Catégorie : Relations

La Saint-Valentin, même sans Valentin(e)

Très attendue chaque année par les fleuristes et les chocolatiers, la Saint-Valentin annonce un moment particulier -mais programmé- de tendresse entre ceux qui s’aiment. Pour celles et ceux qui ne…

Très attendue chaque année par les fleuristes et les chocolatiers, la Saint-Valentin annonce un moment particulier -mais programmé- de tendresse entre ceux qui s’aiment. Pour celles et ceux qui ne sont pas « en couple », cela peut aussi être un moment de solitude.

Et pourtant, saviez-vous que dans l’antiquité, cette célébration a longtemps désigné la fête des célibataires, et non celle des couples ? Jeunes filles et garçons se cherchaient dans un gigantesque jeu de cache-cache, des couples se formaient et, par ces unions, la vitalité du village était renforcée. Il paraît même que certains hommes mariés profitaient de cette belle opportunité pour aller conter fleurette aux jeunes beautés pour les courtiser…

Étrange résonance avec notre époque ultra-connectée, non ? La Saint-Valentin serait-elle l’antique précurseur des réseaux sociaux et des sites de rencontres ? En tous cas, cette journée favorise encore aujourd’hui la découverte, le contact, l’amour et le partage.

Ce qui est encore plus étonnant, c’est qu’on pense souvent -à tort- que la Saint-Valentin est dédiée exclusivement à son amoureux(se). En réalité, cette belle fête offre une occasion de célébrer l’amour avec tous ceux que nous aimons.

Par exemple, les Américains ont choisi d’en faire une fête d’amour et d’amitié, où les témoignages de gratitude et d’affection sont aussi adressés à ses amis, voisins, maîtresse d’école, famille, sans oublier, parfois, ses animaux de compagnie…

Alors, qu’on soit ou non en couple à la date du 14 février, qu’est-ce qui nous empêche nous aussi de profiter de la Saint-Valentin pour mettre en avant l’amour et l’amitié ? Célébrons dignement ce jour comme on le souhaite, avec d’autres célibataires autour d’un dîner « Sans-Valentin », avec une bande d’amis en soirée « anti St-Valentin », ou tout simplement en étant attentionné(e). Car cette fête est l’occasion de tourner votre regard vers l’autre encore plus que d’habitude, et de rappeler à votre entourage à quel point il est important pour vous.

« Tout amour semé, tôt ou tard, fleurira », Raoul Follereau.

Durant toute l’année on oublie souvent de dire « je t’aime » alors, ce jour-là, c’est l’occasion de faire un geste tendre et inhabituel, d’autant plus touchant qu’il sera personnel. Voici quelques idées que vous pouvez compléter :

1. Soyez créatif(ve), fabriquez des petits cadeaux personnalisés.

2. Pour les romantiques et les gourmands, les fleurs et le chocolat sont une valeur sure.

3. Dessinez une carte avec plein de petits cœurs, et diffusez-là sans modération.

4. Envoyez un message à vos amis de cœur avec un « je t’aime » dans une dizaine de langues.

5. Déconnectez votre téléphone pour profiter de votre entourage sans parasitage.

6. Pour les zamoureux, pas besoin d’un grand restaurant pour se prouver qu’on s’aime, un bon plat préparé avec soin sera tout autant apprécié.

7. Et surtout, profitez de la Saint-Valentin pour vous faire des câlins !

Et si cette journée a été magique, touchante et vous a rempli d’amour, alors recommencez dès le lendemain, et faites de chaque jour de l’année une fête de l’amour ! Le lien que vous créez avec ceux que vous aimez est le vrai cadeau qui vous apportera un véritable bonheur, que vous cultiverez tout au long de l’année pour vous-même et vos proches.

Commentaires fermés sur La Saint-Valentin, même sans Valentin(e)

Amour emprisonnant et amour véritable

Nous pensons souvent qu’aimer quelqu’un c’est s’occuper de lui, penser avant même qu’il demande de l’aide et faire de la morale. Franchement, qui est mieux placé que nous pour l’aider…

Nous pensons souvent qu’aimer quelqu’un c’est s’occuper de lui, penser avant même qu’il demande de l’aide et faire de la morale. Franchement, qui est mieux placé que nous pour l’aider ! Malheureusement, lorsque cette personne répond « de quoi tu te mêles », nous restons souvent sans voix, incompris, triste, frustré et en colère. En quelques points, découvrez l’explication des deux manières d’aimer pour expliquer vos émotions.

L’amour emprisonnant

On parle ici d’un amour avec des conditions, des attentes, un amour par peur :
– empiéter dans l’espace de l’autre ou laisser les autres empiéter dans le mien
– me critiquer ou critiquer les autres
– vouloir me contrôler ou contrôler les autres
– avoir des attentes, sans entente préalable
– décider pour soi ou pour les autres sans vérifier le besoin véritable
– donner en espérant recevoir
– me croire responsable du bonheur ou du malheur des autres et croire les autres responsables du mien

Aimer véritablement

C’est un amour inconditionnel :
– respecter mon espace et celui de l’autre
– me donner le droit, ainsi qu’aux autres, d’être humain, c’est-à-dire d’avoir des besoins, croyances, blessures, limites, désirs, peurs, forces et faiblesses différents des autres, sans jugement, sans culpabilité
– diriger et guider sans attentes
– donner pour le plaisir de donner, sans attentes
– accepter, constater, même si je ne suis pas d’accord ou même si je ne comprends pas mentalement.

Conseils 

Je vous suggère de le relire plusieurs fois afin de débuter la prise de conscience et pour comprendre l’impact de cette manière d’aimer dans votre vie. Par la suite, prenez chacun des points et vérifiez avec les autres et avec vous si vous vivez ces situations. Par exemple :
Empiéter dans l’espace de l’autre ou laisser les autres empiéter dans le mien : demandez aux personnes proches de vous (famille et meilleurs amis) si vous empiétez dans leur espace et regardez aussi si à votre tour vous laissez les autres empiétez dans le vôtre.

N’hésitez pas à m’écrire et à me poser des questions.

Commentaires fermés sur Amour emprisonnant et amour véritable

Communiquez pour avoir une relation épanouie !

Une remarque, une réflexion et voilà, c’est le conflit. Exprimez votre ressenti simplement « je n’apprécie pas la façon dont tu me parles, je te trouve blessant(e). Ce n’était peut-être…

Une remarque, une réflexion et voilà, c’est le conflit.

Exprimez votre ressenti simplement « je n’apprécie pas la façon dont tu me parles, je te trouve blessant(e). Ce n’était peut-être pas ton intention mais je le perçois comme ça. »

Dit comme cela, le dialogue prend une autre tournure et il devient plus facile de trouver un terrain d’entente.

Savoir communiquer n’est pas inné. Ce n’est pas un hasard si le marché propose autant d’ouvrages traitant de la communication.

Un couple, c’est la rencontre de deux personnes dont chacune apporte son histoire, son mode de fonctionnement, selon ses habitudes familiales, son éducation, sa culture, pour ne citer que cela.

Pour les uns, exprimer ses émotions, ses sentiments, n’a jamais été encouragé. Ce peut être considéré comme un signe de faiblesse.

Pour d’autres au contraire, il ne fallait rien garder sur le coeur, confier ses peines, ses tracas était une marque de confiance. Ils ont entendu « La famille c’est fait pour ça! ».

Une erreur fréquente est la confusion entre parole et communication

Juger, adresser des reproches, discuter, déverser sa rancœur, donner des ordres, ou se replier sur soi est un mode de communication indirect et malsain.

Prenez la responsabilité de vos émotions, exprimez-vous clairement, nommez vos sentiments.

Pour le couple, la communication est essentielle, sans elle, la relation s’essouffle, se ternit et l’éloignement affectif devient le seule réponse.

N’attendez pas que votre partenaire devine vos pensées. Vous n’êtes plus l’enfant dans la toute puissance, vous avez grandi ! Ne faites pas jouer à votre partenaire le rôle du parent qui devançait tous vos désirs, comprenait vos attentes et comblait vos besoins. Vous êtes responsable de vos propres besoins.

Préférez la communication directe

Partagez vos pensées pour bâtir des ponts.

Vous pouvez chercher un soutien et choisir de vous confier à quelqu’un qui vous est proche. Cependant, faites-le pour vous préparer à parler à votre compagne ou compagnon. Ne le faites pas dans le but d’éviter la confrontation, ce qui aggraverait votre différend.

Prenez le temps de choisir vos mots

La fatigue, le stress, la colère favorisent l’emportement. Pour ne pas embraser le feu qui prend déjà trop rapidement, essayez de remplacer toute affirmation qui commencerait par « tu » par « je ».

Évitez les « jamais » les « toujours ».

Quelques exemples :

Tu n’es jamais là ! Préférez : Je me sens seule…

Tu es toujours en retard ! Dites plutôt : J’aimerais que tu sois plus ponctuel….

Réfléchir permet déjà de diminuer l’ agressivité des propos que vous pourriez regretter.

Un commentaire sur Communiquez pour avoir une relation épanouie !

La recette magique de l’amour véritable

En effet, pour aller plus loin dans notre connaissance des différents types de relations, il existe une théorie rigoureuse et très intéressante nommée « la Théorie triangulaire de l’amour »…

En effet, pour aller plus loin dans notre connaissance des différents types de relations, il existe une théorie rigoureuse et très intéressante nommée « la Théorie triangulaire de l’amour » publiée en 1986 par le psychologue Robert Sternberg et professeur à l’Université de Yale.  Selon Sternberg, pour qu’une relation amoureuse soit réussie (profonde) elle doit contenir les trois composantes suivantes :

  • l’engagement
  • la passion
  • l’intimité

Cependant, selon cette théorie, une relation amoureuse peut être définie par l’une des sept catégories, issues des combinaisons possibles entre ces trois composantes dont l’intensité est variable. Ces différentes formes d’amour s’illustrent à l’aide d’un triangle où les trois sommets représentent les trois entités de base.

Les 7 formes d’amour selon Sternberg :

  1. L’amitié ou l’affection : lorsqu’il n’existe que de l’intimité entre les deux personnes et est souvent présente auprès des personnes du même sexe. En fait, elle se fait plus rare lorsqu’il y a possibilité d’inclure de la passion (sexualité). Sternberg évoque une forme amoureuse proche de l’amitié vraie, ou de la relation médecin/patient.
  2. L’amour vide : s’il n’y a que de l’engagement, il parle de partenariat ou d’amour vide comme dans les mariages arrangés ou dans les relations de longue date où les partenaires ne s’efforcent plus de communiquer ou lorsque la routine s’est installée depuis longtemps.
  3. Le choc amoureux ou l’amour passion : lorsqu’il n’existe que la passion entre les deux partenaires, donc pas d’intimité ni d’engagement.  C’est le coup de foudre rapide, qui habituellement disparaît tout aussi rapidement.
  4. L’amour romantique : le véritable amour romantique serait celui formé de passion et d’intimité (mais sans nécessairement y avoir d’engagement) et est typique des débuts de relations. Les partenaires sont en mode découverte.
  5. L’amour de compagnonnage : la complicité ou l’amour de compagnonnage est fait d’intimité et d’engagement, souvent rencontré chez les gens en couple depuis plusieurs années quand la passion s’est atténuée et fait plutôt place à la complicité au quotidien.
  6. L’amour fou : ou l’amour admiratif surviendrait quand il y a de la passion et un engagement, mais sans avoir développé véritablement d’intimité, quand l’engagement est motivé seul par la passion. C’est ce qui arrive habituellement dans les mariages rapides avant d’avoir pu valider s’il y a réellement compatibilité.
  7. L’amour consommé : ou l’amour achevé inclut les trois composantes de base (intimité, engagement et passion) à des niveaux d’intensité suffisants et constituerait le rapport idéal d’amour, difficile à obtenir et encore plus à maintenir.

Pour résumer simplement :

Intimité = Amitié
Engagement = Partenariat ou amour vide
Passion = coup de foudre (amour passion ou choc amoureux)
Engagement + Intimité = Complicité ou L’amour de compagnonnage
Intimité + Passion = Amour romantique
Passion + Engagement = Admiration ou amour fou
Engagement + Intimité + Passion = Amour achevé / le vrai amour

Êtes-vous en mesure de reconnaître votre relation présente et celles du passé parmi ces associations?

Commentaires fermés sur La recette magique de l’amour véritable

Faut-il vraiment pardonner ?

J’espère que cet article vous apportera un soulagement…. J’ai souvent entendu qu’il fallait pardonner pour pouvoir progresser dans la vie et rejoindre l’idéal de l’humain à savoir : l’Amour de…

J’espère que cet article vous apportera un soulagement….
J’ai souvent entendu qu’il fallait pardonner pour pouvoir progresser dans la vie et rejoindre l’idéal de l’humain à savoir : l’Amour de son prochain et ne pas sombrer dans la haine ou les critiques qui peuvent être destructrices….
Dernièrement j’ai lu quelques articles qui parlaient du PARDON et j’ai eu comme un « soulagement » en moi…..je ne suis peut-être pas si DURE que çà…en effet je ne pardonne pas facilement. Certaines choses restent ancrées pour toujours : ce qui ne veut pas dire que j’ai de la haine….Il faudrait juste que je vide complètement le panier….j’ai encore un peu de travail à faire pour y arriver…

Alors, voilà ce que j’ai retenu : si vous vous sentez heurté par quelqu’un : en paroles, en agissements….il faut que cela coule sur vous sans que cela vous atteigne au plus profond de vous même : sinon vous avez quelque chose en vous à régler…. ou alors si vous êtes déçue car vous appréciez la personne, il faut communiquer, comprendre pourquoi la personne agit ainsi et rectifier si nécessaire les faits ou les dires (ou les deux). Ne pas régler quelque chose tout de suite (dans le présent) est nuisible à la santé. En revoyant la scène et en réécoutant les propos jour et nuit dans votre tête vous vous faites du mal…..Donc, il ne faut pas remettre au lendemain (attention pas d’impulsivité quand même, souffler, respirer et agir…). Ceci permettra de ne pas avoir à pardonner : car il peut s’agir d’une mauvaise interprétation, compréhension… et c’est souvent le cas. Si vous avez vraiment souffert, « pardonner » n’enlèvera pas votre mal intérieur au plus profond de votre être, et vous n’imposerez pas votre vrai personnalité, ce qui est polluant à long terme… Vous avez été blessé: il faut le dire, il faut communiquer puis passer sa route… De plus, parfois, le fait de pardonner inflige à la personne qui vous a soit disant fait du mal une sanction injuste : en effet, elle a eu des raisons, des circonstances pour agir comme elle l’a fait et lui pardonner (encore plus si elle vous le demande) vous fait gravir les échelons au rang de grand DIEU capable de tout effacer sur son chemin….. Qui êtes vous pour faire cela ?

En conclusion :
Vous êtes heurté ou atteint dans votre âme intérieure :
1/ Cela coule sur vous, car vous vous connaissez très bien et vous vous demandez simplement pourquoi cette personne va si mal au point de s’en prendre à vous…. Aidez cette personne, tendez lui la main….
2/ Vous communiquez, recadrez le contexte, la situation et remettez les choses au point : pas besoin de PARDONNER car c’était un malentendu.
Mais surtout ne PARDONNEZ pas si vous avez l’impression que vous avez vraiment subi et que vous ne savez pas comment la personne en est venue là : elle a ses raisons, elle n’est pas toujours coupable et si elle l’est (après vérification) il faut l’aider (si vous le pouvez) ou laisser couler (car vous avez confiance en vous et vous ne vous reconnaissez pas dans ce qu’elle vous inflige.

Comme tous mes articles : vous avez votre libre arbitre, nul n’a le droit de vous dire comment agir comment penser…. Vous pouvez avoir l’impression que je rédige mes articles d’une façon directive car l’ACTION doit suivre : IL FAUT, NOUS DEVONS, NOUS ALLONS FAIRE….. donne l’impulsion pour sortir de ses « tripes » et pas seulement LIRE, ECOUTER…. Il faut quand même se « BOUGER »…..

Commentaires fermés sur Faut-il vraiment pardonner ?

4 conseils pour booster votre capacité d’écoute

Il y a quelques semaines, je parlais d’un projet à l’un de mes proches et j’étais réellement content de lui en parler. Malheureusement, au final , je me suis retrouvé…

Il y a quelques semaines, je parlais d’un projet à l’un de mes proches et j’étais réellement content de lui en parler. Malheureusement, au final , je me suis retrouvé frustré et déçu par cet entretien. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il ne m’avait pas écouté et a commis toutes les erreurs possibles à ne pas faire lorsqu’on écoute quelqu’un.

Aussi, j’ai décidé d’écrire cet article sur l’écoute afin de ne pas commettre les mêmes. Mais, qu’est ce que l’écoute ? Selon le dictionnaire, l’écoute correspond au fait de prêter attention à ce que quelqu’un dit pour l’entendre et le comprendre donc se mettre dans un rôle d’auditeur. Il existe deux types d’écoute : l’écoute passive et l’écoute active. L’écoute passive consiste simplement à écouter son interlocuteur en lui prêtant une attention exclusive sans distraction pour qu’il puisse s’exprimer sans être interrompu. L’écoute active consiste à reformuler les sentiments de son interlocuteur par des mots. Il s’agit de comprendre et d’expliciter la dimension affective que votre interlocuteur ne dévoile pas verbalement. Il s’agit d’une écoute interactive où l’auditeur acquiesce par des gestes (mouvement de la tête, etc.) pour montrer sa compréhension et son attention.

Ces deux types d’écoute sont complémentaires : elles permettent de réunir tous les ingrédients nécessaires pour que votre interlocuteur se sente réellement écouté. Malgré tout, nous commettons des erreurs et, en fonction de notre état émotionnel ou physique, il est difficile de se concentrer pour écouter.

Voici 4 conseils pour vous aider à devenir un meilleur auditeur.

1er conseil : Restez concentré !

Il n’y a rien de pire pour un interlocuteur que de voir son auditeur distrait par sa montre, son téléphone, ou la voiture qui passe en arrière-plan. Une conversation est un moment unique d’échanges et de partages, il ne faut pas la négliger. Si vous, en tant qu’auditeur, vous n’êtes pas en forme pour écouter votre interlocuteur, dites lui simplement « Désolé, aujourd’hui je ne suis pas très en forme, je vais avoir beaucoup de mal à me concentrer sur ce que tu me dis. En revanche, je veux bien poursuivre cette discussion intéressante la prochaine fois ».

2ème conseil : Ne pas couper la parole !

Cela peut paraître évident aux yeux de certains mais de nombreux individus n’hésitent pas à couper la parole de leur interlocuteur. Au fur et à mesure du temps et en fonction de notre état émotionnel, notre attention diminue et notre besoin d’agir prend le pas sur notre capacité d’écoute. Si une personne vous parle, elle vous livre une partie d’elle-même donc laissez lui la chance de pouvoir exprimer ses idées jusqu’au bout.

3ème conseil : Ne pas chercher à tout ramener à soi !

Lors d’une discussion entre 2 personnes, il arrive que l’auditeur soit pris d’une envie subite de parler de lui-même et de son vécu. Une personne qui cherche à vous parler veut être écoutée, elle a besoin d’être le centre de votre attention durant quelques minutes. Si elle vous pose des questions, le moment sera venu de parler, mais si ce n’est pas le cas, oubliez votre ego et laissez la personne s’exprimer en acquiesçant de la tête de temps en temps pour montrer votre compréhension. Si cette envie est réellement trop forte, attendez simplement le bon moment.

4ème conseil : Évitez de vouloir solutionner un problème !

L’une des plus grandes erreurs que l’on fait très souvent lors d’une discussion est de donner des conseils pour résoudre un problème. Si une personne vous livre ses problèmes, elle ne cherche pas une solution, elle cherche simplement à évacuer l’impact émotionnel subi par ses problèmes. Votre interlocuteur connaît déjà la solution à ses problèmes, elle a juste besoin de se décharger émotionnellement pour passer à l’action donc refrénez vos envies de super-héros en sauvant la personne grâce à vos conseils. Devenez un super-héros de l’écoute !

En suivant ces 4 conseils, vous augmenterez considérablement vos capacités d’écoute en faisant passer l’autre avant vous même.
Vous vous sentirez fier d’avoir aider quelqu’un en prêtant simplement votre oreille à ses problèmes et votre interlocuteur vous en remerciera.

Et maintenant, il ne vous reste plus qu’à sortir votre nouveau super pouvoir d’écoute !

Un commentaire sur 4 conseils pour booster votre capacité d’écoute

4 astuces pour vous détacher du regard des autres

Le bonheur passe par la relation humaine et pourtant le regard de l’autre vous pose, parfois, bien des tracas. La recherche excessive de la reconnaissance est un frein au bonheur….

Le bonheur passe par la relation humaine et pourtant le regard de l’autre vous pose, parfois, bien des tracas. La recherche excessive de la reconnaissance est un frein au bonheur. Elle peut influencer votre comportement jusqu’à vivre une vie en fonction de vos proches, de la société ou des modèles suggérés dans les magazines féminins. Se mettre la pression pour ressembler aux autres ou travailler dans un secteur qui ne vous convient pas peut avoir des conséquences dévastatrices ! Bien se connaître, s’accepter et s’aimer vous aide à percevoir le regard des autres plus sereinement.

Pour surmonter cette peur émotionnelle, pensez à identifier les différents comportements :
1. Souvent, on vous regarde sans a priori ni jugement, voire même avec bienveillance. Vous imaginez dans le regard de l’autre celui que vous portez sur vous-même. C’est la projection de vos propres émotions.

2. Parfois, certaines personnes vous voient à travers leurs prismes. Elles ne supportent pas de voir en vous leurs propres travers, ils sont comme un miroir grossissant reflétant leurs imperfections. Je me souviens que ma grand-mère avait relevé que ses amies qui avaient eu les vies les moins rangées étaient celles qui critiquaient le plus la jeunesse actuelle. Voici une petite métaphore très parlante : quand vous pointez l’index sur une personne, rappelez-vous que trois autres doigts sont dirigés vers vous !

3. D’autres encore se comparent à vous et se sentent inférieur. Vous critiquer leur permet alors de se rassurer, de se sentir plus fort. Quand ils vous jugent, ce n’est que l’expression de leur émotion et de leur souffrance. Je vous conseille, dans ces cas-là, de toujours répondre à la critique, avec fermeté, humour, et bienveillance !

4. Enfin, il arrive que vous soyez visé(e) personnellement. Et oui, vous déplaisez à certain(e)s ! Cela signifie aussi qu’on vous voit, qu’on vous remarque. Vous n’inspirez pas de l’indifférence ! Votre personnalité plait ou dérange, et c’est très bien comme ça ! Vous êtes unique ! Comme le dit si bien Sacha Guitry : « plaire à tout le monde, c’est plaire à n’importe qui ».

Le regard de l’autre lui appartient et reflète plus souvent son histoire que la vôtre. Il a juste l’importance que vous lui accordez… S’en détacher vous permet d’être authentique et libre de vos choix ! Quel bonheur…

Commentaires fermés sur 4 astuces pour vous détacher du regard des autres

Dire non c’est humainement possible!

La preuve étant que nous passons la majeure partie de notre temps à se dire « non » à nous-mêmes pour dire « oui » aux autres. Je ne sais pas pour vous Français,…

La preuve étant que nous passons la majeure partie de notre temps à se dire « non » à nous-mêmes pour dire « oui » aux autres. Je ne sais pas pour vous Français, mais ici au Québec, on est un beau gang de sauveurs et sauveuses qui nous nous oublions sinon on fait « mea culpa » et nous n’hésitons pas à nous mettre de côté de plus belle!

Beaucoup de gens ont la limite fine entre être bons ou « bonasses » et se plaignent alors qu’on semble tout leur prendre (temps, écoute, argent, etc.) sans jamais rien donner en retour. Ces gens ne savent pas vraiment comment poser des limites claires justement par peur de perdre l’amour, d’être rejetés ou simplement d’être traités d’égoïstes…

Cela les suit dans toute leur vie et toute leur vie durant. Professionnellement, ils s’épuiseront; personnellement, ils entretiendront des relations toxiques à la tonne, socialement, ils ne prendront jamais de temps pour eux; ils sont de beaux sujets pour l’épuisement et la dépression oui!

J’en étais

J’étais de ceux qui avaient peur de perdre l’amour, le respect, l’illusion qu’on m’admirait aussi. Je serai bien franche avec vous tous en vous partageant que j’avais peu d’estime personnelle et très peu d’amour envers moi-même.

Désormais, tout a changé. Il m’arrive encore de croiser des personnes ayant besoin de moi, mais alors je me pose la question suivante :
« Suis-je la bonne personne pour lui venir en aide et si oui, comment le faire de façon réaliste sans que j’y laisse de plumes? »

Si après avoir donné à l’autre nous avons l’impression d’avoir perdu quelque chose, nous n’avons pas véritablement donné parce que le fait d’offrir devrait nous nourrir autant que l’autre!

Mes valeurs principales

Je suis en coaching actuellement et, avec l’aide de mon coach, j’ai réussi à cerner mes 3 valeurs principales. Quelle découverte, vraiment!

Depuis ce temps, je ne me pose plus mille questions. Je suis la logique que m’imposent ces trois trésors dans ma vie. À chaque proposition professionnelle ou personnelle que l’on me fait, la question qui revient le plus souvent est : est-ce que c’est quelque chose qui respecte mes trois valeurs principales? Si oui, j’accepte sinon je décline l’invitation.

Comprenez-moi bien, j’ai plusieurs valeurs à mon actif. Mais les principales sont : La fierté, la liberté et tout faire pour m’aimer toujours plus. C’est ainsi que ma vie est passée de très lourde parfois à très légère tout le temps. Pour en arriver là, il ne m’aura fallu qu’environ 1 heure de coaching selon la méthode qu’elle a elle-même élaborée.

La réaction des autres

Il faut s’attendre, lorsque nous décidons de changement dans notre vie, que les autres aussi changent au même rythme que nous ou qu’ils nous envoient promener. Même si la deuxième option n’est pas la plus attrayante, sachez que vous n’en mourrez pas. Bien au contraire, vous serez encore plus certains que les gens qui sont actuellement dans votre vie le sont pour les bonnes raisons.

Je vous souhaite un égoïsme plus sain

Il faut dire aussi qu’à force de dire oui à tout le monde sauf nous-mêmes, il y a de fortes chances qu’arrive un jour le moment où on pique THE crise… de colère ou de découragement. N’attendez pas d’être dans cet état pour prendre des décisions ou poser des actions que vous pourriez regretter plus tard.

Faites comme moi et trouvez une solution!

Commentaires fermés sur Dire non c’est humainement possible!

6 exercices de gratitude pour être plus heureux

Dans la société actuelle, nous sommes tous a la recherche du bonheur. On veut être heureux, peu importe le prix. Mais croyez-vous que le bonheur s’achète ? Croyez-vous qu’il peut…

Dans la société actuelle, nous sommes tous a la recherche du bonheur. On veut être heureux, peu importe le prix. Mais croyez-vous que le bonheur s’achète ? Croyez-vous qu’il peut faire l’objet d’une ordonnance ? Et bien non ! Cela va vous étonner mais le bonheur est en vous et ne demande qu’à éclore. Pour cela, rien de plus simple ! Comme vous vous en doutez, je ne vais pas vous recommander telle pilule à prendre matin et soir. Alors, à votre avis, que faut-il faire pour être heureux ? Il faut faire preuve de gratitude. Voila, le mot magique est prononcé. Mais la gratitude c’est quoi ? Faire preuve de gratitude, c’est faire preuve de reconnaissance envers la vie mais aussi envers nos semblables. C’est bien beau tout ça mais on fait comment concrètement ?
Voici quelques « exercices » à pratiquer au quotidien.

1. Munissez-vous d’un petit carnet pour noter les jolies choses de la vie au quotidien
Une fois le carnet entre vos mains, ne cherchez pas bien loin. Pour être notées, il ne faut pas chercher des choses extraordinaires. Par contre, vous pouvez partir à la recherche de l’extra dans l’ordinaire. Notez chaque jour ce pour quoi vous êtes plein de gratitude. Cela peut être un sentiment que vous éprouvez à l’égard d’un ami pour l’aide qu’il vous a donnée. Ou bien, le sourire d’un(e) inconnu(e) au détour d’une rue. Ou encore une belle rencontre, une bonne note à un examen, un nouveau travail.

2. Emerveillez-vous des choses que vous considérez comme acquises
Happés par notre quotidien, nous en oublions parfois d’ouvrir nos yeux. Oui, chaque matin, nous sortons de notre lit pour affronter la vie les yeux ouverts. Mais nous ne les ouvrons pas assez grands. Alors on passe à côté de l’essentiel. On en oublie la beauté du soleil et la chance que nous avons de le voir se lever chaque jour. On en oublie d’entendre les bruits de la nature. Le chant des oiseaux ou le bruit de la pluie qui vient taper aux carreaux. On ne fait pas non plus attention au vent qui caresse nos joues et à cette chance que nous avons de pouvoir entendre, voir, sentir. On en oublie en fait de voir l’environnement qui nous entoure et de s’émerveiller comme pour la première fois.

3. Cessez de voir ce qui vous manque d’un point de vue matériel
La société vante chaque jour les mérites d’un nouveau produit. Technologique, alimentaire ou culturel. On aimerait le faire nôtre pour suivre le mouvement. Ne pas nous sentir « dépassés ». Oui, mais voilà, cela n’est pas toujours possible d’un point de vue financier. Alors on fait comment ?
On regarde ce qu’on a déjà. On ne porte plus notre attention sur ce qui nous manque mais sur ce que nous possédons. Regardez autour de vous et vous verrez que vous possédez déjà beaucoup. Or, vous faites comme si ce n’était rien et vous considérez vos biens matériels comme acquis. Ayez de la gratitude pour ce qui vous entoure.

4. Cessez de vénérer ce que vous n’êtes pas
Il est vrai que nous voyons chaque jour des centaines d’images photoshopées. Nous savons qu’il ne s’agit pas de la réalité et que tous les défauts ont été gommés. Oui, mais on continue de fantasmer sur cet Idéal vanté par la société. Alors dites stop à tout cela et regardez objectivement la personne que vous êtes. Vous avez probablement quelque chose qui vous démarque des autres. Un joli sourire, un regard perçant, des cheveux à en faire rêver plus d’un. Mais vous ne portez votre attention que sur ce que vous n’êtes pas. Vous croyez que le bonheur dépend de votre tour de taille ou de votre bonnet. Ayez donc de la gratitude pour ce que la nature vous a donné et entretenez ce corps qui vous a été confié.

5. Cessez de vous comparer
Cela rejoint l’exercice numéro 4 mais sachez que vous ne serez jamais heureux si vous vous comparez aux personnes autour de vous. Il y aura toujours quelqu’un de plus beau, de plus intelligent, de plus sympathique. Mais cela n’a aucune importance lorsque vous prenez conscience de la beauté de votre être. Là encore, éprouvez de la gratitude pour cette personne que vous avez la chance d’être et réjouissez-vous d’être une édition limitée ou plutôt unique.

6. Remerciez les personnes qui vous entourent
Vous avez, dans votre entourage, des personnes qui vous aiment et qui vous aident. Pensez à la chance que vous avez de connaitre votre compagnon ou votre compagne. Remerciez la vie d’avoir mis certaines personnes sur votre chemin. Et, surtout, prenez le temps de leur dire que vous les aimez et à quel point vous vous sentez chanceux de les compter parmi votre entourage. Alors, je vous mets l’option gratitude ?

Commentaires fermés sur 6 exercices de gratitude pour être plus heureux

6 étapes pour en finir avec l’auto-sabotage

Si vous manquez d’estime à tel point de vous saboter, il est temps d’y remédier et de vous offrir la vie douce et légère que vous méritez. Arrêtez de vous…

Si vous manquez d’estime à tel point de vous saboter, il est temps d’y remédier et de vous offrir la vie douce et légère que vous méritez. Arrêtez de vous sacrifier, pensez à vous et retrouvez confiance en vous-même. La relation que vous entretenez avec le moi intérieur a également un impact sur les autres sphères et individus. Reprenez alors les choses en mains ! Un certain vocabulaire est à bannir donc, évitez les termes suivants: échec, culpabilité, honte, peur, regret et remords. Traitez-vous comme votre meilleur ami et voici alors six suggestions pour adopter un vocabulaire plus positif et productif :

1. Remplacer échec par expérience
Considérez que l’échec n’existe pas. Voyez chaque épreuve comme des expériences dont vous pouvez tirer les enseignements. Posez-vous les questions et tentez d’y répondre avec un regard optimiste :
« Qu’est ce que cette expérience m’a appris/ m’a fait comprendre ?
« Vais-je réitérer cette expérience ? Pour quelles raisons? »
« Est-ce que je sais désormais de quoi j’ai envie ? Ou bien de quoi je n’ai pas/plus envie ? »

2. Remplacer culpabilité par amour de soi
On peut parfois avoir l’impression d’être redevable envers soi (et les autres). C’est bien souvent une illusion. Avoir des responsabilités ne signifie pas se sacrifier ni se flageller ! Refuser de se mettre dans certaines situations pour respecter votre mental, corps et énergie est tout à fait honorable. Plus vous prenez soin de vous, plus vous apprenez à vous aimer, plus vous rayonnerez ce bien-être autour de vous.

3. Remplacer honte par non-jugement de soi
Il nous est tous arrivé de ne pas se sentir fier par l’une de nos pensées ou actions. Pas la peine de s’attarder là-dessus. Sachez constater ce qui est sans émettre de jugement. Entraînez-vous à garder un œil objectif et bienveillant, sans développer d’opinion. Lorsqu’on est capable de le faire pour soi, on l’est d’ailleurs aussi pour les autres.

4. Remplacer peur par confiance
Allez courage, gardez Confiance ! Confiance en vous, en l’autre et surtout en la Vie. La peur peut vous immobiliser alors que la confiance peut faire davantage avancer.

5. Remplacer regret par acceptation
Ce qui doit arriver arrive. Ce qui est fait pour moi se manifeste mais, ce qui ne m’est pas destiné, n’a pas lieu d’être… Il n’est pas question d’être résigné, soumis ni fataliste mais, plutôt de ne pas résister à son existence. Lâchez prise, laissez couler car tout n’est pas de votre ressort. En effet, ne vous mettez pas tous les fardeaux du monde sur le dos, cela finirait par faire mal !

6. Remplacer remord par pardon
Ce qui est fait est fait ; pas la peine de ruminer ! Pardonnez-vous et pardonnez aux autres.
Appliquez, par exemple, la méthode hawaïenne « Ho’oponopono »…Dites à haute voix ou écrivez en pleine Conscience la formule :
« Désolé, Pardon, Merci, Je t’aime. »
Vous pouvez aussi faire des phrases à partir de ces mots clefs.
« Désolé d’avoir… Pardon si… Merci pour … Je t’aime parce que… »
Cette formule peut être faite pour vous-même ou bien à destination de quelqu’un d’autre. La personne n’a pas besoin de savoir, de lire ou d’écouter : le simple fait d’avoir agi en toute sincérité va apaiser la situation.

Essayez, vous vous sentirez léger !

4 commentaires sur 6 étapes pour en finir avec l’auto-sabotage

Type on the field below and hit Enter/Return to search