Catégorie : Méditer

Connaissez-vous les 3 cerveaux du corps?

De nombreuses traditions ont décrit les trois aspects de l’esprit. C’est tout particulièrement le point de vue de la philosophie Taoïste chinoise à travers les trois « Tan Tien » (centres énergétiques)….

De nombreuses traditions ont décrit les trois aspects de l’esprit. C’est tout particulièrement le point de vue de la philosophie Taoïste chinoise à travers les trois « Tan Tien » (centres énergétiques).
Les neurosciences ont démontré que l’idée que le cerveau serait le seul « maître » à bord est complètement dépassée. Notre coeur et notre système digestif ont également un rôle très important à jouer.

Le cerveau du Ventre

Notre « deuxième cerveau » serait même apparu en premier dans notre évolution. Nous avons certainement « digéré » avant de « penser ». Notre système digestif abrite 200 Millions de neurones soit approximativement le même nombre de cellules nerveuses que dans le cerveau de votre chien ou de votre chat… Mais nous ne sommes pas seuls, tenez vous bien! il y a 100 fois plus de bactéries dans notre intestin que de cellules dans notre corps. Et il a été démontré dans de nombreuses études que ces bactéries, si elles ont bien un rôle dans notre bien-être digestif, seraient aussi responsables de la manière dont nous « digérons » nos émotions. Les neurones du « cerveau » entérique sont également le siège de la synthèse de 95% de la sérotonine, l’hormone de la modulation des émotions. Anxiété, stress, dépression, notre ventre et ses hôtes, notre microbiote, conditionnent donc notre sensibilité à tous ces facteurs de notre relation à nous-même et à ce qui nous entoure.

Le cerveau du Coeur

De tous temps, le domaine des sentiments à été dévolu à cet organe majeur. Les chinois (et les poètes) le considèrent comme le siège de notre esprit, toutes les pensées et les sentiments, le côté immatériel de notre être. Bien loin de n’être qu’une pompe inerte ou une « chaudière » comme le voyait Descartes, notre coeur héberge un groupe de fibres nerveuses autonomes dont certaines sont même absolument indépendantes du reste de notre organisme. Il y a plus d’informations qui transitent du coeur au cerveau que du cerveau au coeur. Le coeur détermine lui-même beaucoup de ses propres paramètres. Il va même plus loin, depuis peu, son rôle hormonal a pu être mis en évidence : il a la capacité de sécréter l’ocytocine… Cette dernière est l’hormone de l’amour, de la compassion et de l’altruisme. Par la cohérence cardiaque, nous pouvons mettre en résonance nos rythmes cardiaque, respiratoire et neurologique. Cette « respiration du coeur » régule nos émotions et nous donne la possibilité de développer un état particulier d’engagement et de compassion, plein de sens en lien avec nos valeurs. Elle agit principalement par la régulation du tonus vagal, l’activation du nerf vague (un des nerfs crâniens aussi appelé pneumo-gastrique) qui est en quelque sorte le lien permanent entre notre cerveau et notre système digestif et dont l’un des rôles majeurs est la régulation du stress.

Le cerveau de la Tête

Bien sûr le plus grand nombre de neurones se trouve à l’intérieur de notre boite crânienne: 1000 milliards de neurones… Il a des rôles dans toutes les fonctions de notre organisme.
C’est le siège des fonctions cognitives, de nos pensées, de notre mental, de notre habilité à raisonner, à construire, et c’est la source de la créativité. Par ses influx nerveux et la sécrétion d’hormones agissant à distance et de neurotransmetteurs pour les régulations locales, c’est le centre de communication de tout notre système. Les différentes zones sont spécialisées dans des rôles bien définis mais certaines voies de recherches actuelles mettent l’accent sur la capacité toute particulière de ces zones à coopérer ensemble, permettant l’émergence d’autres modes de fonctionnement que ceux spécifiques à chaque zone. Les découvertes à ce niveau là ne font que commencer…

Dans le Qi Gong, on dit souvent que « l’énergie se dirige là où se dirige l’attention ». Les études sur la cohérence cardiaque de l’institut Heartmath ont montré que porter notre attention sur une zone de notre corps activait l’activité nerveuse de cette zone ainsi que les zones relatives dans le cerveau.
La pleine conscience nous permet d’accéder à de multiples formes d’intelligence. Nous pouvons activer, intégrer et mobiliser en harmonie cet état de flow afin de pouvoir exprimer tout notre potentiel. Plus nous multiplions les points de vue et les sources, plus notre perception se précise et plus nous avons de choix, de liberté et de créativité.

La méditation des 3 cerveaux

Installez vous confortablement et prenez conscience de votre posture. Relâchez vous.

Prenez trois grandes respirations profondes. Tournez vous vers votre respiration. De haut en bas et de bas en haut.

Prenez votre temps pour visitez les trois zones en gardant votre attention sur votre respiration. A chaque fois que vous prenez conscience que votre conscience s’en est détournée, ramenez-la dans votre souffle avec bienveillance.

Focalisez votre attention sur la région abdominale. Sentez les mouvement de votre ventre qui se gonfle et se dégonfle. Prenez conscience de cette sensation de stabilité, d’ancrage au sol, de force, associée à cette mobilité.

Remontez vers la région du coeur. Sentez les mouvements et imaginez-vous respirer directement par cette zone. Activez des sentiments positifs et entretenez une sensation de chaleur tout autour.

Puis passez au niveau de la tête en traversant le cou que vous pouvez relaxer au passage. Certaines fois on peut ressentir que la tête est pleine de pensées, laissez la respiration libérer de la place. Respirez par le nez, vous pouvez sentir la fraîcheur, la légèreté, une ouverture vers le haut, une élévation.

Notre conscience est pleinement efficace lorsque tous ses aspects sont en harmonie. Laissez votre attention et votre respiration englober toutes les zones. Donnez-leur la possibilité de communiquer ensemble, de se mettre en résonance. Gardez simplement l’intention d’entretenir cette sensation.

Commentaires fermés sur Connaissez-vous les 3 cerveaux du corps?

3 exercices pour manger en pleine conscience

La plupart du temps nous mangeons en pilotage automatique, d’autant plus lorsque nous faisons autre chose en même temps comme parler, marcher ou regarder la télé. Souvent nous ingurgitons les…

La plupart du temps nous mangeons en pilotage automatique, d’autant plus lorsque nous faisons autre chose en même temps comme parler, marcher ou regarder la télé. Souvent nous ingurgitons les aliments sans y prêter attention, sans savoir ce que nous mettons dans notre bouche, quel goût cela peut avoir et même sans savoir si nous avons vraiment faim.

L’alimentation consciente est un moyen extraordinaire d’exploiter pleinement le pouvoir du moment présent. Nous allons voir différents outils à mettre en pratique dans votre vie quotidienne pour plus de présence et d’attention et pour vous permettre d’améliorer vos habitudes alimentaires. Pour cela vous allez en apprendre plus sur votre corps et être plus en contact avec vos sens. Vous allez mettre au point votre propre échelle pour savoir si vous avez vraiment faim et enfin pouvoir manger moins et mieux.

L’expérience du raisin

Cet exercice vous permet de développer votre rapport à vos sensations. Imaginez que vous n’avez jamais vu un raisin, vous ne savez pas ce que peut bien être cet objet. Regardez le, tournez autour, couleur, forme, texture. Touchez-le, sentez-le. Ecoutez ce que votre esprit en dit, écoutez les sons qu’il produit. Portez -le à vos lèvres, remarquez comme votre main sait absolument comment le présenter a votre bouche. Posez-le sur votre langue et expérimentez comment vous pouvez le sentir, sa présence dans votre bouche. Tenez-le entre vos dents et quand vous serez prêt vous pourrez croquer dedans. Voyez comment la saveur envahit votre bouche, comment votre cerveau accueille cette sensation. Mâchez, profitez. Éventuellement avalez-le pour suivre son chemin.

Tout cela pour un seul petit raisin…

Ainsi vous pouvez commencer à manger en pleine conscience. Vous n’avez alors plus à manger autant qu’avant et vous appréciez beaucoup plus votre nourriture. Vous pouvez maintenant être à l’écoute de votre corps pour savoir quand vous avez assez mangé.

L’échelle de la faim

Cette échelle entre 0 et 10 vous permet de déterminer où vous vous situez. 0 représente l’état de plus grande faim que vous puissiez imaginer, 5 correspond à un état neutre de confort optimal où vous ne sentez ni faim ni « trop plein » et 10 l’état de « remplissage » maximal imaginable.

Tout le monde a sa propre manière de se positionner en fonction de son vécu et de ses expériences par rapport à la nourriture. Vous allez devoir alors « calibrer » votre propre échelle grâce à la pratique du BodyScan permettant d’apporter plus de présence dans votre corps.

Le Scanner Corporel

Respirez profondément. Portez attention à votre corps. Ressentez la tension ou la relaxation, le vide ou la plénitude. Particulièrement, focalisez votre attention sur votre abdomen. Ressentez la respiration gonfler et dégonfler votre ventre. Si votre attention s’en détourne, des pensées passent dans votre esprit, ce qui est tout à fait normal, ramenez simplement votre conscience sur vos sensations. Soyez attentif à votre état de confort ou d’inconfort dans votre estomac. Accueillez les chose telles qu’elles se présentent à vous. Demandez vous alors simplement si vous avez faim et évaluez votre état sur l’échelle. Laissez vous ressentir avec curiosité et intérêt toutes les plus subtiles sensations qui sont présentes. Soyez patient et compréhensif avec vous même, personne ne peut savoir et expérimenter mieux que vous toutes ces choses.

Dans cette méthode nous avons donc vu 3 outils à associer pour manger en conscience. L’exercice du raisin vous apprend à utiliser vos sens pour manger plus consciemment. Ensuite le BodyScan vous permet de vous concentrer sur votre corps puis de vous focaliser sur votre estomac. L’échelle de la faim vous permet de porter votre attention sur les signaux de votre organisme afin d’évaluer votre état de faim.

Avec ces exercices vous allez pouvoir apprendre à recevoir et décrypter tous les signaux que votre organisme vous envoie. ainsi vous pourrez manger plus en conscience et développer des habitudes alimentaires plus saines.

Bien entendu tout ceci ne sera pleinement effectif que si vous y associez une réflexion sur ce que vous mangez. Vous aurez peut-être aussi la curiosité d’aller plus loin, de sentir le besoin de vous interroger sur votre responsabilité et de développer une consommation de produits biologiques, éthiques ou locaux pour votre plaisir et votre santé ainsi que celle de notre environnement.

Commentaires fermés sur 3 exercices pour manger en pleine conscience

4 étapes vers la pleine conscience et l’auto-compassion

« Ici et maintenant », les principes de la pleine conscience sont simples, mais leur application régulière est parfois un peu plus complexe. Selon Jon Kabat-Zinn, la pleine conscience c’est porter attention à…

« Ici et maintenant », les principes de la pleine conscience sont simples, mais leur application régulière est parfois un peu plus complexe.

Selon Jon Kabat-Zinn, la pleine conscience c’est porter attention à notre expérience du moment présent de manière intentionnelle et sans jugement. Mais, comme le dit Sharon Salzberg « Méditer n’est pas difficile, il faut juste se souvenir de le faire… ».

De nombreux auteurs ont alors décrit de manière simplifiée les étapes nécessaires à la pratique de la Mindfulness dans la vie quotidienne. Notre cerveau adore séparer les choses en morceaux, bien souvent les acronymes rendent les choses plus simples et faciles à retenir.

1. S.T.O.P.

Tout ce que vous avez à faire, c’est STOP!

S’asseoir: Prenez un moment, installez-vous confortablement, si possible assis, un peu redressé mais sans crispation. Portez attention à votre posture, votre assise, vos pieds au sol, les éventuelles tensions dans votre corps
Tourner autour de la respiration: Faites attention à vos mouvements respiratoires, inspiration puis expiration, suivez le rythme, tel qu’il se présente, sans chercher à changer quoi que ce soit
Observer: Maintenant, que notez vous? Qu’est-ce qui attire votre attention? Que ressentez vous? Sensations corporelles, Pensées, Emotions, Sons…
Poursuivre: Passez à autre chose, continuez ce que vous avez à faire (ou ce que vous voulez faire), prenez une décision, posez-vous des questions avec une nouvelle vision, une nouvelle approche de la situation. Laissez vous « inspirer », laissez votre créativité s’exprimer…

2. R.A.I.N.

Submergé par la tempête ? RAIN pour développer votre « Self-Compassion » par la pleine conscience, aussi appelée mindfulness :

Reconnaître ce qui se passe vraiment
Autoriser l’expérience à être présente, telle quelle est
Investiguer avec intérêt et bienveillance
Nourrir notre compassion

3. Se poser et faire le P.O.I.N.T. 

Pause : C’est la représentation de la pleine conscience, mettre en pause notre pilote automatique
Ouvrir au moment présent : Cela peut être écouter consciemment une personne, percevoir la nature autour de nous, ressentir nos émotions, s’ouvrir à la réalité telle qu’elle se présente à nous.
Investiguer : C’est aller un peu plus loin que l’ouverture, c’est devenir curieux de ce qui se présente à nous. Quelle en est l’expression? Taille? Forme? Couleur? On autorise les choses à être ce qu’elles sont, telles qu’elles le sont et on découvre quelles sont nos croyances par rapport à cela.
Ne pas s’identifier (à nos expériences) : Nous ne sommes pas nos pensées, notre nature profonde est indépendante de notre état d’esprit… Encore une fois nos pensées ne sont pas les faits, nous nous ouvrons à l’expérience elle même. Se poser plus profondément dans notre perception la plus large. Il y a une sensations de liberté dans notre rapport entre notre conscience et notre expérience lorsque nous ne nous identifions pas à celle-ci.
Traquer la vérité : Dans cette conscience nous reconnaissons nos refuges, nos masques, et ceux des autres…d’une manière où nous sommes tous connectés. Selon Thich Nhat Hanh: « nous inter-sommes », c’est La vérité de l’humanité.

Nos « Pensées » ne sont pas des « Faits », remettons-les en cause, questionnez-vous à leur sujet:

Est-ce vrai? Vous le pensez, enfin votre cerveau le pense … mais qu’en est il en vérité?
Est-ce que c’est absolument Vrai?: Vous en êtes sûr à 100%? Non? A combien alors…
Pouvez-vous voir les choses différemment, tester différents points de vue, d’autres modes de pensée qui pourraient changer votre appréciation?
Comment vous sentez vous par rapport à cela? Quelles émotions pouvez vous ressentir, qu’est ce que cela réveille en vous?
Comment seraient les choses si vous n’aviez pas cette Pensée/Croyance?
Imaginez tous les bénéfice possibles, dans vos relations, votre perception de vous-même, votre bien-être, votre motivation…

4. L’éveil de « Coeur Vaillant »: Notre chevalier intérieur.

La peur est notre protecteur naturel, mais il est facile de la laisser s’emballer et cela mène souvent à la « paralysie ». Le biais de négativité implique que nous restons plutôt collés aux difficultés alors que les chose positives sont plus fugaces.

La peur n’est pas physique mais psychologique, trois possibilités s’offrent habituellement à nous en sa présence: s’enfuir, se battre ou s’évanouir… Face au stress, aux agressions, au doute, construisons de nouvelles habitudes. Un grand principe de neurosciences dit que les neurones qui « s’allument ensemble » se « connectent ensemble », les nouvelles habitudes opèrent donc un recablage dans notre cerveau.

Alors arrêtons de courir…et ouvrons-nous à la peur. Ne la combattons pas sinon elle deviendra à chaque fois plus puissante. Ne lui donnons pas toute notre énergie mais plutôt, déchargeons-la de sa responsabilité (à l’aide du bodyscan ou de la respiration consciente par exemple). Et posons nous la question: De quoi ai-je besoin maintenant?

« Coeur Vaillant » révèle l’humour, la sensibilité et la bienveillance. La peur est là, toujours à sa place, mais à sa juste place, remplissant son rôle vital. Alors de notre côté, nous avons tout ce qui nous est nécessaire pour développer le rapport à nous même et aux autres auquel nous aspirons.

Références: Elisha Goldstein, Tara Brach, Byron Katie, Michele McDonald, Jon Kabat-Zinn, Sharon Salzberg…
Commentaires fermés sur 4 étapes vers la pleine conscience et l’auto-compassion

Reconnectez-vous à votre corps en 3 minutes (Audio)

Que diriez-vous d’appuyer sur STOP, pendant 4mn, pour vous reconnecter à votre corps ? Avez-vous remarqué comme, souvent, nous sommes déconnectés de notre corps ? Notre corps est là, évidemment mais sans…

Que diriez-vous d’appuyer sur STOP, pendant 4mn, pour vous reconnecter à votre corps ?

Avez-vous remarqué comme, souvent, nous sommes déconnectés de notre corps ?

Notre corps est là, évidemment mais sans cesse, nous sommes happés par notre mental. Rien d’étonnant à cela quand on sait que….. 3000 pensées nous viennent à l’esprit chaque heure !

Notre mental est là omniprésent qui nous emmène dans le passé« J’ai oublié de rappeler untel », dans le futur« Demain, penser à envoyer ce mail », dans le jugement « Je ne vais pas y arriver, c’est sûr », dans l’action : « Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire à dîner ce soir ? »…

Si bien que nous pouvons enchaîner nos journées voire nos semaines sans vivre l’instant présent, sans prêter attention aux messages que nous envoie notre corps.

A moins qu’il ne s’agisse d’un affreux mal de tête ou d’une douleur aiguë dans le dos, auquel cas nous remarquerons (enfin !) que notre corps déraille, en pensant qu’il suffit, pour le soulager, d’avaler à la va vite un cachet miracle 🙂

Or, prendre quelques minutes, chaque jour, pour ressentir notre corps, c’est nous donner la possibilité de :

  • l’apprécier quand il va bien, par exemple au réveil : « J’ai bien dormi, je me sens en pleine forme, c’est super ! » Plutôt que d’attendre d’être raplapla pour réaliser que notre corps ne fonctionnait finalement pas si mal jusqu’à présent.
  • prendre conscience et identifier d’éventuelles tensions, crispations, douleurs supportables mais récurrentes, avant qu’elles ne deviennent intenables.  Il s’agit alors d’essayer de décoder leurs messages : « Peut-être que je me positionne mal devant mon PC ? J’ai beau l’avoir lu et relu, je ne pense pas à plier mes genoux quand je me penche pour soulever les courses… » ou mieux de mettre en place de nouveaux comportements : « Si, comme un chat,  j’essayais quelques étirements plusieurs fois par jour ? »

Comment faire ? Pour vous relier à votre corps, je vous invite à régulièrement vous poser cette question :
« Comment est mon corps, là, maintenant ? Tendu ou relâché ? Chaud, froid ou tiède ? »

Et pour vous y aider, voici un court exercice que je vous ai concocté : voyez-le comme un RDV avec vous-même, l’occasion de lâcher le « mode faire » pour tranquillement vous relier à votre corps.

C’est parti !

 

Commentaires fermés sur Reconnectez-vous à votre corps en 3 minutes (Audio)

Comment Vivre l’Instant Présent et Etre dans l’Ici et Maintenant

Avez-vous lu des citations, des pensées positives ou des articles qui vous invitent à être dans l’Ici et Maintenant ou de vivre pleinement l’Instant Présent ? Vous vous êtes certainement dit…

Avez-vous lu des citations, des pensées positives ou des articles qui vous invitent à être dans l’Ici et Maintenant ou de vivre pleinement l’Instant Présent ?

Vous vous êtes certainement dit que vous aviez envie de vivre cette expérience puisqu’elle apporte du Bien Etre…Pourtant, vous n’avez pas trouvé comment faire pour que cela puisse devenir spontané et pour que cela se mette en place dans votre vie quotidienne simplement.

Je vous propose donc de découvrir que vous pouvez vivre l’Instant Présent de manière simple (et même ludique pour les enfants) et que cela peut vous apporter des bénéfices non négligeables dans votre vie quotidienne, que ce soit chez vous, avec des amis, au travail, en vacances, etc.

Pour pouvoir comprendre cette notion (qui peut paraître abstraite) et donc l’appliquer à votre quotidien, il est important tout d’abord de noter la notion de « Présence ». Etre présent c’est être attentif(ve) à ce que l’on est en train de faire et le ressentir pleinement dans son corps. Aussi, chaque ressenti physique, émotionnel et mental, va être tourné vers l’action que vous êtes en train de réaliser, et non pas vers des ruminations du passé ou des projections (parfois anxiogènes) futures.

Vous avez certainement entendu parler de la Méditation de Pleine Conscience et, bien qu’attiré(e), vous n’avez peut-être pas réussi à la pratiquer ou avez été rebuté(e) par le mot « méditation «. Ce que je vous propose aujourd’hui est plutôt de réaliser des actes de la vie quotidienne en conscience tout simplement. Comment ? En portant votre attention sur vos ressentis corporels, émotionnels et mentaux au moment où vous effectuez l’action. Par exemple, lorsque vous sortez de chez vous et que vous fermez votre porte d’entrée ou de garage à clef. La plupart d’entre nous, et même la grande majorité, allons faire cette action de façon purement machinale et automatique. Ce qui parfois peut se révéler ennuyeux et stérile car nous revenons sur nos pas très souvent pour vérifier si nous avons bien fermé cette porte ou nous nous posons la question durant la journée. Cela est valable aussi pour des papiers, des lunettes, des clés ou tout autre chose que nous avons égarés ou oubliés de faire. En remplaçant cette action mécanique et automatique par une action en présence et en conscience, il est peu probable que vous reveniez en arrière pour vérifier. Comment ? Et pourquoi ? Tout simplement… Vous allez sentir dans votre corps les mouvements (au niveau du poignet et des doigts par exemple) que vous allez effectuer. Ensuite, vous allez mettre en éveil vos sens et sentir sur vos doigts le contact froid de la clé, sa texture, vous regardez sa forme, sa couleur, etc vous écoutez le bruit que fais le cliquetis des clés lorsque vous les manipulez, vous êtes également attentif(ve) au son que peut faire la porte en s’ouvrant et en se refermant. En fonction de l’action que vous réalisez, vous  pouvez y ajouter une dimension en l’effectuant avec une pensée positive et/ou en étant receptif(ve) à votre ressenti émotionnel (s’il y en a un). Ainsi, dans un simple geste autrefois machinal et peu conscient, vous invitez tout votre Etre. Cette façon de faire, de vivre, est valable pour tous vos gestes et actions du quotidien, pour tous les moments que vous passez avec les êtres que vous chérissez, etc. Ainsi, grâce à ce nouveau mode de fonctionnement qui consiste à prendre le temps, vous allez en gagner et l’utiliser de manière plus organisée et plus structurée et bien entendu plus en harmonie avec vous.

Depuis que je vis pleinement l’Instant Présent, ma vie a été transformée positivement et elle est tous les jours plus belle, alors pourquoi pas vous ?!!!

Je vous propose de me faire part de vos témoignages, expériences, commentaires sous cet article. Vous pouvez également me suivre sur les réseaux sociaux ou sur mon site Internet.

Très beau chemin de Vie en conscience et à bientôt… »

Commentaires fermés sur Comment Vivre l’Instant Présent et Etre dans l’Ici et Maintenant

3 situations insolites où vous pouvez pratiquer la pleine conscience ou mindfulness

L’état de pleine conscience intéresse de plus en plus de monde. En effet, nous vivons dans un monde où tout doit aller vite : manger, travailler, accomplir les tâches du…

L’état de pleine conscience intéresse de plus en plus de monde. En effet, nous vivons dans un monde où tout doit aller vite : manger, travailler, accomplir les tâches du quotidien, les relations affectives, etc. Nous exécutons toutes nos actions comme des automates : de manière rapide et efficace. Mais, il arrive que le corps reprenne le contrôle en tirant la sonnette d’alarme : dépression, burn-out, troubles musculaires, douleurs chroniques, phobies, état de stress permanent, etc. Pour remédier à cette façon de vivre, il existe une alternative : la pleine conscience. Cet état nous offre une multitude d’opportunités à vivre chaque jour au quotidien. Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste au Village des Pruniers en Dordogne, écrit dans son livre « La sérénité de l’instant présent » plusieurs façons de vivre la pleine conscience.

Mais au fait, c’est quoi la pleine conscience ?
La pleine conscience est un état qui nous ramène à être pleinement conscient des actions les plus élémentaires de notre quotidien tout en restant conscient de sa propre existence par la respiration. Le passé, le futur, les soucis n’ont aucune place dans cet état où nous nous concentrons sur une action à la fois.

Plus étonnant, la pleine conscience peut être pratiqué dans 3 situations qui pourraient vous surprendre :

1. Dans la voiture

Avoir pleinement conscience de sa conduite est utile pour éviter les accidents ou éviter les amendes pour excès de vitesse. En effet, nous avons tendance à conduire de manière automatique : en n’ayant pas conscience de notre conduite au moment présent. Pour les trajets habituels, vu qu’il s’agit d’un automatisme, nous laissons notre pilote automatique prendre le relais, et au final, nous ne nous rappelons pas de la totalité du trajet. Quand on conduit, on ne pense qu’à arriver. Si l’on doit freiner ou s’arrêter à un feu rouge, c’est un élément qui nous empêche d’atteindre ce but. Transformez cette frustration en bonheur : souriez au feu rouge et retournez à votre respiration : « j’inspire, je calme mon corps, j’expire, je souris ».
Vous pouvez prendre également un élément qui vous permet de vous souvenir de revenir à cet état : un panneau, une plaque d’immatriculation, etc.

2. En faisant la vaisselle

La vaisselle est une corvée que nous pratiquons tous les jours sauf pour les possesseurs de lave vaisselle. Mais cette corvée peut finalement devenir très agréable une fois les manches retroussées et les mains dans l’eau chaude. Prendre le temps de laver chaque plat, chaque assiette en étant pleinement conscient du mouvement de ses mains et de l’eau est un cadeau : je suis pleinement conscient de laver la vaisselle. Très souvent, nous pensons aux tâches à effectuer après (aspirateur, nettoyer un autre lieu, etc.) mais revenir à soi et ne faire qu’un avec une tâche à faire permet de se sentir plus heureux avec un sentiment de plénitude.

3. En téléphonant

Le téléphone peut être source d’anxiété : trop d’appels, la peur d’avoir de mauvaises nouvelles, qui nous appelle et pourquoi. Pourtant, dès que la sonnerie retentit, une force nous pousse à aller décrocher le téléphone. Donc, selon Thich Nhat Hanh, si le téléphone sonne, restez là où vous êtes. Inspirez et expirez en conscience. Souriez et récitez ces vers « Ecoute, écoute. Ce son merveilleux me fait revenir à mon vrai moi ». A la deuxième sonnerie, réitérez cette étape. Votre sourire va commencer à apparaître et faire disparaître le stress et les tensions. A la troisième sonnerie, respirez et souriez en marchant lentement vers le téléphone. Vous avez expulsé vos sentiments négatifs pour les transformer en sentiments positifs. Votre interlocuteur en sera très content.

Reprendre possession de son rythme biologique grâce à la pleine conscience est une façon saine de vivre sa vie dans la plénitude et l’apaisement. Toute action peut vous permettre de pratiquer la pleine conscience : laissez faire votre imagination. Et vous, où pratiquez-vous la pleine conscience ?

5 commentaires sur 3 situations insolites où vous pouvez pratiquer la pleine conscience ou mindfulness

Rencontre avec Gabrielle Richard, une prof de yoga inspirante

C’est une véritable artiste que j’ai le plaisir de vous présenter aujourd’hui. Passionnée par tous les outils de créativité, Gabrielle Richard est une professeur de yoga de grande qualité qui…

C’est une véritable artiste que j’ai le plaisir de vous présenter aujourd’hui. Passionnée par tous les outils de créativité, Gabrielle Richard est une professeur de yoga de grande qualité qui allie douceur et précision. Ayant eu la chance d’être un de ses anciens élèves, je peux vous dire que Gabrielle est très compétente et très attentive à votre corps.

1. Quel est ton parcours Gabrielle ?

Après avoir été diplômée en Arts Graphiques en 2003 à l’ESAG, j’ai travaillé en free-lance en tant qu’illustratrice, photographe. A cette époque je travaillais sur un art méditatif : Etre complètement connectée à l’ici et maintenant et laisser parler mon stylo sur le papier. Fabienne Verdier faisait partie des artistes qui m’inspirait et dont j’admirais le travail. Je me suis plongée dans le Zen et j’allais régulièrement méditer dans un dojo et faire des retraites. Je lisais également beaucoup de livres de Maîtres Indiens tel J.Krisnamurti ou Sri Nisargadatta Maharaj. Par ailleurs je danse depuis que j’ai 4 ans et le travail sur le corps et le jaillissement de l’énergie m’a toujours passionné. De fil en aiguille je me suis intéressée au yoga et j’ai commencé une formation de yoga Vinyasa avec Gérard Arnaud à Paris puis en Inde. Depuis je me suis formée à différentes méthodes avec différents Maîtres tel que le yoga Nidra avec l’école Satyananda (relaxation profonde du corps et du mental) mais aussi le Yin yoga, l’Ashtanga… J’ai approfondi ma pratique de la méditation en faisant des retraites chez Thich Nhat Hanh (Village des pruniers) et chez les moines Thaïlandais de la forêt dans la lignée d’Ajahn Chah. En parallèle je me suis formée à la méthode japonaise de Mikao Usui, le Reiki (méthode de guérison énergétique). Actuellement je me forme au chamanisme. Mon idée pour le futur : Ouvrir un lieu de créativité et de bien-être/ guérison dans un lieu ressourçant et bien sûr éco-responsable !

2. Comment présenterais-tu ta spécialité à quelqu’un qui ne la connait pas ou à un enfant ?

Apprendre à écouter son corps, ses émotions pour amener de la paix dans son cœur. Ouvrir une porte vers la paix. Bâtir des ponts, pas des murs.

3. Quelles sont tes valeurs profondes ?

J’essaye de développer l’écoute profonde et le lâcher prise (tout un programme) – et d’appliquer les valeurs telles que : la non-violence, l’honnêteté dans la parole et les actes, la générosité, la bonté, la joie, le partage…bref une éthique globale qui est l’expression de la vision Bouddhique. Thich Nhat Hanh a exprimé cela à travers ces 5 entraînements à la pleine conscience : un chemin de transformation qui mène au bonheur !

En résumé ce serait : nourrir la paix et la joie.

4. Quels sont tes objectifs dans la vie ?

Suivre ce chemin enseigné notamment par le Bouddha qui est une pratique concrète menant à la transformation, à la guérison de soi-même et du monde.
En gros : Etre heureuse et libre et amener cette paix le plus possible autour de moi.

5. Comment comptes-tu les atteindre ?

Ahahah, en pratiquant encore et encore !!

6. Ton idée pour améliorer le monde ?

Développer, pratiquer la pleine conscience en faisant un travail de compréhension profonde sur soi. Nous sommes 100 % responsables et le changement commence par nous-mêmes : « change yourself and the world will follow »

7. Pourquoi écris-tu pour le magazine web Zentonik?

Zentonik est un magazine éthique qui s’intéresse au développement personnel et qui met en ligne des articles sur le bien-être, l’écologie etc… Cette démarche semble être une bonne base pour améliorer le monde.
J’encourage et aime participer à toutes ces belles initiatives !

Commentaires fermés sur Rencontre avec Gabrielle Richard, une prof de yoga inspirante

Méditation visualisation de paix

Cultivez la paix en soi et autour de soi « La terre est ma patrie et l’humanité ma famille. » Khalil Gibran Nous avons tous un rôle à jouer dans…

Cultivez la paix en soi et autour de soi
« La terre est ma patrie et l’humanité ma famille. »
Khalil Gibran

Nous avons tous un rôle à jouer dans l’instauration d’un climat de paix sur la terre.

Voici une visualisation pour cultiver cette graine de paix et la faire grandir !

Installez-vous confortablement assis en tailleur ou sur une chaise. Prenez le temps de relâchez vos muscles du visage, de la nuque, des épaules, du bassin et des jambes. Entrez en contact avec votre inspire et votre expire.
Imaginez des racines qui partent de la base de votre colonne et qui plonge au centre de la terre. Sentez un courant d’énergie partir du centre de la terre, pénétrer par vos pieds, et remonter dans vos jambes, votre bassin.
Portez votre attention sur la région de votre coeur et imaginez une flamme lumineuse (ou un soleil) qui peu à peu grandit et vient éclairer, nourrir votre corps. Ces rayons lumineux intensifient la flamme de votre coeur, et éveille l’amour en vous. Peu à peu laissez se diffuser cette énergie douce de paix par delà votre corps et aux personnes qui vous sont chers et enfin se déployer tel un halo qui englobe la planète, l’Univers tout entier.
Cette lumière est porteuse de sérénité. Sentez l’Humanité recevoir cette énergie de paix.

Commentaires fermés sur Méditation visualisation de paix

J’ai vécu une retraite en silence

« l’Homme est son livre d’étude, il doit en tourner les pages et en découvrir l’auteur » J Y Leloup. A la recherche de la paix intérieure, est-ce possible de…

« l’Homme est son livre d’étude, il doit en tourner les pages et en découvrir l’auteur » J Y Leloup.

A la recherche de la paix intérieure, est-ce possible de pauser le mental et l’émotionnel, pour juste « être » là dans l’instant ? Pour la 3° fois me voilà partie pour une semaine dans le silence. Ma petite voix intérieure m’oriente vers Pierre Chatel, une ancienne chartreuse située en Savoie. La souplesse du cadre de cette semaine intitulée « Seul et ensemble » me convient parfaitement, chacun étant libre de garder ou non le silence, de participer ou non aux activités proposées…parfait !

L’endroit est merveilleux, hors temps. Placé sur un haut rocher, avec une vue imprenable sur le défilé du Rhône. L’atmosphère est paisible et propice à la méditation et au recueillement.

Il faudra 2 jours pour que mon corps et mon mental se calment. J’observe cette agitation intérieure sans jugement. Difficile de tenir en place,de me concentrer sur quoi que ce soit. Je suis à 100 % dans le faire (mon égo me proposant X activités : marche, méditation, lecture…), mes pensées vont et viennent dans un désordre impressionnant ! Waouh , je n’arrive même pas à lire le déliant de l’association qui occupe les lieux ! Je ne me voyais pas si tendue…rires !
J’observe mes schémas de pensées, mes besoins de reconnaissance, d’être aimée…dans la bienveillance totale.

Le 3° jour, la notion de temps disparaît, mon corps passe au ralenti, mes pensées s’effacent de plus en plus et je commence à me sentir merveilleusement bien. Je passe en mode « être » et accueil, enfin, la grâce de l’instant… même si mon mental refait surface régulièrement,mon corps lui est paisible.

Le 4° jour, je suis juste là, présente à l’intérieur et à l’extérieur savourant cette plénitude. Le silence est la voie directe vers la liberté intérieure, vers cette sagesse que nous possédons tous,et qui ne demande qu’a être. Une joie profonde et durable fait surface,et mon mental s’estompe encore un peu plus.

Il y a la retraite que l’on imagine et celle qui est. Je m’imaginais marcher en pleine foret, passer de nombreuses heures en connexion avec Dame Nature afin de me ressourcer. Finalement, je passerai une grande partie de mon temps dans le cloître, à le nettoyer et y marcher méditativement.
En toute conscience et avec beaucoup de plaisir j’ai nettoyer mon temple intérieur. Avec joie je m’y suis lovée.

Le mot monastère vient de monastérion : lieu où l’on travail à devenir monos, UN, unifié. Je ne sais pas si je suis unie, mais après 4 jours je me sens extrêmement bien avec moi-même, en accord profond, avec le sentiment d’effleurer une dimension spirituelle qui me tend les bras. La spiritualité n’a pas de visage, elle est, là, au fond de nous même, au cœur de notre cœur.
Il suffit juste de vouloir y consacrer un peu de temps.
Les bénéfices de cette retraite dans un prochain article.

4 commentaires sur J’ai vécu une retraite en silence

La pratique du Yoga, de la méditation … et l’Ego

Tout d’abord, constatons que les études et lectures sont parfaites pour approfondir nos connaissances théoriques sur ces sujets, mais valent zéro pour le Yoga et la méditation qui sont avant…

Tout d’abord, constatons que les études et lectures sont parfaites pour approfondir nos connaissances théoriques sur ces sujets, mais valent zéro pour le Yoga et la méditation qui sont avant tout une pratique individuelle. Il faut s’astreindre à pratiquer très régulièrement sans trop espérer de récompense immédiate. Or, l’ego ne souhaite pas être forcé, restreint et discipliné de quelque manière que ce soit. Et pourtant c’est exactement ce qui va lui arriver !

Trouver le juste milieu dans la pratique

Une force supérieure à l’ego doit donc être trouvée par un choix délibéré et puissant, en privilégiant la régularité sur la durée. Mais l’ego est-il pour autant l’ennemi à abattre, sans sommations ? Je ne pense pas. Je prône pour ma part la voie du milieu, sans excès.
Bouddha a expérimenté les limites de l’ascétisme, puis a prôné la voie du milieu, et on sait jusqu’où il est allé…
Voici en quelques lignes l’histoire qui relate sa prise de conscience: Bouddha est sous un arbre en train de méditer. Il n’a pas mangé ni bu depuis plusieurs jours. Il atteint ses limites mais veux absolument trouver les réponses à ses questions sur le but de la vie et les raisons de la souffrance et de la mort. Sur le fleuve passe une barque sur laquelle un élève joue de la harpe avec son professeur, et Bouddha entend le professeur dire à l’élève: « Si la corde n’est pas assez tendue, le son est faux. Si elle est trop tendue, elle se casse. » Et c’est la révélation pour Bouddha. Il abandonne immédiatement l’ascétisme extrême et prônera ensuite la voie du milieu.
De même, une discipline comme le Yoga pratiquée avec excès génèrera un déséquilibre et des tensions. Exactement ce que l’on cherche à éviter ! Si l’on veut progresser trop vite on risque même des blessures. A l’inverse, un Yoga pratiqué occasionnellement n’apportera lui que très peu de bénéfices.

Amener un certain détachement dans sa pratique

Il faut donc pratiquer régulièrement, tout simplement, surtout sans désir de résultats à tout prix. C’est le temps notre meilleur ami. L’ego doit pourtant être mis en veilleuse pendant la séance. D’où l’intérêt de pratiquer les yeux fermés ou mi-clos. Vivre le moment présent, et uniquement le moment présent.
On est toujours soi toute la journée avec des plans, des listes, des désirs, des soucis, et même la nuit puisque notre petite personne est souvent acteur principal dans nos rêves ou nos cauchemars ! Alors qu’il est bon de s’oublier. De ne plus être le petit personnage que l’on s’est construit au fil du temps, mais un être nouveau, sans passé ni avenir, vivant simplement et uniquement à l’instant présent.
Comment donner naissance à ce nouvel être, loin de l’ego, pendant une séance de Yoga ? Les postures inversées (charrue, chandelle, sur la tête) retournent notre point de vue, nous permet d’accéder à une autre dimension. Les yeux fermés, on est détendu et concentré grâce au regard centré sur le point entre les deux sourcils ou à un Mantra que l’on répète. Nous sommes alors une nouvelle entité, différente. Sans ego, sans attente, mental ralenti. La charrue trace son sillon sans penser au point de départ ni au point d’arrivée. Elle trace. Elle trace pourtant une route sans le savoir.

Retour sur la définition de l’ego

L’ego désigne la représentation et la conscience que l’on a de soi-même. En psychologie il est considéré comme le fondement de la personnalité. Mais en spiritualité il est une entrave à notre développement personnel et représente la perception fausse que nous nous faisons de nous-même. En psychologie, si l’ego est sous-dimensionné, il y a un manque d’estime de soi et il est difficile d’entreprendre des choses nouvelles. A l’inverse si l’ego est démesuré, il n’y a pas de place pour les autres dans notre vie car le moi occupe toute la place disponible.

Comment garder un ego de taille idéale et satisfaire psychologie et spiritualité ?

Il faut savoir prendre du recul et conservez de la souplesse dans la façon dont on évalue les situations, les relations et les actes. On peut pratiquer une saine et régulière introspection, et se poser par exemple les questions suivantes: Est-ce que je me traite bien ? Suis-je juste dans cette relation ? Que pourrais-je améliorer ? Essayer aussi d’accorder moins d’importance à nos biens, à nos réalisations, et penser souvent aux autres. Les aider, les remercier lorsqu’ils nous soutiennent.
Ainsi on finit par trouver un Grand moi qui surpasse complètement le petit moi de l’ego. Le Grand moi accepte de ne pas être le meilleur partout, de ne pas avoir raison tout le temps, et respecte toujours les autres, en les aidant à réussir. En écoutant ce Grand moi on peut avoir une image bienveillante de nous-même et des autres. Et s’améliorer…
Deux citations pour finir. L’une indienne et l’autre européenne: « Soyez vous même le changement que vous voulez voir dans le monde » du Mahatma Gandhi, et « L’exemplarité n’est pas une façon d’influencer, c’est la seule. » d’Albert Schweitzer. A méditer !

3 commentaires sur La pratique du Yoga, de la méditation … et l’Ego

Type on the field below and hit Enter/Return to search