Catégorie : Spiritualité

Le Kama Sutra, éveil physique et spirituel…

Considéré en Occident comme un livre érotique, un catalogue de positions sexuelles, le Kama Sutra est en fait un texte fondateur de l’hindouisme médiéval. Loin de ne s’intéresser qu’au sexe,…

Considéré en Occident comme un livre érotique, un catalogue de positions sexuelles, le Kama Sutra est en fait un texte fondateur de l’hindouisme médiéval. Loin de ne s’intéresser qu’au sexe, il est un manuel de vie composé de sept livres divisés en trente-six chapitres, écrit au 4ème siècle dont le but est de rendre hommage aux trois objectifs de la vie le dharma (la vertu), l’artha (le bien-être matériel) et le kâma (l’amour et le plaisir). C’est un texte qui couvre tous les domaines de connaissances, de l’art d’écrire à la musique à la danse, comment vivre sa vie, comment gagner de l’argent.… Il montre comment, en gardant l’aspect érotique en tête, on peut atteindre l’éveil spirituel…

La femme est au centre du Kâma-Sûtra. Il est mentionné très clairement que le plaisir de la femme est aussi important que le plaisir de l’homme. On y parle aussi du troisième genre, des homosexuels, des transgenres…

Même si vous êtes très acrobatique, vous vous casseriez le dos en tentant de reproduire toutes les positions, au nombre de … 84 ! Il faudrait être un expert du yoga car le yoga est lié au kâma-sûtra, c’est ce qui vous permet de contrôler votre énergie, vos désirs et d’arriver à l’illumination !

La plupart des gens se représentent le Kâma-Sûtra comme un manuel dédié uniquement au sexe alors qu’en réalité il s’agit d’un livre sur la vie en général et sur l’équilibre des relations entre hommes et femmes en particulier. C’est cela qu’enseigne le Kama Sutra : comment parvenir à un équilibre harmonieux. Loin d’être un texte pornographique, le Kâma-Sûtra est un traité sur la vie urbaine, il célèbre la sensualité et le désir, et parle de la joie qu’ils engendrent. L’une des raisons de la mauvaise interprétation qui a été faite du Kâma-Sûtra vient sans doute de la médiocrité des traductions. La plupart des gens ne vont pas au-delà du livre 2, qui parle des fameuses «positions».

Ce traité va bien au delà de la sexualité en exposant les valeurs spirituelles et sensuelles de l’Inde ancienne. Il est divisé en sept parties  : la société et les concepts sociaux, l’union sexuelle, à propos de l’épouse, à propos des relations extra-maritales, à propos des courtisanes, à propos des arts de la séduction.

Le texte se termine par ces mots : «L’homme qui préserve l’équilibre entre dharma, artha et kāma, connaît le sens réel de ce texte et conquiert la maîtrise des sens. Prenant en considération le dharma et l’artha, homme habile et connaisseur de l’un et de l’autre, il n’est pas esclave de la passion et obtient la réussite en amour».

Besoin d’un peu de pratique ?

3 commentaires sur Le Kama Sutra, éveil physique et spirituel…

La pratique du Yoga, de la méditation … et l’Ego

Tout d’abord, constatons que les études et lectures sont parfaites pour approfondir nos connaissances théoriques sur ces sujets, mais valent zéro pour le Yoga et la méditation qui sont avant…

Tout d’abord, constatons que les études et lectures sont parfaites pour approfondir nos connaissances théoriques sur ces sujets, mais valent zéro pour le Yoga et la méditation qui sont avant tout une pratique individuelle. Il faut s’astreindre à pratiquer très régulièrement sans trop espérer de récompense immédiate. Or, l’ego ne souhaite pas être forcé, restreint et discipliné de quelque manière que ce soit. Et pourtant c’est exactement ce qui va lui arriver !

Trouver le juste milieu dans la pratique

Une force supérieure à l’ego doit donc être trouvée par un choix délibéré et puissant, en privilégiant la régularité sur la durée. Mais l’ego est-il pour autant l’ennemi à abattre, sans sommations ? Je ne pense pas. Je prône pour ma part la voie du milieu, sans excès.
Bouddha a expérimenté les limites de l’ascétisme, puis a prôné la voie du milieu, et on sait jusqu’où il est allé…
Voici en quelques lignes l’histoire qui relate sa prise de conscience: Bouddha est sous un arbre en train de méditer. Il n’a pas mangé ni bu depuis plusieurs jours. Il atteint ses limites mais veux absolument trouver les réponses à ses questions sur le but de la vie et les raisons de la souffrance et de la mort. Sur le fleuve passe une barque sur laquelle un élève joue de la harpe avec son professeur, et Bouddha entend le professeur dire à l’élève: « Si la corde n’est pas assez tendue, le son est faux. Si elle est trop tendue, elle se casse. » Et c’est la révélation pour Bouddha. Il abandonne immédiatement l’ascétisme extrême et prônera ensuite la voie du milieu.
De même, une discipline comme le Yoga pratiquée avec excès génèrera un déséquilibre et des tensions. Exactement ce que l’on cherche à éviter ! Si l’on veut progresser trop vite on risque même des blessures. A l’inverse, un Yoga pratiqué occasionnellement n’apportera lui que très peu de bénéfices.

Amener un certain détachement dans sa pratique

Il faut donc pratiquer régulièrement, tout simplement, surtout sans désir de résultats à tout prix. C’est le temps notre meilleur ami. L’ego doit pourtant être mis en veilleuse pendant la séance. D’où l’intérêt de pratiquer les yeux fermés ou mi-clos. Vivre le moment présent, et uniquement le moment présent.
On est toujours soi toute la journée avec des plans, des listes, des désirs, des soucis, et même la nuit puisque notre petite personne est souvent acteur principal dans nos rêves ou nos cauchemars ! Alors qu’il est bon de s’oublier. De ne plus être le petit personnage que l’on s’est construit au fil du temps, mais un être nouveau, sans passé ni avenir, vivant simplement et uniquement à l’instant présent.
Comment donner naissance à ce nouvel être, loin de l’ego, pendant une séance de Yoga ? Les postures inversées (charrue, chandelle, sur la tête) retournent notre point de vue, nous permet d’accéder à une autre dimension. Les yeux fermés, on est détendu et concentré grâce au regard centré sur le point entre les deux sourcils ou à un Mantra que l’on répète. Nous sommes alors une nouvelle entité, différente. Sans ego, sans attente, mental ralenti. La charrue trace son sillon sans penser au point de départ ni au point d’arrivée. Elle trace. Elle trace pourtant une route sans le savoir.

Retour sur la définition de l’ego

L’ego désigne la représentation et la conscience que l’on a de soi-même. En psychologie il est considéré comme le fondement de la personnalité. Mais en spiritualité il est une entrave à notre développement personnel et représente la perception fausse que nous nous faisons de nous-même. En psychologie, si l’ego est sous-dimensionné, il y a un manque d’estime de soi et il est difficile d’entreprendre des choses nouvelles. A l’inverse si l’ego est démesuré, il n’y a pas de place pour les autres dans notre vie car le moi occupe toute la place disponible.

Comment garder un ego de taille idéale et satisfaire psychologie et spiritualité ?

Il faut savoir prendre du recul et conservez de la souplesse dans la façon dont on évalue les situations, les relations et les actes. On peut pratiquer une saine et régulière introspection, et se poser par exemple les questions suivantes: Est-ce que je me traite bien ? Suis-je juste dans cette relation ? Que pourrais-je améliorer ? Essayer aussi d’accorder moins d’importance à nos biens, à nos réalisations, et penser souvent aux autres. Les aider, les remercier lorsqu’ils nous soutiennent.
Ainsi on finit par trouver un Grand moi qui surpasse complètement le petit moi de l’ego. Le Grand moi accepte de ne pas être le meilleur partout, de ne pas avoir raison tout le temps, et respecte toujours les autres, en les aidant à réussir. En écoutant ce Grand moi on peut avoir une image bienveillante de nous-même et des autres. Et s’améliorer…
Deux citations pour finir. L’une indienne et l’autre européenne: « Soyez vous même le changement que vous voulez voir dans le monde » du Mahatma Gandhi, et « L’exemplarité n’est pas une façon d’influencer, c’est la seule. » d’Albert Schweitzer. A méditer !

3 commentaires sur La pratique du Yoga, de la méditation … et l’Ego

Libérez-vous avec Ho’oponopono !

IL est temps de comprendre que nous sommes comme des ordinateurs ultra programmés. Et à chaque réveil nous mettons en route nos programmes par défaut de séparation d’avec nous mêmes….

IL est temps de comprendre que nous sommes comme des ordinateurs ultra programmés. Et à chaque réveil nous mettons en route nos programmes par défaut de séparation d’avec nous mêmes. Croyances limitées et fausses pour l’essentiel. Nous pouvons agir et décider de les transformer pour une vie plus fluide, plus douce et plus joyeuse. Réciter des mantras peut nous y aider et celui-ci de plus en plus populaire vaut le coup d’essayer. Adoptez ho’oponopono et sa magie dès aujourd’hui !

1. C’est quoi Ho’oponopono

Ho’oponopono c’est une méthode enfantine qui nous permet de libérer toutes les programmations et les mémoires enfouies dans notre inconscient. Inspiré de traditions haïwaiennes et polynésiennes, cet outil ludique et super efficace consiste à répéter un mantra « Je suis désolé, s’il te plait pardonne moi, merci, je t’aime ».

2. Pourquoi çà marche ?

Ho’oponopono part du principe que nous sommes responsables de tout ce qui nous arrive. Logique dans le monde quantique dans lequel nous existons…Nous sommes tous faits d’énergie interconnectés dans une monde fait d’énergie aussi. Et donc nous attirons ce que nous sommes à l’instant t. Si nous libérons cette part de programmation en nous qui attire des situations ou personnes dérangeantes, nous pourrons changer ce qui nous arrive !

3. Quand et comment pratiquer ?

Tellement simple ! Oui ce petit mantra magique récité en pensant à toute situation que nous souhaitons
transformer : une émotion, une relation avec une personne va avoir un effet incroyable très rapidement. Il suffit de nous concentrer sur le point gênant matin, midi ou soir…à voix haute ou dans la tête et réciter ce mantra. Ainsi nous demandons à la partie divine en nous, notre inconscient d’agir. Nous reconnaissons notre responsabilité (je suis désolé), nous demandons pardon à nous et à l’Univers de créer encore cette situation gênante (s’il te plait pardonne moi), nous remercions pour avoir été éclairé par la manifestation de la situation gênante (merci), tout cela dans l’amour (je t’aime).

4. Laissez agir…

Et il ne reste plus qu’à laisser mijoter ! D’une certaine manière nous avons lâché prise en déléguant à ce mantra la responsabilité de libérer pour nous…impressionnant. Allez Go !

Pour plus de précisions, n’hésitez pas à consulter ho’oponopono, chez Eyrolles Pratique

hooponopono-livre

 

2 commentaires sur Libérez-vous avec Ho’oponopono !

10 clés pour lâcher prise, à chacun son chemin

Vous vivez un stress négatif avec la sensation que vos pensées vous envahissent, vos émotions vous paralysent, vous n’êtes plus ici et maintenant dans votre corps. Comment sortir de cet…

Vous vivez un stress négatif avec la sensation que vos pensées vous envahissent, vos émotions vous paralysent, vous n’êtes plus ici et maintenant dans votre corps.
Comment sortir de cet état de souffrance, lâcher ces émotions négatives et revenir à Soi dans l’instant du présent, se reconnecter à son corps, à son cœur et à son esprit.

1. Identifier et reconnaître les signes du stress constituent déjà la moitié du chemin

Dire « oui je vis le stress, oui je pense beaucoup, oui je lutte contre mes émotions, oui j’ai mal dans mon corps, oui je suis fatigué ». Faire preuve d’humilité dans cet accueil de soi et prendre la responsabilité de son état. Car « oui je suis responsable de la façon dont je vis les situations, les événements, les relations ».

2. Exprimer ses émotions en toute authenticité

Colère, peur, tristesse, anxiété, jalousie…soit par l’écrit, soit par la parole, soit physiquement sur un coussin en étant seul chez vous, dans votre chambre.

3. S’arrêter et prendre conscience de sa respiration

Pratiquer la respiration alternée « Nadi Sodhana »: assis, l’index et le majeur de la main droite sont joints et posés sur le front entre les deux sourcils. La narine droite est bouchée avec la pouce. Expirez lentement avec la narine gauche, inspirez, bouchez la narine gauche avec l’annulaire, retenez un moment l’air dans vos poumons et vous expirez avec la narine gauche tout en maintenant la narine droite bouchée avec le pouce. Faites la même pratique en bouchant la narine gauche. L’exercice peut être répété 3 à 24 fois.

4. Contacter ses sens

Pratiquer le toucher conscient : une pierre, un tissu. Sentir une odeur agréable comme une huile essentielle telle la mandarine qui est anti stress. Aller au contact de la nature, jardiner et toucher la terre, s’allonger dans l’herbe, se coller à un arbre « avec sa permission », prendre un bon bain ou une douche froide.

5. Pratiquer une posture de yoga

Prendre par exemple l’attitude de la prière : assis sur les talons, le front au sol, les bras sur les côtés, le dos des mains au sol.

6. Vivre le yoga des sons

Comme le A qui apaise le mental et élargit notre vision du monde ; le U comme OU qui nous ancre dans le HARA (partie du corps située entre le pubis et le nombril) ; le OM son universel qui nous ouvre à l’infiniment grand.

7. Décider de recevoir un bon massage

Pour prendre soin de soi, pour se détendre, relativiser et repartir d’un bon pied.

8. Se concentrer sur le HARA (partie du corps située entre le pubis et le nombril) et pratiquer la méditation

9. Apprendre à se connaître

Quels sont mes besoins, mes limites, mes valeurs, de quoi ai-je peur, quelles sont mes souffrances…..

10. Décider d’éliminer le plus possible les sources de stress en devenant Acteur de sa vie

Il n’est pas possible de penser et sentir à la fois alors l’utilisation des sens est la meilleure clé pour lâcher prise.

Commentaires fermés sur 10 clés pour lâcher prise, à chacun son chemin

Quelle forme de Yoga est faite pour vous ?

Un jour, par ouï dire, une idée suite à des lectures, une petite affiche dans un magasin, une envie de calmer le stress de la vie moderne, on se rend…

Un jour, par ouï dire, une idée suite à des lectures, une petite affiche dans un magasin, une envie de calmer le stress de la vie moderne, on se rend à son premier cours de Yoga. Un peu par hasard, pour voir…

Les premières séances, on essaye de suivre les directives du professeur pour exécuter au mieux les différentes postures. Muscles et articulations sont sollicités et à ce premier stade, c’est uniquement le corps physique qui travaille. Après un certain nombre de cours, on progresse en souplesse, en équilibre, on « apprend » son corps. Puis plus tard, la prise de conscience de la respiration nous donne une nouvelle force, la relaxation nous fait aborder la méditation, et le mental progresse, notre être, corps et esprit, progresse vers quelque chose… de mieux. A chacun de le découvrir !

Mais lors de l’inscription au premier cours, l’élève remarquera toujours une particule mystérieuse devant le mot Yoga dans l’intitulé du cours : Hatha, Kundalini, Vinyasa etc. Il s’agit souvent de mots Sanskrit, la langue ancienne et sacrée de l’Inde, qui peuvent être traduits de multiples manières sans apporter de grandes explications. Nous voilà parfois en chemin pour de longues années dans une discipline particulière du Yoga. Et oui, il y en a de multiples, et a t-on choisi ce qui nous correspond le mieux ? Pas forcément puisque l’on ne connaissait pas toutes ces variantes.

Pour mieux vous y retrouver, voici un résumé simple et compréhensible par tout le monde des formes les plus courantes de Yoga. Et vraiment j’invite celles et ceux qui veulent se lancer, et même les fidèles adeptes du Yoga, à essayer d’autres cours pour tester différentes formes de Yoga, mais aussi différents professeurs, et trouver ainsi le cours qui vous correspond le mieux.

Hatha Yoga

Sans doute le plus traditionnel car codifié en Inde il y a plus de mille ans, les postures d’étirement, de torsion et d’équilibre, plus ou moins difficiles, sont exécutées avec des rétentions poumons pleins ou vides. Une pause de relâchement est marquée entre chaque posture. Certaines postures peuvent aussi être maintenues plus longtemps avec une respiration normale. Ces cours sont complétés par des exercices de contrôle du souffle et par une relaxation, préparation à la méditation.

Yoga Iyengar

Du nom de son concepteur indien, ce yoga exigeant dans le placement des postures utilise des accessoires: briques, sangles et coussins, pour parfaire les positionnements. Les postures sont tenues longtemps.

Kundalini Yoga

Yoga qui donne une part importante aux mantras (sons répétés) et aux chants ainsi qu’à la méditation. Les postures sont dynamiques et statiques avec des techniques de respiration. Il est important de trouver un professeur sérieux car ce type de Yoga parfois lié au tantrisme à un côté ésotérique et peut parfois prendre des formes sectaires. C’est mon avis partial, mais il faut essayer.

Vinyasa Yoga

Les postures sont enchaînées harmonieusement avec une attention sur la respiration. Assez physique car dynamique ce Yoga parcours de nombreuses postures sans pauses, en suivant les inspirations et expirations. Exigeant pour un débutant.

Ashtanga Yoga

Yoga dynamique un peu comme le Vinyasa Yoga où la respiration va permettre naturellement de chauffer le corps et d’éliminer les toxines. On passe d’une posture à l’autre d’une manière fluide, parfois avec des petits sauts et on reste dans certaines postures en faisant la respiration « ujjai ». C’est-à-dire une respiration par le nez, rendue sonore par une petite contraction du fond de la gorge qui provoque un échauffement du corps. Exigeant et physique.

Yin Yoga

Inspiré de la philosophie taoïste, le Yin Yoga est une pratique de Yoga qui cherche à répondre au Yang de la vie moderne hyperactive pour retrouver un certain équilibre. Les poses sont tenues immobiles plusieurs minutes et les muscles doivent être relâchés. Les postures sont principalement des postures assises et allongées.

Bikram Yoga

Yoga pratiqué dans une pièce chauffée à 40° et humide. L’enchaînement des postures est souvent le même avec des exercices de respiration. C’est sans doute la discipline la plus physique. La chaleur rendant le corps plus souple il faut rester attentif à ne pas se blesser en allant trop loin. Réservé aux personnes plutôt jeunes et en très bonne forme physique (coeurs fragiles s’abstenir).

Toutes ces formes de Yoga nécessitent une persévérance et une pratique régulière pour en découvrir les nombreux bienfaits : souplesse, contrôle de soi, détente, évolution spirituelle … Je vous souhaite le meilleur !

hatha yoga Alain Janvier

4 commentaires sur Quelle forme de Yoga est faite pour vous ?

Comment vous libérer de votre carapace

Depuis plusieurs années, je pratique la méditation et le yoga,  je lis des livres spirituels et je fais des retraites. Ces activités m’aident à entrer en contact avec ma vraie nature et à être…

Depuis plusieurs années, je pratique la méditation et le yoga,  je lis des livres spirituels et je fais des retraites. Ces activités m’aident à entrer en contact avec ma vraie nature et à être présente à moi-même, ce qui me permet d’être plus ouverte aux autres.

À travers ce processus de paix, j’ai observé que nous avions juste deux possibilités : être conscient ou être inconscient.
Mais surtout j’ai appris qu’il y avait deux intentions possibles à chaque instant qui nous étaient offertes :
– l’intention d’apprendre à ouvrir notre cœur, à ôter notre armure
– l’intention qui nous conduit à nous protéger contre la douleur en adoptant une attitude de contrôle

Choisissez en pleine conscience d’ouvrir votre cœur et n’essayez pas d’éviter la douleur.
Apprenez le lâcher prise, c’est-à-dire acceptez les choses telles qu’elles sont plutôt que de vous acharner à vouloir qu’elles soient telles qu’elles pourraient être. C’est le début de la guérison.
Personne ne m’a jamais expliqué ce secret merveilleux quand j’étais à l’école !

Au final, c’est la vie elle-même qui est la véritable pratique méditative. Toute rencontre  dans notre vie est un enseignement et chaque instant, chaque événement est une occasion de pratiquer et de s’ouvrir.

Commentaires fermés sur Comment vous libérer de votre carapace

6 étapes pour pratiquer la méditation yogique

Le yoga c’est l’invitation au voyage intérieur par excellence. L’essentiel se trouvant dans le souffle (prana) et, pas forcément dans les postures (asanas). Ces dernières représentent un moyen d’apaisement et…

Le yoga c’est l’invitation au voyage intérieur par excellence. L’essentiel se trouvant dans le souffle (prana) et, pas forcément dans les postures (asanas). Ces dernières représentent un moyen d’apaisement et d’exploration afin de préparer la période méditative. Le yoga n’est pas un sport, c’est une pratique consciente dans le but d’atteindre l’état de méditation (dhyana). Puis, ne faire qu’Un avec l’Univers comme le suggère le mot yoga, signifiant en sanskrit « union ». Tout un programme ! Si vous souhaitez instaurer une pratique personnelle et quotidienne, voici donc des aspects vraiment accessibles à prendre en considération.

1. Objectifs simples

Accordez-vous par exemple 5 minutes par jour pendant un mois. Puis le mois suivant, passez à 10 minutes ! Choisissez un moment de la journée qui sera toujours le même : au lever, le midi, après le travail, avant le coucher…à vous de voir ce qui vous convient le mieux, ce qui vous rend le plus disposé et disponible.

2. Abandon en confiance

Adoptez la pose (et pause) si simple, mais ô combien magique, de savasana, nommée également « la posture du cadavre ». Cette appellation semble, au premier abord, repoussante. Et pourtant, quel enseignement ! Restez allongé confortablement, paumes de main retournées vers le ciel. Il s’agit de dépôt, de repos, d’abandon, de lâcher-prise et d’une sensation de dénuement. C’est l’opportunité de quitter ce qui encombre. Tout comme l’Arcane sans nom du Tarot, la mort métaphorique permet la transformation, la surprise et le renouvellement. Que reste-t-il alors dans ce calme et, à priori, cette immobilité, en savasana? Le souffle de vie, l’Essence de la Conscience, où tout devient possible…

3. Présence du souffle

Les yeux clos, portez votre attention sur le souffle. Respirez de manière de plus en plus profonde, consciente et paisible, bouche fermée.

4. Pensées chassées

Afin d’éviter l’installation, ainsi que le va-et-vient de pensées, à chaque inspiration entendez dans votre tête le mot « inspirant » et à chaque expiration, « expirant ». En évitant l’utilisation de « je », grâce au participe présent du verbe, on favorise ainsi le détachement. Ce conseil nous est révélé par François Lorin, formateur à l’Institut Français de Yoga.

5. Suspension du temps

Entre chaque inspiration et expiration, retenez votre souffle une seconde.

6. Temps d’observation

Après ces quatre dernières étapes, restez quelques temps ainsi, encore allongé et les yeux toujours fermés. Observer ce qui se passe. Accueillir sans jugement aucun.

Cette démarche en six phases peut se faire à la fin de votre séance individuelle de yoga ou bien, en simple mode de relaxation. Prêt pour la méditation facile ?

Commentaires fermés sur 6 étapes pour pratiquer la méditation yogique

Art de vivre polynésien: 12 petits bonheurs à suivre

1. Tutoyer Le vouvoiement n’est pas du tout commun en Polynésie Française. Le fait de tutoyer rend les gens plus accessibles, agréables et bienveillants. Les ambiances deviennent donc moins solennelles…

1. Tutoyer

Le vouvoiement n’est pas du tout commun en Polynésie Française. Le fait de tutoyer rend les gens plus accessibles, agréables et bienveillants. Les ambiances deviennent donc moins solennelles dans les administrations, les banques, les hôpitaux ou les écoles. C’est un plaisir d’échanger avec égalité et humanité.

2. Poser une fleur sur l’oreille

Rappel de la beauté naturelle qui est partout. Simplicité et variation de couleurs, de senteurs, de texture : tiaré, frangipanier, hibiscus… Pas de routine! Chaque fleur a son charme. Elle nous invite à suivre son humeur du jour. Cueillir sa fleur tombée dans le jardin ou sur le chemin du travail, c’est un trésor journalier.

3. Vivre le présent

Les temps du passé et futur n’existent pas dans la langue tahitienne: il est seulement question du Présent. Cela a un impact sur la manière de vivre, au quotidien ; on anticipe peu, on ne se fait pas de plan sur la comète, on savoure juste ce qui est là devant soi. Carpe Diem!

4. Partager la joie

Danse, chant et percussions traditionnels. Ces disciplines permettent de se regrouper régulièrement, d’honorer nos racines, de développer le sens de la communauté et de ressentir une profonde satisfaction dans la bonne humeur.

5. Transmettre les arts et la culture 

Les polynésiens sont fiers de leurs joyaux culturels et de leurs techniques ancestrales. Tressage, tatouage, paréo, ukulele, etc. Chacun trouve son art créatif de prédilection. Chaque personne est amenée à explorer sa créativité et est donc mise en valeur dans son potentiel artistique.

6. Respecter les traditions

On ne déplace pas un tiki en pierre, on ne s’aventure pas dans un endroit tapu (“tabou” ,mot originaire de Polynésie). Il y a ainsi des lieux et usages sacrés permettant de garder humilité, nous rappelant la force magique et mystérieuse de Mère Nature.

7. Jardiner

Etre dehors, s’occuper des plantes, mettre les mains dans la terre. Un dicton tahitien nous enseigne qu’en prenant soin de notre planète, en la bichonnant en quelques sortes, elle nous le rend avec abondance.

8. Marcher pieds nus

Maintenir le contact avec les énergies de la terre, on est reliés à elle, nous sommes ses enfants et cette habitude permet de rester délicieusement ancré. On se souvient ainsi d’où l’on vient et où nous sommes. Peu importe où nous allons finalement, ce qui importe c’est l’expérience de l’Instant.

9. Prendre le temps

La chaleur et le climat dans les îles forcent l’adaptation à un rythme de vie lent et calme. Si on ne sait pas être patient, on le devient! Développez la pleine conscience pour tout ce que vous faites, accédant ainsi à une démarche méditative. Vous deviendrez plus tolérant et moins stressé.

10. Manger sainement

Vivre de poisson frais de la pêche et fruits récoltés dans le jardin, l’idée c’est de faire selon son environnement et ses disponibilités. Consommez davantage local et de saison, en respect avec les rythmes de la nature.

11. Bouger

Le va’a (la rame en pirogue) est une institution sportive. Sortez en plein air, faites une activité qui vous permet de garder une bonne forme physique et un corps sculpté. Se défouler permet aussi d’apaiser l’esprit.

12. Surfer

Surfer sur la vague. Prenez cette formule métaphoriquement. Epousez ce que la nature offre et laissez-vous aller. Apprenez à lâcher prise. Profitez de ces instants de joie, de légèreté. Pensez simplement à vous amuser. Souriez ici et maintenant!

2 commentaires sur Art de vivre polynésien: 12 petits bonheurs à suivre

Qu’est-ce que la pleine conscience (ou mindfulness) ?

La Pleine Conscience ou Mindfulness est une technique qui explose en ce moment, notamment aux États-Unis. Il faut dire que les études scientifiques, notamment ces dernières années ont mis en…

La Pleine Conscience ou Mindfulness est une technique qui explose en ce moment, notamment aux États-Unis. Il faut dire que les études scientifiques, notamment ces dernières années ont mis en évidence de nombreux bénéfices. Elle est introduite petit à petit dans les hôpitaux pour renforcer l’efficacité de certains traitements et pour soigner certains troubles psychologiques. Elle apparaît également dans les entreprises privées (Google, L’Oréal, etc.) ou publiques, dans les écoles et même dans certaines prisons. Issue des pratiques bouddhistes, on peut dire que la Pleine Conscience moderne en est une version laïque. On peut la définir comme une méthode qui consiste à être dans le ressenti de l’instant présent. Passons en revue ses vertus pour le corps et pour l’esprit et regardons comment on la pratique.

Les bénéfices

1. Améliore fortement l’humeur

On prend du recul sur nos pensées et notamment sur les pensées négatives. On apprend à dompter ce flux incessant de pensées qui nous viennent à l’esprit sans cesse. Beaucoup de ces pensées ont trait à des choses passées, à des regrets, des ressentiments ou bien à des choses futures, des craintes, des peurs. Revenir dans l’instant présent et au ressenti de nos 5 sens permet d’installer une véritable sérénité et d’échapper au stress de plus en plus omniprésent dans nos modes de vie modernes.

2. Prévient l’apparition de maladies

Cette pratique renforce le système immunitaire donc défend l’organisme contre les cellules cancéreuses et les bactéries. Elle diminue aussi la pression artérielle et joue un rôle d’anti-inflammatoire. Il a également été montré qu’elle peut diminuer la douleur.

3. Développe le cerveau

Grâce à l’IRM et aux recherches les plus récentes, les chercheurs ont mis à jour l’effet de la méditation de pleine conscience sur la neuroplasticité du cerveau. Ainsi, on observe un changement et un développement du cerveau.

Comment ça marche?

Ce qu’il y a de bien avec le mindfulness c’est qu’on peut le pratiquer dans plein de cadre différents. On peut ainsi l’utiliser de manière statique, on parle alors de méditation. Il se pratique également dans un cadre dynamique, par exemple en marchant, en prenant une douche, en faisant la vaisselle, etc. On peut même la pratiquer en mangeant.

Pour être en pleine conscience, attirez votre attention sur le moment présent et concentrez-vous sur votre ressenti à travers les 5 sens. Cette attention au présent est inévitablement troublée par des pensées. Dès que vous vous en apercevez, replacez votre attention sur le présent et sur les sensations de votre corps. Les pensées reviendront toujours plus ou moins rapidement. Ne cherchez pas à les supprimer mais prenez du recul sur elles, autorisez-les à passer et laissez-les repartir puis revenez dans le moment présent.

Bien sûr, on peut penser au passé et au futur. Le mieux est de le faire avec recul en prenant conscience que vous pensez au passé ou au futur.

Plus la durée est longue et régulière plus les effets bénéfiques se feront ressentir. Néanmoins, chaque petit moment de la journée peut être utilisé pour cette technique. Par exemple, un feu rouge en voiture constitue une bonne opportunité.

Commentaires fermés sur Qu’est-ce que la pleine conscience (ou mindfulness) ?

4 étapes pour une méditation centrée sur la respiration

Plusieurs études scientifiques ont montré dernièrement que la pratique régulière de la méditation modifie durablement le fonctionnement du cerveau. Les chercheurs ont montré que la méditation agit sur l’amygdale, la…

Plusieurs études scientifiques ont montré dernièrement que la pratique régulière de la méditation modifie durablement le fonctionnement du cerveau. Les chercheurs ont montré que la méditation agit sur l’amygdale, la zone du cerveau associée à la peur et à l’anxiété. Cette pratique mentale ancestrale conduit à une relaxation, à un calme intérieur. Regardons comment aborder cette pratique encore peu développée en Occident mais qui commence à percer, notamment dans certains hôpitaux.

1. Prenez un moment pour vous

Une minute, vingt minutes, une heure ou plus. A vous de décider quelle durée et quel créneau vous pouvez ou vous voulez prendre. Déconnectez-vous complètement de vos appareils électroniques et assurez-vous de ne pas être dérangé.

2. Trouvez un lieu calme

La méditation peut se faire en marchant, en mangeant ou en prenant les transports. Le mieux est tout de même de trouver un endroit calme et relaxant.

3. Adoptez une position confortable

La position allongée peut être un problème si vous vous endormez trop facilement. La position assise et droite convient tout à fait pour les débutants. Vous n’êtes pas obligé d’adopter cette fameuse position jambes croisées et pieds remontant sur les genoux. L’important est de se sentir bien et digne. Vous pouvez fermer les yeux mais le mieux est de les laisser ouverts, sans tension et sans focus sur un point particulier. Laissez votre bouche à peine entrouverte pour laisser votre mâchoire détendue.

4. Prenez conscience de votre respiration

Commencez par effectuer quelques expirations fortes pour vider tout le dioxyde de carbone de vos poumons. Ensuite, prenez conscience de votre respiration. Ressentez l’air qui arrive par le nez et descend jusqu’en bas des poumons. Ressentez l’air qui se vide des poumons et ressort par votre nez. Si des pensées vous viennent à l’esprit, laissez-les partir en vous recentrant sur votre respiration. Soyez dans le ressenti de l’instant présent.

Il existe plusieurs autres techniques de méditation comme la répétition d’un mantra, la concentration sur un objet ou la visualisation. Comme toute pratique, la méditation se travaille dans la durée et vous observerez des progrès petit à petit.

Commentaires fermés sur 4 étapes pour une méditation centrée sur la respiration

Type on the field below and hit Enter/Return to search