes qui n’en ont pas.

Une fois ce bilan terminé, il va falloir définir les trois « Moi » que vous aimeriez être.

Les 3 Futurs « Moi »

Cela est peut être très clair dans votre esprit, mais en général, il faut du temps pour savoir réellement qui sont les « Moi » que l’on aimerait vraiment être.

Pour vous aider à définir vos Trois « Moi » idéaux, il faut vous poser un certain nombre de questions à nouveau.

Pour mon « Moi social » : Qui sont mes vrais amis ? Si je n’appelle pas untel ou untel, est-ce qu’il prend le temps de me demander de mes nouvelles ? Suis-je le seul à entretenir cette relation d’amitié ?

Ce n’est pas évident, mais il faudra vraiment trier les différentes relations qui composent votre vie et vous débarrasser de celles qui vous polluent l’existence, celles qui sont peut être même toxiques et celles qui ne servent à rien. Les amitiés qui ne vous font pas du bien d’une façon ou d’une autre sont à éliminer. Il faut savoir se libérer de ses chaînes pour mieux avancer, ne l’oubliez jamais.

Votre « Moi amoureux » : vous êtes seul et malheureux, revoyez complètement vos habitudes. Changez radicalement vos comportements amoureux, et vous verrez, les interactions que vous aurez avec les autres changeront également radicalement. Vous adorez trainer dans les bars le samedis soir, ok, mais si vous commenciez à trainer dans les cafés de Co-workers le samedi après-midi, il parait que de nombreux jeunes hommes plein d’ambition passent par là…

Vous pensez que le problème vient des mecs qui sont « tous des connards » et si le problème c’était vous ? Si le vrai problème venait tout simplement du fait de votre trop grande confiance en vous ? Ou plutôt de votre profond manque de confiance en vous camouflé sous cette carapace de fille hyper bien dans sa peau et limite prétentieuse ?

Il n’y a qu’un seul conseil à suivre : Soyez vous même ! Si quelqu’un doit vous aimer, il doit aimer la vraie personne que vous êtes et pas cette caricature de la fille parfaite qui n’existe pas ….

En ce qui concerne votre « Moi professionnel » : il faut rechercher ce qui vous passionne au plus profond de vous-même, retrouver vos rêves d’enfants. Nous avons tous rêvé d’être astronaute, vétérinaire ou danseuse étoile. Alors oui, certains rêves pourraient s’avérer difficile à réaliser, mais il y a toujours une profession qui sera faite sur mesure pour vous et qui vous rendra heureux.

Faire le bilan de ces Trois « Moi » et savoir qui l’on veut devenir afin d’être heureux et épanoui dans sa vie n’est pas évident et peut prendre plusieurs mois (sans mauvais jeu de mots). S’isoler et rester seul vous permettra de vraiment réfléchir à la personne que vous êtes et à la personne que vous aimeriez être.

Il n’est jamais trop tard pour changer ni pour réaliser ses rêves.

Commentaires fermés sur Self Coaching : La technique des 3 « Moi »

6 supers habitudes à prendre pour bien démarrer l’année

Bonne année à tous et à toutes !! Parce que ça change vraiment tout de se sentir bien chaque jour, je vous donne ici mes meilleurs conseils et astuces pour que…

Bonne année à tous et à toutes !! Parce que ça change vraiment tout de se sentir bien chaque jour, je vous donne ici mes meilleurs conseils et astuces pour que vous commenciez la nouvelle année avec les meilleures habitudes en tête.

Pratiquer une activité sportive hebdomadaire

Pour se sentir bien dans son corps et dans sa tête, il est primordial d’effectuer une activité sportive au moins une fois par semaine. L’idéal étant 2 à 3 fois par semaine.

Lorsque l’on fait du sport, le corps sécrète des endorphines, hormone du bien-être. Cette hormone est un véritable antidépresseur naturel dont il ne faudrait surtout pas se priver.

Pratiquer une activité sportive est un moment privilégié qui permet de mettre entre parenthèses tous les petits tracas du quotidien et évacuer tout le stress accumulé.

Avoir une alimentation équilibrée tout en continuant à se faire plaisir

Les régimes sont à proscrire quoi qu’il arrive. La meilleure façon garder la ligne sans frustration c’est d’équilibrer son alimentation tout en s’autorisant des petits plaisirs régulièrement.

Voici quelques explications. Tout d’abord il faut accepter le fait que faire 3 repas par jour riches en sucres et en graisses ce n’est pas possible et ce n’est surtout pas adapté au corps humain. Nous sommes bien souvent en surconsommation et dans l’excès.

Le secret c’est de faire un seul « vrai repas » dans la journée. Par « vrai repas » il faut comprendre repas consistant. Il faudra donc choisir entre le déjeuner ou le diner.

Le petit déjeuner est un repas à part au cours duquel on peut se faire plaisir, mais sans abuser non plus (Boisson chaude + céréales ou pain + jus d’orange), car il sera éliminer facilement au cours de la journée.

Lors de ce repas consistant (au choix déjeuner ou diner), il faudra tout de même faire un choix entre entrée + plat ou plat + dessert. Tout en faisant attention dans le choix de vos desserts. Car si vous prenez un moelleux au chocolat le lundi, vous prendrez un fruit ou un yaourt le mardi et le mercredi. Vous pourrez à nouveau vous accordez un dessert sucré en fin de semaine ou le week end.

Lors du repas léger de votre journée (déjeuner ou diner), vu que hiver arrive, il est vivement conseillé de consommer toutes sortes de soupes : soupes de légumes, soupes aux vermicelles etc. Ces dernières sont très peu caloriques et peuvent être accompagnées de petits croutons ou d’un petit morceau de pain. Pour être vraiment rassasier, en dessert, prenez un fruit (pomme ou poire) et/ou du fromage blanc 0%.

Le goûter, à prendre uniquement si la faim se fait sentir, doit se composer d’un fruit ou d’une barre de céréales.

Il n’y a pas de règle précise, la seule règle c’est d’équilibrer votre régime alimentaire entre plaisir et raison. Si vous avez mangé une soupe à midi, vous pouvez vous autoriser un dessert le soir, mais si vous avez bien mangé le midi,il faudra manger très léger le soir pour compenser et ainsi de suite.

Manger une soupe le midi vous parait peut être impossible, mais faites le test. En mangeant léger à midi, la digestion est plus rapide, vous aurez alors plus d’énergie et éviterez le coup de barre d’après manger que l’on connait tous.

Prendre du temps pour soi

Pour garder le moral et un esprit sain, il est indispensable de s’accorder du temps pour soi. Si ce n’est pas déjà le cas, il faut vous trouver une activité qui vous aide à vous détendre et que vous aimez : écrire, faire de la musique, lire, faire du shopping, se faire un soin du visage ou même se balader seul dans Paris, selon les moyens et les goûts de chacun bien entendu.

Chaque semaine, il faut vraiment se forcer à prendre ce temps pour soi, pour se ressourcer et se retrouver seul avec soi-même pour faire le point. Certaines personnes ont peur de se retrouver seules car toutes leurs angoisses refont surface. Mais c’est un vrai travail à faire pour réapprendre à s’aimer et à se sentir en harmonie avec soi-même.

Câliner

Tout d’abord, si vous êtes en couple, faites l’amour autant que possible, cela permet au corps de sécréter des endorphines, et vous l’aurez compris, elles sont bonnes pour vous et votre santé.

Ensuite, si vous êtes célibataires, pas de panique ! Différentes études scientifiques ont démontré qu’un câlin peut libérer des endorphines qui proviennent de notre cerveau et qui ont de grands pouvoirs curatifs.

Un câlin permet également de libérer des hormones appelées sérotonine et dopamine, qui ont un effet sédatif et produisent une sensation de tranquillité, de bien-être et de calme. Les câlins ne produisent pas seulement cette sécrétion, mais lui permettent de durer un long moment.

Alors câlinez-vous, c’est bon pour votre santé et votre vie n’en sera que plus douce …

N’oubliez pas de rire !

En effet, les médecins recommandent de rire 10 à 15 minutes par jour pour être en bonne santé. Il est donc essentiel de prendre le temps de rire chaque jour. Lorsque l’on rit, le corps sécrète des endorphines (encore elles !) et ces hormones réduisent la production de l’adrénaline générée par le stress.

Alors même si vous n’avez pas la chance d’avoir un conjoint aussi drôle que Gad Elmaleh ou Florence Foresti, n’hésitez pas à aller sur internet pour regarder quelques vidéos qui vous feront rire à coup sûr. Le web regorge de ce genre de trésor alors profitez en !

Etre gentil

Etre gentil, ça rend heureux. Même si ce n’est pas tous les jours la journée de la gentillesse, dire un mot gentil à sa collègue sur le fait qu’elle soit très belle ou laisser sa place dans le métro, vous aidera à vous sentir bien.

Votre gentillesse est bien évidemment une source de bonheur pour votre entourage mais elle l’est également pour vous. Une étude menée au Japon a démontré que les personnes les plus gentilles au quotidien sont les plus heureuses.

Les petites astuces en plus

Se préparer quotidiennement une bouteille d’eau dans laquelle vous aurez ajouté du jus de citron. Cela permet de détoxifier votre corps sans même vous en rendre compte.

De la même façon, en cas de fringales, allez plutôt vous préparez un bon thé au lieu de foncer direct vers le frigo. Vous aurez nettement moins faim, voire plus faim du tout après avoir bu votre thé. Privilégiez le thé vert aux vertus anti-oxydantes.

Pour retrouver tous mes articles allez sur ma page Facebook.

Commentaires fermés sur 6 supers habitudes à prendre pour bien démarrer l’année

PARIS JE T’AIME !

« Bon alors les filles, on va au Petit Cambodge ce soir ou pas ? » Deux jours avant nous étions toutes là attablées dans ce resto que nous aimons…

« Bon alors les filles, on va au Petit Cambodge ce soir ou pas ? »

Deux jours avant nous étions toutes là attablées dans ce resto que nous aimons tant. Encore insouciantes et inconscientes du danger.

Lorsqu’une de mes copines m’envoie un message vendredi soir tard en me disant « Ca va Jo ? », je ne comprends pas tout de suite. Et lorsqu’elle me dit « Il y a eu une fusillade au Petit Cambodge ». Je n’y crois pas. Je me demande si c’est une blague. Mais non. C’est la réalité. J’ai peur et je tremble. Après avoir appelé mes proches, je reste scotchée à Facebook pour m’assurer que tous mes amis proches ou moins proches vont bien.

Et petit à petit je me rends compte que nous avons tous été touchés, directement ou indirectement. Si ce n’est pas un ami, c’est le frère ou la soeur d’un ami, le collègue ou le mari d’une copine. C’est la première fois que je réalise que Paris est un village où tout le monde se connait d’une certaine façon.

Je n’ai pas tout de suite compris pourquoi ces fous s’étaient attaqués à ces quartiers populaires, dont les habitants sont pourtant si tolérants et si cosmopolites. Ces quartiers où musulmans, juifs, chrétiens et athées vivent en paix et en harmonie. Ces quartiers où les gens se parlent dans le bus même s’ils ne se connaissent pas, ces quartiers où les gens s’aident les uns les autres à porter les caddies ou les poussettes. Ces quartiers où l’on se connait tous, même si l’on ne se connait pas vraiment.

J’ai envie de pleurer mais je n’y arrive pas car j’ai l’impression que ce n’est pas réel. Mais en voyant les images qui tournent sur le net, je commence à réaliser.

Ce sentiment que n’importe qui, n’importe quand, n’importe où peut être visé, est désormais présent, il fait parti de nous. Nous ne serons plus jamais les mêmes. Même s’il faut continuer à vivre, à se battre pour ne pas les laisser gagner, nous ne seront plus jamais les mêmes.

J’écris pour exorciser et pour me donner du courage et si je peux, par la même occasion, vous donner du courage à vous aussi.

Continuons à vire, ne nous laissons pas abattre. La vie doit continuer même si c’est dur et effrayant. Il faut aussi continuer à vivre pour toutes ces victimes qui elles n’ont pas cette chance.

C’est mon resto, mon café, mon quartier, c’est ma ville, c’est Paris, je l’aime et je ne veux pas la voir triste.

Tenons nous la main et réapprenons à marcher, à nous aimer, à voir plus loin que le bout de son nez. Ce que nous vivons aujourd’hui, nous permet de comprendre ce que vivent des millions de gens à travers le monde, dans des pays en guerre. Des pays qui nous semblent si loin de nous d’habitude, mais qui nous semblent si proches aujourd’hui.

Nous ne sommes pas en guerre, car nous ne voulons pas la guerre. Nous voulons la paix et nous nous battrons pour la paix uniquement !

Nous ne sommes qu’un, nous sommes l’humanité. Peu importe notre couleur de peau ou notre religion, la peur et la joie est la même chez chacun de nous. Ne nous divisons pas, mais unissons nous !

Commentaires fermés sur PARIS JE T’AIME !

10 conseils pour gérer le harcèlement moral au travail

Depuis quelques temps, aller au travail est devenu pour vous une vraie torture. Vous n’avez plus envie et pour cause, votre bosse se fait un réel plaisir de jouer avec…

Depuis quelques temps, aller au travail est devenu pour vous une vraie torture. Vous n’avez plus envie et pour cause, votre bosse se fait un réel plaisir de jouer avec vos nerfs. Il ne vous donne plus de travail ou au contraire, vous assomme sous une tonne de travail, à tel point que vous êtes obligé de travailler le soir et le week-end. Mis au placard, totalement débordé ou encore véritable bouc émissaire, vous sentez que votre supérieur veut votre peau.

Cette situation de plus en plus répandue dans le monde du travail porte le nom de harcèlement moral. Elle peut prendre un nombre de formes très variées, mais dans tous les cas, il existe un point commun à toutes ces situations, c’est la sensation que l’on cherche à vous pousser à bout.

J’ai vécu le harcèlement moral et j’en ai tiré des leçons. J’aimerais aujourd’hui vous faire partager 10 conseils qui vont permettront de gérer au mieux le harcèlement moral au travail.

1 – Respecter les horaires, faites attention aux retards !

Lorsque les conditions de travail se détériorent, le risque est de se laisser aller et d’en oublier les règles essentielles.

Si le véritable but de votre patron est de vous mettre à la porte, il n’attend qu’une seule chose, c’est que vous fassiez une erreur. Et l’erreur la plus basique à ne surtout pas commettre est de ne plus arriver à l’heure le matin. Cela parait tout bête mais des retards répétés peuvent être utilisés contre vous dans une procédure de licenciement.

Alors si vous sentez que votre place est menacée, il faut commencer par bien respecter vos horaires de travail. Même si vous êtes cadre, il y a tout de même des créneaux horaires à respecter. Pour vérifier les horaires à respecter, n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil au règlement intérieur de votre entreprise.

2 – Faire un travail irréprochable

De la même façon, il faut que votre travail soit irréprochable. Encore une fois, votre patron n’attend peut être qu’une erreur de votre part, il ne faut donc pas lui donner ce qu’il souhaite et faire en sorte que votre travail soit parfait. N’hésitez pas à montrer que vous être réellement impliquée dans ce que vous faites. Envoyez beaucoup de mails pour montrer que vous êtes productif.

Une règle essentielle à connaître dans le monde du travail, c’est qu’il faut laisser des traces de son travail, autrement dit montrer que l’on est là et que l’on est indispensable. Je m’explique. Même si vous avez beau être l’employé modèle, faire parfaitement tout ce que l’on vous demande, si personne ne s’en rend compte, mis à part votre N+1, le risque est que le jour où vos relations deviendront tendues, personne ne pourra vous soutenir sur la qualité de votre travail.
Il faut réussir à être efficace et discret, mais faire en sorte que tout le monde le sache.

Pour cela, à chaque mission accomplie, envoyez un mail pour laisser une trace et mettez le plus de personnes possibles en copie.

Oui, le monde du travail est vicieux et il faut l’être aussi !

3 – Faire disparaitre toutes les données personnelles de son ordinateur

Dès que ça commence à sentir mauvais, n’attendez pas comme moi le moment où vous allez recevoir votre mise à pied pour vous dire, « Mince, il faut que je récupère toutes mes photos perso dans mon ordi… », ce sera trop tard. Et il pourra encore vous être reproché d’avoir utilisé votre outils de travail à des fins personnelles. Il faut être vigilant à ce sujet.

Si vous avez l’habitude d’emmener votre ordinateur chez vous le soir, assurez-vous que c’est autorisé dans le règlement intérieur. Car quand il s’agissait de finir un travail chez moi le soir, cela ne dérangeait personne que j’emporte avec moi mon ordi à la maison, mais quand je me suis retrouvée devant les ressources humaines, tout à coup, c’est devenu contraire au règlement intérieur. Donc méfiance !

4 – Les écrits restent, les paroles s’envolent

Je vous ai déjà plus ou moins initié à la technique du mail. Mais il peut s’avérer encore plus utile en cas de « guerre » ouverte avec votre bosse. En effet, si vous êtes réellement en conflit avec votre supérieur hiérarchique, faites bien attention à communiquer le plus possible par écrit. Les écrits restent et les paroles s’envolent, ce n’est pas qu’une phrase en l’air.

Mon bosse avait omis de m’avertir d’un rendez-vous de la plus haute importance avec les ressources humaines, omission pleinement consciente bien entendue. Il a pourtant toujours revendiqué m’avoir parlé de ce rendez-vous.

Comment se protéger ? C’est très simple, demandez à votre N+1 de tout vous confirmer par mail, et quand je dis tout c’est tout ! Si j’avais pris la peine de demander systématiquement un mail pour tout, il n’aurait pas pu me dire que j’étais au courant, mais là en l’occurence, c’était sa parole contre la mienne. Ne vous faites pas avoir.

5 – Rester digne

Dans le monde du travail, on vit parfois des situations difficiles. Même si l’on a une forte personnalité et que l’on ne se laisse pas abattre facilement, on finit toujours par être atteint par une personne qui décide de vous pourrir la vie, pour des raisons qui nous sont parfois totalement inconnues.

Mais mon conseil est le suivant, il faut déstabiliser votre adversaire le plus possible. Même si vous êtes au plus bas moralement, il faut faire semblant du contraire.

Voici quelques techniques : arriver au bureau plus tôt que votre bosse le matin, surtout si ce n’est pas dans vos habitudes; Faites vous belle ou beau pour vous sentir bien dans votre peau, votre moral n’en sera que meilleur; Souriez et rigolez avec vos collègues, même si cela n’est pas toujours évident lorsque les conditions de travail se dégradent, faites un effort; enfin montrez vous fort et indestructible.

Je me souviens avoir été très forte les derniers jours avant mon licenciement, je souriais, je riais, alors que je savais que c’était la fin, mais mon N+1 a été totalement déstabilisé par mon comportement et commençait lui-même à être à bout de nerf de me voir si joyeuse. Il se demandait probablement si je ne préparais pas quelque chose. Et c’était un plaisir de voir les rôles s’inverser.

6 – Ne jamais parler de procès ou de prud’hommes avec ses collègues, mais ne pas hésiter à consulter un avocat

Un autre enseignement que j’ai pu tirer de mon expérience passée, est qu’il ne faut pas être trop bavard. Lorsque l’on se sent menacé, alors que l’on a toujours été loyal et totalement dévoué à son travail, il est difficile de ne pas vivre la situation comme une injustice. C’est la première réaction que j’ai eu et j’avais vraiment besoin d’en parler. Le problème c’est que j’en ai trop parler.

Le soucis est que quand on commence à parler d’une situation qui de toute façon est vécue comme une injustice par le salarié, tout le monde s’en mêle, tout le monde en parle, tout le monde se sent concerné, car il sait qu’il est susceptible un jour de vivre la même situation.
Mais dans ce genre de situation, la conclusion des collègues est souvent la suivante : « Ne te laisse pas faire, bats toi, attaque les aux Prud’hommes ! ».

Cette phrase je l’ai entendue de nombreuses fois, mais je ne l’ai jamais prononcée moi-même. Sauf que lorsque la directrice du service juridique entend ses collègues parler de mon potentiel licenciement et d’un éventuel procès, elle, ce qu’elle s’empresse d’aller répéter aux ressources humaines, c’est « Attention, cette personne est dangereuse pour l’entreprise, il faut vite la dégager ! ».

Donc ne faites pas cette erreur, protégez-vous en restant discret. Parlez le moins possible à vos collègues, au moins au sein de l’entreprise. La décision d’aller en justice par la suite vous appartient, mais elle doit rester personnelle.

De plus, n’hésitez pas à aller consulter un avocat (sans l’ébruiter encore une fois) afin d’avoir très tôt des conseils sur le comportement à avoir et les démarches à suivre pour que la situation ne tourne pas en votre défaveur.

7 – Imprimer discrètement les preuves du harcèlement subi en prévision d’un éventuel procès

Si justement, vous avez d’ors et déjà pris la décision de poursuivre votre employeur aux Prud’hommes, il est recommandé de récupérer des preuves avant de quitter la société. Mais faites soyez très prudent. Il faut rester plus que discret. En effet, si vous êtes vu en train d’imprimer des mails et repartir avec le soir, vous pourrez être accusé de vol.

Légalement, la seule justification recevable sera d’avoir voulu préparer sa défense en vue d’un procès devant le Conseil des Prud’hommes. Mais il faut également savoir que seuls les documents strictement nécessaires à votre défense pourront justifier ce « vol ». Ce qui signifie que vous ne pouvez pas partir avec 500 mails, quoi qu’il arrive, cela ne sera pas justifié.

8 – Si on n’y arrive plus et que l’on perd pied, mieux vaut consulter son médecin

Dans les cas les plus extrêmes, pour les personnalités les plus fragiles ou les personnes qui n’arrivent pas à faire semblant et à cacher un vrai mal-être, à ces personnes, je leur conseille de consulter leur médecin afin d’en parler et d’éventuellement déceler un début de dépression.

Si votre médecin considère que psychologiquement, vous n’êtes plus en état de travailler, il vous fera un arrêt de travail de quelques jours ou plus. Et ces quelques jours sont parfois essentiels car ils permettent de prendre du recul sur la situation. Car en étant le nez dedans toute la journée, on n’a parfois plus suffisamment de recul pour prendre les bonnes décisions ou pour agir de façon réfléchie.

9 – Garder la tête froide en toute circonstance et ne surtout pas craquer

Il faut quoi qu’il arrive et quelque soit la situation, savoir garder la tête froide. C’est-à-dire qu’il ne faut pas être celui ou celle qui aura fait une crise de nerfs sur son lieu de travail ou qui aura insulter son bosse. Eviter également de pleurer, de vous montrer comme la personne faible qui n’arrive pas à garder ses émotions pour elle.

Si l’on cherche à vous faire couler d’une façon ou d’une autre, il ne faut pas montrer à l’autre qu’il est en train de gagner la bataille. Il faut rester fort et ne jamais s’avouer vaincu.

10 – Relativiser

Enfin, il est très important de relativiser dans ce genre de situation.

Alors, oui, je sais ce n’est pas évident, surtout lorsque l’on s’est toujours donné corps et âme pour son travail et que l’on espérait plus que tout obtenir une promotion. Mais il ne faut jamais oublier qu’un travail, ce n’est qu’un travail. Il est vrai que les temps sont durs et qu’il n’est pas évident de trouver un job de nos jours. Mais on a tendance à fusionner avec son boulot et à en oublier qui l’on est.

Je me souviens du premier jour où j’ai arrêté de travailler. J’avais comme une impression de liberté. Je redécouvrais le monde et je réapprenais à vivre en tant que personne.

Nous passons tellement de temps au travail, que nous en oublions parfois que nous sommes des personnes à part entière, capable d’exister autrement qu’à travers le travail.

Pour résumer, un travail ce n’est qu’un travail. Si vous perdez votre travail, votre vie n’est pas finie, bien au contraire, elle ne fait peut-être que commencer.

Un commentaire sur 10 conseils pour gérer le harcèlement moral au travail

Type on the field below and hit Enter/Return to search