Une remarque, une réflexion et voilà, c’est le conflit.

Exprimez votre ressenti simplement « je n’apprécie pas la façon dont tu me parles, je te trouve blessant(e). Ce n’était peut-être pas ton intention mais je le perçois comme ça. »

Dit comme cela, le dialogue prend une autre tournure et il devient plus facile de trouver un terrain d’entente.

Savoir communiquer n’est pas inné. Ce n’est pas un hasard si le marché propose autant d’ouvrages traitant de la communication.

Un couple, c’est la rencontre de deux personnes dont chacune apporte son histoire, son mode de fonctionnement, selon ses habitudes familiales, son éducation, sa culture, pour ne citer que cela.

Pour les uns, exprimer ses émotions, ses sentiments, n’a jamais été encouragé. Ce peut être considéré comme un signe de faiblesse.

Pour d’autres au contraire, il ne fallait rien garder sur le coeur, confier ses peines, ses tracas était une marque de confiance. Ils ont entendu « La famille c’est fait pour ça! ».

Une erreur fréquente est la confusion entre parole et communication

Juger, adresser des reproches, discuter, déverser sa rancœur, donner des ordres, ou se replier sur soi est un mode de communication indirect et malsain.

Prenez la responsabilité de vos émotions, exprimez-vous clairement, nommez vos sentiments.

Pour le couple, la communication est essentielle, sans elle, la relation s’essouffle, se ternit et l’éloignement affectif devient le seule réponse.

N’attendez pas que votre partenaire devine vos pensées. Vous n’êtes plus l’enfant dans la toute puissance, vous avez grandi ! Ne faites pas jouer à votre partenaire le rôle du parent qui devançait tous vos désirs, comprenait vos attentes et comblait vos besoins. Vous êtes responsable de vos propres besoins.

Préférez la communication directe

Partagez vos pensées pour bâtir des ponts.

Vous pouvez chercher un soutien et choisir de vous confier à quelqu’un qui vous est proche. Cependant, faites-le pour vous préparer à parler à votre compagne ou compagnon. Ne le faites pas dans le but d’éviter la confrontation, ce qui aggraverait votre différend.

Prenez le temps de choisir vos mots

La fatigue, le stress, la colère favorisent l’emportement. Pour ne pas embraser le feu qui prend déjà trop rapidement, essayez de remplacer toute affirmation qui commencerait par « tu » par « je ».

Évitez les « jamais » les « toujours ».

Quelques exemples :

Tu n’es jamais là ! Préférez : Je me sens seule…

Tu es toujours en retard ! Dites plutôt : J’aimerais que tu sois plus ponctuel….

Réfléchir permet déjà de diminuer l’ agressivité des propos que vous pourriez regretter.

Commentaires