Catégorie : Développement personnel

Comment se pardonner en 4 points

Pardonner aux autres est un processus plus simple que d’arriver à se pardonner soi-même à mon avis. Une grande majorité de personnes ont du mal à avancer car elles ne…

Pardonner aux autres est un processus plus simple que d’arriver à se pardonner soi-même à mon avis. Une grande majorité de personnes ont du mal à avancer car elles ne se pardonnent pas d’avoir pris des décisions, elles ne se pardonnent pas d’avoir fait des choix qui n’ont pas donné les résultats escomptés. Ces « mauvaises » décisions peuvent avoir apporté des conséquences négatives sur leur vie, leur famille ou sur leurs finances. Et tous les matins, elles se réveillent et s’en veulent énormément des décisions prises et essayent tant bien que mal d’avancer dans leur vie.

Vous reconnaissez-vous ?

Il est certain que faire semblant que ces événements ne sont jamais arrivés ne marchera pas. Et plus vous aller éviter de sentir cette lourdeur plus vous allez vous sentir lourds. Le plus triste, c’est qu’il est possible que vous vous retrouviez avec des changements à faire dans votre vie, mais que vous n’osez pas, car vous avez peur.

Mais ce que vous voulez, c’est de changer, d’aller vers un nouveau travail, communiquer plus avec votre famille, prendre une année sabbatique, devenir entrepreneur, créer votre vie comme vous la voulez…mais rien ! Vous avez peur. Vous êtes encore plus de toucher en observant le décalage entre ce que vous voulez et la réalité.

La méthode CLIC

Voici une méthode qui peut vous aider. La méthode CLIC : Culpabilité, Leçon, Inconnu et Croyances.

Quand vous vous voyez bloqués, essayez de suivre cette méthode. À travers chacun des points, vous allez découvrir ce qui vous empêche d’aller de l’avant et vous allez vous réconcilier avec le passé.

Pas de panique, voici plus de détails.

La culpabilité

La culpabilité, c’est se blâmer, se condamner à quelque chose. On la retrouve souvent et elle est la cause de grandes souffrances. L’objectif est d’essayer de nous accepter comme nous sommes. Oui je parle de l’amour de soi. Le premier réflexe que l’on a c’est de nous taper sur la tête. Malheureusement, plus on s’accuse plus on est dans la culpabilité.

Vous avez fait du mieux que vous pouviez avec ce que vous aviez et ce que vous saviez. Alors donnez-vous du répit.

La leçon

Dans la vie il n’y a rien qui arrive pour rien. Tout a une raison. Il y a toujours une expérience à apprendre, même si elle ne fait pas du bien dans le moment.

L’inconnu

Il est plus facile de rester dans le connu (même difficile) que d’aller vers l’inconnu. Dans l’inconnu, vous ne savez pas à quoi vous attendre, c’est pour cela que la majorité des personnes vont préférer rester dans le connu (difficile). Par exemple, une personne n’aime pas son travail, mais elle a peur de passer des entrevues donc elle va choisir de ne rien faire et rester avec un travail qu’elle n’aime pas. Non, ne rigolez pas, ça arrive tellement souvent !

Les croyances

Si vous avez des peurs et des croyances face à une situation, attendez-vous à ce qu’elles vous bloquent.

Bon et maintenant, que faire ?

Voici votre exercice :

1.     Culpabilité : trouvez une situation où vous vous sentez coupable.

2.     Leçon : écrivez ce que vous avez appris de cette situation ? Qu’auriez-vous pu faire différemment ?

3.     Inconnu : est-ce que l’inconnu vous a fait peur à l’époque ? Est-il encore présent aujourd’hui ?

4.     Croyances : faites la liste des peurs et croyances qui vous empêchent de régler la situation.

N’hésitez pas à écrire les réponses de l’exercice en bas de l’article, il va me faire plaisir de vous lire.

Un commentaire sur Comment se pardonner en 4 points

Comment développer un esprit plus positif?

  Question intéressante quand on sait que naturellement, l’esprit humain a plutôt tendance à focaliser sur le négatif. Les études menées sur le sujet nous révèlent en effet qu’il faut…

 

Question intéressante quand on sait que naturellement, l’esprit humain a plutôt tendance à focaliser sur le négatif. Les études menées sur le sujet nous révèlent en effet qu’il faut 3 bonnes nouvelles pour contrebalancer 1 mauvaise nouvelle. Tout se passe alors comme si la mauvaise nouvelle s’accrochait à notre cerveau tel un velcro et que la bonne s’échappait, à l’image d’un œuf sur le plat qui glisserait sur une poêle en téflon.

Comment faire alors pour développer un esprit plus positif ?

Il va s’agir de pratiquer « l’art de savourer sa vie »

Autrement dit, essayons régulièrement de nous poser la question suivante : « Qu’est-ce qui est beau dans ma vie ? »

Souvent, nous pensons aux « grandes choses » : notre famille, nos amis, la santé que nous avons, la maison que nous habitons, les voyages que nous faisons…

Mais la vie est ainsi faite, les beaux événements n’arrivent pas tous les jours…

Voilà pourquoi, il est important de savoir aussi identifier les belles petites choses qui ponctuent chacune de nos journées. Cela peut être un rayon de soleil qui nous réchauffe le visage, un café en terrasse, un bon petit plat entre amis, un livre captivant, un échange avec un proche, un film qui nous a ému, un fou rire….

Comme si notre œil, tel un microscope, partait à l’affût de tous ces petits moments de bien-être qui NOUS correspondent, qui nous nourrissent, en dehors de critères extérieurs véhiculés par la société selon lesquels telle crème, telle voiture…. seraient synonymes de bonheur.

L’idéal étant, je trouve, de prendre un moment le soir pour faire défiler notre journée. Objectif : identifier 10 petits moments agréables. 10 ! Oui, c’est vrai, le nombre est important. Il est là précisément pour nous amener à aller vers le petit, à habituer notre esprit à identifier tous ces  moments agréables auxquels souvent nous ne prêtons pas attention ou que nous considérons comme « allant de soi ».

Or, comme nous le rappelle Robert Brault :

« Apprécier les petits choses car un jour, il se peut que vous regardiez en arrière et réalisiez qu’elles étaient de grandes choses. »

C’est ainsi que nous créerons, petit à petit, un esprit plus positif. C’est ainsi que nous augmenterons « notre jauge intérieure de bien-être » dans laquelle nous pourrons venir puiser, en particulier quand la vie sera plus difficile.

Et pour être sûr de ne pas les oublier, je vous invite à les noter dans un joli cahier : votre cahier « paillettes » : un cahier précieux que vous pourrez lire encore et encore, en particulier quand votre moral sera dans les chaussettes.

Autre astuce : l’appli gratuite SMYLIFE. Il vous suffit de paramétrer l’heure à laquelle vous souhaitez recevoir votre notification : « C’est le moment d’ajouter vos points positifs et négatifs de la journée. » Une façon efficace d’alléger votre mental (poser sur papier ce qui a été difficile voire éprouvant dans votre journée) ET de prendre conscience de 3 moments agréables : ainsi, si votre journée vous semblait gâchée, vous réaliserez alors qu’elle ne l’était pas tant que ça. Cerise sur le gâteau : finir votre journée sur une touche positive favorisera votre endormissement.

Si vous avez envie de tester un exercice pratique, je vous donne RDV sur mon site 

Et vous, que faîtes-vous pour développer un esprit plus positif ?

 

Commentaires fermés sur Comment développer un esprit plus positif?

6 dimensions pour améliorer votre bien-être psychologique

Selon Renaud Gaucher, économiste du bonheur, pour développer le bien-être au travail on a besoin de trouver du plaisir dans son travail – ce qu’on appelle le bonheur hédonique en…

Selon Renaud Gaucher, économiste du bonheur, pour développer le bien-être au travail on a besoin de trouver du plaisir dans son travail – ce qu’on appelle le bonheur hédonique en psychologie – et ressentir l’envie de s’accomplir dans son travail en réalisant son potentiel – ce qu’on appelle le bonheur eudémonique. Cela peut, bien sûr, également s’appliquer à tous les autres domaines.
Loin de la recherche du bonheur simplement par l’accumulation de moments de plaisir, le bien-être est plus complexe et intègre la notion d’objectifs et de buts dans la vie, la réalisation de soi.

Les relations entre le bien-être psychologique et les systèmes physiologiques ont bien été explorées depuis une quinzaine d’années. Notre bien-être représente une protection contre les facteur négatifs pour la santé. On constate une plus forte résistance aux maladies, un meilleur fonctionnement hormonal et immunitaire, une baisse du cortisol, une tension artérielle et un rythme cardiaque moins élevés, et moins de phénomènes inflammatoires.

Dans le modèle SPIRE, selon Tal Ben Shahar et Megan McDonough du Wholebeing Institute, aspirer au bien-être passe par un épanouissement:
Spirituel, c’est à dire vivre une vie pleine de sens
Physique, prendre soin de son corps
Intellectuel, cultiver un rapport au savoir à la connaissance et aux arts
Relationnel, développer un soutien dans sa communauté
Emotionnel, développer sa résilience et son appréciation des émotions positives

Martin SELIGMAN, le père de la psychologie positive, développe les composantes du bonheur et du bien-être psychologique dans le modèle PERMA. Pour nous épanouir pleinement nous avons besoin des éléments suivants:
Emotions Positives, en lien avec l’optimiste, la joie, l’accomplissement et la satisfaction.
Engagement dans les activités de notre vie où l’on s’épanouit, on se développe, on apprend : « Le Flux ou Flow ».
Relations positives, sources de soutien, d’affection et d’équilibre.
Mettre du sens dans nos objectifs, une vision plus globale de notre vie.
Accomplissement, avoir de l’estime pour soi et nous réaliser nous-mêmes.

Les 6 dimensions du bien être psychologique

C. RYFF et B. SINGER ont mis au point une échelle basée sur un questionnaire permettant d’évaluer le niveau de bien-être d’une personne. C’est le modèle DDRAMA:

1. Donner du sens à la vie

Ressentir que sa vie est utile, avoir des croyances positives et des objectifs avec optimisme.

2. Développement personnel

C’est être continuellement ouvert aux nouvelles expériences pour de mieux en mieux se connaitre et améliorer son efficacité. Réaliser son potentiel.

3. Relations positives avec les autres

C’est être chaleureux, confiant, savoir créer des liens, être proche et avoir de l’empathie envers les autres, faire preuve d’altruisme et savoir donner et recevoir.

4. Autonomie

Faire preuve d’indépendance, être déterminé, resister aux pressions extérieurs et savoir se réguler intérieurement, juger les choses selon ses propres valeurs et se faire confiance.

5. Maîtrise de l’environnement

C’est accepter et contrôler la complexité dans la vie, savoir saisir ou créer les opportunités et faire des choix. Créer un environnement qui soit en accord avec ses propres besoins et ses valeurs personnelles

6. Acceptation de soi

Avoir une attitude positive par rapport à soi-même, s’apprécier, accepter tous ses aspects et avoir une vision positive de son passé. connaitre ses forces et ses limites.

 

En observant ces différents modèles nous pouvons donc déterminer les facteurs à favoriser pour plus de satisfaction et d’épanouissement dans la vie.

Il s’agit de mettre en relation nos pensées et nos actions avec une ou plusieurs des dimensions du bien-être, les discuter, les remettre en question et les observer avec une vision extérieure objective. Ensuite, identifier nos sources de bien-être personnelles et les mettre en rapport avec les pensées et les actions positives afin de les développer vers plus d’expériences de bien-être et de créativité.
Références: J. Cottraux et G. Fava

Commentaires fermés sur 6 dimensions pour améliorer votre bien-être psychologique

10 clés pour une écoute active

L’écoute active est un composant essentiel de la relation d’aide selon Carl Rogers. C’est également un élément fondamental de toute relation interpersonnelle. Bien souvent, dans une discussion, nous n’écoutons pas…

L’écoute active est un composant essentiel de la relation d’aide selon Carl Rogers. C’est également un élément fondamental de toute relation interpersonnelle. Bien souvent, dans une discussion, nous n’écoutons pas vraiment la personne avec qui nous parlons. Nous ne lui donnons pas toujours notre pleine attention. Nous ne sommes pas présents ici et maintenant. Ainsi nous risquons de ne pas nous connecter vraiment à l’autre ou de lui donner l’impression d’être négligé ou non respecté. La technique d’écoute active vise à développer notre présence à l’autre et à améliorer la qualité de la communication.

Entendre est un acte passif, Ecouter est un acte actif.

Ecouter l’autre pleinement c’est l’accueillir avec bienveillance, neutralité, confiance, acceptation, empathie et respect. C’est créer les conditions nécessaires pour percevoir les besoins de l’autre et l’aider dans sa propre réflexion par notre accompagnement.

1. Résumer et paraphraser

Pour montrer et vérifier que vous avez bien compris et faire sentir à l’autre personne que vous avez bien entendu. Donnez du feedback, renforcez, recontextualisez, répétez à l’autre ses propres termes et reformulez avec les vôtres. Afin de lui montrer que vous écoutez et que vous êtes pleinement présent à ce qu’il partage.

2. Poser des questions ouvertes

Pour donner l’opportunité à l’autre personne de développer ses pensées et vous permettre de ne pas sauter tout de suite aux conclusions. Ecoutez les mots et essayez de comprendre ce que votre interlocuteur veut dire (et non ce que vous en entendez).

3. Adopter une attitude corporelle ouverte

Le langage du corps est important, accueillir l’autre, être attentif mais relaxé, en face à face, acquiescer de la tête, du regard. Restez en contact avec la personne, faites face et maintenez un contact visuel.

4. Garder l’esprit ouvert

Evitez les jugements pour comprendre l’autre, ne pas l’interrompre avec des contre arguments, et ne pas préparer mentalement une riposte, cherchez à comprendre plutôt qu’à réagir. Ne planifiez pas votre réponse pendant que l’autre parle, sinon vous ne pouvez être pleinement présent à l’autre. Si vos pensées divaguent ramenez-les, focalisez-vous sur les paroles, c’est un véritable exercice de pleine conscience et même de pleine présence.

5. Éviter de donner des conseils non sollicités

Et ne pas imposer de solutions. Dans le meilleur des cas, amenez l’autre à trouver sa propre solution, en multipliant les points de vue. Cela n’empêche pas de proposer votre propre optique en lui demandant la permission de l’exprimer. La non directivité, ce n’est ni conseiller, ni interpréter, mais rester centré sur l’autre (qui possède ses propres solutions).

6. Ne pas interrompre

Si vous semblez plus rapide à penser ou que vos capacités oratoire sont meilleures, mettez vous au rythme de l’autre, profitez en pour vous relaxer, laissez pleinement la possibilité à l’autre de s’exprimer. Autorisez le silence, donnez du temps pour penser, attendez les pauses pour demander de clarifier les choses.

7. Poser des questions

Pour assurer votre compréhension, préciser des détails importants, pour éviter aussi d’orienter la discussion avant que l’autre personne n’ait pu exprimer ce dont elle avait besoin.

8. Exprimer de l’empathie

C’est montrer à l’autre que vous partagez son ressenti. Comprendre la position de l’autre c’est aussi valider son point de vue pour qu’il ait la sensation d’avoir été écouté. Essayez de ressentir ce que l’autre est en train de vivre, observez également ce que vous ressentez. Est-ce votre propre ressenti ou partagez-vous celui de votre interlocuteur? Cela facilite énormément la communication.

9. Observer ce qui n’est pas dit

Lorsque vous écoutez, rappelez-vous que les mots ne véhiculent qu’une fraction du message. Observez le langage non verbal : posture, mimiques, mouvements des yeux, décalages entre verbal et non verbal, les expressions d’enthousiasme, d’énervement ou d’irritation, mais aussi ce qui est volontairement omis ou non abordé.

10. Partager votre perspective

Une fois que vous avez laissé l’autre s’exprimer pleinement selon ses besoins, présentez votre perspective comme votre propre vision des choses (utilisez la 1° personne) ce qui implique que ce n’est pas forcément la seule, ni la meilleure, mais la possibilité qui vous parait la plus satisfaisante.

« Quand j’ai été écouté et entendu, je deviens capable de percevoir d’un œil nouveau mon monde intérieur et d’aller de l’avant. Il est étonnant de constater que des sentiments qui étaient parfaitement effrayants deviennent supportables dès que quelqu’un nous écoute. Il est stupéfiant de voir que des problèmes qui paraissent impossibles à résoudre deviennent solubles lorsque quelqu’un nous entend. »
— Carl Rogers, psychologue humaniste, créateur de l’écoute active

Commentaires fermés sur 10 clés pour une écoute active

3 étapes pour vous recentrer grâce à la visualisation

Je prends des cours de Qi-Gong depuis septembre 2015. J’y ai appris de bons outils pour me centrer, revenir à moi lorsque le mental fait des siennes. Je voulais vous…

Je prends des cours de Qi-Gong depuis septembre 2015. J’y ai appris de bons outils pour me centrer, revenir à moi lorsque le mental fait des siennes. Je voulais vous partager aujourd’hui un outil qui fait toute une différence dans ma vie.

J’utilise la visualisation. La visualisation se sert des ressources de l’esprit, de l’imagination et de l’intuition pour améliorer les performances et le mieux-être. Elle fait appel à notre capacité mentale de nous représenter un objet, un son, un événement, une émotion ou une sensation. En visualisant, il est fréquent de ressentir des effets physiques.

Voici comment s’y prendre.

La première étape : l’effet sur votre corps physique

Installez-vous confortablement dans un endroit calme où vous ne serez pas dérangé et fermez les yeux. Imaginez maintenant mordre dans une tranche de citron. Que se passe-t-il ? Observez la réaction de votre corps : vous salivez, peut-être vous frissonnez, vous goûtez l’acidité ?

La deuxième 2e étape : la respiration vue de l’intérieur

Voici une vidéo qui va vous parler de la respiration, mais vue de l’intérieur. Observez ce qui se passe.

 

Regardez-le une seconde fois et portez votre attention juste sur le diaphragme. Regardez l’effet de la respiration sur le diaphragme qui se relâche et se contracte.

La troisième étape : le mettre en pratique

C’est bien de le savoir, mais rien ne changera si vous n’en faites rien. Prenez donc 5 minutes de votre temps et fermez les yeux de nouveau. Vous pouvez être assis ou couché. Puis, posez vos deux mains sur votre plexus solaire (juste en haut du nombril). Respirez et visualisez à la place du diaphragme, une feuille de papier qui descend lorsque vous inspirez et qui se replie lorsque vous expirez. Soyez attentif à ce que vous ressentez, à l’air qui entre et qui sort. Ne forcez en aucun cas la respiration, elle doit prendre son rythme naturel.

Commentaires fermés sur 3 étapes pour vous recentrer grâce à la visualisation

5 étapes pour dire non à la procrastination

L’objectif de cet article est de parvenir à arrêter la procrastination. Oui, la procrastination. Procrastiner, c’est remettre à demain des tâches que l’on pourrait accomplir aujourd’hui. Les repousser, par manque…

L’objectif de cet article est de parvenir à arrêter la procrastination. Oui, la procrastination. Procrastiner, c’est remettre à demain des tâches que l’on pourrait accomplir aujourd’hui. Les repousser, par manque d’envie, de volonté, de temps aussi. Toutes les excuses sont bonnes pour ne pas s’atteler à certaines tâches. Or, ce qu’on ignore, c’est qu’une chose que l’on repousse à plus tard reste dans notre esprit jusqu’à ce qu’on l’accomplisse et cela nous stresse encore plus.

Et si l’on cessait, ensemble, d’être de grands (ou petits) procrastinateurs. Ca fait rêver mais comment procéder ?

1. Cessez de penser et agissez

Il est « drôle » de constater que ce que l’on met de côté finit par occuper notre esprit au quotidien. Vous vous dites surement qu’il vous faudrait ranger la chambre des enfants, réserver un billet d’avion, régler des problèmes d’ordre administratif et puis vous vous dites l’instant d’après « je le ferai demain ». Demain a bon dos. Tellement que demain ne vous donne jamais envie. Toutes les choses à faire se sont accumulées. Les tâches se sont empilées telle la vaisselle de la veille que vous n’avez pas pris la peine de laver. Il est temps de prendre conscience que penser aux choses ne sert à rien. Ce qu’il faut maintenant, c’est agir ! Et agir… aujourd’hui !

2. Ecrivez les tâches à accomplir avec précision

Munissez-vous d’une feuille et d’un stylo puis commencez à écrire les tâches que vous devez accomplir. Essayez d’être le plus précis possible. Si « faire le ménage » peut vite vous démotiver tant la tâche vous semble ambitieuse, des tâches telles que « laver le linge sale », « ranger le tiroir de la salle de bain », « nettoyer le bureau » vous sembleront tout de suite plus réalisables parce que plus précises. Vous pouvez également noter la durée approximative de la tâche à accomplir pour vous motiver davantage à agir.

3. Allez de la tâche la plus simple à la plus compliquée

On ne remet à plus tard que ce qui nous semble irréalisable. Tentez de trouver une tâche à accomplir aujourd’hui. Une tâche qui vous procurera de la fierté une fois que vous la rayerez de votre « to do list ». Une tâche pas trop compliquée pour commencer. Pourquoi ? Parce que, comme je le disais, la fierté qui découlera de ce premier petit pas vous donnera l’envie et la force d’en accomplir davantage. Le tout est de commencer. On sait combien il est difficile d’aligner trois mots sur une page blanche et pourtant, les mots s’enchainent rapidement une fois qu’on a commencé à écrire.

4. Restez concentrés

A l’heure des notifications en tout genre (appels manqués, réseaux sociaux), il est facile de jeter l’éponge et de retourner sur le canapé pour surfer sur le net. Bref, tout est bon pour échapper à nos « devoirs ». Alors on coupe tout. Le téléphone, la télé, internet. On met de la musique à la rigueur (selon la tâche à accomplir bien sûr) et on se concentre. On retournera sur le net une fois nos objectifs réalisés.

5. Récompensez-vous

Une fois que votre to do list est rayée de A à Z, que toutes les tâches ont été accomplies durant votre journée, vous pouvez maintenant vous récompenser. Comment ? En regardant une série qui vous plait, en lisant un bon livre, en allant au ciné, en voyant des amis. Bref, vous pouvez profiter et la bonne nouvelle, c’est que vous n’aurez plus à penser à toutes les tâches que vous deviez accomplir. Vous pourrez vivre le moment présent et ça, c’est génial.

Commentaires fermés sur 5 étapes pour dire non à la procrastination

4 idées incontournables pour enfin réaliser vos défis

Comment passe-t-on de l’envie au défi, du rêve à la réalité ? Bien sûr, il faut passer à l’action, mais il faut aussi au préalable se fixer un objectif clair. Lors…

Comment passe-t-on de l’envie au défi, du rêve à la réalité ? Bien sûr, il faut passer à l’action, mais il faut aussi au préalable se fixer un objectif clair.

Lors de mon récent passage sur BFMTV, j’ai donné quelques idées pour réussir ses défis, et je vais maintenant développer ma réflexion en vous offrant 4 pistes pour réaliser les vôtres

Etymologiquement, le mot « objectif » signifie « ce qui est placé devant ». Il désigne donc un but vers lequel on tend pour se réaliser. Un objectif vous amène à chercher quelque chose qui n’est pas immédiatement à votre portée. Cela nécessite de faire un effort, de trouver la force de se surpasser pour l’atteindre.

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait », Marc Twain

Chacun a la possibilité de pulvériser ses limites ! J’aimerais illustrer mon propos en prenant l’exemple de Philippe Croizon, auteur du livre « plus fort la vie ». J’ai eu le plaisir de le rencontrer au Printemps de l’Optimisme, et j’ai été touchée par l’énergie qu’il dégage. Amputé des quatre membres à la suite d’une électrocution, il a su retrouver l’envie de vivre grâce au sport et, entre autres aventures, a traversé la Manche à la nage. Faisant de sa différence une force, je vous assure qu’il nage dans le bonheur ! Philippe, je te dédie cette chronique 😉

    1. 1. Atteindre vos objectifs avec la méthode S.MA.R.T

Pour définir vos objectifs et les atteindre avec plaisir, pensez aux 5 lettres du mot S.M.A.R.T (intelligent) ; votre projet doit être :

Spécifique : Assurez-vous que votre projet est bien celui qui vous fait vibrer. Formulez positivement et précisément ce que vous désirez atteindre constitue la toute première étape de votre démarche. Si vous ne savez pas où vous allez, vous n’irez nulle part ! (exemple dans le cas de Philippe : « je vais traverser la Manche à la nage »).

Mesurable : Trouvez les bons indicateurs pour mesurer vos progrès pas à pas. Fixez des étapes, des jalons, des marqueurs (ex : dans un mois, je nage pendant deux heures chaque jour, dans quatre mois, quatre heures de suite, etc.)

Atteignable : Assurez-vous que l’objectif est bien aligné avec votre force, votre endurance, votre personnalité. Les mots clés pour associer performance et bien-être sont la tolérance et la bienveillance avec soi-même. (ex : avoir les bons équipements, le bon entraineur, le bon entourage, un support financier à hauteur du défi).

Réaliste : Cela semble une évidence, mais il est indispensable de vérifier la faisabilité de son projet. Au début du 20ème siècle, on a vu des gens se jeter de la Tour Eiffel avec des ailes en tissu, aveuglés par l’idée qu’ils se faisaient d’eux même et de leur capacité à voler… Un siècle plus tard, l’Homme a trouvé d’innombrables moyens de défier la gravité : en avion, en aile-delta et bientôt en jet-pack individuel, façon Iron Man ? (ex : tester son projet, ses capacités, sa volonté avant de se jeter à l’eau)

Temps : Donnez-vous une date butoir, et un laps de temps suffisant pour pouvoir réaliser votre objectif de façon sereine. Savoir prendre son temps a aussi du bon ! (ex : Philippe s’est longuement préparé pour réaliser son défi).

Si vous pensez « SMART », l’action que vous créez dans le présent ouvre de nombreux avenirs qui peuvent s’écrire à vous ! Il est alors temps de penser « SMARTER » (encore plus intelligent) en ajoutant deux notions :

Excitation : Pensez à remplacer la peur par l’excitation ! C’est certainement culturel, mais les français disent « prendre un risque » quand les anglo-saxons disent « take a chance », c’est une autre façon de voir ce qui se présente à nous. L’excitation est un des moteurs de la motivation, et une clé du succès. (ex : Philippe a réalisé un rêve, à l’aise comme un poisson dans l’eau, l’excitation lui a permis de dépasser à la fois ses limites et le danger).

Récompense : Ce dernier point symbolise ce qui nous attend au bout de l’effort. Pour certains, ce sera la Reconnaissance, pour d’autres la Renommée ou encore la Richesse. (ex : Philippe est aujourd’hui un homme heureux et un sportif hors du commun. Il a partagé ses victoires avec son équipe de cœur qui l’a accompagnée dans son défi, et Arnaud Chassery, sportif de haut-niveau, qui a traversé la Manche avec lui)

    1. 2. Jouez collectif :

Dans la mesure du possible, trouvez un partenaire qui partage le même objectif que vous. L’esprit d’équipe vous donnera l’envie de réussir pour vous autant que pour lui/elle, et cela multipliera vos chances. Vous pouvez plus facilement combiner effort et plaisir. Quand l’un se décourage, l’autre l’encourage. Et au moment de la victoire, la récompense est encore plus belle quand elle se partage à plusieurs.

    1. 3. Variez les défis :

Alternez vos défis entre différents domaines : le sport, l’amour, la vie professionnelle etc. pour garder un bon équilibre, même pendant les tempêtes. C’est excessivement risqué de tout miser sur une seule chose, les joueurs de casino en savent quelque chose. Il suffirait d’un imprévu (chômage, blessure, séparation…) pour se sentir totalement démuni, avec l’impression de perdre tout ce qui nous guidait, jusqu’à son identité même.

    1. 4. Alternez contrôle et lâcher prise :

Petits ou grands, les défis sont le sel de votre vie et vous protègent de l’ennui. Mais le défi n’est pas une fin en soi ! Dans certains moments, sachez apaiser les tensions, et lâchez prise. Il devient alors nécessaire d’apprendre à se « dé-tendre », ne plus faire d’efforts, vivre au jour le jour tout simplement. Prendre sa vie comme une succession de défis crée forcément de la frustration, et éloigne du bonheur. Ce serait un comble d’arriver finalement à l’effet inverse de celui recherché ! Donc soyez sélectif (ve) dans vos choix, et surtout restez vigilants, votre corps et votre moral vous en seront reconnaissants.

« Il n’y a point de vent favorable à celui qui ne sait pas où il va » Sénèque

Et vous, quels sont vos défis du moment ?

Se fixer des objectifs est surtout intéressant parce que cela vous pousse à passer à l’action.

Je vous propose cette dernière petite astuce : écrivez votre défi, fixez une date butoir, soyez positif (ve) sur votre réussite et, bien sûr, agissez ! C’est cette action qui est à l’origine des récompenses qu’apporte la vie et qui vous rendra heureux (se), tout simplement.

Commentaires fermés sur 4 idées incontournables pour enfin réaliser vos défis

Pouvez-vous vraiment changer l’autre ?

Qui  pense réellement que changer l’autre réglera tous les problèmes ?  S’il rangeait ses affaires, si elle arrêtait de dépenser, si mes enfants étaient plus autonomes… Que la vie serait…

Qui  pense réellement que changer l’autre réglera tous les problèmes ?  S’il rangeait ses affaires, si elle arrêtait de dépenser, si mes enfants étaient plus autonomes… Que la vie serait parfaite ! Frustration, colère, découragement, tristesse : est-ce la palette d’émotions que vous voulez sans cesse éprouver ?

Changer l’autre, est-ce vraiment possible ?

Imaginez avoir un ami qui a un problème avec l’alcool ou la drogue. Vous décidez par amitié ou amour de lui payer la désintoxication, vous êtes à ses côtés et vous le supportez. Arrive la fin de la désintoxication et rien n’a changé. Les résultats sont alarmants sinon pires qu’avant ! Que s’est-il passé ? Est-ce possible que pour ne pas vous décevoir, cette personne a accepté votre aide ? Mais elle ne l’a pas fait pour elle, elle l’a fait pour vous. Une personne ne peut changer que si elle le décide elle-même. Elle doit décider par amour pour elle. Il est donc impossible de changer quelqu’un.

On entend souvent : »si tu m’aimes tu vas changer ». Mais cette personne doit changer pour elle, car elle ne veut pas vous perdre et non parce que vous voulez qu’elle change. Ce changement sera définitif et non éphémère.

Les 2 conséquences de la volonté de transformer l’autre

–          Ne pas être assez bon ou bonne : la personne à qui vous demandez de changer peut se sentir attaquée et accusée

–          La remise en question : il se peut qu’elle réalise que vous ne l’aimez pas comme elle est et qu’elle se demande si la relation que vous avez est sincère

Le meilleur moyen pour changer l’autre est de prêcher par l’exemple. Changez votre attitude, changez votre manière de faire et d’être et vous verrez que la récolte sera différente. Observez-vous lorsque vous essayer de changer l’autre, regardez à qui il ou elle vous fait penser, vérifiez comment vous vous sentez et travaillez sur ce qui vous dérange en vous au lieu de vouloir nécessairement changer l’autre.

Commentaires fermés sur Pouvez-vous vraiment changer l’autre ?

7 étapes pour sortir grandi de vos expériences

La vie nous offre l’occasion de traverser une multitude de moments qui oscillent des plus heureux aux plus difficiles. La plupart du temps, une palette d’émotions est associée à ces…

La vie nous offre l’occasion de traverser une multitude de moments qui oscillent des plus heureux aux plus difficiles. La plupart du temps, une palette d’émotions est associée à ces évènements : la joie, la colère, la tristesse, la peur, et bien d’autres encore.

Quand il s’agit d’un moment agréable, on est du côté positif de notre baromètre intérieur, tout va bien. Souvent, on ne s’en rend même pas compte.

Mais lorsqu’une ou plusieurs expériences négatives se présentent – comme une dispute avec un ami, un entretien professionnel raté, une maladie grave, un licenciement…-, il devient parfois très difficile de gérer ses émotions, de garder confiance en la vie, de rester serein. D’autant plus quand ces évènements s’accumulent. Ceci est renforcé par les codes de la société actuelle, nous sommes en mode représentation, il faut faire bonne figure, être bon, beau, efficace, drôle…

Même si nous avons été habitués à ravaler nos colères ou à garder nos larmes, à ne pas les montrer, à avancer coûte que coûte, le stress ou l’angoisse finissent par nous envahir, nous sommes ébranlés au plus profond de nous et c’est le début d’un cercle vicieux : on a des pensées négatives qui entrainent des émotions désagréables qui elles-mêmes génèrent un comportement moins approprié et donc le résultat de notre action n’est pas celui que l’on souhaitait, du coup les pensées négatives se renforcent et ainsi de suite… Voilà comment se mettent en place de façon sournoise nos ruminations et/ou ce que l’on appelle des pensées auto-saboteuses.

Pour sortir de ce cercle fermé, voir auto-destructeur, il est nécessaire de faire évoluer la situation en changeant de perspective. Certes, on ne peut pas modifier les évènements mais on peut changer notre façon de les percevoir et donc permettre une action plus positive pour faire évoluer la situation. Dès lors, on se positionne dans une boucle vertueuse :

Pensées et émotions positives -> comportement adapté -> résultat constructif

Voici 7 étapes qui conduisent à cette évolution :

1. Se positionner en tant qu’observateur plutôt que d’être dans le jugement et la dévaluation : cela revient à voir la situation de façon neutre, de l’extérieur avec une certaine distance ;

2. Faire une analyse de la situation et en extraire les points positifs et négatifs ;

3. Valoriser ce qui a fonctionné et s’appuyer sur les points négatifs pour déterminer les axes de progrès et d’amélioration ;

4. Lâcher-prise sur les points sur lesquels on n’a pas d’influence directe et investir les zones sur lesquelles on peut avoir un réel impact ;

5. Utiliser les expériences positives passées comme des ressources à actualiser ;

6. S’accorder du temps, un regard bienveillant et faire preuve de patience ;

7. Dans cette même dynamique, regarder le chemin déjà parcouru et se réjouir de chaque victoire, petite ou grande.

Une fois les étapes de ce chemin traversées, il ne nous reste qu’à découvrir la richesse des enseignements que l’expérience nous a offert, en profiter pleinement pour nous ouvrir à autre chose, nous émerveiller…

Commentaires fermés sur 7 étapes pour sortir grandi de vos expériences

Que choisissez-vous de vivre ?

Dans n’importe quelle situation il est toujours possible de faire un choix. Cela n’implique pas forcément que la situation en sera changée mais simplement que votre façon de l’aborder sera différente. Prenez…

Dans n’importe quelle situation il est toujours possible de faire un choix. Cela n’implique pas forcément que la situation en sera changée mais simplement que votre façon de l’aborder sera différente.

Prenez un exemple tout simple du quotidien : Vous êtes pris dans un embouteillage.

Des véhicules se sont accumulés derrière le vôtre, vous ne pouvez plus faire demi-tour, que faire, sinon patienter ? Deux possibilités s’offrent à vous.

La première: vous vous énervez, vous râlez, vous klaxonnez non stop. En fait, vous générez un stress qui risque de vous faire passer une journée difficile.

La deuxième: vous vous dites que vous n’avez pas d’autre choix que d’accepter cette réalité, alors, vous décidez de changer ce moment. Vous mettez une musique douce à la place des informations catastrophes et des publicités harassantes. Vous choisissez de vous caler confortablement dans votre siège. Vous respirez en conscience, en allongeant vos expirations pour amener du calme en vous. Vous repérez vos tensions musculaires et à chaque expiration vous envoyez de la détente pour évacuer ces tensions. Ça ne change rien à l’embouteillage, vous n’avancerez ni plus vite, ni moins vite mais par contre, ce qui va changer, c’est votre météo intérieure.

Vous pensez peut-être « plus facile à dire qu’à faire ! ». C’est vrai, il faut un peu d’entraînement et de détermination, mais pourquoi ne pas essayer ? Qu’avez-vous à y perdre ?

Nous sommes souvent confrontés à des choix plus cornéliens comme : changer d’emploi, déménager, prendre la décision d’une rupture. Il est judicieux de se poser les bonnes questions évidemment, et de prendre conscience des aménagements possibles pour rendre la situation plus acceptable, moins douloureuse.

Soyez honnête avec vous-même et reconnaissez si vous êtes prêt à sortir de votre zone de confort. Si l’inconnu vous paralyse, ce qui est tout à fait légitime, inutile de vous culpabiliser ni de vous torturer, demandez plutôt l’aide d’un professionnel pour vous accompagner et vous aider à appréhender votre démarche de changement.

Il est fréquent d’attendre que le responsable ou les responsables de nos difficultés, c’est à dire l’autre, tous les autres, modifient leur comportement à notre égard. C’est la faute de notre conjoint, de nos enfants, de nos collègues, de notre boss…

Apprenez plutôt à dire non, par exemple, et exprimez clairement ce que vous souhaitez. Apprenez à discerner vos besoins, prenez le temps de les reconnaître, et de les formuler. Si vous vous plaignez d’être toujours « la bonne poire », interrogez-vous sur votre capacité à recevoir, à demander, à déléguer. Certains traits de votre personnalité, qu’il s’agisse de perfectionnisme, de rigidité, de timidité excessive, vous desservent parfois.  Prenez conscience que là encore, vous avez le choix, soit de continuer à vivre d’une façon qui ne vous convient pas, soit d’évaluer ce qu’il vous est possible de faire pour que les choses s’améliorent.

Lorsque vous dites « Je n’ai pas le choix », soyez sincère avec vous-même, est-ce une manière de rester dans votre zone de confort ou bien est-ce une situation dont vous vous accommodez parce-que vous pensez que changer ne vous apportera pas un mieux?Et surtout, en avez-vous envie?

Le chemin vers la connaissance de soi n’est pas une promenade tranquille, il est long, souvent difficile mais, jamais inutile. C’est cela qu’il faut retenir pour atteindre votre objectif de changement.

Je conclue par ce proverbe « Le plus grand risque à prendre est de ne pas prendre de risque du tout».

Commentaires fermés sur Que choisissez-vous de vivre ?

Type on the field below and hit Enter/Return to search