3 gestes simples pour vous apaiser

gestes apaisants

Vous êtes morts de trouille.

Vous ne savez pas pourquoi. 

Sensations désagréables.

Feu follet d’agitation, rythme cardiaque comme une horde de chevaux au galop, palpitations dignes d’un grand 8.

A peine de quoi respirer?

20 fois que vous regardez la trotteuse en moins de 20 minutes.

Votre pied saccade une morceau électro. Vous avez un doigt dans la bouche, l’ongle coincé sur une dent.

Put***!

Et finalement si. Vous savez pourquoi. Vous avez une raison « objective » de flipper.

Cette peur vient de l’extérieur. Cette peur, c’est les autres. Ou plutôt à cause des autres.

On vous a demandé de faire quelque chose de compliqué, et ça vous prend la tête : vous n’aller pas y arriver, c’est sur.

On vous a donné un avis et il provoque des doutes atroces : « Et s’il avait raison… »

On vous a annoncé une mauvaise nouvelle, sans d’aide à la compréhension et elle tourne en boucle.

« Et si je me trompe? Et si j’échoue? Et si j’étais malade? »

On perd pied. Et puis, ce cœur, qui s’emballe encore.

Tadac tadac tadac………

Qui n’a pas ressenti cela?

Une montée de stress aussi vertigineuse que l’Everest. D’ailleurs, si on le grimpait réellement à cette allure, il n’aurait plus rien d’emblématique.

Ce phénomène anxiogène vient de l’extérieur, c’est sûr!

Peu importe le sujet, il nous touche suffisamment pour provoquer un séisme. Vous en avez les mains qui tremblent.

Et pourtant les trois gestes de relaxation qui vont suivre vont bien venir d’elles.

D’ailleurs, j’aime à penser que si elles sont l’expression d’une angoisse, elles peuvent devenir son remède.

Elles vont vous permettre de vous recentrer sur vous-même.

Je ne suis pas psychologue, mais j’ai pu, au cours de ma vie, en fréquenter un formidable, qui m’a permis de comprendre d’abord une première chose : chaque angoisse se vit et se dépasse, à plus ou moins long terme.

Et puis, l’autre chose suivante : une angoisse vient d’une interprétation du réel, qui génère une émotion très forte. C’est évidemment subjectif. Si, si… Car ce qui génère de l’angoisse chez vous, n’en provoquera pas chez un autre. Cette interprétation est le fruit de votre perception de la réalité, mêlée à vos codes personnels de croyances diverses. Des croyances parfois inculquées d’autrui.

Alors bon, là, tout de suite, j’ai peur, je m’angoisse pour un truc, alors que je ne le veux pas. Ben oui, je ne le veux pas moi. C’est parce qu’il m’a dit ça, c’était maladroit, c’était trop violent. Et, dans cette situation, on m’a appris qu’il faut rester digne, mais je ne peux pas, je n’y arrive pas…….. J’ai envie de pleurer. Je tremble de peur.

Et voilà.

Je vous propose donc des exercices d’apaisement immédiat dont le but est de se recentrer sur soi et de faire abstraction pendant quelques minutes de l’extérieur.

Je ne propose pas de régler vos problèmes, ni de trouver les causes qui vous amènent à réagir avec autant d’émotions. Et d’ailleurs, je n’ai rien contre les émotions. Elles ont la vertu d’être la vie.

Je vais vous (re)donner 3 gestes susceptibles de ramener la paix, dans votre corps ou tout du moins calmer l’agitation physique qui en découle, et ainsi dans votre esprit.

1 –  Anjali Mudrà

 

anjali mudraConnaissez-vous le yoga des mains, ou la pratique des mudras ?

C’est finalement la forme du yoga la plus rapide à mettre en place, en cas de besoin.

Namasté

C’est le mudrà que l’on pratique pour se saluer, débuter un cours de yoga, ou une séance de pratiques spirituelles.

Et si vous ne l’avez jamais entendu, vous l’avez forcément vu. Souvenez-vous du film Devdas. En Inde, les gens se saluent de cette manière.

Le geste consiste à joindre les mains, l’une contre l’autre, côté paumes, les doigts bien droits et dignes. Cette jolie harmonie est ensuite ramenée vers le cœur. Les épaules sont relâchées, donc abaissées et les pouces sont légèrement calés sur le thorax (entre les seins pour les femmes). La tête s’incline légèrement, le menton est un peu rentré.

La salutation effectuée dans ce geste est bien plus symbolique qu’une poignée de main. Il signifie « la lumière en moi honore la lumière qui est en vous ». Spirituellement, la lumière en nous, donc la vie, est le Divin. En s’inclinant devant vous, on s’incline devant la vie et ce que vous représentez.

Je vous propose de faire ce geste, maintenant.

En joignant délicatement les mains, l’une à l’autre, les doigts bien droits, on procède déjà à une détente de ceux-ci. Souvent, l’angoisse a tendance à provoquer une crispation des membres. Ce geste a pour effet de détendre les mains immédiatement. De plus, la pulpe des doigts se touchant, la paume des mains se rejoignant, on crée comme un petit cocon de chaleur immédiate.

Le toucher est une manière de désamorcer une tension corporelle. Cette évidence a engendré des métiers comme la kinésithérapie, la réflexologie ou la reikiologie.

Pour aller plus loin, le geste de ramener les mains jointes sur sa poitrine va augmenter la sensation de centrage sur soi. En plus des mains, on va provoquer une détente des bras, comme pour les doigts. Et puis, finalement, on se ramasse. On crée un petit périmètre. Cette sensation est encore décuplée avec le fait d’abaisser un peu la tête. Ce petit chez-soi sécurisant se trouve entre votre menton, vos bras repliés et vos mains.

On est bien chez soi, non?

Et pour finir, l’action de poser les pouces sur le cœur va l’enjoindre à se calmer un peu. Cette légère pression fera poids sur le thorax et poussera vers une respiration plus profonde.

Quand le cœur se calme et que la respiration ralentit, le début de la relaxation commence.

Essayez maintenant, en fermant les yeux pour être bien à ce que vous faites. Inspirez et expirez profondément plusieurs fois et constatez l’apaisement qu’il provoque. Parfois très profond. On ressent une forme d’humilité, et à la fois, du respect envers soi-même.

En yoga, on dit que l’on procède finalement à une connexion à son cœur, et son énergie yogique. Quand on se connecte à son cœur, on se recentre sur soi, et c’est ainsi qu’on peut alors s’ouvrir aux autres.

Vous possédez donc une première technique d’apaisement immédiat avec un geste simple, vous permettant de trouver un début de sérénité, de vous centrer sur vous-même pour mieux gérer votre angoisse et vous rouvrir aux autres.

2 – Le massage express des mains

massage mainsL’Anjali Mudrà peut ensuite être accompagné d’un massage palmaire. S’il ne vous convient pas, passez à celle-ci directement.

Dans la présentation précédente, s’exposait l’évidence de la décompression musculaire par le toucher.

En effet, se toucher est une forme de bienveillance envers soi-même. Se toucher, c’est déjà se connecter à soi.

Cette seconde technique très simple est souvent mise de côté. On se fait facilement masser le dos, la tête, la nuque, les jambes. On SE masse déjà beaucoup moins, dans nos contrées occidentales.

Mais le massage des mains est encore plus ignoré.

Les mains sont pleines de terminaisons nerveuses. En soit, tous les organes de notre corps sont ramifiés à une terminaison située dans les mains. Comme pour les pieds d’ailleurs. Mais quand on se tape une crise d’angoisse, c’est parfois difficile de tirer sa chaussette et de se faire un massage éclair.

Outre le fait que le massage des mains permet d’entretenir les articulations des doigts et de prévenir du vieillissement cutané, il a pour effet de procurer une détente immédiate, même s’il est auto-mené.

Sachez que le cœur et les poumons, les principaux sollicités en cas de crise anxiogène, sont reliés pour le premier au pouce et pour le second à la base des doigts et du poignée.

Encore une fois, quand on prend des angoisses, les mains se crispent au point de ressentir de vives douleurs dans les doigts. Comme l’arrivée d’une grippe subite. Une sorte de courbature pernicieuse.

La première chose importante a effectuée est de procéder à des pressions des poignées. Une main pour enserrer l’autre. Serrez vos poignées, sans les broyer évidemment. Si possible, posez les coudes. Et remontez lentement jusqu’au haut des doigts. De chaque côté, en alternant.

Ensuite, venez poser le pouce d’une main vers la paume de l’autre et procédez aussi à des pressions. Sous les doigts, au creux de la paume, sur le muscle bombé du pouce. La tension va céder sous cette douce poussée et détendre encore une fois vos membres tout nerveux.

De plus, tout à procéder à ce massage, vous allez l’espace d’un instant, pensez à autre chose.

Il ne s’agit pas d’un massage d’effleurages ou de profondeur avec des stimulis précis, des gestes lents et déliés, mais plutôt d’un outil d’apaisement d’urgence en cas d’angoisse.

Encore une fois, je vous propose de vous recentrer sur vous-même, en vous redonnant confiance et force.

Il faut vraiment comprendre que la réouverture au monde et à votre peur passe par un premier travail d’introspection.

C’est un peu comme cette petite chenille, qui avant de devenir un papillon, va d’abord prendre des forces dans sa petite chrysalide.

Quand vous vous sentez agressés, et notamment par une émotion, rassemblez-vous.

Ayez ce réflexe de repli sur vous-même, pour reprendre des forces.

En stimulant les organes reliés aux mains, et notamment ceux du cœur et des poumons qui s’emballent, le rythme cardiaque et la respiration vont s’apaiser et peut-être juguler cette angoisse trop intrusive.

Nous, les femmes, nous avons souvent des petites crèmes dans les sacs à mains. Grâce à elles, le massage sera d’autant plus bénéfique, qu’il sera plus fluide et accompagné d’une odeur rassurante. Ayez toujours un petit tube dans votre sac.

Quant à la durée, il n’y a pas de règle. Comme vous le voudrez.

3 – Palming et pressions du visage.

palmingUne dernière technique efficace, rapide et surtout simple à effectuer. A effectuer à la suite des précédents ou seule.

Mais kéasko, ce machin?

Le palming consiste à s’obstruer la vue, avec les mains. A créer une coque autour des yeux, pour trouver de l’obscurité et détendre son visage.

Cherchez un endroit calme. Si possible avec peu de bruits.

Il est nécessaire de pouvoir poser les coudes. Pour se faire, il faudra vous attabler.

Rassemblez vos doigts les uns contre les autres, y compris les pouces pour créer une palme. Incurvez-les un peu et venez couvrir vos deux yeux.

Il faut tenter d’observer un noir complet. Fermez bien les yeux, mais sans forcer non plus.

Cette technique de relaxation a d’abord pour usage de reposer la vue et est utilisée pour le soulagement ophtalmique et l’amélioration de la vue.

Cependant, comme pour les exercices précédents, nous cherchons ici à créer une intimité et à nous couper de l’oppression du réel.

C’est complètement symbolique, c’est un fait, mais ça fonctionne.

Respirez profondément, et tentez de relâcher les épaules. Restez plusieurs minutes, écoutez votre respiration, concentrez-vous sur elle.

Ensuite, commencez à presser vos tempes, simultanément. Écartez plus ou moins les doigts et pressez vos tempes vers vos oreilles. Plusieurs fois, en déplaçant les mains de quelques millimètres à chaque fois.

Revenez vers les yeux et remontez ensuite vers le front. Doucement. Pressez, encore et encore. Vos doigts vont venir soulager les tensions du visage, celles qui peuvent provoquer des troubles divers comme les maux de tête par exemple.

Après avoir bien pressé votre front, revenez vers les yeux et rayonnez vers les joues, puis le menton, le cou.

Appuyez doucement, mais fermement.

Même procédé que les techniques précédentes, on s’occupe de soi, on se rassemble, on ferme la porte à l’assaillant, on se protège et on décompresse tout doucement.

Prenez le temps de cette gestuelle.

Vous n’avez pas peur de vous-même, vous pouvez vous faire confiance.

Même si vous êtes porteur d’une angoisse, c’est bien au fond de vous que vous allez trouver de quoi vous rassurer.

Je vous propose de ne pas attendre d’être angoissé pour pratiquer, mais de commencer maintenant, à vous familiariser avec ces gestes.

Essayez maintenant que vous allez lu. Revenez sur chacune des descriptions de ce billet. Pratiquez les gestes. Vous constaterez, alors même que vous ne ressentez aucune menace sur l’instant, qu’ils procurent déjà du bien-être.

Vous pouvez générer votre propre bien-être.

Le bonheur de savoir que vous détenez un pouvoir apaisant n’est-il pas génial?

Chacun a le pouvoir immense de se faire du bien et de favoriser un soulagement et chasser ses propres angoisses.

Bien à vous.

Nini

Delphine Baratier

Delphine Baratier

Moi, c'est Delphine. Ou plutôt, moi, c'est vous. Oui, oui, c'est vous. On se ressemble. On est en vie, elle est chouette, mais parfois elle coûte. Parfois, elle est dure, et elle fait mal. Certains passages sont vraiment angoissants ou difficiles. Puis, un jour, on ne sait pas pourquoi, on choisit de partir en quête du bonheur. C'est maintenant. Alors, oui, moi c'est Delphine, j'ai 35 ans et j'ai eu mal à plusieurs reprises, mais j'ai trouvé plein de superbes alternatives, qui me permettent de vous dire que la vie est trop belle et qu'il faut l'exploiter à fond. Je ne suis pas une spécialiste (bien que j'ai des projets pour le devenir un jour), je suis usagère de la vie, comme j'aime le dire. Et j'ai envie de partager mon expérience avec vous : celle de la quête de la sérénité, de l'ouverture au monde, de la joie, de la recherche des solutions simples et efficaces pour gagner en bonheur. Je suis rédactrice du blog "la campagne a nini". Ce blog, c'est un champ des possibles, entre psychologie positive, végétarisme et cuisine tranquille, détente et balades décontractantes. Bienvenue chez moi.
Instagram : lacampagneanini

Plus d'articles - Website

Suivez-moi :
TwitterFacebook

Commentaires

6 thoughts on “3 gestes simples pour vous apaiser

  1. Quel plaisir de te retrouver en tant que collaboratrice sur ce blog ! J’essaierai de mettre tes conseils en pratique la prochaine fois que je sens l’angoisse pointer le bout de son nez. Je ne suis pas de nature particulièrement angoissée, mais comme tout le monde j’ai été confrontée à des situations très stressantes au cours desquelles je pensais ne jamais arriver à faire baisser l’angoisse. Dans ce genre de cas, ces petites astuces peuvent s’avérer très utiles, ne serait-ce que parce que cela fait du bien de se concentrer sur autre chose que la source de stress. Se recentrer sur soi, sur son corps est souvent une bonne stratégie…

Comments are closed.