Auteur : Le journal de la méditation

11 conseils pour que votre mental ne devienne pas un obstacle

Cet article vous est proposé par Sylvia Galinier, Coach Décisionnel et de Transition Lorsque nous devons prendre des décisions pour entreprendre quelque chose de nouveau, aller au bout d’un projet,…

Cet article vous est proposé par Sylvia Galinier, Coach Décisionnel et de Transition

Lorsque nous devons prendre des décisions pour entreprendre quelque chose de nouveau, aller au bout d’un projet, d’un rêve, qu’il soit personnel ou professionnel, nous faisons systématiquement MARCHER NOTRE TÊTE avant notre CŒUR. Comme si il n’y avait qu’elle en qui nous pouvions faire confiance. Car elle analyse, pèse, détecte le moindre risque, elle envisage tous les scénarii et nous donne cette impression de CONTRÔLE qui nous sécurise tant. Elle est d’ailleurs placée au sommet de notre corps telle une tour de contrôle. Le cœur lui est au centre, il est intérieur, il bat sans notre contrôle.

Le mental a été longtemps élevé au rang supérieur dans la prise de décision. Le monde de l’entreprise ne valorisant que le côté cartésien de l’homme et le progrès fulgurant de la science nous a doucement fait glisser dans une vision monochrome du potentiel humain. Or, nous savons depuis longtemps que nous avons trois cerveaux. La tête, le cœur, et le viscéral, qui ont tous les trois leurs propres neurones. Les trois créent un équilibre important pour notre bien-être physique et psychologique. Pourtant le réflexe que nous avons acquis est d’aller le plus souvent du côté cartésien dès que nous sommes face à une interrogation.

Evidemment, notre tête est bien utile et indispensable à notre quotidien, à nos projets, à notre vie professionnelle et elle est en quelque sorte notre garde-fou. Cependant, c’est lorsqu’elle prend le dessus sur nos réelles envies, nos besoins profonds ou bien qu’elle inhibe les valeurs profondes censées nous animer qu’elle devient notre ennemi. Le vocabulaire récurrent qui obstrue notre tête et nous empêche d’avancer est reconnaissable au : « Oui mais… » « Et si ceci et si cela… » « Il faut, je dois… » « Je tourne en rond… » « J’ai peur… » « Je n’y arriverais pas… ». Le cœur, lui, parce qu’il est animé par nos vrais désirs va souvent à l’encontre de ce que nous nous imposons comme obligations, ce que nous devrions être par opposition à ce que nous voulons être. Nos désirs sont souvent HORS de notre zone de confort (devenu inconfortable). Cependant, DEVOIR ETRE c’est être en réaction, VOULOIR c’est être en action.

Le mental nous pousse à chercher des réponses à l’extérieur de nous-mêmes. Mais la réponse est en fait intérieure, dans notre viscéral, comme on dit « dans nos tripes ». Lorsque nous avons confiance en nous et que nous croyons en nos projets, nous ne voyons plus des obstacles mais des solutions. Les autres n’ont rien à voir avec nos envies, elles nous appartiennent et nous sommes les seuls à pouvoir agir pour les concrétiser.

Votre cœur vous parle… Connectez-le à votre tête. Ne les laissez pas être en conflit et faites les travailler ensemble, ils iront plus loin. Sinon les symptômes qui vous guettent seront la frustration, la tristesse, la non-motivation, la fatigue psychologique, le stress et les doutes latents. Et on finit par ne plus savoir qui on est, ce qui nous anime et nous fait du bien.

Je vous propose de prendre le temps d’investiguer cette partie intérieure de vous-même et de lui laisser une chance de s’exprimer avec quelques outils pour enclencher votre écoute :

1. Choisir des relations bienveillantes

Entourez-vous de gens qui croient en votre projet et qui font eux-mêmes des changements décisifs dans leur vie. N’écoutez pas les personnes négatives qui nourrissent le doute et donc votre mental. Vous le nourrissez déjà assez!

2. Enclenchez le mouvement

Faites le premier petit pas vers ce que vous voulez changer et observez ce qui se passe. Personne n’a jamais gravi l’Everest d’une seule traite.

3. Se faire confiance

Apprenez à faire confiance à votre intuition et à écouter vos émotions, sans jugement.

4. La visualisation

Visualisez-vous en train d’atteindre votre objectif tous les jours. Que ressentez-vous psychologiquement, physiquement? Qu’est ce qui serait différent dans votre vie ?

5. Amorcez un dialogue intérieur positif

Nous sommes souvent notre premier démotivateur par la répétition de pensées négatives. Otez de votre vocabulaire intérieur les phrases comme « Je ne suis pas capable », Il/elle est tellement plus ceci ou plus cela », « Je suis trop nul(le) ».

6. Apprenez ce qui vous retient vraiment

Demandez-vous quels obstacles vous retiennent réellement? Et pourquoi vous vous accrochez tant à eux pour ne pas avancer ?

7. Apprenez à vous CONNAITRE…

Pas ce que vous faites, mais QUI vous êtes. Les valeurs qui vous animent. Quel sens vous voulez donner à votre vie ?

8. Ne vous comparez pas aux autres!

La recherche en psychologie positive a montré que se comparer est l’un des pires obstacles au bonheur.

9. Faites-vous accompagner dans votre quête !

Il y a des professionnels qui sont là pour ça ! Coachs, conseillers d’orientation, psychothérapeutes spécialisés…

10. Action ou Réaction ?

Demandez-vous si vous êtes en réaction de votre vie ou en action de votre vie. Ce que je fais tous les jours, est-ce que je le veux ou est-ce que je le subis ?

11. Sortez de votre cercle vicieux

Soyez ouvert à tenter de nouvelles choses. Personne n’a jamais concrétisé un changement de vie en reproduisant les mêmes schémas négatifs.

Le potentiel humain est illimité. La seule vraie limite qui existe est celle que nous nous créons !

Commentaires fermés sur 11 conseils pour que votre mental ne devienne pas un obstacle

11 bienfaits du Baume du tigre à la loupe

Cet article est écrit par Cécile Mahé, auteure du blog Plante-essentielle pour apprendre à utiliser les huiles essentielles, sans danger, au quotidien Il y a quelques semaines, un article à…

Cet article est écrit par Cécile Mahé, auteure du blog Plante-essentielle pour apprendre à utiliser les huiles essentielles, sans danger, au quotidien

Il y a quelques semaines, un article à sensation circulait sur les réseaux sociaux affirmant que le Baume du tigre aurait un grand nombre applications différentes. Je me suis dit que ça demandait vérification : info ou intox ? Plongeons-nous dans la composition et notamment les huiles essentielles, qui sont à l’origine de la puissance d’action de ce produit quasiment mythique pour vérifier les affirmations que l’on trouve partout sur le web.

Déjà, la première chose importante à savoir, c’est qu’il existe deux baumes du tigre, le blanc, et le rouge, qui n’ont pas la même composition et donc pas les mêmes indications. Donc lorsque l’on évoque 20 utilisations possibles, en réalité, on comptabilise celles de chacun des deux baumes.

Baume du tigre rouge : camphre, menthol, huile essentielle de Menthe poivrée, huile essentielle de Cannelle de Chine, huile essentielle de Cajeput, huile essentielle de clous de Girofle, paraffine

Baume du tigre blanc : camphre, menthol, huile essentielle de Menthe poivrée (en plus petite quantité), huile essentielle de Clou de Girofle (en plus petite quantité), huile essentielle d’Eucalyptus.

Vous remarquerez que sous des dehors de « produit naturel », le baume contient des ingrédients synthétisés chimiquement comme le camphre et le menthol ainsi que de la paraffine, tous trois issus de la pétrochimie. Heureusement, il est possible de confectionner son baume du tigre soi-même, très facilement comme expliqué dans un article précédent paru sur Zentonik.

1. Moustiques et insectes VRAI et FAUX

Il paraît que le baume du tigre est capable de faire fuir les moustiques et les guêpes et de lutter contre les termites. Info ou intox ? Sa composition comprend notamment les huiles essentielles de Menthe poivrée, Cannelle et Girofle, toutes trois réputées efficaces contre les moustiques. L’affirmation est donc correcte. Par contre, pour les termites je reste perplexe. En réalité, le camphre est un anti-mite naturel. Mites, pas termites.

2. Un baume apaisant FAUX

Contre les brûlures et les piqûres d’insectes, certains articles suggèrent un effet apaisant du baume du tigre. Rien n’est plus faux puisque sa propriété est d’avoir un effet chauffant, hyperémiant (sensation de brûlure, justement !).

3. Douleurs VRAI

C’est une des principales indications qui ont d’ailleurs été vérifiées par la science. Le baume du tigre agit sur les douleurs, musculaires et articulaires en provoquant une augmentation de la circulation du sang. C’est cet effet chauffant que l’on perçoit à l’application et qui peut dérouter l’utilisateur novice.

4. Maux de tête VRAI

Oui ! Bien sûr, avec l’huile essentielle Menthe Poivrée, aucun doute là-dessus. C’est particulièrement vrai pour les migraines liées à la tension, grâce à l’action sur la circulation sanguine des autres composés.

5. Transpiration VRAI (mais attention)

Alors, attention, là il s’agit de diminuer les odeurs de transpiration. Si on considère la quantité d’huiles essentielles présente dans la recette, je dis oui, forcément, comme ça va empêcher le développement des bactéries, ça peut être utilisé de cette manière. Attention cependant, à ne pas utiliser cette astuce tous les jours car le baume ne se prête pas à une utilisation quotidienne.

6. Diarrhées VRAI

Cet usage peut être attribué à la présence de l’huile essentielle de Cannelle et de Menthe poivrée, deux huiles essentielles puissantes sur la digestion. Bien qu’en France, on utilise en général ces deux huiles essentielles par voie orale pour cet usage, dans les pays anglophones, on préconise plutôt l’application cutanée. Donc, encore vrai.

7. Rage de dent A VOIR

Dans ce cas, il est proposé d’appliquer le baume du tigre dans la bouche directement. C’est un usage on ne peut plus déconseillé. Ce produit est loin d’être comestible ! Il contient bien de l’huile essentielle de Girofle, réputée pour cet usage, mais la présence de paraffine et de camphre et de menthol synthétique interdisent ce type d’usage. Même si l’on conçoit le baume soi-même, la cire d’abeille qu’on utilisera pour figer le baume n’est pas comestible.

On peut appliquer à l’extérieur de la bouche par contre, sur une petite surface, au plus proche de la douleur, mais d’autres remèdes seront bien plus indiqués et efficaces.

8. Débouche le nez VRAI

Tout à fait vrai : la présence de camphre et de menthol donne cet effet décongestionnant. Il est renforcé par l’huile essentielle d’eucalyptus dans le cas du baume du tigre blanc. En application sur le thorax pour les bronches, et une trace sous le nez pour déboucher les voies respiratoires.

9. Mal des transports VRAI (mais attention)

S’appliquer du baume du tigre sur les lèvres ? Très mauvaise idée. L’effet chauffant sur une peau aussi fragile va surtout donner un effet de brûlure, sans compter que de cette manière, vous avez des chances d’en ingérer ! Vous pouvez en appliquer une trace sous le nez. C’est la Menthe poivrée, encore ici, qui procure cette propriété au baume du tigre.

10. Décolle les adhésifs et autocollants

Euh… oui, comme n’importe quel corps gras, pas besoin d’utiliser un produit aussi cher pour ça !

11. Lutter contre les pieds froids VRAI

On peut profiter de son effet hyprémiant comme mentionné ci-dessus. Il va stimuler la circulation sanguine. L’huile essentielle de Clou de Girofle est utilisé chez les personnes ayant des problèmes de circulation.

En conclusion, je crois qu’il faut reconnaître que le Baume du Tigre a plus d’un tour dans son sac, non? En tout cas, je l’emmène avec moi pour les prochaines vacances 😉

2 commentaires sur 11 bienfaits du Baume du tigre à la loupe

3 semaines pour rebooster votre capital séduction

Etant donné que les françaises attribuent à leur pouvoir de séduction une note de 5,4/10 (seulement), nous avons demandé à Patrick Harris (coach en séduction depuis 1992, écrivain et conférencier)…

Etant donné que les françaises attribuent à leur pouvoir de séduction une note de 5,4/10 (seulement), nous avons demandé à Patrick Harris (coach en séduction depuis 1992, écrivain et conférencier) comment remonter le niveau en trois semaines !

Semaine 1 : On teste l’auto-séduction

1. On apprend à (se) sourire

A quoi ça sert ? En langage non verbal, le sourire est une arme de séduction redoutable. Comme l’explique Patrick, « il est associé aux valeurs de la joie, du plaisir, du bien-être. Résultat : on donne l’impression à notre interlocuteur qu’avec nous, la vie sera plus belle ! ».

En pratique, on fait comment ? « On s’entraîne ! Déjà, en se souriant à soi-même, devant un miroir, rien qu’une minute par jour. Ensuite, on teste sur les autres à la moindre occasion. » Et avec authenticité, s’il vous plaît ! Si le sourire n’est pas « habité » par quelque chose qui vient de l’intérieur, il paraîtra forcé. Réapprenons l’optimisme, et essayons, autant que possible, de poser un regard positif sur la vie. Le mouvement suivra naturellement ! »

2. On (se) regarde droit dans les yeux

A quoi ça sert ? A (se) rassurer ! Comment ? « Par association analytique : lorsqu’on est regardé droit dans les yeux, on fait le lien (inconscient) avec le regard aimant que nos parents portaient sur nous ». Or, c’est lui qui en partie, a nourri notre narcissisme, essentiel à notre construction psychologique. Regarder l’autre (et soi-même) droit dans les yeux, c’est une manière de dire « je suis avec toi ».

En pratique, on fait comment ? « Trois minutes tous les soirs, installée devant le miroir, on se parle à soi-même en s’observant vraiment, au fond des yeux », conseille Patrick. Peu à peu, on apprendra à soutenir le regard de notre interlocuteur.

En pratique, on fait comment ? « On apprend à exprimer nos sentiments et notre part de fragilité. En osant dire par exemple : « j’ai le sentiment de… », « ça m’a fait mal », « je ne sais pas quoi en penser », « ça me déstabilise », etc. » Attention, l’idée n’est pas d’imposer votre ressenti comme une vérité absolue, simplement comme l’expression de qui vous êtes !

 

Semaine 2 : On chouchoute nos relations.

1. On évite les sujets qui fâchent

A quoi ça sert ? Attention, se dévoiler n’est pas forcément synonyme de « plomber l’ambiance » ! Patrick prévient : « à force de parler de nos problèmes, on finit par devenir, aux yeux des autres, une « entité négative » à nous toute seule. Or, on le sait bien, ce sont les personnalités positives qui attirent ! »

En pratique, on fait comment ? « Sur le fond, on évite de parler de notre collègue acariâtre ou de nos idées politiques hyper tranchées. Du moins au début, conseille Patrick. Et sur la forme ? On s’inspire de la PNL en s’entraînant à adopter un langage positif ». Exemple : « ce film n’est pas si mal » deviendra « ce film est bien ! », et « je frôle le burn-out », « j’aimerais bien partir en vacances ! ».

2. On développe notre empathie

A quoi ça sert ?   Il est nécessaire que l’autre se sente entendu, écouté, compris, à deux dans la relation. Et ça, c’est générateur de lien ! »

En pratique, on fait comment ? « Pas question de laisser l’autre monologuer ! Il s’agit de s’intéresser réellement à lui, précise notre coach en séduction. Si en pratique, on ne sait pas comment faire, on peut s’appuyer sur les bases du questionnaire systémique : quand, où, pourquoi, comment, qui ? ». Si en revanche, on a l’impression de se forcer, ce n’est pas très bon signe !

3. On fait « émotions communes »

A quoi ça sert ? « Partager des moments forts, à deux, libère des hormones qui participent à notre attachement à l’autre ».

En pratique, on fait comment ? « On cherche à vivre des moments riches en émotions avec celui qui nous plaît, conseille le coach en séduction. Une randonnée en haute montagne, un film hyper triste (ou hilarant)… En bref, tout ce qui va aller titiller nos hormones ! »

Semaine 3 : On se lance « physiquement »

1. On apprend l’art du toucher

A quoi ça sert ?  Dans son ouvrage « 100 petites expériences de psychologie de la séduction » (Dunod), Nicolas Guéguen, chercheur en psychologie sociale, démontre que toucher le bras d’une femme permet à un homme d’avoir deux fois plus de chances d’obtenir son numéro de téléphone. C’est dire si le toucher participe amplement au jeu de séduction !

En pratique, on fait comment ? Si on n’ose pas l’approche tactile, qu’on a peur d’être trop intrusive, on y va en douceur ! On peut simplement poser sa main sur l’avant-bras de notre interlocuteur, pour appuyer un discours animé ou lui montrer quelque chose.

2. On aborde des inconnu(e)s dans la rue

A quoi ça sert ? « A développer ses capacités relationnelles. A aller vers l’autre pour être plus à l’aise lors d’un futur rendez-vous, surtout si on est trop timide ».

En pratique, on fait comment ? « On se fixe un objectif concret, conseille Patrick : arrêter quelqu’un dans la rue (une femme pour commencer, si ça nous rassure) pour lui demander un renseignement lambda (« Où est la station de métro ? »), puis tenter de trouver une « entrée » pour engager la conversation (« Oh, mais j’adore votre sac à main, où l’avez-vous acheté ? »). On répète le challenge jusqu’à être assez à l’aise, puis on tente avec un homme. » Même un papi ou un ado, c’est juste pour s’entraîner à aller vers les autres !

3. On provoque les rencontres

A quoi ça sert ? Ça y est, on se sent aussi séductrice que BB dans « Et Dieu créa la femme » (OK, à deux-trois détails près). Reste à mettre nos nouveaux talents à profits, et accessoirement, augmenter notre confiance en nous.

En pratique, on fait comment ? On se bouge ! Patrick Harris invite à s’inscrire dans un club de badminton ou de randonnée, sur un site de rencontres comme www.onvasortir.com ou www.adopteunmec.com. L’idée ? Optimiser ses chances de rencontrer, d’abord, des gens sympas, et peut-être même notre futur chéri. Et on applique tout ce que l’on vient d’apprendre, y compris avec des hommes qui ne nous plaisent pas forcément, ou avec des femmes : séduire, c’est un état d’esprit !

 

Bonus : Six gestes de séductrice à imiter (ou pas)

Décryptés par Caroline Messinger, formatrice spécialisée en langage non-verbal (3), co-auteure, avec Joseph Messinger, de « Ces gestes qui vous trahissent » (éditions First).

 

Se caresser les lèvres avec l’index. Ce geste, toujours associé à la séduction (car à la gourmandise), trahi pourtant une certaine impatience. Plus évaluateur que séducteur, il envoie le message : « Bon, tu attends quoi… le déluge ? »

 

S’asseoir en tailleur sur un canapé. Vue comme ça, cette position donnerait plutôt l’impression d’être « cool ». En réalité, c’est une posture très « rentre-dedans », qui montre sa disponibilité et son ouverture… à l’autre !

 

Croiser ses doigts, les index relevés, l’un contre l’autre, collés sur les lèvres. Si, les coudes posés à table, vous maintenez cette position, le message est clair : « j’ai très envie que ton corps se rapproche du mien. Là, tout de suite. »

 

Croiser ses bras sur la poitrine en se prenant par les épaules. En simulant un « auto-câlin », on inciterait l’autre à nous en faire un ? Pas vraiment ! Derrière cette posture, se lit ici est une insécurité fondamentale. Plus enfantine que séductrice, au final.

 

Se recoiffer (très) régulièrement. Cela traduit un côté narcissique : on a besoin de plaire, de voir que l’on plaît, sans forcément passer à l’acte. Là, on est dans la séduction passive, pas active !

 

Croiser une jambe sur l’autre, et l’enrouler autour de l’autre. Attention, cette posture censée être féminine est hyper trompeuse ! Elle dénote d’une envie de maîtriser et contrôler l’autre. Ne serions-nous pas un brin possessive ?

 

Vous avez la possibilité de lire d’autres conseils de séduction sur le site de Patrick Harris : coach-seduction.com, et pourquoi pas de lui demander directement de l’aide au 06 7619 5552 !

Commentaires fermés sur 3 semaines pour rebooster votre capital séduction

Comment tenir un carnet des petits plaisirs a changé ma vie

Cet article est écrit par Mylène Muller du blog Les défis des filles zen Etes-vous comme moi? Avez-vous régulièrement tendance à penser « Je serai tellement heureux(se) quand j’aurai changé de…

Cet article est écrit par Mylène Muller du blog Les défis des filles zen

Etes-vous comme moi? Avez-vous régulièrement tendance à penser « Je serai tellement heureux(se) quand j’aurai changé de travail… de maison… de conjoint… de logement… de ville…. »?
Personnellement, j’ai eu longtemps cette fâcheuse habitude.
Celle de repousser mon bonheur à « après », à « quand j’aurai ».
Celle de ne plus profiter du présent, dans l’attente de la réalisation d’évènements extérieurs…

Et si maintenant je vous disais qu’il est possible de corriger cette erreur, et d’être profondément plus heureux en adoptant une seule habitude, une habitude qui est simple à mettre en oeuvre, peu gourmande en temps et efficace à tous les coups? Me croiriez-vous? Il y a quelques mois, je ne l’aurais pas cru. Et pourtant, cette nouvelle habitude existe. Elle a changé ma vie. Et si vous le décidez, elle peut changer la vôtre.

Le carnet des petits plaisirs : un outil indispensable!

J’ai découvert récemment un rituel bonheur étonnant dans plusieurs ouvrages de psychologie positive : tenir un « carnet des petits plaisirs » rend heureux. J’ai d’abord eu une réaction naturelle de « blogueuse – testeuse », j’ai été sceptique:-)

Cette erreur qui nous gâche la vie…

Souvent, nous avons – et c’est regrettable – tendance à penser qu’il nous faut tout changer pour être plus heureux. Qu’il nous faut agir sur les éléments de contexte, d’environnement, de matériel. Alors nous focalisons toute notre attention sur des changements concrets. C’est une des plus grosses erreurs que nous commettons.
Car nous sommes ainsi faits que nous nous adaptons à tout ce que nous vivons, les situations négatives mais également les situations positives. Les psychologues appellent cela notre « capacité d’adaption hédonique ». Nous nous habituons vite à ces changements concrets qui deviennent notre nouvelle référence. Ils nous apportent donc une satisfaction éphémère, mais bien vite nous redevenons aussi heureux qu’avant.

En lisant ces ouvrages, j’ai eu un déclic : c’est exactement l’erreur que j’avais commise pendant 33 ans.

Pendant 33 ans, j’ai fonctionné selon ce schéma erroné :

« Je serai tellement heureuse quand je serai grande ». Alors j’ai attendu d’être grande.
« Je serai tellement heureuse quand j’aurai un travail ». Alors j’ai trouvé rapidement un travail.
« Je serai tellement heureuse quand j’aurai changé de travail ». Alors j’ai changé de travail.
« Je serai tellement heureuse quand j’aurai déménagé ». Alors j’ai déménagé.
« Je serai tellement heureuse quand j’aurai rencontré l’Homme ». Alors je l’ai rencontré.
« Je serai tellement heureuse quand j’aurai investi dans l’immobilier ». Alors j’ai investi.
« Je serai tellement heureuse quand j’aurai un enfant ». Alors j’ai eu un enfant…

Et au bout de 33 ans passés à renvoyer mon bonheur à « quand », à « après », je me suis rendue compte que je n’étais pas plus heureuse qu’avant. Peut-être même moins, car je sentais en moi une douleur sourde, une frustration de passer à côté de quelque chose.

…et pourquoi le carnet des petits plaisirs fait la différence!

Pourquoi? Parce qu’en réalité, la première clé du bonheur est de changer notre vision de notre quotidien, avant de changer notre quotidien lui-même. De nous apercevoir que notre quotidien tel qu’il est comporte des aspects négatifs certes, mais également plein d’aspects positifs. A nous de décider ce sur quoi nous voulons porter notre attention:-)

Tenir son « carnet des petits plaisirs » consiste justement à reconnaître que notre quotidien est fait d’une multitude de petits moments de plaisir, de jolies choses. De petits riens qui font du bien. Même les journées ordinaires. Les journées métro-boulot-dodo. Et comme notre humeur est influencée par ce à quoi nous prêtons attention, et bien, plus nous savons identifer et profiter de ces petits plaisirs, plus nous sommes heureux.

3 étapes simples pour tenir son « carnet des petits plaisirs »

Comme promis, c’est un outil magique, une habitude qui va rapidement trouver sa place dans votre quotidien, car elle est aussi efficace que simple à mettre en place.

1ère étape : identifiez vos petits plaisirs

D’abord, soyez attentifs au fil de votre journée ordinaire aux moments simples et agréables que vous vivez. Habituez-vous à identifier ces petits plaisirs en vous mettant à l’écoute de vos perceptions, de vos pensées, de vos émotions. Voici la forme que peuvent prendre ces petits plaisirs (cette liste est infinie, bien entendu!):

un rayon de soleil qui se diffuse dans sa chambre à travers les volets,
une tasse de thé parfumée,
le bonjour endormi d’un enfant,
le parfum de sa douche,
la douceur d’un vêtement,
la beauté d’un arbre fleuri dans son jardin,
un déjeuner savoureux avec une amie,
la conclusion d’un dossier et la satisfaction du travail accompli,
une promenade avant de dormir,
le souffle du vent frais du soir,
le chant d’un oiseau…

2ème étape: soyez présent

Une fois identifié le petit plaisir, vivez-le pleinement quelques instants. Pendant quelques secondes, ne faites pas autre chose, arrêtez-vous.
Soyez entièrement présent, à l’écoute de cette sensation, de ce que vous voyez, entendez, goûtez, sentez. Laissez-vous aller à cette pensée agréable qui vous traverse.
Reposez-vous un instant dans ce moment de plaisir. Savourez-le. Prenez le temps.

3ème étape: revivez et remerciez ces petits plaisirs

En fin de journée, par exemple au moment de vous coucher, ou dès lors que vous avez quelques instants de calme, faites l’inventaire de ces petits plaisirs tout simples de votre journée. Vous pouvez tous les recenser, ou vous arrêter à quelques uns (car rapidement, on constate qu’ils sont très nombreux!). L’idéal est de les écrire dans un carnet, afin de pouvoir les relire régulièrement.

Prenez quelques instants pour vous les remémorer, les revivre, vous imprégner de leur positif, de leur douceur, de la joie, du bonheur qu’ils vous ont procuré. Laissez-vous aller.

Et exprimez toute votre gratitude pour tous ces petits riens qui sont là, chaque jour. Dites-leur merci. Rendez-leur hommage, eux qui sont si souvent restés dans l’ombre!

Moi, Mylène, 33 ans (+ quelques mois), blogueuse – testeuse « bonheur »:
J’ai testé pendant une semaine cette nouvelle habitude, c’était le défi zen de la 10ème semaine de ma nouvelle vie:-) Elle m’a permis de comprendre beaucoup de choses, et d’enfin oser dire « Oui! Ma vie est belle! ». N’attendez pas 33 ans comme moi pour avoir ce déclic! Et si vous avez besoin de motivation pour changer, rejoignez-moi sur mon blog Les défis des filles zen, pour relever avec moi un défi zen par semaine. Et enfin oser dire « Oui! Ma vie est belle! »…

6 commentaires sur Comment tenir un carnet des petits plaisirs a changé ma vie

Connaissez-vous le Tui Na ?

Le Tui Na est un massage chinois aux vertus thérapeutiques. Il convient de noter que le massage traditionnel chinois est l’un des piliers de la médecine chinoise, au même titre…

Le Tui Na est un massage chinois aux vertus thérapeutiques. Il convient de noter que le massage traditionnel chinois est l’un des piliers de la médecine chinoise, au même titre que la diététique ou l’acupuncture. Il est à noter également que le Tui Na est très pratiqué en France (dans un but relaxant), en Asie (à titre thérapeutique et préventif), ainsi qu’un peu partout dans le monde.

Bon à savoir
Le massage Tui Na est un massage profond et tonique qui défatigue et tonifie l’ensemble du corps. C’est l’un des must pour se relaxer, se détendre et se ressourcer après une longue et dure journée de travail. Son objectif principal étant de faire circuler l’énergie vitale, pour libérer les émotions négatives, débloquer les tensions et participer au bien-être. C’est un véritable atout pour la santé !

Notez que les termes « Tui » (pousser) « Na » (saisir) correspondent aux deux manipulations utilisées fréquemment dans le massage chinois. Sachez à titre indicatif que c’est l’une des quatre branches de la médecine chinoise (reconnue par l’Organisation mondiale de la santé) conçue pour harmoniser l’énergie vitale, le Qi (énergie interne qui circule dans les méridiens). En effet, ce massage traditionnel chinois travaille sur les méridiens et sur les points d’acupuncture pour éveiller l’âme et le corps.

Les vertus du massage chinois

Le massage Tui Na est un art réputé depuis plus de deux mille ans pour ses bienfaits traitants, apaisants et de relaxation. C’est un incontournable de la médecine chinoise connu pour ses vertus médicinales, car il tonifie le corps, physique, émotionnel et mental. En effet, il harmonise la circulation de l’énergie interne à travers le corps pour un bien-être intellectuel, spirituel, émotionnel et physique. Sachez que le Tui Na est pratiqué en stimulant les points d’acupuncture sur une partie du corps (dos, ventre, pieds…) ou sur la totalité. En ce qui concerne les techniques du massage chinois, notez qu’il en existe des centaines, mais en général on utilise les poignets, coudes, genoux, pieds, doigts, paumes des mains en faisant différents mouvements : étirements, frottements, pressions… Aimeriez-vous un massage Tui Na ? Pourquoi ne pas vous offrir un vrai bon massage énergétique au cours de votre prochain voyage en Chine ? Voici une liste non exhaustive des bienfaits du massage traditionnel chinois « Tui Na » qui vous poussera (peut-être) à faire le voyage :

  • Sensation de bien-être
  • Meilleure tolérance aux variations thermiques
  • Équilibrer les énergies
  • Amélioration du sommeil et de la vitalité
  • Relaxer et évacuer le stress
  • Ralentissement du vieillissement des tissus
  • Améliorer les douleurs dorsales
  • Stimuler la circulation sanguine (soulage les jambes lourdes) et lymphatique.
  • Drainage du liquide organique
  • Problèmes digestifs (constipation…)
  • Stimulation du système immunitaire
  • Prévention d’un grand nombre de maladies…

Afin de garder un corps sain et esthétique, il est conseillé de se faire masser régulièrement. Pourquoi ne pas essayer le Tui Na ? Le massage est essentiel au bien-être !

Article rédigé avec la collaboration de Bonjour Chine

 

Commentaires fermés sur Connaissez-vous le Tui Na ?

6 étapes pour ma séance de yoga facile

Eve-Anne Durieux est professeur de Natha Yoga, thérapeute en santé globale (PNL, déprogrammation biologique) et auteure du blog « Votreyoga« . Elle exerce sa profession en Belgique, dans la région de Tournai et…

Eve-Anne Durieux est professeur de Natha Yoga, thérapeute en santé globale (PNL, déprogrammation biologique) et auteure du blog « Votreyoga« . Elle exerce sa profession en Belgique, dans la région de Tournai et Leuze-en-Hainaut.

Vous avez besoin de vous détendre, de vous centrer, de vous régénérer en douceur ?

Je vous propose une petite séance de yoga facile. Elle est néanmoins très complète car elle comprend des postures, de la respiration, des mudras, une concentration et une relaxation.

A vous de jouer. J’espère que vous y trouverez beaucoup de bien-être.

1. La posture debout

la posture deboutTenez-vous debout, les pieds joints.

Placez les mains en jnanamudra, c’est-à-dire joignez le bout du pouce et le bout de l’index et laissez les trois autres doigts joints et tendus.

Prenez conscience de votre respiration.

Visualisez votre colonne vertébrale et imaginez que votre souffle circule dans la colonne : montant à l’inspiration et descendant à l’expiration.

Vous allez progressivement allonger votre respiration et installer un rythme 1 temps d’inspiration pour 2 temps d’expiration. Par exemple, si vous comptez jusque 4 à l’inspiration, vous compterez jusque 8 à l’expiration.

Vous pouvez faire cette posture les yeux fermés, en convergeant le regard vers un point au centre du front (ajna chakra). Si c’est trop difficile au début, fixez un point devant vous.

Vous allez peut-être être surpris par la concentration qu’il vous sera nécessaire pour maintenir votre équilibre. Restez détendu et simplement,observez les oscillations du corps.

Cherchez votre point d’immobilité sans vous crisper.

Maintenez cette posture 1 à 5 minutes puis relâchez.

Voici jnanamudra, le mudra des mains que je vous invite à prendre pour cette posture.

P1030906

 

 

 

 

2. La posture du chat en dynamique

Installez-vous à quatre pattes, les mains à l’aplomb des épaules et les genoux à l’aplomb des cuisses.

posture du chat dynamique 1En expirant, vous allez arrondir le dos et rentrer le menton vers le sternum

(faire le “gros dos” comme le chat)

 

 

posture du chat dynamique 2En inspirant, vous allez basculer le bassin, creuser les reins et remonter la tête.

 

 

 

Faites plusieurs fois ce mouvement d’aller-retour.

Respirez sur le rythme 1 temps d’inspiration – 1 temps d’expiration ou 1 temps d’inspiration – 2 temps d’expiration

Visualisez le souffle qui monte dans la colonne vertébrale à l’inspiration et qui redescend à l’expiration, comme une vague de détente dans tout le corps.

Bouger DOUCEMENT et allonger progressivement votre souffle.

Vous pouvez prononcer mentalement un mantra : SO à l’inspiration et “HAM” à l’expiration

 3. La posture de la demi-torsion

la demi-torsion 1Asseyez-vous et allongez la jambe gauche devant vous.

Pliez la jambe droite et passez le pied droit au-dessus de la jambe gauche.

Placez la main droite au sol pour vous aider à redresser le dos.

Enlacez le genou droit avec votre bras gauche.

Vous pouvez garder la tête vers l’avant

 

la demi-torsion 2ou tourner la tête vers l’arrière.

 

 

 

 

 

Comme pour la posture debout, vous allez :

– progressivement allonger votre respiration et installer un rythme 1 temps d’inspiration pour 2 temps d’expiration.

prendre conscience de votre colonne vertébrale et visualiser le souffle qui monte à l’inspiration et qui descend à l’expiration.

fermer les yeux et converger le regard vers un point lumineux au centre du front

Maintenez la posture 1 à 3 minutes.

Puis recommencez de l’autre côté.

4. La posture inversée avec le mur

posture des jambes au murAllongez le dos par terre, avec les fesses contre le mur.

Allongez les jambes.

Vous pouvez simplement rester dans cette position et vous détendre.

Ou vous pouvez essayer l’étape suivante.

 

 

 

 

Viparita Karani Mudra au murEn poussant les pieds dans le mur, montez les genoux. Placez les pieds bien à plat contre le mur.

Dès que le dos décolle du sol, placez les mains pour soutenir les reins.

Gardez les pieds au mur.

Respirez sur un rythme 1 temps d’inspiration – 2 temps d’expiration

Visualisez le souffle qui monte dans la colonne à l’inspiration et qui redescend à l’expiration.

Ou bien portez votre attention dans la gorge.

Tenez la posture 3 à 5 minutes.

5. Concentration sur la flamme de la bougie

candle-201623_1280Asseyez-vous en tailleur. Vous pouvez mettre un coussin ou une couverture sous les fesses pour bien redresser le dos.

Posez les mains sur les genoux et faites jnanamudra (comme dans l’exercice 1).

Placez la flamme d’une bougie à hauteur des yeux, à plus ou moins 50 cm.

Détendez-vous et prenez conscience de votre respiration.

Pendant 1 à 3 minutes, fixez intensément la flamme de la bougie, sans bouger les yeux ni les paupières.

Puis fermez  les yeux et fixez votre attention sur l’image rémanente de la bougie. Immobilisez cette image (1 à 3 minutes également).

Vous pouvez faire ce cycle “yeux ouverts-yeux fermés” 3 fois.

Pendant toute la pratique, respirez lentement et restez conscient du va-et-vient de votre souffle.

6. Relaxation

Pour terminer, voici une petite relaxation.

Savasana relaxationAllongez-vous sur le dos.

Ecartez légèrement les bras de l’axe du corps et tournez les paumes de main vers le haut.

Laissez les pieds tomber légèrement sur le côté.

 

 

 

Prenez conscience de la respiration dans le ventre et de l’air qui passe dans le nez.

Prenez conscience des différentes parties du corps en associant à chaque fois la visualisation et la sensation tactile.

Dessinez mentalement et ressentez :

– pied droit, jambe, genou, cuisse, hanche

– pied gauche, jambe, genou, cuisse, hanche

– main gauche, tout le bras jusque l’épaule

– main droite, tout le bras jusque l’épaule

– le bassin

– le ventre, la poitrine, le dos

– le cou, la nuque

– la tête et chaque partie du visage

Terminez en prenant conscience de votre axe. Puis étirez-vous.

Un petit mot sur la respiration Ujjayi

Pour la posture du chat, la demi-torsion et la posture inversée avec le mur, vous pouvez pratiquer la respiration “Ujjayi”.

C’est une respiration où l’air est freiné et “frotte” dans la gorge, ce qui émet un son caractéristique. cette technique allonge le souffle, fait circuler l’énergie et apaise le mental.

J’espère que cette petite séance de yoga vous plaira.

Laissez-moi vos impressions, vos témoignages, vos questions. Je vous répondrai avec plaisir

Eve-Anne Andrieux

7 commentaires sur 6 étapes pour ma séance de yoga facile

4 astuces pour augmenter votre confiance en vous

La confiance en soi est la capacité à faire confiance à ses ressources et capacités. Un peu comme un enfant qui fait confiance à sa maman pour sa sécurité, sa…

La confiance en soi est la capacité à faire confiance à ses ressources et capacités. Un peu comme un enfant qui fait confiance à sa maman pour sa sécurité, sa nourriture. Bébé vit tellement dans la confiance, qu’il ne sait même pas que cela existe, c’est partie intégrante de lui. La confiance en soi, est une sorte de confiance en son adulte ou parent intérieur qui sera toujours là pour trouver la bonne option pour nous, la bonne solution.

1) De petites choses !
Maman bienveillante demande à bébé ce qu’il est capable de réussir. Il apprend à marcher, elle lui met comme objectif de tenir trois pas sans elle. Si elle lui demande de traverser toute la pièce, il se sentira incapable et face à l’échec il perdra confiance en lui.
=> Fixez-vous de petits objectifs réalistes et réalisables pour retrouver confiance en vous.

2) Se féliciter
Dès ses premiers pas, maman le félicite. Maman contente, c’est la plus grande récompense pour bébé. Il se sent encouragé, il a envie d’aller de l’avant, d’essayer encore plus.
=> Repérez tous vos petits et grands succès de la journée et félicitez-vous !

3) Ne pas se comparer
Bébé est unique, maman connait ses réactions, ses petites difficultés. Après son opération, arriver à marcher comme il le fait, c’est magnifique pour lui.
=> Vous et votre histoire de vie sont uniques, vous êtes incomparables.

4) Visualiser la réussite
Les techniques de visualisation pratiquées lors de séances d’hypnose pour la confiance en soi sont très puissantes. L’hypnothérapeute aide à créer une image mentale, fondation de l’assurance et du passage à l’acte.
=> Voyez-vous, imaginez-vous dans la réussite. La pensée crée !

Marie-Pierre Preud’homme hypnothérapeute, nutrithérapeuthe, formatrice en hypnose et yoga.

Commentaires fermés sur 4 astuces pour augmenter votre confiance en vous

5 idées de pays pour un séjour spa et massage

Par définition, le voyage bien-être est la rencontre entre relaxation et activité physique. Les vacances sont également l’occasion de vous détendre et de vous reposer en séjournant par exemple dans…

Par définition, le voyage bien-être est la rencontre entre relaxation et activité physique. Les vacances sont également l’occasion de vous détendre et de vous reposer en séjournant par exemple dans un établissement avec un espace spa et thalasso. Sachez qu’aujourd’hui les voyages bien-être sont de plus en plus prisés à travers le monde. Ce type de voyage est l’occasion unique de découvrir un pays tout en se faisant chouchouter… Au programme de vos vacances : « découverte, repos, détente et relaxation… sont les maîtres mots » !

Quelle destination choisir ? Voici pour vous 5 idées de destinations pour un séjour 100 % bien-être !

1. Vacances bien être en Tunisie
Cette année, des vacances bien-être en Tunisie vous tentent ? Partez à la découverte de la Tunisie autrement ! Non loin de la France, la Tunisie assure un dépaysement total dans un cadre de rêve.
La Tunisie est connue mondialement pour ses magnifiques paysages surprenants et variés, ses sites archéologiques exceptionnels, sa population souriante et accueillante, son héritage historique… Mais ce n’est pas tout, la Tunisie est également réputée pour ses nombreux centres spa (« synonymes de bien-être et de plaisir ») en bord de mer. En effet, il convient de noter que c’est la deuxième destination mondiale de thalassothérapie.

2. L’Indonésie, destination bien-être par excellence
L’Indonésie fait partie de l’une des plus belles destinations d’Asie ! Il est à noter que le plus grand archipel au monde avec plus de 1 500 îles. Parmi les îles les plus visitées de l’Indonésie, on retiendra Bali, Lombok, Java, Sumatra, Kalimantan et Sulawesi…
Amoureux de la nature, vous serez ébahi par la grande diversité des paysages en Indonésie et sa végétation luxuriante. Lors de votre séjour en Indonésie, les activités ne manquent pas, en dehors des innombrables visites, vous pourrez profiter également des nombreux hôtels de luxe de Bali par exemple. Ces derniers offrent des prestations pour le bien-être du corps et de l’esprit, dans un cadre élégant et somptueux.

3. La Grèce, des vacances en toute « zenitude »
Pour les prochaines vacances, partez à la découverte de la Grèce et vivez des moments inoubliables sous le signe du repos et de la détente ! Aujourd’hui, la Grèce et ses îles attirent de plus en plus de touristes en quête de séjour 100 % bien-être.
En effet, la Grèce est une destination pleine de charme qui en séduira plus d’un avec ses îles paisibles. Offrez-vous des vacances thalasso en Grèce sur la côte ouest du Péloponnèse par exemple. C’est effectivement l’une des destinations bien-être les plus appréciées du pays, à ne surtout pas manquer. Vous y trouverez un large choix d’établissements de thalassothérapie.

4. La Thaïlande, version bien-être
Découvrez autrement la Thaïlande cette année ! Un séjour bien-être en Thaïlande vous tente ? Partir en vacances en Thaïlande vous permettra de vous ressourcer et récupérer les énergies perdues pendant toute l’année… Vous avez envie d’un massage thaï pour évacuer le stress ? Cap sur la Thaïlande afin de profiter pleinement des bienfaits de cette technique légendaire. Arrivée à destination, de nombreux centres bien-être vous proposeront de nombreux soins : bains à remous, massages, soins de beauté, bains aux huiles essentielles, bains de sable, balnéothérapie, manucure et bien d’autres encore.

5. Séjour détente en Islande
Séjour détente en Islande sous le thème du bien-être pour découvrir les merveilles naturelles du pays et pour se ressourcer ! Pourquoi ne pas vous laissez séduire par cette destination du Grand Nord ? Vous êtes à la recherche de bien-être, de romance, ou de repos ? L’Islande est une destination de choix qui a beaucoup à offrir.
Lors de ce séjour inédit, vous pourrez par exemple vous détendre dans une des sources d’eau chaude d’Islande (à Reyjavik par exemple) tout en profitant du calme et des paysages environnants. Vous y trouverez de nombreuses piscines aménagées. Une fois sur place, séjournez dans un hôtel-spa où vous pourrez renouveler l’expérience de soins thermaux entre bain de boue et bain relaxant.

Article écrit par Victoire 

Retrouvez son blog 38000km.com 

Un commentaire sur 5 idées de pays pour un séjour spa et massage

6 raisons de faire pousser votre propre potager bio

Durant les dernières décennies, on a assisté à un bouleversement de l’agriculture. Celle-ci est de plus en plus homogénéisée et mécanisée. Elle utilise des pesticide, des additifs, des herbicides et…

Durant les dernières décennies, on a assisté à un bouleversement de l’agriculture. Celle-ci est de plus en plus homogénéisée et mécanisée. Elle utilise des pesticide, des additifs, des herbicides et des engrais synthétiques. Tous ces facteurs affectent clairement la santé humaine et les nouvelles maladies se propagent rapidement parmi les humains et les animaux. L’Organisation Mondiale de la Santé produit de plus en plus de rapports qui montrent que l’utilisation de produits chimiques sur la nourriture, couplée avec le mode de production, est en fait une menace pour notre santé. Si vous avez de la place pour quelques pots ou une toute petite parcelle de terre, c’est une sage décision de commencer à cultiver votre propre jardin potager bio.

1. Pas d’additifs dans vos légumes

Les recherches effectuées par des associations ont montré que les additifs dans notre alimentation peuvent causer des maladies de coeur, de l’ostéoporose, des migraines et de l’hyperactivité.

2. Pas de pesticides ou d’engrais synthétiques

Ces produits chimiques sont appliqués pour obtenir des produits toute l’année en écartant l’aléas des invasions et des conditions météorologiques. Ils affectent fortement la qualité des légumes. Il faut souligner que les pesticides sont de véritables poisons pour les humains.

3. Pas d’OGM

Des antibiotiques, substances chimiques et hormones sont utilisés pour produire de plus gros légumes en plus grande quantité. Résultat, les légumes se ressemblent tous et n’ont aucun goût. Nous ingérons également les hormones utilisées et celles-ci peuvent avoir un effet négatif sur la santé.

4. Consommer vos propres produits est bien meilleur pour la santé

Vous évitez tous les mauvais produits cités au-dessus. Ce sont des produits plus naturels que n’importe lequel de ceux que vous trouveriez au supermarché. Aussi, les aliments bio contiennent plus de nutriments essentiels pour le corps.

5. Vos produits auront meilleur goût

Les pesticides, engrais et antibiotiques font posser les aliments de façon non naturelle et empêchent le goût de s’exprimer. Avec des légumes bio, votre cuisine va devenir bien meilleur grâce à des saveurs retrouvées.

6. Le bio respecte l’environnement

Vous évitez d’endommager le sol et l’air avec des produits chimiques. L’agriculture bio consomme moins d’eau que l’agriculture classique. Elle favorise le recyclage des matières organiques, la rotation des cultures et respecte les cycles biologiques de l’environnement.

Finalement, cultiver bio c’est simplement cultiver des aliments sans rien ajouter, de la façon la plus naturelle possible. Gros paradoxe, cette agriculture qui a été exclusive pendant des milliers d’année a été presque complètement remplacée par l’agriculture « chimique » et fait figure d’agriculture alternative. Elle est passée d' »ordinaire » à « extraordinaire ». A nous de montrer l’exemple pour qu’elle redevienne la norme !

Vous commencez quand ?

Commentaires fermés sur 6 raisons de faire pousser votre propre potager bio

5 conseils pour vivre un beau voyage en Chine (et ailleurs)

Voici un article écrit par Miss Mama Saw, blogueuse voyage, qui nous donne les clés pour avoir le bon état d’esprit pour voyager et s’ouvrir à une culture différente et…

Voici un article écrit par Miss Mama Saw, blogueuse voyage, qui nous donne les clés pour avoir le bon état d’esprit pour voyager et s’ouvrir à une culture différente et enrichissant.

1. Planifiez votre voyage

Peu importe la destination, organiser votre voyage vous évitera non seulement de perdre de l’argent mais aussi votre temps. Tout d’abord, n’oubliez pas de vous renseigner sur les distances entre les différentes villes et établissez votre planning en conséquence. La Chine est un très grand pays et il est possible de faire 30h de train entre 2 villes. La prise en compte de la distance à parcourir est donc impérative lors de l’organisation de votre planning de visites sur place.

Suivant la région que vous allez visiter, vous aurez peut être besoin d’être à jour dans vos vaccins. N’hésitez donc pas à visiter votre médecin traitant et à préparer tout médicament dont vous aurez éventuellement besoin.

En ce qui concerne votre valise, prévoyez des médicaments de base (pour la fièvre, la diarrhée, constipation etc.), déodorants et des vêtements adaptés au climat des différentes régions que vous allez visiter.

2. Parlez chinois

Je ne vous demande pas de vous lancer dans l’apprentissage du chinois (qui d’ailleurs nécessite plusieurs années) mais juste de connaître des phrases ou expressions courantes en chinois. Vous pouvez apprendre des phrases en mandarin par coeur, acheter un petit guide de voyage français-chinois ou encore amener avec vous un dictionnaire électronique.

En effet, il est important de montrer votre intérêt pour la culture chinoise en apprenant du vocabulaire basique. Cela vous permettra d’avoir des conversations simples avec les locaux, d’être un minimum autonome lors de votre voyage, et cela vous sera utile en cas de problème et, surtout si vous voyagez seul.

3. Ayez l’esprit ouvert

Intéressez vous à la culture locale en essayant différents plats traditionnels de la gastronomie chinoise (non en mangeant des pâtes, pizzas, KFC et McDonald sauf si bien sûr vous soufrez de diverses allergies alimentaires ou encore que vous n’aimez vraiment pas un aliment)

Essayez aussi de visiter au maximum des endroits plus atypiques et ne vous rendez pas seulement aux endroits remplis de touristes. Bien sûr, visiter la muraille de la Chine, la citée interdite, etc. sont des endroits à visiter mais ne vous limiter pas qu’à ceux la.

4. Avoir un guide ou correspondant local

C’est d’ailleurs cette personne (si elle a bien été choisie) qui vous permettra de découvrir une autre facette plus authentique de l’Empire du milieu. Cette personne peut être un guide touristique ou une connaissance. Il est tout de même préférable que cette personne soit un ami à vous ou l’ami d’un ami.

Si vous ne le savez pas déjà, le principe de Guangxi (le réseautage) est important en Chine. Par exemple, si votre correspondant sur place n’est pas disponible lors de votre séjour en Chine, il pourra sûrement vous recommander une personne de son entourage pour vous accompagner lors de vos visites.

Si la personne parle couramment chinois ou a au moins un niveau intermédiaire, c’est encore mieux. Cela évite les « ting bu dong 听不懂 » (je ne comprends pas) et de finir dans une situation de « zen me ban 怎么办 » (Que faire ?).

5. Comprendre les principes clés de la culture chinoise

Le fait de connaître les principes généraux de la culture chinoise vous permettra d’éviter les situations de malentendu et de malaise. Pour n’en citer que quelques uns, nous avons le fait qu’en Chine, le groupe prime sur l’individu, d’où le focus sur l’harmonie.
Il ne faut, par exemple, pas rompre l’harmonie au sein d’un groupe et dans le cadre de relations sociales. On respecte donc les personnes âgées en leur laissant la place dans le bus, on ne crie pas sur quelqu’un (même fautif) devant d’autres personnes, on le fera plutôt en privé etc. Cette mini liste est loin d’être exhaustive, donc n’hésitez pas à lire les ouvrages portant sur Confucius ou l’étiquette en Chine.

Sachez aussi qu’en Chine on aime négocier. Si vous avez un niveau suffisant de mandarin, n’hésitez pas à faire baisser les prix lorsque vous allez au marché car les prix pratiqués pour les étrangers sont plus élevés.

Pour conclure, retenez donc ces conseils et vous passerez d’excellentes vacances en Chine. Sur ce, bon voyage- yi lu ping an (一路平安) !

Rédigé par Miss Mama Saw
Son blog : http://www.missmamasaw.com

Commentaires fermés sur 5 conseils pour vivre un beau voyage en Chine (et ailleurs)

Type on the field below and hit Enter/Return to search