S’offrir le silence est un cadeau d’amour qui permet de mettre de côté le quotidien et la myriade de stress qui l’accompagne. Se rencontrer, revenir dans son intérieur, là où l’âme s’est endormie. Petit à petit, au fil des heures, « l’Être » s’éveille, laissant apparaître une joie et une tranquillité majestueuses. La sérénité qui nous envahit, une fois le mental et l’émotionnel calmé, est douce et salutaire.

La sophrologie s’appuie sur les travaux du philosophe Husserl qui parle d’épokhê. C’est à dire « mettre entre parenthèse » : mettre hors circuit le savoir, les jugements, passer du paraître à l’être. Pour cela il est nécessaire de revenir au corps, à la respiration, aux sensations… et le silence en est une voie directe.

Un mois après cette retraite en silence, je peux encore me connecter à cette joie par différents moyens : mantras chantés, respiration consciente et marche silencieuse en pleine nature. Il m’est encore difficile de rester totalement dans cet état d’être, mais au plus profond de moi , je sais que c’est possible ! Il me faudra certainement plusieurs retraites pour y arriver, mais peut m’importe.

La souffrance, visage de mon ego, n’est que le reflet de mon âme qui ne demande qu’a exister ! Juste être là, présente, dans l’instant, dans mon corps, dans mon cœur,dans cette dimension de l’Être qui est la source de ma spiritualité.

Plus je vais dans le silence, plus je prends conscience des rôles et des étiquettes que j’ai bien voulu me coller (mère, épouse, sophrologue, à rechercher des plaisirs éphémères pour (soi-disant) donner du sens à ma vie, en réalité pour compenser une partie de moi cachée dernière un mental bien trop présent). Tout cela pour toucher l’essentiel (l’essence-ciel), ce moi sacré, cette intelligence de mon cœur qu’il suffit juste d’écouter.

Cet espace, au cœur de notre cœur existe bel et bien. Il est pur, source de liberté, de bonheur et d’amour inconditionnel. A nous de prendre notre responsabilité et de lui donner vie.

Je suis responsable de mon bonheur et le silence me permet d’aller vers mon essence, cette partie de moi qui est pure et dans laquelle je me sens tellement bien, et je ne peux que vous encourager à entrer dans le silence à votre tour.

Pourquoi pas commencer maintenant ? Voici quelques conseils : éteignez votre auto-radio et roulez en silence, jetez votre TV par le fenêtre (rires), prenez JUSTE 5 min par jour pour être en réel silence intérieur et respirez en conscience (facile à faire dans les transports en communs), vous êtes trop dans votre tête ? Alors marchez en silence. Programmez-vous une journée de congé où vous resterez en silence, sans portable, tablette et autres ordinateurs…juste en observation et en lenteur de ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur de vous et quelque soit l’activité : on peut très bien prendre une douche en conscience!).