Que vous soyez d’accord ou non, le changement répondra toujours présent. J’ai envie dans cet article de vous aider à mieux comprendre le changement.

L’omniprésence des changements

Les changements sont partout. Ils ont un impact sur nos décisions et notre vie, peu importe qui nous sommes et quel est notre bagage. On les retrouve dans tous les environnements de la vie : la santé, le gouvernement, le légal, l’économie, la famille, la démographie, l’éducation et bien d’autres. Le changement est même présent lorsque le métro que vous attendez est retardé à cause d’une porte de train bloquée. Le fait d’avoir ce problème va vous forcer à changer vos plans de la journée.

Le changement imposé versus initié

Lorsqu’on initie un changement, on n’a pas besoin d’apprendre à le gérer. On a eu le temps de poser le pour et les contres. À l’inverse, quand il est imprévu et imposé, qu’il vient par exemple de la direction des entreprises, il est plus difficile à accepter. Imaginez que votre aîné décide de faire ses études universitaires à l’étranger. Il a pris le temps d’y penser et quand il est prêt, il vous l’annonce. Comment pensez-vous prendre la nouvelle ? Il se peut que certains d’entre vous soient en désaccord. C’est normal, vous ne vous y attendiez pas. En général, le changement ne nous envoie pas une lettre pour nous dire qu’il arrive.

Les côtés positifs des changements

Il y a des côtés positifs aux changements. Ils permettent d’acquérir de nouvelles connaissances, de développer des habiletés et des aptitudes, de vivre dans le moment présent, de renouveler un savoir-faire, d’être plus flexible, de comprendre nos comportements et nos réactions, de développer la confiance en soi, d’augmenter la motivation, d’apporter une créativité nouvelle et de rendre la vie plus piquante et excitante.

Le changement : une opportunité de choisir

Certaines personnes vont résister au changement surtout si elles croient qu’il n’est pas justifié ou qu’il ne vient pas d’elles. Que cette résistance au changement arrive dans la vie personnelle ou professionnelle, elle peut porter préjudice et occasionne des émotions et du stress. D’autres personnes vont voir le changement comme une opportunité de choisir et de mettre en place de nouvelles manières de faire. Par exemple, un employé qui se fait congédier d’un travail qu’il n’aimait pas peut faire un changement de carrière et travailler dans un domaine qui lui correspond plus.

Finalement…

La résistance au changement n’est que le refus de la croissance. — Alexander Ruperti
Alors que choisissez-vous de faire ? Résister et subir le changement ou vous adapter et trouver des solutions pour avancer ?

Commentaires