Catégorie : Relaxation

3 gestes simples pour vous apaiser

Vous êtes morts de trouille. Vous ne savez pas pourquoi.  Sensations désagréables. Feu follet d’agitation, rythme cardiaque comme une horde de chevaux au galop, palpitations dignes d’un grand 8. A…

Vous êtes morts de trouille.

Vous ne savez pas pourquoi. 

Sensations désagréables.

Feu follet d’agitation, rythme cardiaque comme une horde de chevaux au galop, palpitations dignes d’un grand 8.

A peine de quoi respirer?

20 fois que vous regardez la trotteuse en moins de 20 minutes.

Votre pied saccade une morceau électro. Vous avez un doigt dans la bouche, l’ongle coincé sur une dent.

Put***!

Et finalement si. Vous savez pourquoi. Vous avez une raison « objective » de flipper.

Cette peur vient de l’extérieur. Cette peur, c’est les autres. Ou plutôt à cause des autres.

On vous a demandé de faire quelque chose de compliqué, et ça vous prend la tête : vous n’aller pas y arriver, c’est sur.

On vous a donné un avis et il provoque des doutes atroces : « Et s’il avait raison… »

On vous a annoncé une mauvaise nouvelle, sans d’aide à la compréhension et elle tourne en boucle.

« Et si je me trompe? Et si j’échoue? Et si j’étais malade? »

On perd pied. Et puis, ce cœur, qui s’emballe encore.

Tadac tadac tadac………

Qui n’a pas ressenti cela?

Une montée de stress aussi vertigineuse que l’Everest. D’ailleurs, si on le grimpait réellement à cette allure, il n’aurait plus rien d’emblématique.

Ce phénomène anxiogène vient de l’extérieur, c’est sûr!

Peu importe le sujet, il nous touche suffisamment pour provoquer un séisme. Vous en avez les mains qui tremblent.

Et pourtant les trois gestes de relaxation qui vont suivre vont bien venir d’elles.

D’ailleurs, j’aime à penser que si elles sont l’expression d’une angoisse, elles peuvent devenir son remède.

Elles vont vous permettre de vous recentrer sur vous-même.

Je ne suis pas psychologue, mais j’ai pu, au cours de ma vie, en fréquenter un formidable, qui m’a permis de comprendre d’abord une première chose : chaque angoisse se vit et se dépasse, à plus ou moins long terme.

Et puis, l’autre chose suivante : une angoisse vient d’une interprétation du réel, qui génère une émotion très forte. C’est évidemment subjectif. Si, si… Car ce qui génère de l’angoisse chez vous, n’en provoquera pas chez un autre. Cette interprétation est le fruit de votre perception de la réalité, mêlée à vos codes personnels de croyances diverses. Des croyances parfois inculquées d’autrui.

Alors bon, là, tout de suite, j’ai peur, je m’angoisse pour un truc, alors que je ne le veux pas. Ben oui, je ne le veux pas moi. C’est parce qu’il m’a dit ça, c’était maladroit, c’était trop violent. Et, dans cette situation, on m’a appris qu’il faut rester digne, mais je ne peux pas, je n’y arrive pas…….. J’ai envie de pleurer. Je tremble de peur.

Et voilà.

Je vous propose donc des exercices d’apaisement immédiat dont le but est de se recentrer sur soi et de faire abstraction pendant quelques minutes de l’extérieur.

Je ne propose pas de régler vos problèmes, ni de trouver les causes qui vous amènent à réagir avec autant d’émotions. Et d’ailleurs, je n’ai rien contre les émotions. Elles ont la vertu d’être la vie.

Je vais vous (re)donner 3 gestes susceptibles de ramener la paix, dans votre corps ou tout du moins calmer l’agitation physique qui en découle, et ainsi dans votre esprit.

1 –  Anjali Mudrà

 

anjali mudraConnaissez-vous le yoga des mains, ou la pratique des mudras ?

C’est finalement la forme du yoga la plus rapide à mettre en place, en cas de besoin.

Namasté

C’est le mudrà que l’on pratique pour se saluer, débuter un cours de yoga, ou une séance de pratiques spirituelles.

Et si vous ne l’avez jamais entendu, vous l’avez forcément vu. Souvenez-vous du film Devdas. En Inde, les gens se saluent de cette manière.

Le geste consiste à joindre les mains, l’une contre l’autre, côté paumes, les doigts bien droits et dignes. Cette jolie harmonie est ensuite ramenée vers le cœur. Les épaules sont relâchées, donc abaissées et les pouces sont légèrement calés sur le thorax (entre les seins pour les femmes). La tête s’incline légèrement, le menton est un peu rentré.

La salutation effectuée dans ce geste est bien plus symbolique qu’une poignée de main. Il signifie « la lumière en moi honore la lumière qui est en vous ». Spirituellement, la lumière en nous, donc la vie, est le Divin. En s’inclinant devant vous, on s’incline devant la vie et ce que vous représentez.

Je vous propose de faire ce geste, maintenant.

En joignant délicatement les mains, l’une à l’autre, les doigts bien droits, on procède déjà à une détente de ceux-ci. Souvent, l’angoisse a tendance à provoquer une crispation des membres. Ce geste a pour effet de détendre les mains immédiatement. De plus, la pulpe des doigts se touchant, la paume des mains se rejoignant, on crée comme un petit cocon de chaleur immédiate.

Le toucher est une manière de désamorcer une tension corporelle. Cette évidence a engendré des métiers comme la kinésithérapie, la réflexologie ou la reikiologie.

Pour aller plus loin, le geste de ramener les mains jointes sur sa poitrine va augmenter la sensation de centrage sur soi. En plus des mains, on va provoquer une détente des bras, comme pour les doigts. Et puis, finalement, on se ramasse. On crée un petit périmètre. Cette sensation est encore décuplée avec le fait d’abaisser un peu la tête. Ce petit chez-soi sécurisant se trouve entre votre menton, vos bras repliés et vos mains.

On est bien chez soi, non?

Et pour finir, l’action de poser les pouces sur le cœur va l’enjoindre à se calmer un peu. Cette légère pression fera poids sur le thorax et poussera vers une respiration plus profonde.

Quand le cœur se calme et que la respiration ralentit, le début de la relaxation commence.

Essayez maintenant, en fermant les yeux pour être bien à ce que vous faites. Inspirez et expirez profondément plusieurs fois et constatez l’apaisement qu’il provoque. Parfois très profond. On ressent une forme d’humilité, et à la fois, du respect envers soi-même.

En yoga, on dit que l’on procède finalement à une connexion à son cœur, et son énergie yogique. Quand on se connecte à son cœur, on se recentre sur soi, et c’est ainsi qu’on peut alors s’ouvrir aux autres.

Vous possédez donc une première technique d’apaisement immédiat avec un geste simple, vous permettant de trouver un début de sérénité, de vous centrer sur vous-même pour mieux gérer votre angoisse et vous rouvrir aux autres.

2 – Le massage express des mains

massage mainsL’Anjali Mudrà peut ensuite être accompagné d’un massage palmaire. S’il ne vous convient pas, passez à celle-ci directement.

Dans la présentation précédente, s’exposait l’évidence de la décompression musculaire par le toucher.

En effet, se toucher est une forme de bienveillance envers soi-même. Se toucher, c’est déjà se connecter à soi.

Cette seconde technique très simple est souvent mise de côté. On se fait facilement masser le dos, la tête, la nuque, les jambes. On SE masse déjà beaucoup moins, dans nos contrées occidentales.

Mais le massage des mains est encore plus ignoré.

Les mains sont pleines de terminaisons nerveuses. En soit, tous les organes de notre corps sont ramifiés à une terminaison située dans les mains. Comme pour les pieds d’ailleurs. Mais quand on se tape une crise d’angoisse, c’est parfois difficile de tirer sa chaussette et de se faire un massage éclair.

Outre le fait que le massage des mains permet d’entretenir les articulations des doigts et de prévenir du vieillissement cutané, il a pour effet de procurer une détente immédiate, même s’il est auto-mené.

Sachez que le cœur et les poumons, les principaux sollicités en cas de crise anxiogène, sont reliés pour le premier au pouce et pour le second à la base des doigts et du poignée.

Encore une fois, quand on prend des angoisses, les mains se crispent au point de ressentir de vives douleurs dans les doigts. Comme l’arrivée d’une grippe subite. Une sorte de courbature pernicieuse.

La première chose importante a effectuée est de procéder à des pressions des poignées. Une main pour enserrer l’autre. Serrez vos poignées, sans les broyer évidemment. Si possible, posez les coudes. Et remontez lentement jusqu’au haut des doigts. De chaque côté, en alternant.

Ensuite, venez poser le pouce d’une main vers la paume de l’autre et procédez aussi à des pressions. Sous les doigts, au creux de la paume, sur le muscle bombé du pouce. La tension va céder sous cette douce poussée et détendre encore une fois vos membres tout nerveux.

De plus, tout à procéder à ce massage, vous allez l’espace d’un instant, pensez à autre chose.

Il ne s’agit pas d’un massage d’effleurages ou de profondeur avec des stimulis précis, des gestes lents et déliés, mais plutôt d’un outil d’apaisement d’urgence en cas d’angoisse.

Encore une fois, je vous propose de vous recentrer sur vous-même, en vous redonnant confiance et force.

Il faut vraiment comprendre que la réouverture au monde et à votre peur passe par un premier travail d’introspection.

C’est un peu comme cette petite chenille, qui avant de devenir un papillon, va d’abord prendre des forces dans sa petite chrysalide.

Quand vous vous sentez agressés, et notamment par une émotion, rassemblez-vous.

Ayez ce réflexe de repli sur vous-même, pour reprendre des forces.

En stimulant les organes reliés aux mains, et notamment ceux du cœur et des poumons qui s’emballent, le rythme cardiaque et la respiration vont s’apaiser et peut-être juguler cette angoisse trop intrusive.

Nous, les femmes, nous avons souvent des petites crèmes dans les sacs à mains. Grâce à elles, le massage sera d’autant plus bénéfique, qu’il sera plus fluide et accompagné d’une odeur rassurante. Ayez toujours un petit tube dans votre sac.

Quant à la durée, il n’y a pas de règle. Comme vous le voudrez.

3 – Palming et pressions du visage.

palmingUne dernière technique efficace, rapide et surtout simple à effectuer. A effectuer à la suite des précédents ou seule.

Mais kéasko, ce machin?

Le palming consiste à s’obstruer la vue, avec les mains. A créer une coque autour des yeux, pour trouver de l’obscurité et détendre son visage.

Cherchez un endroit calme. Si possible avec peu de bruits.

Il est nécessaire de pouvoir poser les coudes. Pour se faire, il faudra vous attabler.

Rassemblez vos doigts les uns contre les autres, y compris les pouces pour créer une palme. Incurvez-les un peu et venez couvrir vos deux yeux.

Il faut tenter d’observer un noir complet. Fermez bien les yeux, mais sans forcer non plus.

Cette technique de relaxation a d’abord pour usage de reposer la vue et est utilisée pour le soulagement ophtalmique et l’amélioration de la vue.

Cependant, comme pour les exercices précédents, nous cherchons ici à créer une intimité et à nous couper de l’oppression du réel.

C’est complètement symbolique, c’est un fait, mais ça fonctionne.

Respirez profondément, et tentez de relâcher les épaules. Restez plusieurs minutes, écoutez votre respiration, concentrez-vous sur elle.

Ensuite, commencez à presser vos tempes, simultanément. Écartez plus ou moins les doigts et pressez vos tempes vers vos oreilles. Plusieurs fois, en déplaçant les mains de quelques millimètres à chaque fois.

Revenez vers les yeux et remontez ensuite vers le front. Doucement. Pressez, encore et encore. Vos doigts vont venir soulager les tensions du visage, celles qui peuvent provoquer des troubles divers comme les maux de tête par exemple.

Après avoir bien pressé votre front, revenez vers les yeux et rayonnez vers les joues, puis le menton, le cou.

Appuyez doucement, mais fermement.

Même procédé que les techniques précédentes, on s’occupe de soi, on se rassemble, on ferme la porte à l’assaillant, on se protège et on décompresse tout doucement.

Prenez le temps de cette gestuelle.

Vous n’avez pas peur de vous-même, vous pouvez vous faire confiance.

Même si vous êtes porteur d’une angoisse, c’est bien au fond de vous que vous allez trouver de quoi vous rassurer.

Je vous propose de ne pas attendre d’être angoissé pour pratiquer, mais de commencer maintenant, à vous familiariser avec ces gestes.

Essayez maintenant que vous allez lu. Revenez sur chacune des descriptions de ce billet. Pratiquez les gestes. Vous constaterez, alors même que vous ne ressentez aucune menace sur l’instant, qu’ils procurent déjà du bien-être.

Vous pouvez générer votre propre bien-être.

Le bonheur de savoir que vous détenez un pouvoir apaisant n’est-il pas génial?

Chacun a le pouvoir immense de se faire du bien et de favoriser un soulagement et chasser ses propres angoisses.

Bien à vous.

Nini

6 commentaires sur 3 gestes simples pour vous apaiser

4 attitudes pour mieux faire face au stress

Ce n’est un secret pour personne que l’année 2015 aura été particulièrement difficile, triste et traumatisante : attentats terroristes, ambiance morose, économie en berne etc. On se sent particulièrement vulnérable…

Ce n’est un secret pour personne que l’année 2015 aura été particulièrement difficile, triste et traumatisante : attentats terroristes, ambiance morose, économie en berne etc. On se sent particulièrement vulnérable dans de telles situations, car elles font ressortir des fragilités qui sont en nous. Lorsque le taux de stress augmente considérablement, de façon récurrente ou permanente, il n’est pas aisé de trouver la paix intérieure. 25% du bonheur que nous éprouvons au cours de notre vie est lié à notre capacité de contrôler notre stress. Nous avons donc tout à y gagner. En m’appuyant sur les travaux de recherche existants, je vous propose quelques clés pour faire face, plutôt que de subir.

La notion de stress a été inventée en 1956 par le biologiste hongrois Hans Seyle, qu’il définit comme une « réaction physiologique permettant à l’organisme de s’adapter face à une agression externe, qu’elle soit traumatique, thermique ou même sociale ». Il identifie trois phases successives dans la réaction au stress : l’alarme (boule au ventre, mal de dos…), la résistance (on se prépare à l’affronter), et l’épuisement (l’organisme finit par craquer). Le Pr Richard Lazaarus définit le stress comme étant « l’état qu’une personne éprouve lorsque la demande dépasse les ressources naturelles et sociales qu’elle est en mesure de mobiliser ». Assez rapidement, cela provoque fatigue, perte d’attention et irritabilité. Comment faire pour éviter de céder au stress et cultiver son bonheur ?

1. En prévention, facilitez-vous la vie au maximum

Par exemple, planifiez votre journée sur votre agenda. Ce qui est dit est écrit, ce qui est écrit est fait. Vous perdrez moins de temps, accomplirez davantage de choses et vous sentirez plus serein(e).

2. Contrôlez les sources de stress pour les réduire ou les éliminer

La gestion du stress passe aussi par la capacité de savoir lâcher prise. Cela permet d’être mieux dans sa vie, au travail, et de démarrer la journée avec une bonne énergie. Et surtout souriez, à vous même, à la vie et aux autres !

3. Pratiquez des techniques de relaxation pour vous décontracter

Soyez à l’écoute de votre corps et offrez-lui des moments de satisfaction. Se faire plaisir, c’est prendre le temps de vivre, respirer, s’amuser, se relaxer. Lâchez-vous, et dansez sur le bar si vous en avez envie ! Youpi !

4. Apprenez à repousser les pensées irrationnelles

Il existe une façon simple et efficace : écrire ! A tout moment de la journée, prenez une feuille et notez -sans vous censurer- tout ce que vous ressentez. Lorsque vous vous relirez, vous aurez pris du recul sur ce qui vous amenait à interpréter les évènements de façon négative.

« Donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, la force de changer celles que je peux et la sagesse d’en connaitre la différence »
Marc Aurèle
Je vous souhaite une très belle année, douce et paisible !

Un commentaire sur 4 attitudes pour mieux faire face au stress

Connaissez-vous le Tui Na ?

Le Tui Na est un massage chinois aux vertus thérapeutiques. Il convient de noter que le massage traditionnel chinois est l’un des piliers de la médecine chinoise, au même titre…

Le Tui Na est un massage chinois aux vertus thérapeutiques. Il convient de noter que le massage traditionnel chinois est l’un des piliers de la médecine chinoise, au même titre que la diététique ou l’acupuncture. Il est à noter également que le Tui Na est très pratiqué en France (dans un but relaxant), en Asie (à titre thérapeutique et préventif), ainsi qu’un peu partout dans le monde.

Bon à savoir
Le massage Tui Na est un massage profond et tonique qui défatigue et tonifie l’ensemble du corps. C’est l’un des must pour se relaxer, se détendre et se ressourcer après une longue et dure journée de travail. Son objectif principal étant de faire circuler l’énergie vitale, pour libérer les émotions négatives, débloquer les tensions et participer au bien-être. C’est un véritable atout pour la santé !

Notez que les termes « Tui » (pousser) « Na » (saisir) correspondent aux deux manipulations utilisées fréquemment dans le massage chinois. Sachez à titre indicatif que c’est l’une des quatre branches de la médecine chinoise (reconnue par l’Organisation mondiale de la santé) conçue pour harmoniser l’énergie vitale, le Qi (énergie interne qui circule dans les méridiens). En effet, ce massage traditionnel chinois travaille sur les méridiens et sur les points d’acupuncture pour éveiller l’âme et le corps.

Les vertus du massage chinois

Le massage Tui Na est un art réputé depuis plus de deux mille ans pour ses bienfaits traitants, apaisants et de relaxation. C’est un incontournable de la médecine chinoise connu pour ses vertus médicinales, car il tonifie le corps, physique, émotionnel et mental. En effet, il harmonise la circulation de l’énergie interne à travers le corps pour un bien-être intellectuel, spirituel, émotionnel et physique. Sachez que le Tui Na est pratiqué en stimulant les points d’acupuncture sur une partie du corps (dos, ventre, pieds…) ou sur la totalité. En ce qui concerne les techniques du massage chinois, notez qu’il en existe des centaines, mais en général on utilise les poignets, coudes, genoux, pieds, doigts, paumes des mains en faisant différents mouvements : étirements, frottements, pressions… Aimeriez-vous un massage Tui Na ? Pourquoi ne pas vous offrir un vrai bon massage énergétique au cours de votre prochain voyage en Chine ? Voici une liste non exhaustive des bienfaits du massage traditionnel chinois « Tui Na » qui vous poussera (peut-être) à faire le voyage :

  • Sensation de bien-être
  • Meilleure tolérance aux variations thermiques
  • Équilibrer les énergies
  • Amélioration du sommeil et de la vitalité
  • Relaxer et évacuer le stress
  • Ralentissement du vieillissement des tissus
  • Améliorer les douleurs dorsales
  • Stimuler la circulation sanguine (soulage les jambes lourdes) et lymphatique.
  • Drainage du liquide organique
  • Problèmes digestifs (constipation…)
  • Stimulation du système immunitaire
  • Prévention d’un grand nombre de maladies…

Afin de garder un corps sain et esthétique, il est conseillé de se faire masser régulièrement. Pourquoi ne pas essayer le Tui Na ? Le massage est essentiel au bien-être !

Article rédigé avec la collaboration de Bonjour Chine

 

Commentaires fermés sur Connaissez-vous le Tui Na ?

6 étapes pour ma séance de yoga facile

Eve-Anne Durieux est professeur de Natha Yoga, thérapeute en santé globale (PNL, déprogrammation biologique) et auteure du blog « Votreyoga« . Elle exerce sa profession en Belgique, dans la région de Tournai et…

Eve-Anne Durieux est professeur de Natha Yoga, thérapeute en santé globale (PNL, déprogrammation biologique) et auteure du blog « Votreyoga« . Elle exerce sa profession en Belgique, dans la région de Tournai et Leuze-en-Hainaut.

Vous avez besoin de vous détendre, de vous centrer, de vous régénérer en douceur ?

Je vous propose une petite séance de yoga facile. Elle est néanmoins très complète car elle comprend des postures, de la respiration, des mudras, une concentration et une relaxation.

A vous de jouer. J’espère que vous y trouverez beaucoup de bien-être.

1. La posture debout

la posture deboutTenez-vous debout, les pieds joints.

Placez les mains en jnanamudra, c’est-à-dire joignez le bout du pouce et le bout de l’index et laissez les trois autres doigts joints et tendus.

Prenez conscience de votre respiration.

Visualisez votre colonne vertébrale et imaginez que votre souffle circule dans la colonne : montant à l’inspiration et descendant à l’expiration.

Vous allez progressivement allonger votre respiration et installer un rythme 1 temps d’inspiration pour 2 temps d’expiration. Par exemple, si vous comptez jusque 4 à l’inspiration, vous compterez jusque 8 à l’expiration.

Vous pouvez faire cette posture les yeux fermés, en convergeant le regard vers un point au centre du front (ajna chakra). Si c’est trop difficile au début, fixez un point devant vous.

Vous allez peut-être être surpris par la concentration qu’il vous sera nécessaire pour maintenir votre équilibre. Restez détendu et simplement,observez les oscillations du corps.

Cherchez votre point d’immobilité sans vous crisper.

Maintenez cette posture 1 à 5 minutes puis relâchez.

Voici jnanamudra, le mudra des mains que je vous invite à prendre pour cette posture.

P1030906

 

 

 

 

2. La posture du chat en dynamique

Installez-vous à quatre pattes, les mains à l’aplomb des épaules et les genoux à l’aplomb des cuisses.

posture du chat dynamique 1En expirant, vous allez arrondir le dos et rentrer le menton vers le sternum

(faire le “gros dos” comme le chat)

 

 

posture du chat dynamique 2En inspirant, vous allez basculer le bassin, creuser les reins et remonter la tête.

 

 

 

Faites plusieurs fois ce mouvement d’aller-retour.

Respirez sur le rythme 1 temps d’inspiration – 1 temps d’expiration ou 1 temps d’inspiration – 2 temps d’expiration

Visualisez le souffle qui monte dans la colonne vertébrale à l’inspiration et qui redescend à l’expiration, comme une vague de détente dans tout le corps.

Bouger DOUCEMENT et allonger progressivement votre souffle.

Vous pouvez prononcer mentalement un mantra : SO à l’inspiration et “HAM” à l’expiration

 3. La posture de la demi-torsion

la demi-torsion 1Asseyez-vous et allongez la jambe gauche devant vous.

Pliez la jambe droite et passez le pied droit au-dessus de la jambe gauche.

Placez la main droite au sol pour vous aider à redresser le dos.

Enlacez le genou droit avec votre bras gauche.

Vous pouvez garder la tête vers l’avant

 

la demi-torsion 2ou tourner la tête vers l’arrière.

 

 

 

 

 

Comme pour la posture debout, vous allez :

– progressivement allonger votre respiration et installer un rythme 1 temps d’inspiration pour 2 temps d’expiration.

prendre conscience de votre colonne vertébrale et visualiser le souffle qui monte à l’inspiration et qui descend à l’expiration.

fermer les yeux et converger le regard vers un point lumineux au centre du front

Maintenez la posture 1 à 3 minutes.

Puis recommencez de l’autre côté.

4. La posture inversée avec le mur

posture des jambes au murAllongez le dos par terre, avec les fesses contre le mur.

Allongez les jambes.

Vous pouvez simplement rester dans cette position et vous détendre.

Ou vous pouvez essayer l’étape suivante.

 

 

 

 

Viparita Karani Mudra au murEn poussant les pieds dans le mur, montez les genoux. Placez les pieds bien à plat contre le mur.

Dès que le dos décolle du sol, placez les mains pour soutenir les reins.

Gardez les pieds au mur.

Respirez sur un rythme 1 temps d’inspiration – 2 temps d’expiration

Visualisez le souffle qui monte dans la colonne à l’inspiration et qui redescend à l’expiration.

Ou bien portez votre attention dans la gorge.

Tenez la posture 3 à 5 minutes.

5. Concentration sur la flamme de la bougie

candle-201623_1280Asseyez-vous en tailleur. Vous pouvez mettre un coussin ou une couverture sous les fesses pour bien redresser le dos.

Posez les mains sur les genoux et faites jnanamudra (comme dans l’exercice 1).

Placez la flamme d’une bougie à hauteur des yeux, à plus ou moins 50 cm.

Détendez-vous et prenez conscience de votre respiration.

Pendant 1 à 3 minutes, fixez intensément la flamme de la bougie, sans bouger les yeux ni les paupières.

Puis fermez  les yeux et fixez votre attention sur l’image rémanente de la bougie. Immobilisez cette image (1 à 3 minutes également).

Vous pouvez faire ce cycle “yeux ouverts-yeux fermés” 3 fois.

Pendant toute la pratique, respirez lentement et restez conscient du va-et-vient de votre souffle.

6. Relaxation

Pour terminer, voici une petite relaxation.

Savasana relaxationAllongez-vous sur le dos.

Ecartez légèrement les bras de l’axe du corps et tournez les paumes de main vers le haut.

Laissez les pieds tomber légèrement sur le côté.

 

 

 

Prenez conscience de la respiration dans le ventre et de l’air qui passe dans le nez.

Prenez conscience des différentes parties du corps en associant à chaque fois la visualisation et la sensation tactile.

Dessinez mentalement et ressentez :

– pied droit, jambe, genou, cuisse, hanche

– pied gauche, jambe, genou, cuisse, hanche

– main gauche, tout le bras jusque l’épaule

– main droite, tout le bras jusque l’épaule

– le bassin

– le ventre, la poitrine, le dos

– le cou, la nuque

– la tête et chaque partie du visage

Terminez en prenant conscience de votre axe. Puis étirez-vous.

Un petit mot sur la respiration Ujjayi

Pour la posture du chat, la demi-torsion et la posture inversée avec le mur, vous pouvez pratiquer la respiration “Ujjayi”.

C’est une respiration où l’air est freiné et “frotte” dans la gorge, ce qui émet un son caractéristique. cette technique allonge le souffle, fait circuler l’énergie et apaise le mental.

J’espère que cette petite séance de yoga vous plaira.

Laissez-moi vos impressions, vos témoignages, vos questions. Je vous répondrai avec plaisir

Eve-Anne Andrieux

7 commentaires sur 6 étapes pour ma séance de yoga facile

Rafraîchissez-vous avec cette méthode étonnante !

Non on ne vous tire pas la langue, rassurez-vous ! Je roule ma langue et j’inspire l’air ainsi…Pourquoi ? Parce que cette manière de respirer procure une sensation de fraîcheur, dans la…

Non on ne vous tire pas la langue, rassurez-vous ! Je roule ma langue et j’inspire l’air ainsi…Pourquoi ? Parce que cette manière de respirer procure une sensation de fraîcheur, dans la bouche ainsi que dans le reste du corps.
Les Touaregs utilisent ainsi cette méthode, dans le désert, lorsqu’ils n’ont pas d’eau. Cette respiration est, en effet, judicieuse en été, avec des températures hautes !

Dans la pratique du yoga, on appelle ce pranayama : Shitali. Pranayama signifie « extension et suspension du Souffle de Vie » en sanskrit. Shitali est la notion de rafraîchir. C’est pourquoi cette respiration est alors surnommée « La Rafraîchissante ».

!!Attention!! Si vous avez tendance à avoir des problèmes d’hypotension ou d’évanouissement, cette pratique est contre-indiquée.

Voici comment procéder pour effectuer Shitali:

-Vous pouvez être assis (en lotus, en demi-lotus, en tailleur ou encore sur une chaise) mais, vous pouvez également rester allongé.

-Tout en inspirant, roulez la langue pour former un tube et sortez-la de la bouche (si vous n’arrivez pas à former le tube, une variante possible est de coller la langue derrière les dents du haut). Quand vous inspirez, basculez la tête très lentement vers l’arrière.

– Imaginez le souffle parcourir votre gorge, les poumons, le ventre et le bas ventre.

– Sur la fin de l’inspiration, vous pouvez effectuer les deux bandhas suivants (bandha signifie « rétention/contraction »): rentrez la langue et roulez-la pour la coller vers l’arrière du palais et, simultanément, contractez le périnée.

– Au moment d’expirer, déroulez la langue et collez-la sur le palais, derrière les dents du haut. Tout au long de l’expiration, la zone pelvienne se décontracte et, le souffle s’expulse du bas ventre vers la gorge, bouche fermée. Lorsque vous expirez, vous basculez doucement la tête vers l’avant, menton en direction de la poitrine.

– Répétez ce processus 5 à 10 minutes.

En plus de vous rafraîchir, vous serez apaisé, prêt à rentrer en méditation…

Connaissiez-vous cette technique?

Commentaires fermés sur Rafraîchissez-vous avec cette méthode étonnante !

3 règles pour en finir avec la peur de l’avion

Comme chaque année durant la période estivale, nous serons nombreux à prendre l’avion pour nous rendre vers la destination de nos rêves. Bien que nous attendions cet événement avec beaucoup…

Comme chaque année durant la période estivale, nous serons nombreux à prendre l’avion pour nous rendre vers la destination de nos rêves.

Bien que nous attendions cet événement avec beaucoup d’impatience, une petite angoisse pointe le bout de son nez ! Aie ! Aie, il va falloir prendre l’avion et rester peut-être plusieurs heures dans les airs avant de retrouver le bon vieux plancher des vaches. Vient s’ajouter à cela un planning chargé car il faut boucler les dossiers en cours au boulot, penser à occuper les enfants, préparer les valises, organiser le voyage etc…

Et même si on se dit pour rassurer notre mental que l’avion est le mode de transport le plus sûr qui soit, on a quand même la boule au ventre.

Alors au delà d’une bonne organisation et d’un planning paré à toute épreuve, il convient peut-être de prendre un peu de temps pour soi, pour vivre et ressentir nos émotions et nos sensations dans toute leur ampleur pour mieux avancer ! C’est le début du voyage.

Règle n° 1

Je m’ancre dans le présent, dans l’ici et maintenant pour faire taire mon mental et ses ruminations. Rien ne sert de tirer des plans sur la comète car personne ne peut prévoir ce qui va arriver.
Comment je fais ?
Facile : Je me mets à l’écoute de mon corps en commençant par ma respiration. Elle reflète l’état émotionnel dans lequel je suis.
Je recentre et me concentre sur ma respiration. En l’observant dans son mouvement, son ampleur, son rythme.

Où se situe-t-elle ? Comment est-elle ?

J’observe le trajet de l’air dans mon corps et je laisse tout mon corps respirer. Qu’est ce qui se passe dans mon corps quand j’inspire, qu’est ce qui se passe quand j’expire. L’air que j’inspire vient nourrir toutes mes cellules. L’oxygène comme carburant de mon corps. Sentir cette énergie de vie qui circule à travers ma circulation. La mobiliser et l’adresser à tous mes tissus, à mes cellules. La respiration est le pont entre le corps et l’esprit. Au fur et à mesure des respirations, tout mon corps va se détendre, se relâcher, mon mental s’apaiser.

En répétant mentalement « je suis calme et tranquille », progressivement, le calme intérieur va s’installer.

Règle n° 2

J’essaie du mieux qu’il m’est possible de ressentir mon corps du sommet du crâne jusqu’au bout des orteils.
Qu’est ce que je ressens ? Y a-t-il des pensées, des tensions physiques mentales, physiques, émotionnelles ? Où se situent-elles ? En quelque sorte, je fais un état des lieux de mon corps. On ne change rien, on accueille juste ce qui se présente à soi, à sa conscience, sans à priori ! Et peut-être même qu’il est possible de sentir le contact de nos pieds sur le sol, notre verticalité, ce lien qui nous unie au Ciel et à la Terre.

Règles n° 3

J’évacue les tensions repérées en synchronisant ma respiration. Attention à bien récupérer entre chaque exercice afin d’éviter une hyper ventilation et d’avoir la tête qui tourne. En sophrologie, cet exercice s’appelle l’IRTER.

Imaginez que vous avez une grande boîte de la taille, de la forme, de la couleur de votre choix et que vous allez la remplir de tout ce dont vous avez envie de vous débarrasser, vous faites un nettoyage interne.

Inspiration : on rassemble tout ce qui nous encombre.
Rétention avec prise de conscience de ce que nous tenons dans nos mains.
Tension douce de tout le corps.
Expulsion : on souffle très fort et le plus loin possible tous nos soucis
Relâchement : on se détend et on savoure l’instant.

Cet exercice se pratique 3 fois de suite pour bien tout évacuer.

Si cela vous aide, vous pouvez également ajouter le mouvement à l’exercice, c’est-à-dire que vous pouvez imaginer comme une cible en face de vous qui représente l’ensemble de vos soucis et vous donnez des coups de poings dedans. Vous inspirez, vous rassembler toute votre énergie, vous tirez votre bras vers l’arrière, vous bloquez, vous expirez très fort par la bouche en lançant votre bras vers la cible. 3 fois avec le bras droit, 3 fois avec le bras gauche et trois fois avec les deux bras.

Une fois l’exercice effectué, vous vous mettez à l’écoute de vos sensations. Comment vous sentez-vous ?

Attention, toutefois, cet exercice qui paraît simple peut être parfois difficile à réaliser car il demande un certain lâcher-prise et avant de pouvoir lâcher, il faut savoir ce que l’on tient !

Laissez venir ce qui apparaît sans jugement ni analyse au delà de ce qui est agréable ou pas. L’absence de sensation est déjà quelque chose, c’est une première prise de conscience.

Vous pouvez réaliser ces exercices indépendamment les uns des autres, quand vous en ressentirez le besoin.

Il est plus simple au départ de le réaliser dans un lieu où vous serez au calme et vous verrez très vite que vous pourrez les intégrer à votre quotidien.

Donc avant de prendre l’avion quand vous sentez la p’tite angoisse qui monte, on souffle bien fort pour faire redescendre le stress et pensez plutôt au bons moments que vous allez passer une fois arrivé !

Commentaires fermés sur 3 règles pour en finir avec la peur de l’avion

4 bonnes raisons d’utiliser la sophrologie

Mais au fait, c’est quoi la sophrologie ? La sophrologie est une technique qui permet de relâcher le corps, d’apaiser le mental grâce à des techniques de respiration, de détente…

Mais au fait, c’est quoi la sophrologie ? La sophrologie est une technique qui permet de relâcher le corps, d’apaiser le mental grâce à des techniques de respiration, de détente musculaire pour le corps, de visualisation d’images positives. Elle est le fruit de la combinaison entre plusieurs techniques : yoga, hypnose, relaxation. Cette technique est considérée comme de la médecine douce : vous n’avez pas besoin de prendre des médicaments, c’est votre mental qui fait tout le travail.

1. La sophrologie a un champ d’intervention très large
La sophrologie traite diverses problématiques telles que la confiance en soi, la gestion du stress, les phobies, les addictions, ou encore la préparation mentale à un événement particulier. Pour ma part, j’ai testé les séances de sophrologie avec mon épouse car je souffrais d’un problème de concentration. Je prenais l’habitude de vouloir trop en faire en peu de temps et, au final, je ne faisais rien. Après plusieurs séances de sophrologie, j’ai arrêté de me disperser et je me suis concentré sur une seule tâche à la fois.

2. La sophrologie est une thérapie brève
Un accompagnement avec un sophrologue dure en moyenne entre 6 et 10 séances sur une problématique. Cet accompagnement bref permet d’acquérir des techniques à reproduire chez soi lorsque les maux resurgissent au quotidien pour ne plus les subir.

3. La sophrologie est adaptée à tous
Les exercices proposés par le sophrologue sont adaptés en fonction de l’état de santé, des capacités physiques de chacun et restent très simples à reproduire en toute circonstance.

4. La sophrologie inclut une part de développement personnel
La finalité des séances de sophrologie est d’arriver à atteindre un objectif lié à une problématique. Les techniques et visualisations vous aideront à vous relaxer et ressentir de nouvelles émotions. En accomplissant cet objectif, vous évoluerez en tant que personne et de nouvelles perspectives s’ouvriront à vous. Vous vous libérerez de vos tensions, vous vous sentirez mieux physiquement et psychologiquement. Votre état d’esprit s’en trouvera modifié.

La sophrologie permet d’acquérir un nouvel état d’esprit sur le monde beaucoup plus positif. Cette thérapie brève aide les autres à trouver des astuces pour limiter l’intensité de leur problématique par le biais de visualisations positives et d’exercices de relaxation. Une alternative à la médication qui vous reconnectera avec votre corps.

Un commentaire sur 4 bonnes raisons d’utiliser la sophrologie

4 étapes pour prévenir le burn out

Selon une étude du cabinet Technologia, plus de 3 millions d’actifs ont un risque élevé de faire un burn out. Il y a 2 ans, j’en ai été victime. Le…

Selon une étude du cabinet Technologia, plus de 3 millions d’actifs ont un risque élevé de faire un burn out. Il y a 2 ans, j’en ai été victime. Le burn out ou syndrome d’épuisement professionnel combine une fatigue profonde, un désinvestissement de l’activité professionnelle, un sentiment d’échec et d’incompétence dans le travail (source : Wikipedia). Les symptômes les plus courants du burn-out sont : le cynisme, le conflit avec les autres, le ressentiment, le découragement, l’anxiété non exprimée, le manque de plaisir voire répulsion au travail, une indifférence aux autres, une sensation d’impuissance et une dévalorisation de ses capacités. Suite à quelques événements professionnels qui ont gravement remis en question mon investissement dans mon métier, j’ai eu la plupart de ces symptômes pendant quelques mois. N’ayant pas les moyens financiers pour me mettre en arrêt maladie, j’ai puisé au fond de moi-même pour sortir la tête de l’eau. Après une profonde remise en question sur moi-même, je me sens mieux et au fur et à mesure je construis la vie dont j’ai envie. Si vous ressentez certains de ces symptômes, n’hésitez pas à lire la suite qui vous explique la méthode pour ne pas sombrer dans la dépression.

1. Faites le point sur vos compétences
Nous avons tous acquis des compétences via notre travail ou nos passions. Les lister est un bon moyen de recenser le positif en chacun de nous. Mettez-vous dans un endroit calme, sans distraction, et commencez à lister vos compétences acquises tout au long de la vie. J’ai fait cette liste après avoir été vivement critiqué dans mon travail et grâce à cela j’ai pu observer mes multiples compétences aussi bien professionnelles que personnelles. Et oui, chacun a ses propres compétences, il faut développer vos points forts.

2. Faites le point sur vos passions et vos attentes de la vie
Peut-être que votre emploi actuel n’est plus en adéquation avec vos attentes de la vie ? Par attentes de la vie, j’entends la direction vers laquelle vous souhaitez orientez votre vie.
Exemple : « vivre dans l’opulence », « m’amuser tous les jours », « apprendre tous les jours », « devenir riche », et pleins d’autres. En France, il est toujours très difficile de se réorienter, d’avouer que nous nous sommes trompés d’orientation professionnelle. Mais, cette difficulté n’est rien comparée à une vie où nous faisons un emploi qui nous plaît. De nombreuses personnes se réorientent chaque pour donner un second souffle à leur vie. « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie » Confucius. Prenez une feuille, un crayon et listez vos attentes de la vie et vos passions. Redevenez comme un enfant qui réfléchit à ce qu’il veut faire plus tard comme métier. Cette liste, mise en commun avec la précédente, vous permettra de faire un point sur ce qui est essentiel dans la vie, remettra vos idées en place, et éliminera les éléments désagréables de vos pensées.

3. Faites le grand ménage
Dans une situation où vous faites un burn-out, il est important d’avoir de bons repères. Ces repères vont être indispensables pour prendre un nouveau départ. Un grand nettoyage est donc nécessaire. Vous devez vous débarrasser des actions, des personnes négatives, ou des objets limitant votre nouvel élan. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est nécessaire de changer votre monde extérieur. Vous devez également changer votre perception de la vie surtout lorsque vous avez accumulé beaucoup de négativité. Même si le travail fait partie intégrante de notre emploi du temps, il existe des sources de satisfactions, de plaisirs, de relaxation … un monde avec pleins de possibilités et d’opportunités à saisir.

4. Faites des choix et tenez-vous en
Voici la partie la plus longue et la plus dure. Vous allez devoir débrancher votre pilote automatique et prendre des décisions pour changer le cours de votre vie. Au départ, il est nécessaire de se centrer sur une décision majeure, ne pas trop en faire, et ne pas entraîner vos proches dans des décisions extravagantes ou extrêmes. Une fois votre décision prise, il est temps de passer à l’action et de s’y tenir. Certaines décisions peuvent être lourdes de conséquences (créer son entreprise, ne plus travailler, changer de pays, etc.) mais à long terme elles peuvent apporter beaucoup. Chacun a le droit à l’erreur, personne n’est parfait. Pour ma part, une décision importante a été de simplifier ma vie c’est-à-dire lister l’essentiel, garder les actions et personnes que j’aime et éliminer le reste. Une décision radicale mais qui m’a apporté beaucoup.

Un des meilleurs moyens pour éviter un burn-out est de ne plus subir sa vie, d’augmenter la somme de ses petits plaisirs du quotidien et de s’épanouir chaque jour un peu plus. Si vous souffrez de ce mal qui ne devrait même pas exister dans un monde civilisé, prenez le taureau par les cornes et agissez !

3 commentaires sur 4 étapes pour prévenir le burn out

Gérez votre stress grâce à la cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque est une technique de respiration qui permet en toutes circonstances de limiter son stress et de garder son calme. Elle est utilisée dans l’entraînement des pilotes de…

La cohérence cardiaque est une technique de respiration qui permet en toutes circonstances de limiter son stress et de garder son calme. Elle est utilisée dans l’entraînement des pilotes de chasse et des astronautes. Elle permet de contrôler ses battements cardiaques, de garder sa sérénité et sa capacité d’attention en période de crise.

Le coeur accélère et déccélère continuellement

Nous sommes à chaque instant soumis à des émotions. Notre coeur s’adapte en modifiant en permanence notre rythme cardiaque. C’est un peu comme dans une route de montagne où le conducteur doit adapter sa vitesse aux virages qu’il négocie. A chaque instant notre coeur accélère ou décélère pour s’adapter à notre environnement, nos pensées, nos sensations. Habituellement, quand on mesure les battements de notre coeur on obtient une courbe anarchique.

Quand nous ressentons des émotions positives, les enregistements montrent que la variabilité cardiaque évolue. De grandes courbes régulières apparaissent sur les graphiques. Le fonctionnement du coeur devient plus harmonieux. Un grand nombre de nos paramètres physiologiques passent au vert.

Notre coeur et notre cerveau sont étroitement liés par l’intérmédiaire du système sympathique qui fait office d’accélérateur et du système parasympathique qui joue le rôle de frein. La plupart du temps c’est notre tête qui engendre les réactions du coeur, mais grâce une forme particulière de respiration, on peut influer sur son coeur et du coup on peut persuader le cerveau que tout va bien.

Une technique simple

– Installez-vous n’importe où. Cette technique est applicable partout : debout dans une file, assis dans votre voiture, dans un embouteillage, sous votre douche.
– Evitez juste de vous allonger. La cohérence cardiaque ne s’enclenche pas dans cette position.
– Effectuez des cycles de 10 secondes de respiration, avec un temps d’inspiration identique à celui de l’expiration.
– Inspirez doucement au début. Cinq seconde c’est assez long, donc prenez votre temps.
– Réalisez cet exercice pendant trois à cinq minutes.

Les résultats

Pendant 6 heures votre taux de cortisol, l’hormone du stress, va diminuer. Vos taux d’immunoglobuline A et de DHEA (l’hormone protectrice contre le vieillissement) vont augmenter. Vos défenses immunitaires vont s’améliorer. Le calme va s’installer dans votre organisme et va vous permettre de gérer facilement votre stress.

Comment s’entraîner ?

En situation de stress la méthode est immédiatement efficace. Utilisez un des nombreux exercices gratuits disponibles sur Internet pour prendre le rythme. Ensuite, votre montre suffira. En quelques minutes d’apprentissage vous aurez acquis l’essentiel et avec quelques jours d’entraînement vous pourrez utiliser la cohérence cardiaque en toutes circonstances. Pour prévenir le stress même en période de sérénité, respirez de cette manière trois fois dans la journée. Mais même si vous oubliez, rappelez vous que vous ne serez plus jamais démuni face à une tension prévue ou imprévue.

2 commentaires sur Gérez votre stress grâce à la cohérence cardiaque

5 étapes pour bien démarrer la journée

La première chose à savoir et la plus importante: peu importe ce que vous allez faire, ce qui compte est l’état d’esprit dans lequel vous allez le faire et la…

La première chose à savoir et la plus importante: peu importe ce que vous allez faire, ce qui compte est l’état d’esprit dans lequel vous allez le faire et la conscience que vous allez y mettre. Vous avez du mal à vous réveiller et manquez souvent de dynamisme le matin ? Je vous propose de découvrir et d’expérimenter des astuces assez simples pour donner de l’énergie et de la détente à votre corps et à votre esprit. Ainsi, vous démarrerez votre journée de bonne humeur et avec entrain. Mon premier conseil est de vous munir d’une lampe à diffusion douce de lumière (type lampe de sel ou autre) afin de ne pas être ébloui(e) le matin et de ne pas violenter votre corps (notamment vos yeux).

1. Etirez-vous et bâillez
Afin que votre réveil ne soit pas brutal et pénible, je vous invite à avancer l’heure de celui-ci de quelques minutes la veille au soir. Lorsqu’il sonne, vous avez ainsi tout le loisir pour effectuer des étirements et des bâillements propices à remettre en route votre corps et votre esprit encore tout somnolents. Pour commencer, si vous avez du mal à ouvrir les yeux, vous pouvez faire un palming : frottez vos mains l’une contre l’autre très énergiquement jusqu’à ressentir de la chaleur surtout au niveau de la partie plus charnue au niveau du pouce et posez cette partie charnue sur vos yeux (mains en coupole). Laissez-les ainsi quelques instants puis enlevez délicatement vos mains de vos yeux (cet exercice est également très bon en cas de fatigue oculaire liée aux écrans par exemple). Ensuite, pour vous étirer, commencez par inspirer profondément en contractant tout votre corps : pointes de pieds tendues vers le plafond et mains dans l’alignement de la tête. Restez ainsi quelques instants les poumons pleins puis expirer en relâchant d’un coup toutes les tensions de votre corps : laissez vos pieds tomber de chaque côté et vos bras se replacer le long de votre corps. Vous pouvez effectuer cet étirement une seule fois ou plusieurs fois si vous sentez que vous en avez besoin (pour les enfants, proposez-leur d’être comme un soldat de plomb lorsque l’air entre par le nez (tendu) et comme une poupée de chiffon lorsque l’air sort de ses narines ou de sa bouche (détendu(e)). Enfin, avant de vous lever, toujours allongé(e), placez-vous quelques instants sur le côté tourné(e) vers la sortie de votre lit et prenez tout votre temps pour vous mettre assis(e).

2. Prenez contact avec le sol
Une fois assis(e), je vous invite à respirer tranquillement et profondément puis à frotter doucement vos pieds sur le sol (parquets, carrelages, moquettes ou tapis) sur toutes leurs surfaces (talons, plantes du pied, orteils, côtés internes et externes du pied). Ces frottements peuvent être plus ou moins vigoureux selon votre besoin et votre envie du moment. Autre possibilité, si vous manquez de temps, toujours assis, posez simplement vos deux pieds à plat sur le sol quelques instants. Prenez conscience quelques instants de ce contact et envisagez votre journée sous un angle positif (vous pouvez dire une phrase positive à haute voix ou mentalement telle que « ma journée va être riche et intéressante » par exemple). Cette étape est indispensable… Levez-vous ensuite doucement en pensant toujours positivement à la journée qui s’annonce.

3. Douchez-vous en conscience
Afin de bien redynamiser votre corps, je vous invite à prendre votre douche en conscience. Pour cela, portez votre attention sur vos sensations au niveau de chaque partie du corps sur laquelle l’eau coule et ressentez ces effets tonifiants et relaxants sur votre peau. Cette douche peut être courte du moment qu’elle est faite en conscience. Vous allez la terminer par un jet d’eau fraîche sur les jambes, puis en remontant doucement sur tout le corps si cela n’est pas trop désagréable pour vous. Cela va permettre de refaire circuler les énergies et le sang dans votre corps.

4. Automassez-vous le corps
Après la douche, essuyez-vous toujours en faisant attention à tous les gestes que vous effectuez et en sentant la serviette sur votre corps. Ensuite, enduisez-vous tout le corps, des pieds au visage, de crème, de lait ou d’huile (bio de préférence). Maintenant que votre corps est prêt, vous allez vous masser, toujours en commençant par les pieds et en particulier le dessous. Faites-vous confiance et sentez ce qui est bon pour vous aujourd’hui (massage en douceur, en profondeur, vigoureux,…). Massez toutes les parties de votre corps des pieds à la tête. Si vous avez envie de dynamisme, vous pouvez effectuer des tapotements avec le plat de la main ou le poing fermé doucement sur tout le corps. Vous pouvez faire des frottements ou des massages plus légers. Je vous invite à laisser libre cours à votre intuition du moment. Ecoutez simplement votre corps et répondez à ses besoins du moment.

5. Prenez un petit-déjeuner en conscience
Une fois habillé(e), vous pouvez prendre votre petit-déjeuner. Savourez-le dans votre bouche en mastiquant longuement les aliments. Sentez les effluves de café, de thé ou de tout autre parfum dans votre maison. Observez les couleurs de ce que vous avalez. Sentez les différentes textures dans vos mains et les sensations de chaleur, de fraîcheur,… des différents aliments et boissons que vous touchez. Enfin, écoutez les différents sons que vos émettez en mangeant ou en buvant votre boisson. En bref, soyez attentif(ve) à tous vos sens et mettez-les en éveil.

Si cela vous paraît difficile à mettre en place durant la semaine, je vous propose de vivre cette dernière expérience durant le week-end. Vous pouvez bien-sûr effectuer ces différents exercices séparément, le matin, à d’autres moments de votre journée où vous sentez que vous en avez besoin, ou ne choisir que ceux qui vous correspondent le plus. L’intérêt est que vous les pratiquiez en y ressentant du plaisir et qu’ils vous procurent du bien-être. Si vous les effectuez comme une contrainte ou une obligation, inutile de les faire. Comme je l’ai dit en tout début d’article, ce qui est primordial dans chaque acte de notre vie est l’état d’esprit dans lequel nous le faisons et le vivons.

Merci de me faire part de vos éventuels commentaires concernant ces petites astuces. Et si vous en connaissez d’autres, je vous invite également à venir les partager en commentaires.
A bientôt pour mon prochain article sur « comment bien terminer sa journée… » 😉

Commentaires fermés sur 5 étapes pour bien démarrer la journée

Type on the field below and hit Enter/Return to search