Notre peau, d’une surface de 2 m² environ, représente 15% du poids du corps. Elle est composée de couches : l’hypoderme, le derme, et l’épiderme en surface, qui ont chacune un rôle bien précis.

L’hypoderme ou tissu adipeux gère nos réserves, joue un rôle de protection par le modelage de la silhouette (cellules adipeuses) et facilite plus ou moins la régulation thermique en fonction du poids voire surpoids individuel.

Le derme, appelé aussi tissu conjonctif, est composé de fibroblastes et de cellules immunitaires. Ce tissu a besoin d’être nourri, d’avoir de bonnes réserves en eau et nécessite de nouvelles sources de collagène, acide hyaluronique ou encore d’élastine, lorsque notre organisme en produit moins avec l’avancée en âge. Il est aussi très riche en terminaisons nerveuses qui sont à l’origine de notre sens du toucher.

Enfin, celui que nous pouvons voir : l’épiderme. Composé des cellules kératinocytes, mélanocytes et cellules immunitaires, son rôle principal et primordial est d’assurer une protection globale (UV, environnement, personnes…?) de tout ce qu’il recouvre. Il est à noter que cet épiderme a la même origine embryonnaire que notre système nerveux et qu’il n’est pas rare de retrouver des problématiques cutanées chez les personnes stressées ou anxieuses…

En général, la peau est un autre fidèle miroir de l’âme (cf. les yeux, les cheveux, les ongles…) et de l’état des émonctoires (organes éliminateurs des déchets) et l’on remarquera souvent des problématiques de sécheresse en cas d’organisme acidifié et à l’inverse une expression cutanée suintante en cas de terrain propice au développement de « colles » ou un terrain à mucus.

Mais au-delà de l’aspect physique, cette expression du corps vers l’extérieur peut se trouver parfois « gênante » dans la relation aux autres et il conviendra à chacun de réfléchir où il en est de cette relation, dans l’acceptation du toucher, du regard de l’autre, et de ce qu’il a envie de vivre.

Une approche globale pourra se révéler intéressante dans tous les cas. Ici, je vous propose quelques éléments à favoriser dans votre quotidien pour retrouver et conserver une belle peau :

1. Intégrer des acides gras essentiels dans l’alimentation
Les omégas 3, vous pourrez les trouver en quantité dans les huiles de poissons des mers froides (huile de foie de morue, huile de krill, ou compléments alimentaires, mais attention à la qualité !), les huiles biologiques de première pression à froid de colza, de cameline, de lin (sous forme de graines, il faut les broyer et les consommer immédiatement car les acides gras s’oxydent très rapidement), de noix, graines de chia (à intégrer dans un yaourt végétal, une compote, elles gonflent légèrement, bien mâcher !).

2. Limiter les apports d’aliments trop gras, sucrés, salés, de type charcuteries, plats préparés, sucreries…

3. Se méfier des laits animaux (vache surtout), et des produits riches en gluten
Une allergie ou une intolérance alimentaire peut être en lien avec une problématique cutanée récalcitrante. Un bilan chez l’allergologue et un test d’intolérances alimentaires dans un laboratoire spécialisé en la matière vous permettra d’être fixé et de prendre les choses en main.

4. Vérifier par un bilan sanguin qu’il n’y a pas d’éventuelles carences
Le corps humain a besoin de vitamines et minéraux qui se révèleront essentiels aussi pour la peau et l’immunité (vitamines A, C, E, D, Zinc, …).

5. Un bon fonctionnement de l’appareil digestif (foie, intestin) garantit souvent une peau éclatante de santé, je vous laisse y réfléchir…

6. Il est toujours possible de prendre quelques compléments alimentaires (acide hyaluronique, etc.) mais l’essentiel doit être dans votre assiette…
Dans tous les cas, je vous recommande de toujours demander conseil et de vous assurer de la qualité et provenance des produits.

Bien évidemment, privilégier des gestes doux pour la peau :

7. Eviter les gommages trop fréquents qui pourraient fragiliser la barrière cutanée et donc favoriser les irritations et l’entrée de bactéries via la surface cutanée

8. Nettoyer la peau le soir avec un démaquillant doux et/ou huileux, une eau florale, puis hydrater avec une huile végétale équilibrante de type jojoba, ou votre crème hydratante non comédogène et d’origine biologique 😉

9. Il n’est pas utile de frotter le matin
Un jet de brumisateur d’eau de source ou d’eau florale sur le visage, puis tamponner doucement avec une serviette propre pour sécher.

10. Utiliser un savon au pH neutre ou légèrement acide (6,5 à 7) comme celui de la peau est préférable et moins irritant

De nombreux conseils existent pour vous guider sur des rituels de soin de la peau très doux afin de la conserver plus douce et plus belle plus longtemps, n’oubliez pas qu’elle le restera d’autant plus si vous pensez aussi à préserver votre intérieur en bel état !

Commentaires