Antoine de Saint Exupéry disait « Ma vie est faite de virages ». Et vous ? Vous connaissez ces moments de doute n’est-ce pas ? La route qui se dessine sous vos yeux vous effraie autant qu’elle vous excite. Vous sentez que les choses vont changer, qu’elles doivent changer, pour contribuer à votre bien être mais vous n’osez pas. Vous aimez le changement autant que vous le redoutez. Rien de plus normal vous savez. Alors, cessez de culpabiliser.

On incite l’homme à opérer des changements dans sa vie mais le changement est aussi associé à la peur. La peur du changement. N’avez-vous jamais entendu vos proches s’inquiéter pour vous lorsque vous faisiez part de votre désir de changer de travail par exemple ? Le changement effraie. On le veut mais une fois là, on le rejette. Et si vous osiez ? Si vous osiez changer ? Changer, c’est prendre sa vie en main. Alors, là vous vous demandez sûrement « comment faire ? ». Comment envisager sereinement le changement sans que la peur ne vienne vous empêcher d’agir ? Eh bien, tentons d’éclairer les moyens d’y parvenir ensemble après avoir montré en quoi il serait bon de passer de la peur du changement à l’envie du changement.

Le fantasme du changement

Qui n’a jamais vu émerger sur les réseaux sociaux des « groupes » parfois étonnants comme « tout quitter et partir loin » ou encore des titres plus loufoques comme « partir élever des pingouins en antarctique ». A la lecture d’un tel groupe, un sourire naît sur notre visage. Et puis, vient le moment où on en rêve. Après tout, pourquoi pas ? Partir loin, recommencer à zéro sous une nouvelle identité, voir nos erreurs et nos regrets s’en aller, cela fait rêver n’est-ce pas ? Lorsque notre vie ne nous convient pas (professionnelle, amoureuse, amicale), on s’accroche à ce fantasme. Mais sommes-nous pour autant prêts à le voir se réaliser dans la réalité ? Si l’envie et le désir de changer sont là, qu’est-ce qui nous retient dans ce train train ? En réalité, l’envie de changement est souvent stoppée par une émotion que chaque être humain éprouve au cours de sa vie, à savoir, la peur.

De l’envie à la peur du changement

La peur du changement nous empêche d’agir selon nos envies du moment. On s’imagine des scénarios catastrophes. Et si cela se passait mal ? Et si on regrettait ? Et si c’était une erreur ? Et si, et si ….Alors, pour éviter les possibles désillusions, on met l’idée de côté. Le changement, ce sera pour demain. Enfin, pour jamais … Parce qu’avouons-le, les échecs, les regrets, on préfère les éviter. Pourtant, changer, c’est donner un vent d’air frais à sa vie. C’est s’accorder une chance; celle de renaitre. Renaitre au monde, à soi. L’idée est donc de passer de la peur du changement à l’envie du changement sans pour autant refouler la peur qui, soyons clairs, est totalement saine. L’idée c’est de dépasser la peur pour « prendre sa vie en main ». Alors, concrètement, on fait comment ?

1. Peser le pour et le contre du changement

Munissez-vous d’une feuille et d’un crayon. Dressez un tableau sur lequel vous écrivez clairement les avantages et les inconvénients du changement que vous souhaiteriez accomplir dans votre vie d’aujourd’hui. Vous désirez changer d’appartement par exemple. Demandez-vous ce que vous gagneriez à assouvir cette envie de changement. Cela peut-être très simple comme avoir de nouveaux voisins, une nouvelle vue, une nouvelle surface etc. Ensuite, pensez à ce qui pourrait vous dissuader de changer d’appartement. Vous regretteriez peut-être de ne pas trouver un appartement près du métro, votre trajet serait peut-être plus long entre votre travail et votre cocon, etc. Observez le tableau et comptez bêtement les points positifs et négatifs. Alors ? Le choix n’appartient qu’à vous mais n’oubliez pas que si l’envie de changer est là, c’est qu’il existe une raison et la peur de l’avenir ne doit pas vous empêcher d’agir dans ce sens.

2. Imaginez que le changement vous promette un avenir meilleur

Une fois le tableau dressé et les points comptés, vous voilà envahi par la peur. La peur est un sentiment normal. On redoute souvent l’avenir parce qu’on ne le connait pas. On oublie pourtant que notre présent qui nous rassure, a, un jour, été un avenir qui nous angoissait. En fait, l’homme aime avoir ses petites habitudes. Le pouvoir des habitudes, c’est qu’elles nous rassurent. Mais, à trop vouloir être rassuré, on en vient à ne plus évoluer. On ne fait que stagner pourtant l’envie de changer est là. L’idée désormais, c’est d’écrire en lettre capitale « je change pour le meilleur pas pour le pire ». La lire, y croire. Ce qui se manifeste dans notre réalité dépend de nos croyances vous savez. Alors croyez au changement. Croyez en vous. Laissez-vous guider par l’envie et non contrôlés par la peur.

3. Apprivoisez le changement

Le changement, cela s’apprivoise. Il vous faut vous faire confiance. Admettons que vous aimeriez changer de travail dans l’année; donner une nouvelle trajectoire à votre vie professionnelle, mais que vous craigniez de braquer le volant trop violemment. L’idée ce serait alors de vous imposer des petits changements au quotidien pour tester votre aptitude au changement. Cela peut être des choses banales en apparence mais qui, lorsque vous les réaliserez, vous apporteront une confiance en vous. Changez d’endroit pour faire vos courses, optez pour un autre moyen de transport, empruntez des chemins que vous n’avez jusqu’ici jamais arpentés. Donnez-vous un délai pour instaurer de nouvelles habitudes et vous verrez… vous verrez par vous-même que le changement, ça a parfois du bon.

Commentaires